Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

I. — Partie : production des territoires

Les utopies des fabriques de territoires. Le cas du découpage communal au Mali

Stéphanie Lima

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La question de l’articulation entre espace et territoire est présente dans différents champs de recherche en géographie. Les recompositions territoriales en cours dans plusieurs endroits permettent d’interroger à nouveau les notions d’espace et de territoire, au regard des différents acteurs présents et investis dans les enjeux inhérents aux transformations de leur espace. Créer ou modifier un maillage institutionnel est une dynamique de « fabrique des territoires » (Vanier, 1995) dans laquelle les habitants sont plus ou moins partie prenante. Les logiques du découpage conditionnent la construction territoriale. A travers ces processus, en quels termes les notions d’espace et de territoire peuvent-elles être définies ?

2Pour aborder ce questionnement, à la fois théorique et méthodologique, sur les notions d’espace et de territoire, le Mali et ses nouvelles communes présentent un terrain original. En effet, en même temps que ce jeune Etat, indépendant depuis 40 ans, s’ouvre à la démocratie, il entreprend simultanément un vaste chantier, celui de la décentralisation, qui s’accompagne d’une réorganisation du maillage administratif sur l’ensemble de son territoire. Les communes, nouvelles entités institutionnelles, ont été ainsi créées, selon un processus tendant à concilier logique d’Etat et logiques paysannes (dans la mesure où 80 % de la population vit de l’agriculture, y compris en milieu urbain).

  • 2 Dans le cadre de cette recherche en cours, plusieurs séjours ont été effectués au Mali, afin de men (...)

3A partir de plusieurs séjours sur le terrain2, cet article s’appuie sur des enquêtes et des entretiens effectués dans des villages de la région de Kayes (carte 1). Le choix de cette zone d’étude permet d’appréhender la dynamique des recompositions territoriales, issues de la réforme de décentralisation, sur un espace dans lequel coexistent des processus socio-spatiaux spécifiques. Alors, qu’est-ce que la région de Kayes ? Dans le passé, la ville de Kayes fut la capitale de l’Afrique Occidentale Française. Sa position sur le fleuve Sénégal, axe majeur de la pénétration coloniale, lui a permis de connaître une influence certaine. A l’indépendance en 1960, Kayes perd son statut et la région devient une zone marginalisée, et peu à peu délaissée par l’Etat. Aujourd’hui, elle apparaît enclavée au sein du territoire malien, « coincée » aux frontières du Sénégal, de la Mauritanie et de la Guinée. Seulement, la région de Kayes présente un paradoxe.

  • 3 D’après E. Pollet et G. Winter, 1971 : « Ouvrier agricole saisonnier, travaillant au Sénégal pendan (...)
  • 4 Le canton est une entité administrative créée par les français à la tête duquel se trouve un notabl (...)

4A la fois isolée, elle est aussi ouverte, sur le vaste monde. En effet, la population de cette région, notamment dans sa composante soninké, une de ses principales ethnies, est reconnue pour sa mobilité, pratique ancienne et traditionnelle. Les Soninkés sont avant tout des commerçants et cette activité les conduit à quitter régulièrement leurs villages, à la saison sèche quand l’activité agricole s’interrompt. Au cours de l’histoire les conditions économiques, sociales et politiques les ont peu à peu poussés à développer d’autres stratégies migratoires. Ainsi, pendant la colonisation, ils sont devenus « navétanes »3au Sénégal, l’argent étant devenu nécessaire pour payer l’impôt au chef de canton4. A l’indépendance, ces migrations saisonnières et temporaires se sont transformées en migrations de travail plus durables et plus lointaines. Plusieurs facteurs ont contribué à cela, notamment les sécheresses qui ont touché cette zone durant les années 70. Les rapports entretenus avec l’ancienne métropole coloniale ont permis à ces personnes de venir travailler en France. En 1974, la fermeture des frontières met fin aux séjours courts et au va-et-vient permanent entre les villages et les foyers de travailleurs immigrés. Aujourd’hui, le temps de présence en France est plus long et un autre rapport au village s’est instauré. Quelles sont les incidences de cette mobilité sur les villages d’origine ? Quels sont les usages de l’espace des populations villageoises et de leurs ressortissants à l’étranger ? Afin de saisir les logiques du processus de réorganisation territoriale issu de la mise en œuvre de la décentralisation, le préalable est de s’intéresser aux dynamiques présentes dans cette zone. La question est de savoir comment les mailles communales se sont construites à cet endroit.

5Quelle démarche accompagne ce questionnement ? L’étude est consacrée à travailler sur des territoires concrets, physiques, c’est-à-dire des territoires institutionnels, administratifs, portés par des politiques publiques. Le territoire n’est plus, dans cette acception, une notion théorique, mais présente un contenu palpable avec des compétences et des moyens. Les communes sont des territoires, étant donné qu’elles sont le cadre de gestion de la vie collective. Ainsi, la démarche retenue est celle d’une géographie politique, au sens d’une géographie qui s’intéresse aux territoires issus de l’application d’une politique publique. La création d’un maillage institutionnel suppose de nouvelles limites – comment sont-elles tracées ? – et de nouvelles centralités – comment sont-elles déterminées ? Quelle est alors la morphologie de ces nouvelles communes ? Comment les territoires se fabriquent-ils physiquement ?

6Dans ce contexte, de quelle façon peut-on recourir aux notions d’espace et de territoire ? Concernant l’espace, le postulat retenu est d’associer le terme aux pratiques des habitants. Dans la région de Kayes, les villageois vivent dans des lieux multiples, au village et ailleurs. L’espace est donc l’espace de vie des habitants, un espace fermé et en même temps éclaté.

7Il y a d’un côté, le territoire institutionnel, de l’autre, l’espace de vie et, en somme, deux catégories pour un questionnement. Comment, en ces termes, espace et territoire se déconstruisent-ils et se reconstruisent-ils dans l’épreuve de la réorganisation territoriale liée à la politique de décentralisation ? Le découpage communal n’a pas été imposé par l’Etat, les populations ont pu procéder au regroupement de leurs villages afin de constituer les communes, selon des critères proposés par le niveau central. Logique ascendante et logique descendante se combinent dans le processus de découpage. Comment les mailles se fabriquent-elles dans ce mouvement par le haut et par le bas ?

Carte I : La région de Kayes au Mali.

Carte I : La région de Kayes au Mali.

8Croiser ces deux catégories que sont les territoires institutionnels et les espaces de vie nécessite de revenir sur les définitions théoriques des notions d’espace et de territoire. L’espace est une étendue terrestre, un cadre géographique. Il porte les actions des sociétés humaines, qui l’aménagent et l’utilisent en vue de leur reproduction. L’espace porte les différentes formes des relations sociales. Il fonctionne en termes de proximité et de distance, de continuité et de discontinuité. Il reste autonome par rapport au jeu social (Offner et Pumain, 1996 et Brunet, 1993). Le territoire est davantage, un espace approprié et intégré dans les dynamiques sociales. Il est avant tout lié aux sentiments d’appropriation et d’appartenance. Le territoire est collectif car il relève de la socialisation de l’espace. Les actions qu’un groupe entreprend pour assurer sa vie et son maintien sur son territoire constituent les pratiques territoriales, et ces dernières mettent en relation les lieux qui constituent le territoire (Brunet, 1993, Le Berre, 1992, Di Méo, 1996). Les recompositions territoriales sont issues d’un changement du système d’intentions dont le territoire est l’objet. En effet, « le territoire est le champ d’un système d’intentions en activité » (Offner et Pumain, 1996). Le passage d’un système d’intentions à un autre peut entraîner des recompositions territoriales. Le territoire se transforme, change de contenu et de limites, selon la nature du projet social dont il est le support.

9Les villages associés aux lieux d’immigration de leurs ressortissants d’un côté, les communes en construction à la recherche d’une légitimité, de l’autre et, entre les deux, les rapports sociaux bouleversés par ces recompositions territoriales. De l’espace au territoire, de l’espace de vie au territoire institutionnel, comment ces notions et ces catégories s’articulent-elles ? Comment se croisent-elles ? Peut-on lire le passage de l’une à l’autre ?

10Le questionnement s’appuiera donc sur ces objets d’étude que sont les espaces de vie et les territoires institutionnels, dans la perspective de réintérroger les notions théoriques dont ils sont issus. La première partie de cette contribution est consacrée au Mali, dont la 3ème République s’ouvre à la démocratie et refonde ses rapports avec la population à travers une politique de décentralisation. De l’indépendance à la démocratie, l’Etat malien recherche une issue pour son développement, et le rapport au territoire apparaît comme un aspect de cette problématique. Dans un deuxième temps, la région de Kayes, avec ses spécificités, en termes d’enclavement, d’ouverture et de mobilité, apparaît privilégiée pour traiter de cette relation entre Etat, acteurs, habitants, territoire et espace. D’un pouvoir à un autre, d’un découpage du territoire à un autre, comment les espaces de vie multiformes des habitants sont-ils réinvestis dans la construction d’un maillage institutionnel ? Enfin, la lecture du passage de l’espace au territoire pose problème, et la dernière partie permettra de considérer le questionnement méthodologique. A partir du cas de la création d’un maillage communal, il s’agit de s’interroger sur la méthode utilisée. Quelles sont les grilles de lecture du passage de l’espace au territoire ?

I. DÉMOCRATIE ET DÉCENTRALISATION : DEUX « CHANTIERS » POUR UN JEUNE ÉTAT

  • 5 Son indice de développement humain égal à 0,375 (PNUD, 1998) le classe 166èmesur 174 pays.

11Le Mali contemporain est une Nation en construction qui, sortie de plusieurs années de dictature, s’ouvre à la démocratie, enjeu considérable qui s’inscrit dans un territoire comprenant plus de 10 millions d’habitants pour une surface de 1 240 192 km. Le Mali est un pays d’Afrique occidentale parmi les plus pauvres de la planète5et dont 80 % de la population vit de l’agriculture.

  • 6 Fédération qui regroupa, de 1895 à 1958, les colonies du Sénégal, de la Mauritanie, du Soudan, de l (...)

12A la fois saharien et sahélien, ce vaste pays traversé par le Niger porte les traces d’un passé glorieux, celui des grands empires précoloniaux. Le Mali a été au centre d’importantes circulations, nord-sud, quand les caravanes commerciales traversaient le Sahara, puis, est-ouest, au moment de la colonisation, avec le fleuve Sénégal comme axe de pénétration. Entre 1880 et 1898, les forces coloniales françaises conquièrent le Soudan occidental. Les commandants militaires chargés de la pénétration du continent profitent alors des rivalités entre les différents chefs africains présents dans cet espace. Le Soudan français appartient à l’Afrique Occidentale Française6jusqu’en 1959. En 1960, il obtient son indépendance et change de nom pour devenir le Mali, en référence à l’Empire mandingue (xiiie-xve siècle).

13Le Mali est un jeune Etat, indépendant depuis 40 ans. Durant cette période, il a connu trois types de régime : de l’inspiration socialiste, en passant par la dictature militaire jusqu’à la démocratie. Ce retour sur le passé est nécessaire dans la mesure où le poids de l’histoire ne peut être ignoré dans une étude centrée sur la création des mailles administratives. Un territoire résulte toujours d’un processus inscrit dans le temps long. Et dans la mesure où il s’agit de saisir le présent, la lecture du passé est incontournable. Cette lecture est aussi essentielle au regard des enjeux associés à la décentralisation, à savoir la démocratie et le développement. Les territoires en construction aujourd’hui sont indissociables de ces paris sur l’avenir. La lecture des territoires au présent se décline dans le temps, entre passé et futur.

De l’indépendance à la démocratie

  • 7 De 1958 à 1959, le Sénégal et le Soudan forment la Fédération du Mali. Elle se dissout en 1960 et l (...)
  • 8 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain.
  • 9 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain.

14A l’indépendance, le Mali hérite d’une partie des cadres territoriaux de l’administration française. Dès 1958, les cantons avaient été supprimés par les institutions de la Fédération du Mali7. Il s’agissait pour le parti émergeant – US-RDA8 – d’asseoir son pouvoir et d’éliminer les chefs traditionnels à la tête des cantons, regroupés au sein du PSP9et alliés à la puissance coloniale. En 1960, il lui reste donc les cercles, immenses, découpés au temps de l’AOF. De 1960 à 1968, le Mali est présidé par Modibo Keita, avec un régime de type socialiste. La loi du 7 juin 1960 permet une réorganisation du territoire national avec la création de 6 régions administratives (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao) et le redécoupage des cercles jugés trop grands. Les 7 cercles issus de l’organisation coloniale sur l’espace de l’AOF donnent lieu à quarante-deux nouveaux dans le Mali contemporain. Les arrondissements (issus des cantons) sont, quant à eux, généralisés dans tous les cercles, et leur nombre passe de 23 à 269. Avec les villages et les fractions nomades, cette loi introduit au Mali 4 niveaux d’administration. Quels étaient les objectifs de ce découpage ? Quel est le sens de l’augmentation du nombre de mailles administratives ? Mieux contrô1er la population ou privilégier sa participation à la gestion de la vie collective ? S’agit-il d’une amorce de décentralisation ou bien d’un processus de déconcentration qui permet au gouvernement d’ancrer son pouvoir sur l’ensemble de son territoire ? L’Etat tente de gérer son espace, car l’enjeu est celui de la construction de la Nation et de la légitimité du territoire sur lequel il exerce son pouvoir.

15En 1968, le régime de Modibo Keita est renversé par les militaires. Moussa Traoré prend le pouvoir et instaure un régime dictatorial. La question de la décentralisation est à l’ordre du jour en 1977, mais les volontés sont moins fortes et on parle plutôt d’une déconcentration de l’administration et non d’un transfert de compétences et de moyens vers l’échelon local. Une nouvelle région est créée, celle de Tombouctou, par l’ordonnance du 12 juillet 1977, qui s’accompagne d’une augmentation du nombre de cercles (6 sont créés) et d’arrondissements (17 en plus). Encore une fois, pourquoi multiplier les mailles ? La nature du pouvoir central guide le contenu des réformes d’administration territoriale et il est impossible d’envisager la création de collectivités locales autonomes. Jusqu’à la fin des années 80, le statu quo est de mise en ce qui concerne les cadres territoriaux du Mali.

  • 10 La Conférence Nationale s’est tenue à Bamako du 29 juillet au 12 août 1991.

16Le 26 mars 1991, la chute du régime de Moussa Traoré est l’aboutissement de la pression croissante d’un mouvement d’opposition actif depuis les années 1960, hors de toute légitimité politique, étant donné l’interdiction du multipartisme depuis 1968. Ce mouvement s’est donc construit clandestinement, de façon détournée à travers les associations. Ce mouvement associatif, notamment en milieu urbain, s’est réveillé ; il s’est mobilisé et, contre toute attente, il a déstabilisé un pouvoir autoritaire sous le joug duquel il vivait depuis 30 ans. Et, quand il arrive à prendre la parole, sa première revendication est celle du multipartisme. Pour le Mali, la rupture est importante et l’ouverture à la démocratie représente une nouvelle chance pour le processus de développement. De 1991 à 1992, l’Etat se reconstruit à travers les actions du Comité Transitoire de Salut du Peuple (CTSP), conduit à la fois par des militaires et des responsables du mouvement démocratique. Dans un premier temps, le CTSP organise une Conférence Nationale10à l’issue de laquelle une nouvelle constitution est élaborée et le projet d’une réforme de décentralisation adopté. Le CTSP est aussi à l’origine de la mise en œuvre d’élections législatives et présidentielles, à la suite desquelles la Troisième République du Mali prend corps, avec un gouvernement élu démocratiquement.

17Ainsi, le Mali s’inscrit dans un mouvement qui touche nombre de pays sur le continent. En effet, les années 1980 et 1990 voient la naissance de nouvelles démocraties dans plusieurs pays de l’Afrique Subsaharienne. Dans la plupart des cas, les « transitions démocratiques » s’accompagnent de réformes de décentralisation, dont les mises en œuvre témoignent d’une volonté de promouvoir la participation des acteurs locaux dans la gestion de leur espace de vie. Ces différentes politiques de décentralisation sont porteuses de recompositions territoriales, qu’il s’agisse de créer des communes, des communautés ou des régions. Comment la décentralisation malienne se présente-t-elle dans ce contexte général ?

De l’originalité de la décentralisation malienne

18La politique de décentralisation au Mali est née des aspirations de la population qui s’est exprimée lors de la Conférence Nationale. En effet, le sentiment présent partout en ville et dans les campagnes est celui d’un Etat qui « ne sert à rien ». Les questions qui reviennent sans cesse sont celles-ci : « Pourquoi payer les impôts alors qu’on ne bénéficie ni d’une école, ni d’un médecin, ni d’un puits ? A quoi sert l’Etat ? Pourquoi nous refuse-t-il tout droit à la parole ? Pourquoi ne pouvons-nous pas décider de notre présent et de notre avenir ? » Cette demande de liberté et de participation est entendue par les nouvelles autorités. D’où la décentralisation qui traduit en termes politiques l’expression de ces revendications issues de la base. Le gouvernement malien a donc relancé le processus de décentralisation, initié précédemment mais sans véritables effets dans le quotidien des habitants. Seulement le nouveau gouvernement ne dispose pas des moyens nécessaires pour conduire seul l’application de cette réforme. Les attentes de la population sont fortes et l’Etat doit apporter une réponse. Il décide alors de s’appuyer sur cette dynamique à la base. Il ne s’agit donc pas alors de mettre en place la décentralisation par le biais d’une simple logique descendante, comme l’ont fait ses prédécesseurs ou les gouvernements des Etats voisins, mais d’impliquer la population dans cet enjeu national. De nombreux moyens ont été développés pour favoriser l’implication de la base, jusqu’à l’utilisation de l’histoire. En effet, il est reconnu que déjà l’empire du Mali utilisait cette forme d’administration pour gérer l’immensité de son espace. Cette référence au passé a été un des moyens employés pour créditer cette entreprise d’un cachet inaltérable.

19La décentralisation apparaît ainsi comme un vaste chantier dont une des principales composantes est la réorganisation des mailles administratives sur l’ensemble du territoire national. En effet, il s’agit de reconstruire des territoires à la base dans un double processus tendant à concilier la logique de l’Etat et la logique paysanne, dans toute sa complexité.

Le découpage communal : logique d’Etat et logiques paysannes

  • 11 Mission de Décentralisation, 1996, Guide de découpage territorial. Programme de décentralisation, B (...)

20La création d’un nouvel édifice administratif répond à plusieurs objectifs, définis en ces termes par le gouvernement malien : « amener les populations à se réapproprier leurs espaces en les impliquant dans l’Opération de réorganisation territoriale à travers l’Organisation de concertations villageoises ; définir un découpage des collectivités territoriales de base à partir des propositions de réorganisation qui seront faites par les populations elles-mêmes ; créer les communes en proposant à l’Assemblée Nationale le découpage territorial issu des concertations »11.

  • 12 La réorganisation des cercles et des régions n’a pas encore eu lieu, notamment pour des raisons pol (...)

21Le projet territorial de la décentralisation est de créer des communes qui seront la base du nouveau maillage du territoire national. Les arrondissements seront supprimés et les cercles et les régions redéfinis dans un processus ascendant à partir de regroupements de communes12. Les communes pour leur part sont issues du regroupement de plusieurs villages, et deviennent la plus petite entité du dispositif administratif.

Quels critères ?

  • 13 Mission de Décentralisation et des Réformes Institutionnelles. D’abord appelée Mission de Décentral (...)
  • 14 MDD, 1996.

22Pour procéder à la refonte des mailles institutionnelles, l’Etat malien a appliqué une méthode particulière. Loin de vouloir, ni de pouvoir, imposer un découpage, le gouvernement, par le biais de ses administrations, notamment la Mission de Décentralisation et des Réformes Institutionnelles13, a établi un programme en vue de la création des communes, dont un des dispositifs majeurs est l’implication et la participation des populations. Ainsi, l’Etat a proposé un cadre pour le découpage communal14, articulé autour de plusieurs prescriptions, à savoir :

  • des critères socioculturels, c’est-à-dire le respect des solidarités communautaires ;

  • le critère démographique (de 10 000 à 25 000 habitants) ;

    • 15 Les communes rurales sont formées de plusieurs villages dont un est le chef-lieu où se situe la mai (...)

    les critères de distance et d’accessibilité, pour un chef-lieu de commune rurale accessible par tous15 ;

  • les critères de viabilité économique, à savoir la capacité à fournir les services économiques, sociaux et culturels nécessaires et à financer le développement ;

  • les critères géographiques et spatiaux, pour créer une commune sur un territoire cohérent et unitaire.

23L’application de ces normes devant aboutir, dans l’esprit de l’Etat, à des territoires institutionnels fonctionnels, dans un objectif de développement local.

24Les populations, pour leur part, ont eu le choix de procéder aux regroupements volontaires de leurs villages, dans le cadre des normes définies, afin de créer des communes urbaines ou rurales. Ces nouveaux territoires institutionnels que sont les communes maliennes apparaissent ainsi comme le résultat de l’application d’une démarche originale dans laquelle s’articulent logique descendante et logique ascendante.

  • 16 Ce chiffre est celui des premiers résultats du découpage proposés à l’Assemblée Nationale chargée d (...)

25Cet exemple de production de maillage administratif pose plusieurs questions. Quelle a été la part de chacune de ces logiques dans le processus de recomposition territoriale ? Entre les critères définis au niveau central et les espaces de vie des populations, quelles formes ces nouvelles mailles prennent-elles ? Entre les utopies de l’Etat et celles des populations, quelle est la réalité du maillage communal ? Y a-t-il opposition ou combinaison de ces utopies spatiales ? Dans un premier temps, l’Etat s’est basé sur la création de 544 communes16, au regard des critères proposés. Finalement, 701 communes forment désormais le maillage de base du territoire malien, dont 682 nouvelles communes. D’où vient ce décalage ?

26Comprendre cette entreprise de « fabrique de territoires », où se pose la question de nouvelles centralités et de nouvelles limites, oblige à s’intéresser à la signification des notions d’espace et de territoire dans un contexte africain spécifique. Et si la réflexion porte sur le Mali, la région de Kayes apparaît d’autant plus intéressante étant donné l’intensité des circulations dont elle fait l’objet. Dans cette région, à la fois frontalière et enclavée, les recompositions territoriales sont marquées par une mobilité dont les composantes sont des flux de personnes, des flux monétaires ou des flux d’idées associés à des initiatives et des projets de développement (Gonin, 1997).

Les enjeux du découpage dans la région de Kayes

  • 17 Adams Adrian, 1977.

27La région de Kayes est située à l’ouest du Mali, à la frontalière du Sénégal, de la Mauritanie et de la Guinée. Elle appartient à la vallée du fleuve Sénégal et se caractérise par une importante dynamique migratoire. Depuis les années 60, « les gens du fleuve »17 partent de leurs villages vers l’Europe ou d’autres pays africains, dans le cadre des migrations internationales de travail, à l’instar d’une tradition culturelle qui s’est transformée selon les pressions économiques, politiques, sociales et/ou environnementales. La région de Kayes est enclavée par rapport à l’ensemble du territoire malien, mais elle est paradoxalement ouverte sur l’extérieur, de par sa position frontalière et la mobilité qui caractérise sa population.

28Dans cette zone, la décentralisation a produit des recompositions territoriales empreintes des usages et du rapport à l’espace d’une population sahélienne qui, à la fois, vit dans des villages fermés sur eux-mêmes et voyage partout dans le monde. Quels sont ces villages au cœur du découpage communal ? Quel est le rapport à l’espace de leurs populations ? Comment le territoire produit par la décentralisation se combine-t-il avec les pratiques et les usages de l’espace des habitants ? Quand peut-on parler de territoire ? Comment une maille qui s’installe peut-elle exister par rapport à des référents spatiaux dont le fonctionnement associe ouverture et fermeture ? De quelle manière les territoires se construisent-ils dans ce contexte ?

Les villages : espaces de vie

  • 18 Offner J.M. et Pumain D., 1996.

29D’après Jean-Marc Offner et Denise Pumain18, l’espace est « un cadre géographique dans lequel se déploient toutes les formes de relation sociale (...). Il fonctionne en termes de proximité et de distance, de continuité et de discontinuité (...). Il conserve une autonomie objective par rapport au social, alors que le territoire est à la fois espace, approprié et incorporé dans les dynamiques sociales, et identité collective ».

  • 19 Les associations villageoises et intervillageoises de développement sont des associations de type l (...)

30Quand on se place du côté de la population, les villages apparaissent comme la référence en terme d’appartenance sociale et spatiale. Ils ne sont pas des entités isolées, même s’ils préservent chacun leur autonomie notamment sur le plan politique. Le village a toujours fait partie d’un ensemble plus vaste, qu’il s’agisse des royaumes, des provinces, des cantons, des arrondissements dans le passé, et aujourd’hui des communes, des aires sanitaires et scolaires, ou encore des associations intervillageoises de développement19.

31Les villages fonctionnent aussi en réseau, en termes d’appartenance sociale. Les liens sont forts entre un « village mère » et ses villages de culture et, même si ces derniers ont pu acquérir une certaine indépendance, il reste toujours un rapport de hiérarchie latent. Les villages s’identifient par les clans familiaux qu’ils représentent : la reconnaissance se fait d’abord par le groupe puis par son espace, et non l’inverse. Les espaces de vie sont donc éclatés de par ces liens de filiation en réseau, constitués entre plusieurs villages issus d’un même clan familial. Ces espaces de vie sont discontinus, avec des limites floues. Comment leur appliquer, dans ce contexte, des territoires institutionnels continus aux limites fixes ?

  • 20 Conde J., 1983, cité par Gonin, 1997.

32La mobilité des personnes participe aussi à cet éclatement des espaces : de nombreux villages de la région de Kayes ont des « villages-bis »20 qui rassemblent leurs ressortissants dans les lieux d’immigration, notamment en France. Un réseau social s’est établi entre ces deux composantes spatiales, apportant des transformations matérielles et sociales dans les villages d’origine. En effet, les migrants ont, dans leur majorité, constitué des associations dans le but de réaliser des projets de développement à l’intention de leur village. La création de ces associations est issue d’un processus à l’issu duquel les migrants ont décidé de passer d’une action individuelle à une action communautaire pour répondre de façon globale aux besoins de leur famille restée au pays. L’accès à l’eau, à la santé et à l’éducation ont été leurs principales priorités. Les cotisations rassemblées au sein des associations ont permis de réaliser ces équipements socio-sanitaires.

33Ainsi, dans la région de Kayes, de nouvelles infrastructures ont peu à peu marqué l’espace villageois, des toits de tôle sur les habitations, aux puits, en passant par les centres de santé et les écoles. La dynamique associative a aussi provoqué des changements dans les liens entre les villages. En effet, dans certains cas, les ressortissants se sont investis dans des associations intervillageoises de développement. Il s’agissait alors de choisir un village où localiser l’école, le centre de santé financés par l’association de migrants. Par la suite, les migrants ont initié la création de relais dans les villages, sous forme d’associations locales, qui pourraient à la fois prendre des initiatives et porter les décisions venues de France. La même question se posait donc : dans quel village installer la base de cette structure ? Des villages se sont donc vu attribuer une fonction centrale au sein de l’espace associatif. Par le biais de la migration et des réseaux sociaux qui se sont constitués entre ici et là-bas, les villages d’origine sont devenus le centre d’un système d’intentions pour ces associations qui sont désormais considérées comme des actrices de développement car, à leur manière, elles ont pallié le désengagement de l’Etat dans certains domaines. La décentralisation et le processus de réorganisation territoriale viennent bousculer cette dynamique. De quelle manière les nouvelles communes se sont-elles construites dans ce contexte ?

34Dans cette zone, la décentralisation et le découpage communal sont intervenus sur des espaces structurés. Il existe ainsi des espaces de vie, territorialisés par endroit, à partir de différentes pratiques et notamment la migration. Dans la région de Kayes, s’articulent à la fois un espace de vie éclaté et ouvert, issu du réseau social porté par la migration, et un espace de vie ancien lié aux relations hiérarchisées entre les villages. Aujourd’hui, avec la décentralisation, l’Etat déstructure les anciennes mailles administratives et propose d’en construire de nouvelles. La population est partie prenante dans ce découpage car l’Etat compte sur elle pour procéder à cette réorganisation territoriale. Seulement, elle reste encore en position d’attente par rapport à l’autorité. Comment l’Etat parvient-il à « faire passer le message » ? Comment traduire ce qu’est la décentralisation ? Comment parler de territoire de façon concrète face à ces espaces de vie ?

II. LA CONSTRUCTION DES TERRITOIRES INSTITUTIONNELS

35Lors du découpage communal, l’enjeu pour les villageois était de savoir avec quels autres villages ils voulaient vivre et lequel choisir comme chef-lieu. Ils se sont demandé quel espace créer et avec quelle centralité. Se sont-ils posés ces questions en termes d’espace et de territoire, de passage de l’un à l’autre ? L’Etat leur a demandé de se regrouper pour réaliser une nouvelle entité administrative plus proche et plus fonctionnelle : ont-ils en même temps recréé des territoires ?

36Pour comprendre la fabrication des communes, il s’agit d’identifier en premier lieu les logiques qui ont prévalu au moment du regroupement et d’analyser les décalages existant entre le découpage effectif et le découpage objectif. Loin des critères proposés, les populations ont développé plusieurs stratégies, plus ou moins éloignées des prescriptions de l’Etat.

  • 21 Chaque village est géré par un chef coutumier et un conseil. Le chef de village est issu de la fami (...)

37Dans la région de Kayes, différentes logiques se sont articulées dans la construction du nouveau maillage communal. La carte 2 permet de visualiser les 126 nouvelles communes de la région de Kayes, au regard de l’ancien découpage en 49 arrondissements. Les enjeux de pouvoir, du foncier et du développement local ont été au cœur des recompositions territoriales. En effet, avec la mise en place des communes, les liens intervillageois prennent d’autres dimensions : il s’agit de partager un espace et de le gérer ensemble, ce qui va bien au-delà des relations sociales, familiales ou associatives présentes entre eux jusqu’à présent. L’autonomie du village est remise en question à travers ce nouveau cadre administratif. Et les compétences des élus communaux prévalent désormais sur les attributions traditionnelles des chefs de villages. Aux recompositions territoriales est lié un renouveau des pouvoirs : les légitimités anciennes21 sont bousculées en même temps que le rapport à l’espace se modifie.

  • 22 Les cantons sont d’anciennes mailles administratives créées par l’administration coloniale.
  • 23 Quand les cantons ont été supprimés et les arrondissements créés, certains chefs-lieux de canton se (...)

38Les différentes composantes de la population villageoise ont pu intervenir dans le regroupement communal. De quelle manière ? Se sont-elles basées sur les enjeux propres à la commune, ceux de la fonctionnalité et du développement ? Ou ont-elles mis en avant leurs références sociales et spatiales en termes de pouvoir, d’identité et de liens ? Lors des regroupements villageois, plusieurs tentatives ont eu lieu afin de reconstituer des cantons de l’époque coloniale22 ou des clans familiaux. L’objectif était de recréer d’anciennes entités territoriales, gérées par un pouvoir ancré dans la hiérarchie sociale, mais ignoré jusqu’à présent par les différents gouvernements depuis l’indépendance, qui ont su mettre en place d’autres mailles administratives pour atténuer ce rapport entre les villages23. Ainsi, dans certains cas, des communes se sont créées autour de cette ancienne entité : le chef-lieu communal est l’ancien chef-lieu de canton et elles en portent le nom. La reconstitution de clans familiaux a été plus problématique car les villages qui les composent ne sont pas forcément proches. Au moment du découpage ces tentatives ont en partie échoué du fait de l’incontournable critère de la continuité géographique. Ainsi, l’enjeu était de retrouver un lien social à travers la création d’un nouvel espace de vie.

39En ce qui concerne les structures associatives locales, le découpage communal a suscité différentes attitudes. Certaines se sont engagées pleinement dans les concertations, allant de village en village expliquer les enjeux de la décentralisation et de la communalisation. Leur stratégie territoriale étant de maintenir l’espace associatif à travers le regroupement, voire à le transformer intégralement en commune et, si possible en l’étendant à d’autres villages. Ces associations intervillageoises se sont trouvées dans une logique d’extension spatiale face à l’enjeu du découpage. D’autres, guidées par le souci de préserver leur statut apolitique, ont considéré que le regroupement était essentiellement l’affaire des villageois, auxquels elles pouvaient seulement apporter des conseils ou proposer un appui lors des concertations. A terme, elles ont pu voir se dessiner autour de leur espace une commune, des villages exprimant la volonté de se rattacher à une entité dynamique. Dans ce cas, le regroupement communal s’est basé sur une logique d’intégration, à partir des espaces associatifs.

  • 24 Il s’agit des migrants de retour au village pendant leurs vacances, plus ou moins régulières, une f (...)

40Le découpage a été un sujet de préoccupation pour les migrants et leurs associations en France. Qu’allaient devenir leurs villages et leurs associations au sein des communes ? Comment se positionner face à ces nouvelles mailles administratives ? Les séjours des « vacanciers »24 au village ont souvent été l’occasion de faire connaître leurs positions sur le regroupement. Dans certains cas, des missions ont même eu lieu à Bamako auprès des services administratifs concernés pour contester l’appartenance d’un village à une commune.

41Le découpage communal a mobilisé les réseaux sociaux des populations villageoises et de leurs ressortissants à l’étranger. Et les communes se sont façonnées dans ce contexte de la mobilité et de la circulation. Communes et associations voient leurs territoires se juxtaposer, s’inclure ou s’exclure. Dans ces conditions, quelles sont les modalités du passage de l’espace de vie au territoire institutionnel ? Quelles formes les nouvelles communes prennent-elles ?

Carte II : Région de Kayes : ancien et nouveau découpage.

Carte II : Région de Kayes : ancien et nouveau découpage.

Conception et réalisation: Isabelle Bouhet et Stephanie Lima, MIGRINTER, 2001.
Source: Mission de Décentralisation, 1997, Cartographie des communes rurales en République du Mai, Bamako

Les utopies du territoire25

  • 25 D’après l’ouvrage Utopie du territoire : cohérence ou complexité ? sous la direction de Françoise G (...)
  • 26 La création des communes a fait l’objet d’un débat à l’Assemblée Nationale, à l’issu duquel la loi (...)
  • 27 Sans compter les villes de Kayes, Kita et Nioro qui sont d’anciennes communes urbaines.
  • 28 Raffestin Claude, 1980.

42Aujourd’hui, les communes sont fonctionnelles26, les premiers maires du Mali ont été élus en 1999, et la région de Kayes est désormais composées de 126 nouvelles communes (dont 8 nouvelles communes urbaines)27. Pour leurs habitants, il ne s’agit plus de se référer à un village mais à un ensemble de plusieurs villages qui constituent une même entité. Cependant, alors que l’Etat a donné un sens aux communes et les a investies de compétences définies, la population, de son côté, semble encore hésitante quant à la légitimité de ces nouvelles mailles. Elle se trouve face à deux entités : les villages, espaces de vie, associés aux pratiques des individus, et les communes, territoires institutionnels en émergence. Dans la construction du territoire communal, l’Etat et les villageois ont projeté sur l’espace leurs utopies. Pour le premier, la commune est le cadre d’une politique par laquelle il refonde ses rapports avec la nation ; pour les seconds, les recompositions territoriales ont permis de rejeter les cadres administratifs anciens, notamment les arrondissements, qui niaient leurs « relations vécues »28 en termes de liens sociaux, politiques, économiques et culturels. Chaque acteur s’est investi dans la fabrique des communes. Avec quels résultats pour le processus de territorialisation ?

L’Etat à la recherche de territoires fonctionnels

  • 29 Ainsi, les cercles devaient être redéfinis à partir de regroupements communaux et les régions, à pa (...)
  • 30 Chaque entité administrative est désormais représentée par une instance élue : le conseil communal (...)

43A travers le découpage communal, une des intentions du gouvernement malien était de procéder à la refonte de toutes les mailles administratives dans un processus ascendant, afin que les limites et les compétences des entités supérieures soient définies par les mailles inférieures29, dans la volonté d’appliquer le principe de subsidiarité entre les différents échelons administratifs. Le découpage a effectivement été réalisé pour les communes, mais ensuite la logique ascendante a été rompue, sous différentes pressions, notamment celle des partis politiques. Les cercles et les régions ont conservé leurs anciennes formes et maintenant que des instances représentatives30 sont mises en place, il paraît difficile de procéder à des changements tant au niveau de leurs limites territoriales que de leurs compétences.

44L’Etat a développé une logique fonctionnaliste, mais le contexte d’urgence politique ne lui a pas permis de conduire jusqu’au bout cette réorganisation du territoire national. L’Etat a-t-il craint de se retrouver dans une situation fragilisante ? En effet, la reconstruction entière des entités administratives suppose une période pendant laquelle les liens entre l’Etat et la population sont distendus, le temps que les nouvelles instances, tant élues qu’administratives, s’organisent sur leur territoire récemment créé. Le gouvernement malien s’est investi dans la création des communes, seulement il a stoppé là le processus de réorganisation territoriale et, en ce qui concerne les autres mailles, le découpage est remis à plus tard. Dans l’immédiat, il s’agit d’asseoir et de pérenniser le niveau inférieur. La réorganisation territoriale est donc en partie arrêtée et la redéfinition des niveaux supérieurs est reportée. Pour l’Etat, les utopies du territoire associées aux communes sont celles d’une maille rationnelle et fonctionnelle, qu’il souhaite aussi appropriée par les villageois. Seulement, l’Etat n’est pas parvenu à maîtriser totalement les résultats du découpage et, dans sa volonté d’impliquer les populations, c’est la négociation qui a prévalu sur les arbitrages, avec pour conséquence des communes aux profils extrêmement variables.

Les villages : des espaces de vie éclatés aux territoires figés

  • 31 Groupe Régional d’Etude et de Mobilisation – Groupe Local d’Etude et de Mobilisation. Ces structure (...)

45Les villageois ont été sollicités pour les regroupements communaux. Le gouvernement avait élaboré une grande campagne d’information et de sensibilisation, notamment avec la création de structures informelles, les GREM et les GLEM31, chargées d’expliquer les enjeux de la décentralisation et de la création des communes. La tradition de communication orale a aussi été investie de cette mission : des émissions de radio, des troupes de théâtre ont consacré leurs programmes et leurs représentations à rendre accessible la réforme aux habitants. Pour quels effets ? Toutes les composantes de la population ont-elles participé aux concertations et à la prise de décision ? L’ensemble du village s’est-il impliqué dans le découpage ? Existe-t-il des territoires intervillageois autour desquels les habitants se sont mobilisés ?

  • 32 Enquêtes personnelles réalisées en mars et avril 2000 dans des villages de la région de Kayes.

46Des enquêtes réalisées dans plusieurs villages32 ont permis de constater qu’il existe un déséquilibre dans la participation des habitants au découpage, les chefs de village, leur conseil et les responsables associatifs ou politiques locaux étant les plus présents lors des concertations. Dans la mesure où toute la population n’a pas été active autour de l’enjeu de la construction communale, peut-on parler pour ces villages de territoires en tant que tels ? En fait, il semble que la population évolue dans des espaces de vie superposés à des territoires institutionnels. Le passage de l’espace de vie au territoire de vie, en cohérence avec le territoire institutionnel, est porté par différents groupes qui entretiennent des relations spécifiques avec leur milieu, qu’il s’agisse de lui appartenir, de le gérer ou de le développer. Les autorités traditionnelles sont attachées à l’entité villageoise dans laquelle elles trouvent leur légitimité. Les villageois se retrouvent dans un réseau de villages, au regard des liens familiaux et sociaux. Les migrants et les associations travaillent sur des espaces de proximité qu’ils ont créés entre plusieurs villages.

47Aujourd’hui, les communes bouleversent ces rapports. Des terroirs villageois qui sont des espaces ouverts et éclatés, dont les habitants sont dispersés dans le monde et qui fonctionnent en réseau, on passe à des territoires institutionnels avec la mise en place du maillage communal, dans lequel les villages ne sont plus tout à fait les mêmes. Du côté des populations les utopies spatiales ont joué un rôle. Les tentatives de reconstitution d’anciens clans familiaux ou de retour aux cantons hérités de la colonisation ont été des stratégies courantes. Il en ressort une volonté de renouveler ou de rompre les hiérarchies sociales, notamment au niveau des liens entre villages mères et villages descendants. La part des processus sociaux est essentielle à saisir dans la dynamique de réorganisation territoriale. Les rapports entre les différents groupes sociaux ont influencé les logiques du découpage. Dans une certaine mesure, les recompositions territoriales ont intégré les enjeux de pouvoir présents au sein des groupes sociaux. Ainsi, le territoire fixe en partie les rapports des groupes entre eux, à différents niveaux, du local au réseau.

48Les habitants ont voulu créer un maillage en rapport avec la diversité de leurs pratiques. Entre les « territoires prescrits » et les espaces éclatés, il s’agit de cerner les aspects de cette opposition entre homogénéité des territoires institutionnels et diversité des espaces locaux. Le cas du cercle de Kayes permet de saisir la multiplicité des logiques inhérentes au processus de réorganisation territoriale. La cartographie permet alors d’identifier des communes aux profils variés. L’analyse de la morphologie des mailles se présente alors comme une étape dans la compréhension de la fabrication des territoires.

Le cercle de Kayes : des communes aux profils variés

  • 33 Pour en citer quelques-unes : Guidimakan Djikké (arrondissement d’Aourou) ; Guidimakan Keri Kaffo ( (...)

49Dans cette région, le cercle de Kayes est un de ceux parmi les plus touchés par la migration. Ainsi, il compte un grand nombre d’associations intervillageoises33 de développement créées par les ressortissants de ces villages en France. L’étude des 27 nouvelles communes de ce cercle permet de tenter une ébauche des profils communaux et d’identifier les logiques sous-jacentes au découpage. Des arrondissements aux communes, les limites alternent entre continuité et discontinuité.

  • 34 Secrétariat général du Gouvernement, Journal Officiel de la République du Mali, Loi n° 96-059 du 4 (...)
  • 35 Mission de décentralisation, Cartographie des communes rurales en République du Mali, Bamako, 1997.

50La carte 3 présente à la fois les limites des anciens arrondissements, disparus au profit des communes, et les « limites » des nouvelles mailles communales. En fait, il est délicat de parler de limites communales, dans la mesure où elles n’existent pas. Chaque village connaît l’étendue et les frontières de son terroir mais il n’y a pas de bornage, et encore moins de limites matérialisées. En effet, le Mali n’a pas encore réalisé de cadastre. Aujourd’hui, les communes sont des regroupements de villages en termes administratifs mais, en aucun cas, en termes territoriaux. A l’issue de la loi sur le découpage communal34, la Mission de Décentralisation s’est investie dans l’élaboration d’un atlas des communes35. Ce document présente ainsi les 701 communes du Mali, et plus particulièrement les 682 nouvelles communes rurales par région et par cercle. Le tracé des limites communales est issu d’une méthode mathématique arbitraire et ne représente pas la réalité sur le terrain. Ainsi, « le plus souvent, une ligne passe environ à égale distance entre deux villages de communes différentes, ou suit les limites existantes des cercles, des arrondissements ou les limites naturelles telles que les cours d’eau le cas échéant » (MDD, 1997) et il est précisé que les limites communales n’ont aucune valeur juridique. Cependant, cette tentative de cartographie fournit un premier matériau à partir duquel s’interroger sur le contenu des mailles communales et leur morphologie générale. Ainsi, la question de la précision du tracé des limites peut être pour le moment dépassée. Intéressons nous maintenant aux communes du cercle de Kayes.

  • 36 Il en compte 28 au total, y compris l’ancienne commune urbaine de Kayes.
  • 37 Notamment les communes de Maréna Diombougou, Djelebou, Gory Gopela, Sadiola, Kolimbiné, Koniakary, (...)
  • 38 Région de Kayes, Commission régionale des opérations de réorganisation territoriale, Rapport final (...)
  • 39 Cette typologie est une première étape dans l’analyse. Des enquêtes vont être réalisées sur le terr (...)

51Le cercle de Kayes, au terme d’un processus de découpage de 1995 à 1997, est désormais composé de 27 nouvelles communes, dont 4 communes urbaines36, au détriment des 10 arrondissements qui le formaient auparavant. A partir d’enquêtes réalisées dans certaines de ces communes37 et du « Rapport final sur la réorganisation territoriale »38 concernant la région de Kayes, il s’agit de suggérer une catégorisation à partir des logiques qui ont prévalu au regroupement communal. A partir de là, des profils de communes peuvent être identifiés (Tableau I), au regard du croisement de ces deux sources d’informations, avec les limites que cela implique en termes d’ex-haustivité et d’analyse39.

• Tableau I : Vers une typologie des profils de communes.

• Tableau I : Vers une typologie des profils de communes.
  • 1 communes urbaines

Note *1

Source : Mission de Décentralisation, 1997, Cartographie des communes rurales en République du Mali, Bamako.

52Les 5 profils présentés dans ce tableau se rapportent aux logiques dominantes mises en œuvre lors du regroupement villageois. Dominante ne signifie pas unique, chaque commune étant plutôt l’aboutissement de négociations et d’articulations entre différentes stratégies. De plus, on ne saurait expliquer la formation d’une commune sans se référer à celle de ses voisines. Les interactions dans le découpage sont indéniables. Les villages à la marge géographique des communes ont été plus particulièrement l’objet des discussions les plus tendues. Un centre potentiel se devant de rassembler autour de lui un nombre suffisant de villages. La lecture du tableau est donc indissociable de celle de la carte, à partir de laquelle les liens sont rétablis entre des profils qui interagissent les uns sur les autres.

53Avant de présenter et d’expliquer chacun de ces profils, il convient de rappeler les critères de découpage prescrits par la Mission de décentralisation, à savoir :

  • le respect des solidarités communautaires ;

  • le facteur démographique ;

  • le facteur de distance et d’accessibilité ;

  • la viabilité économique.

54Le profil historique se rapporte à des communes dont le nom et les limites reprennent ceux d’anciens cantons. Les cantons du nom de Logo, de Liberté et de Dembaya ont donné lieux à 3 communes situées dans l’ancien arrondissement de Lontou : Logo, Liberté Dembaya et Hawa Dembaya. L’arrondissement s’est donc divisé entre plusieurs communes et certains de ses villages ont rejoint la commune de Kolimbiné, dans l’ancien arrondissement central de Kayes. Dans cette logique de reconstitution d’anciennes entités historiques on peut lire la volonté pour les villages concernés de renouer avec un espace de vie encore présent dans les pratiques et les liens sociaux. D’autant qu’une des explications données sur la décentralisation a permis cette interprétation au moment du découpage. En effet, le terme « décentralisation », importé, a été traduit dans les langues locales, bambara, soninké et khassonké, et une des expressions utilisées a été celle de « retour du pouvoir au terroir ». Ainsi, dans l’esprit de beaucoup, cela signifiait revenir à l’ancien pouvoir, c’est-à-dire celui des chefferies cantonales.

55Le profil administratif concerne les communes qui ont repris quasiment dans leur intégralité les limites d’anciens arrondissements. Le poids de cette entité administrative instaurée à l’indépendance a marqué le découpage de cinq communes dans le cercle de Kayes. L’un des tous premiers projets de la décentralisation concernant la réorganisation territoriale était de créer des communes à partir des arrondissements. Ainsi, certains d’entre eux ont pu se construire une légitimité spatiale et, lors du découpage communal, ils ont pu conservé leurs limites et prendre le nouvel habit d’une collectivité décentralisée. Une autre lecture peut cependant être faite. En effet, ce passage de l’arrondissement à la commune, sans bouleversement, peut aussi témoigner d’une sorte d’inertie, d’une absence de mobilisation des habitants autour d’une autre entité. Enfin, il faut souligner que le ressort associatif est aussi sous-jacent dans la pérennité des limites d’arrondissements. Ainsi, dans le cas de la commune de Sadiola, on ne peut nier le rôle de l’association des ressortissants de ses villages en France qui travaille à l’échelle de l’arrondissement depuis plusieurs années autour de projets de développement.

  • 40 Organisation Rurale pour le Développement Intégré de la Kolimbiné (la Kolimbiné est un cours d’eau)

56Le profil associatif témoigne des recompositions les plus marquantes. En effet, le poids des associations intervillageoises de développement a joué un rôle indéniable dans le découpage communal. Et six communes du cercle de Kayes ont été principalement créées à partir de cette logique. Le processus de recomposition territoriale a trouvé là des villages structurés, organisés, actifs, travaillant en réseau avec les « villages-bis » de leurs ressortissants à l’étranger. Pour les responsables associatifs locaux la décentralisation est arrivée après coup, eux-mêmes considérant qu’à travers leur association ils avaient déjà entamé la décentralisation, prenant depuis longtemps en charge leurs affaires et gérant un espace intervillageois, avec un fonctionnement démocratique au sein de leurs bureaux élus et de leurs comités de gestions. La décentralisation proposée par l’Etat, une fois les craintes passées, a été vue comme le moyen de poursuivre leur action dans un cadre officiel et reconnu. Ainsi, sur place, les associations, de différentes manières, se sont engagées dans les concertations villageoises pour maintenir leur unité géographique et, dans quelques cas, tenter une expansion de leur zone d’intervention (cas de la commune de Kolimbiné, dont l’association intervillageoise ORDIK40 est à l’origine). Derrière chacune de ces communes se trouve une association, la toponymie de certaines en témoigne : la commune de Guidimakan Keri Kaffo a repris tel quel le nom de l’association intervillageoise de cette zone. Les territoires communaux sont dans ce cas le résultat de pratiques qui ont permis à des espaces de vie et de projets de se retrouver dans un cadre institutionnel légitime et fonctionnel. Il s’avère en effet par ailleurs que ces communes répondent aux prescriptions du découpage.

  • 41 L’aire de santé, d’après la carte sanitaire, regroupe un ensemble de village desservi par un centre (...)

57Le profil de rupture. Parler de rupture est problématique. Pourtant, pour les communes concernées, notamment les communes urbaines (Fégui, Somankidy, Gouméra), l’origine de leur création se trouve bien dans une rupture avec les villages environnants. Aucun de ces villages n’était censé de venir une commune urbaine, mais en l’absence d’accord intervillageois, les autorités administratives ont préféré laisser faire plutôt que de forcer des villages à partager une même commune. Ces situations sont, dans la plupart des cas, issues d’un conflit sur le choix du chef-lieu communal. Les deux parties ne voulant pas céder, chacune a créé une commune de son côté, et quelquefois au détriment d’un village qui se retrouve seul, préférant cette situation à un rattachement avec ses voisins qui n’ont pas voulu lui accorder ce statut. Bien plus que le regroupement des villages, le choix du chef-lieu de commune a suscité les débats les plus intenses. Dans l’acception traditionnelle, le village qui détient le pouvoir est celui auquel on est soumis. Deux logiques se sont alors affrontées, opposant villages mères et villages descendants. Les villages mères s’attendaient à devenir centre communal, sûrs de leur légitimité traditionnelle. Tandis que pour les villages descendants, il était temps de rompre le lien de dépendance en installant le chef-lieu dans un autre village, d’autant que dans plusieurs cas les villages mères ne répondaient pas aux critères pour accéder à ce rang (accessibilité, équipement en infrastructures, proximité d’une voie de communication). Par exemple, il était initialement prévu que le village de Gouméra soit rattaché à la commune de Gory Gopela, dont les 6 villages formaient déjà une aire de santé autour du CSCOM de Gory41. Seulement, Gouméra est le village mère de ces 6 villages qui n’ont pas voulu lui accorder le statut de chef-lieu. Pour eux, il s’agissait en quelque sorte de prendre leur indépendance, d’autant que le village de Gory est mieux équipé. Les liens sociaux sont ainsi bouleversés à travers le processus de réorganisation territoriale et les enjeux du pouvoir laissent leurs empreintes dans l’espace.

58Le profil fonctionnel correspond à des communes pour lesquelles les critères proposés par l’Etat ont été respectés, loin des stratégies locales rencontrées dans les profils précédents. Pour autant, ces communes n’incarnent pas le modèle défini par le niveau central. D’autres regroupements étaient possibles, et les liens entre villages sont restés les plus déterminants quant au découpage final. Par exemple, dans l’ancien arrondissement d’Aourou deux communes auraient pu être mises en place au lieu de trois. Le choix des chefs-lieux a été un moment de blocage et le découpage a donné lieu à 3 entités. Il n’y a pas eu véritablement de rupture car il était possible, au regard des critères, de créer 3 communes. La commune de Ségala dans l’ancien arrondissement du même nom, est aussi en adéquation avec les normes. Mais, par rapport aux communes voisines au profil associatif (Maréna Diombougou, Marintoumania et Koniakary), il apparaît qu’elle a surtout regroupé les villages restants, sans que sa création soit véritablement l’objet d’un engouement pour la reconnaissance de cette entité. Il s’agit d’un regroupement par absence de choix, au détriment d’une décision volontaire et volontariste. A travers l’analyse de ce profil, il ressort que les critères proposés n’ont pas forcément été appliqués pour eux-mêmes mais réinvestis dans d’autres logiques, comme en témoignant les types définis précédemment. Et quand ces logiques n’étaient pas présentes, il semblerait qu’ils aient donné lieux à des communes « par défaut ».

59A travers le cas du cercle de Kayes, apparaissent la diversité et l’hétérogénéité du processus de découpage communal. Plusieurs logiques, de nature différente, sont présentes, et elles se croisent, s’articulent, interagissent pour aboutir à des profils communaux inégaux et peu aisés à cerner. Les différents groupes sociaux tentent de se recréer des espaces de vie, entre des territoires institutionnels et des espaces vécus en termes historiques et sociaux, le passage de l’espace au territoire apparaît comme un processus complexe. Les limites institutionnelles parviennent difficilement à s’ancrer en même temps que les référents spatiaux du passé semblent imperturbables. Le poids des anciens espaces, porteurs d’identité, les mobilités nouvelles, signes d’ouverture et de recompositions dans les liens sociaux et spatiaux, ne convergent pas sans bouleversements dans la construction d’entités administratives. Des limites floues pour des contenus forts, telle est la donne pour ces communes qui tentent d’émerger. Cette tentative de typologie présente des limites et les facteurs explicatifs méritent d’être à nouveau explorés et décortiqués. Cependant, cet essai n’est pas vain, et on touche à ce que les populations ont investi dans le découpage communal de leurs espaces de vie, face à la rationalité des territoires institutionnels.

60Cet exemple de production d’un maillage administratif pose plusieurs questions. Et, au-delà des faits, des interrogations apparaissent sur le plan méthodologique. Comment observer ces nouvelles entités institutionnelles ? Les communes maliennes sont-elles des territoires ou sont-elles en train d’en devenir ? Il faut donc en revenir aux outils de la lecture du territoire, dont le processus de territorialisation fait partie. En outre, subsistent des zones d’ombre quant à cette lecture : comment les traiter et avec quels moyens ?

La lecture des territoires. Éléments de méthodologie

61Espace et territoire sont deux notions centrales en géographie. S’intéresser au territoire signifie s’intéresser avant tout au processus dont il est issu, c’est-à-dire la territorialisation. Ainsi, il s’agit de procéder à une « reconnaissance des lieux et des liens » et d’approcher les communes à travers la lecture du processus de Territorialisation – Déterritorialisation – Reterritorialisation (Offner et Pumain, 1996). La lecture se fait à deux niveaux : d’une part, la commune se présente comme une entité homogène en tant que territoire institutionnel et, d’autre part, elle fait figure d’assemblage entre différents espaces villageois.

Le processus Territorialisation – Déterritorialisation – Reterritorialisation (TDR)

62Pour passer de l’espace villageois au territoire communal approprié, la question qui se pose est de savoir si la commune est l’objet d’un système d’intentions de la part d’un groupe social. Une fois le système d’intentions en action, on se trouve dans un processus de production d’un territoire. A partir de là, le groupe social concerné peut inscrire sa propre organisation dans l’espace, à travers lequel il structure aussi son rapport à l’autre. Le groupe social opère ainsi le passage de l’espace au territoire. Les processus sociaux apparaissent ainsi comme un facteur du processus de territorialisation.

63En ce qui concerne les villages de la région de Kayes, certains sont effectivement l’objet d’un système d’intentions, notamment par l’action des associations de développement. Il existe alors des espaces villageois territorialisés. Jusqu’à présent on ne pouvait pas parler de territoires étant donné qu’il leur manquait la dimension politique et administrative. Ces espaces ont ainsi la possibilité de devenir des territoires dans le cadre communal.

64Ainsi, en termes méthodologiques, la lecture des territoires à partir du processus TDR ne doit pas laisser de côté la notion d’espace. Entre le terroir villageois et le territoire communal, l’espace est présent : c’est l’espace de vie des habitants, celui de leurs pratiques, de leurs liens et de leurs projets.

Discours sur l’espace et réalité du découpage : comment mesurer le décalage ?

65En outre, la lecture des territoires passe par la mesure des décalages entre les intentions et la réalité. Avant d’analyser le découpage communal réel, et pour mieux le comprendre, il est nécessaire de saisir les désirs et les envies des acteurs face au découpage. Les discours sur l’espace forment une matière signifiante incontournable. Du discours à la réalité du découpage, quels sont les écarts ? Pourquoi ces décalages ? Il s’agit de les mesurer aussi bien du côté de l’Etat que de la population. La démarche retenue consiste alors à faire des allers retours entre les différentes échelles, auprès des différents acteurs, et à s’interroger aussi bien sur ce qui existe que sur ce qui aurait pu être.

Un maillage et des objectifs

66Quelle est la part de la population dans la définition des territoires institutionnels ? Même si elles peuvent leur donner une légitimité a posteriori par leurs pratiques, qu’en est-il de leur implication dans la production d’un maillage administratif ? Le désengagement de l’Etat malien permet-il des constructions territoriales dans une logique ascendante ? Quand on s’éloigne des productions spatiales issues d’une démarche purement descendante attachée à un pouvoir central qui impose des limites et des lieux centraux, quels espaces peut-on observer ? Quelles sont leurs limites et leurs centres ?

67Du point de vue méthodologique, deux notions sont utiles : celles de « maillage subi » et de « maillage voulu » (Raffestin, 1980), chaque maillage étant associé à un projet. Avant de comprendre un découpage, il paraît important de déterminer les volontés qui y sont associées. Dans le cas des communes maliennes, l’étude peut porter autant sur les objectifs de l’Etat que sur ceux des populations. La lecture des espaces et des territoires semble alors passer par la lecture des rapports des acteurs entre eux : entre Etat et population, d’une part, et entre les différents groupes sociaux au niveau local, d’autre part. Car deux questions restent posées : comment les groupes et les rapports sociaux construisent-ils des territoires ? Comment le rapport à l’autre s’inscrit-il dans l’espace ?

Le passage de l’espace au territoire : une question de limites ?

68Lire les territoires c’est aussi s’intéresser aux limites et notamment aux limites administratives. Qu’en est-il quand elles n’existent pas ? Les limites sont-elles une nécessité pour passer de l’espace au territoire ? Au Mali, les communes n’ont pas encore de limites spatiales. L’Etat n’a pas voulu trancher la question de leur matérialisation étant donné que le cadastrage n’est pas réalisé. Les communes sont donc des regroupements de villages en terme administratif mais non territorial. La création de territoires institutionnels sans limites permet-elle une meilleure appropriation par les villageois de cette nouvelle entité ? L’absence de marques favorise-t-elle le passage de l’espace au territoire ? La limite, la frontière, la discontinuité permettent-elles de passer d’un état à un autre, d’une catégorie à une autre, de l’espace au territoire ?

69Il ne s’agit donc pas de lire le territoire à travers des cadres préétablis, mais de s’ouvrir à d’autres lectures, au-delà des découpages existants. L’objectif est d’apprécier le processus continu du passage de l’espace au territoire, notamment en termes qualitatifs. Il reste donc toujours à s’interroger sur la nature de ce processus : a-t-il un début et une fin ? Le territoire n’est-il pas une construction toujours remise en cause ? Un territoire figé n’est-il pas en train de disparaître ? La lecture des territoires n’est-elle pas celle de leurs dynamiques et de leur construction permanente ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adams Adrian, 1977, Le long voyage des gens du fleuve, Paris, Maspéro.

Brunet, Roger, 1993, Les mots de la géographie, Montpellier – Paris, GIP Reclus – La Documentation française, 518 p.

Di Méo, Guy, 1996, Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 207 p.

Gerbaux, Françoise, 1999, Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ?, La Tour d’Aigues, L’Aube éditions, collection Société et territoire, 189 p.

Gonin, Patrick, 1997, D’entre deux territoires, circulations migratoires et développement entre le bassin du fleuve Sénégal et la France, Université des Sciences et technologies de Lille, LGH, H.D.R., 384 p.

Le Berre, Marie Yvonne, 1992, Territoires, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, p. 6 1 7.

Mission de Décentralisation, 1996, Guide de découpage territorial. Programme de décentralisation, Bamako.

Mission de Décentralisation, 1997, Cartographie des communes rurales en République du Mali, Bamako.

Offner, Jean-Marc, PUMAIN, Denise, 1996, Réseaux et territoires. Significations croisées, Paris, Editions de l’Aube – collection territoire, 280 p.

Pollet, Eric et Winter, Grace, 1971, La société soninké (Dyahunu, Mali), Bruxelles, Editions de l’Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles, 566 p.

Quiminal, Catherine, 1991, Gens d’ici, gens d’ailleurs. Migrations soninkés et transformations villageoises, Paris, Christian Bourgeois, 222 p.

Raffestin, Claude, 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, 249 p.

Région de Kayes, Commission régionale des opérations de réorganisation territoriale, mai 1996, Rapport final sur la réorganisation territoriale. Les opérations de découpage dans la région de Kayes : liste des communes, Kayes.

Secrétariat Général du Gouvernement, Journal Officiel de la république du Mali, 2 6 novembre 1996, Loi n° 96-059 du 4 novembre 1996 portant création de communes, 38e année, Bamako.

Vanier, Martin, 1995, La petite fabrique de territoires en Rhône-Alpes : acteurs, mythes et pratiques, Revue Géographique de Lyon, n° 2, volume 70, p. 125-128.

Notes

2 Dans le cadre de cette recherche en cours, plusieurs séjours ont été effectués au Mali, afin de mener des enquêtes de terrain : en novembre 1998 ; de juin à juillet 1999 ; de mars à mai 2000.

3 D’après E. Pollet et G. Winter, 1971 : « Ouvrier agricole saisonnier, travaillant au Sénégal pendant l’hivernage, surtout à la culture de l’arachide ».

4 Le canton est une entité administrative créée par les français à la tête duquel se trouve un notable local.

5 Son indice de développement humain égal à 0,375 (PNUD, 1998) le classe 166ème sur 174 pays.

6 Fédération qui regroupa, de 1895 à 1958, les colonies du Sénégal, de la Mauritanie, du Soudan, de la Haute-Volta, de la Guinée française, du Niger, de la Côte d’Ivoire et du Dahomey.

7 De 1958 à 1959, le Sénégal et le Soudan forment la Fédération du Mali. Elle se dissout en 1960 et le Soudan devient la République du Mali.

8 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain.

9 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain.

10 La Conférence Nationale s’est tenue à Bamako du 29 juillet au 12 août 1991.

11 Mission de Décentralisation, 1996, Guide de découpage territorial. Programme de décentralisation, Bamako.

12 La réorganisation des cercles et des régions n’a pas encore eu lieu, notamment pour des raisons politiques.

13 Mission de Décentralisation et des Réformes Institutionnelles. D’abord appelée Mission de Décentralisation, cette structure a été créée par le décret n° 93-001/PM-RM du 6 janvier 1993, sous la tutelle du Ministère de l’Administration Territoriale. Elle a ensuite été rattachée au Premier Ministre, puis à la Présidence en 1997 (décret n° 97-324/PRM du 11 novembre 1997) quand elle est devenue MDRI. Le rôle de la MDRI est, notamment, d’assurer l’animation et le suivi de la mise en œuvre de la politique de décentralisation.

14 MDD, 1996.

15 Les communes rurales sont formées de plusieurs villages dont un est le chef-lieu où se situe la mairie.

16 Ce chiffre est celui des premiers résultats du découpage proposés à l’Assemblée Nationale chargée de voter la loi de création des communes.

17 Adams Adrian, 1977.

18 Offner J.M. et Pumain D., 1996.

19 Les associations villageoises et intervillageoises de développement sont des associations de type loi 1901 qui regroupent, particulièrement en France les ressortissants d’un ou plusieurs villages. Leurs membres cotisent régulièrement afin d’entreprendre dans leur village d’origine des actions de développement.

20 Conde J., 1983, cité par Gonin, 1997.

21 Chaque village est géré par un chef coutumier et un conseil. Le chef de village est issu de la famille noble qui a fondé le village. Les communes ont, quant à elles, un maire et un conseil communal à leur tête. Ainsi, les chefferies villageoises se retrouvent sous l’autorité de l’instance élue, même si elles demeurent une autorité forte et reconnue au sein du dispositif de décentralisation.

22 Les cantons sont d’anciennes mailles administratives créées par l’administration coloniale.

23 Quand les cantons ont été supprimés et les arrondissements créés, certains chefs-lieux de canton se sont vu retirer leurs pouvoirs administratifs et les chefs-lieux d’arrondissements ont été installés dans des villages voisins – parfois même dans des villages dépendants de ceux représentant l’autorité traditionnelle.

24 Il s’agit des migrants de retour au village pendant leurs vacances, plus ou moins régulières, une fois tous les 18 mois ou tous les deux ans, pour la plupart d’entre eux.

25 D’après l’ouvrage Utopie du territoire : cohérence ou complexité ? sous la direction de Françoise Gerbaux.

26 La création des communes a fait l’objet d’un débat à l’Assemblée Nationale, à l’issu duquel la loi portant création des communes a été votée : loi du 4 novembre 1996, n° 96-059.

27 Sans compter les villes de Kayes, Kita et Nioro qui sont d’anciennes communes urbaines.

28 Raffestin Claude, 1980.

29 Ainsi, les cercles devaient être redéfinis à partir de regroupements communaux et les régions, à partir de regroupements de cercles. Par exemple, la région de Kayes pourrait ainsi être découpée en 4 ou 5 régions.

30 Chaque entité administrative est désormais représentée par une instance élue : le conseil communal pour la commune, le conseil de cercle pour le cercle et l’assemblée régionale pour la région.

31 Groupe Régional d’Etude et de Mobilisation – Groupe Local d’Etude et de Mobilisation. Ces structures ont été créées par la Mission de Décentralisation avec pour principal objectif d’expliquer la décentralisation dans les villages.

32 Enquêtes personnelles réalisées en mars et avril 2000 dans des villages de la région de Kayes.

33 Pour en citer quelques-unes : Guidimakan Djikké (arrondissement d’Aourou) ; Guidimakan Keri Kaffo (arrondissement d’Ambidédy) ; Association Soobé (arrondissement de Koussané) ; Association des ressortissants de Sadiola en France (arrondissement de Sadiola) ; ORDIK (arrondissement de Kayes) ; Association Diama Djigui (arrondissement de Ségala) ; Benkadi (arrondissement de Ségala).

34 Secrétariat général du Gouvernement, Journal Officiel de la République du Mali, Loi n° 96-059 du 4 novembre 1996 portant création de communes, 26 novembre 1996, 3 8e année, spécial n° 3, Bamako.

35 Mission de décentralisation, Cartographie des communes rurales en République du Mali, Bamako, 1997.

36 Il en compte 28 au total, y compris l’ancienne commune urbaine de Kayes.

37 Notamment les communes de Maréna Diombougou, Djelebou, Gory Gopela, Sadiola, Kolimbiné, Koniakary, Samé.

38 Région de Kayes, Commission régionale des opérations de réorganisation territoriale, Rapport final sur la réorganisation territoriale. Les opérations de découpage dans la région de Kayes : liste des communes, Kayes, mai 1996.

39 Cette typologie est une première étape dans l’analyse. Des enquêtes vont être réalisées sur le terrain de mars à août 2001 en vue de compléter les résultats obtenus et de finaliser la démarche.

40 Organisation Rurale pour le Développement Intégré de la Kolimbiné (la Kolimbiné est un cours d’eau).

41 L’aire de santé, d’après la carte sanitaire, regroupe un ensemble de village desservi par un centre de santé communautaire (CSCOM). Celui du village de Gory Gopela a été financé par les ressortissants du village en France.

1 Doctorante, UMR/CNRS MIGRINTER, université de Poitiers.

Notes de fin

1 communes urbaines

Table des illustrations

Titre Carte I : La région de Kayes au Mali.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Carte II : Région de Kayes : ancien et nouveau découpage.
Légende Conception et réalisation: Isabelle Bouhet et Stephanie Lima, MIGRINTER, 2001. Source: Mission de Décentralisation, 1997, Cartographie des communes rurales en République du Mai, Bamako
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre • Tableau I : Vers une typologie des profils de communes.
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Source : Mission de Décentralisation, 1997, Cartographie des communes rurales en République du Mali, Bamako.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable