Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

Introduction

La notion de territoire : entre polysémie, analyses critiques et intérêts

Yves Jean

Texte intégral

  • 1 Centre de recherche Ville/Société/Territoire (V/S/T), université de Tours

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Le centre de recherche « Ville – Société – Territoire » est une équipe pluridisciplinaire, constit (...)

2Le centre de recherche « Ville – Société – Territoire »2 a organisé deux journées d’étude en novembre 2000 sur le thème, « Peut-on lire les territoires ? Quelles méthodologies. Quelles articulations entre l’espace et le territoire ? ».

3I. Lors de la préparation du colloque, les échanges entre les aménageurs, économistes, géographes, membres de l’équipe « Politiques publiques et territoires » VST avaient permis, d’une part, de noter l’aspect polysémique de la notion de territoire, et, d’autre part, de préciser l’état des connaissances et les questionnements concernant cette notion, chez les géographes, les économistes, les aménageurs.

4Dans l’appel à communication, nous avons choisi de ne pas définir la notion de territoire car le point de départ de notre réflexion reposait sur le triple aspect polysémique de cette notion :

  1. qui est approprié par le langage commun révélant des réalités diverses ;
  2. qui transgresse les frontières disciplinaires des sciences sociales ;
  3. qui est instrumentalisé par les aménageurs, urbanistes et par les acteurs locaux.
  • 3 Voir M. Abélès, 2001, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, O. Jacob, 346 p.
  • 4 Voir les romans de D. Lodge, 1993, Un tout petit monde, ou 1994, Jeu de société, Paris, coll. Riva (...)

5I.1. Dans le langage commun, tout devient territoire, les politiques publiques qui ont le leur comme les minorités ethniques, les différentes espèces animales comme les tribus en Afrique ou à l’Assemblée3, les universitaires4 comme les élus...

6En éthologie, cette notion évoque l’espace nécessaire, vital, pour une espèce, avec des limites, des frontières qui entraînent des luttes, des conflits d’appropriation, de domination et qui déterminent des individus dans et hors de ces limites, du connu et de l’étranger.

7Ce retour du territoire, du local, depuis le début des années 80, amplifié depuis les années 90, s’inscrit dans un contexte économique et idéologique caractérisé par un phénomène de mondialisation et une déterritorialisation accentuée de la production, des échanges, des concentrations industrielles et financières, de la circulation accélérée des idées, des capitaux, des marchandises, des hommes et par une volonté individuelle d’ancrage, d’identité, d’un « besoin de territoire, d’être de quelque part ». Ce double processus nous invite à observer et analyser les formes du retour au local, le développement d’une nouvelle forme de citoyenneté, localisée et articulée au global, aux enjeux mondiaux. La problématique environnementale favorise souvent la mise en scène d’une citoyenneté localisée qui oblige à séparer l’appartenance sociale et l’appartenance citoyenne afin de privilégier l’individu, qui met l’accent sur l’empathie, c’est-à-dire la capacité à se mettre à la place de l’autre pour le comprendre et qui s’appuie sur la civilité. Ainsi, une multitude d’initiatives favorisant la citoyenneté active a souvent pour origine une réaction aux effets de la mondialisation des échanges. C’est un premier stade de reconstruction citoyenne, qui intègre une vision globale au niveau local, en prenant en compte les interactions complexes entre l’économique, le social, le culturel, l’environnement et qui soulève, de façon nouvelle, la question de la tension entre l’affirmation des ancrages et l’universalisme.

8I.2. La notion de territoire omniprésente dans les sciences sociales.

  • 5 Y. Jean, Espaces ruraux français et services de proximité. Étude des comportements des acteurs à l (...)

9Pour les géographes, le territoire peut être défini5 comme :

  • un espace réel et rêvé, qui ne peut pas se réduire ou se résumer à la seule entité géographique ;
  • une construction d’acteurs : il sert de concrétisation aux comportements des acteurs ;
  • un espace géographique qui regroupe en un tout un système de production, des réseaux proches, (proximité géographique) ou qui ne sont pas présents physiquement sur l’espace local d’où l’importance de la proximité organisationnelle, favorisée par les technologies de l’information et de la communication. Ces dernières peuvent développer des systèmes d’intenses interactions entre agents sur une base qui n’est pas seulement territoriale ;
  • des signes, des symboles, des images inscrits dans le temps.

10Cette définition met l’accent, d’une part, sur l’importance de l’identité historique du territoire liée au culturel, au politique, au social qui deviennent des facteurs agissant sur les dynamiques spatiales de localisation des activités, et, d’autre part, sur l’existence de la logique d’acteurs dans le processus de structuration de l’espace.

  • 6 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, 1993, Les mots de la géographie, Reclus, La Documentation Français (...)

11Parmi la multiplicité des définitions, nous pouvons rappeler celle du dictionnaire de géographie de R. Brunet, R. Ferras et H. Théry6 :

121. maille de gestion de l’espace, ayant en principe un statut inférieur aux circonscriptions normales, parce que l’appropriation n’y paraît pas complètement réalisée ; les Territoires d’outre mer (par différence avec les départements)... s’appliquent en particulier aux espaces pionniers, lointains, peu peuplés.

132. espace approprié, avec un sentiment ou la conscience de son appropriation ; ici, le territoire est à l’espace, ce que la conscience de classe est à la classe sociale : quelque chose que l’on intègre comme partie de soi et que l’on est donc prêt à défendre.

14Concept proche de celui de nation et de patrie. Comme notion juridique, le territoire renvoie à l’existence de l’Etat dont la légitimité se mesure en partie à sa capacité à garantir l’intégrité territoriale. C’est aussi l’Etat qui doit assurer une autorité territoriale sur un espace reconnu, ainsi se charge-t-il de l’aménagement du territoire ;

153. la notion de territoire est à la fois juridique, sociale, culturelle, et même affective. Le territoire implique toujours une appropriation de l’espace mais il ne peut pas être assimilé à une série d’espaces vécus, sans existence politique ou administrative reconnue. Ce n’est ni le terroir, ni l’aire de chalandise, ni les seuls lieux fréquentés, il faut quelque chose de plus, le sentiment d’appartenance (je suis de là) et d’appropriation ;

16Le territoire tient à la projection sur un espace donné des structures spécifiques d’un groupe humain, qui incluent le mode de découpage et de gestion de l’espace. Il contribue en retour à fonder cette spécificité, à conforter le sentiment d’appartenance, à cristalliser les représentations collectives, les symboles qui s’incarnent dans des hauts lieux ;

174. par métaphore, il existe des sens figurés du mot territoire mais qui conservent l’idée de domaine personnel ou collectif ;

185. territoire et réseau sont parfois opposés, le territoire étant seulement considéré sous la forme d’une aire et le réseau qui serait fait de lignes. Le territoire est fait de lieux qui sont liés. Il comporte des cheminements, des points forts, des replis ; son espace est différencié. Le réseau, s’il est pris jusqu’au capillaire aboutit à couvrir la surface.

19Le territoire renvoie à une relation espace/société, et, en ce sens, il apparaît comme un espace identifié. C’est une construction sociale qui se traduit, soit par un contrôle territorial, soit par un aménagement ou une structuration de l’espace. Cette appropriation est symbolisée par l’identification, la dénomination qui participe à créer un sentiment d’appartenance.

  • 7 G. Di Méo, 1991, L’homme, la société, l’espace, Paris, Anthropos, 319 p. G. Di Méo, 1998, Géograph (...)
  • 8 H. Gumuchian, 1988, De l’espace au territoire. Représentations spatiales et aménagement, coll. Gre (...)
  • 9 J. Lévy, 1994, L’espace légitime, Paris, Presses de FNSP, 442 p.

20En second lieu, le territoire sous-entend une relation à l’étendue ou à la surface. Il est une aire concrète d’extension d’un phénomène, il est empreint dans le sol, que l’on parle de l’importance de la matérialité (G. Di Méo7), d’ancrage aux lieux (H. Gumuchian8) ou d’une figure de métrique spatiale, celles pour lesquelles les distances sont continues et exhaustives (J. Lévy9).

21Le territoire implique également une relation au temps, с’est de l’espace-temps, « du temps cristallisé, des répétitions silencieuses » pour Michel Marié. E Damette parlera de « l’historicité » du territoire.

22Enfin, il se spécifie par des pratiques et des représentations : c’est un rapport collectif à l’espace et il participe à l’élaboration de comportements spécifiques et d’images collectivement admises, qui renforcent la cohésion du groupe.

23Il y a une convergence des géographes pour admettre que le territoire est un construit social, consolidé par l’histoire, qui contribue à le fonder comme un espace identifié, caractérisé par des pratiques et des représentations.

24Pour les économistes, les instruments d’analyse conceptuels des dynamiques spatiales reposent sur deux axes selon la position théorique de la notion de proximité :

  1. celle qui s’inscrit dans le paradigme de l’économie résiliaire et régulationniste : dans le contexte de mondialisation, la proximité géographique ne joue plus le rôle déterminant dans la structuration spatiale (voir les travaux de A. Rallet10 ; A. Lipietz11). A. Rallet privilégie la proximité organisationnelle, soit un système d’intenses interactions entre les agents dont la base n’est pas nécessairement locale. La notion de réseau, soit un ensemble de points géographiques interconnectés, est centrale dans l’analyse des économistes de la régulation. L’innovation est le fruit du comportement des agents qui entrent en interaction aussi bien dans des réseaux locaux et dans des réseaux non-locaux ;
  2. deux courants ont en commun le territoire comme objet de théorisation : le premier accorde une importance essentielle au territoire pour favoriser le développement local, sur la base de la proximité géographique des acteurs économiques qui explique les districts industriels, « zone géographique qui regroupe dans un tout cohérent un système de production, une culture technique et des acteurs » ; pour le second, le territoire sert de révélation, de concrétisation et d’objectivation des comportements et des processus d’acteurs.

25Le territoire est souvent convoqué pour expliquer les dynamiques du développement local.

  • 12 B. Kherdjemil, 1999, Territoires, mondialisation et redéveloppement, Revue d’Economie Régionale et (...)

26B. Kherdjemil12 souligne que trois attitudes caractérisent cette relation :

  • Le Berre13 met l’accent sur l’acte de naissance du territoire : expression de l’identité d’un groupe. La dynamique conflictuelle d’appropriation de l’espace va permettre l’émergence de territoires avec leurs spécificités culturelle, historique et économique ;
  • A. Frémont14 souligne la diversité des territoires qui peuvent être fluides, enracinés ou éclatés : fluides : il s’agit d’espaces économiques où l’homme vient à se stabiliser dans un lieu en fonction d’opportunités économiques ; enracinés : c’est un espace écologique où l’homme est en situation de symbiose avec le milieu qu’il a dompté ; éclatés : résultant de la dynamique fonctionnelle des systèmes productifs qui investissent ou délaissent des espaces ;
  • la troisième approche inscrit le territoire dans une logique d’aménagement : le développement local est mis en avant, dynamique endogène qui doit permettre au territoire, compte tenu de ses contraintes physiques et humaines de répondre aux besoins quantitatifs et qualitatifs des personnes qui y vivent. B. Pecqueur15 souligne que le territoire doit s’adapter à la dynamique de mutation de l’environnement et possède une capacité de régulation pour pérenniser une solidarité socio-culturelle entre les acteurs tout en ayant le souci d’éviter un double écueil : celui de la négation de la spécificité historique et celui de l’apologie du développement en îlot.

27Cette notion de territoire imprègne les travaux des géographes, des sociologues, des économistes... et soulève la question de l’appréhension de la consistance sociale de l’expérience spatiale ; le territoire s’inscrit dans une recherche sur la territorialité des hommes et sur ce qui la fonde en tant que relation sociale médiatisée par l’espace : quelle entrée faut il choisir, le social ou le spatial ? Comment peut-on saisir le territoire, par l’étude des territorialités, par celle des dynamiques spatiales ? Comment articuler l’analyse structurale et donner toute sa place au sujet ? Comment passer de l’individu au collectif, au groupe social spatialisé ? Quelles échelles d’analyse entre micro, méso, macro pour mieux comprendre les processus de formation des spatialités ? De l’espace au territoire, quelles sont les transactions spatiales, sociales, quelles médiations ou problématique du sens des modes de spatialisation... Autant de questions sous-jacentes à l’appel à communication.

28La polysémie de la notion de territoire marque les sciences sociales, ce qui nous conduit à souhaiter préciser et expliciter la construction des analyses des géographes, des sociologues, des économistes, des aménageurs sur cet objet, nécessitant un effort méthodologique de chaque discipline pour observer, décrire, écrire et donner à lire.

29Pour les aménageurs, tout est territoire et le territoire est également partout. Les lois d’aménagement du territoire de 1992, 1995 et 1999 favorisent l’explosion de nouveaux espaces institutionnels, communautés de communes, d’agglomération. L’Etat a adopté un modèle organisationnel qui favorise une production quasi industrielle de nouveaux espaces de l’action publique, selon la conception d’un espace ordonné, découpé en 100 agglomérations et 400 où 500 pays, permettant enfin d’en finir avec la particularité historique de la France avec ses 36 000 communes. Cette conception repose sur la recherche de l’optimum dimensionnel et de l’unité qui à tout prix relève d’une conception christallérienne et districale de l’espace. Face aux mobilités inégales des individus, aux interactions croissantes entre l’espace rural et urbain, aux réseaux et aux discontinuités spatiales, l’Etat semble vouloir mettre en ordre les évolutions qui semblent échapper à l’aménageur ou qu’il n’arrive peut être pas à penser de façon nouvelle.

30L’unité géographique est également convoquée comme support conceptuel de la relation entre l’économie et l’espace, s’appuyant sur la notion de district industriel ou celle de milieu innovateur ou de système productif localisé : il s’agit de favoriser une organisation en réseau des entreprises, pour répondre à l’inefficacité du modèle fordiste segmenté et divisé spatialement. C’est la recherche de l’espace fonctionnel, selon un optimum, qui permettrait un développement global en réconciliant, dans un tout cohérent, un système de production, une culture technique et des acteurs. C’est la quête de la concordance entre deux conceptions de la gestion théorique de la notion de proximité : le territoire doit permettre de réconcilier la proximité géographique et la proximité organisationnelle des réseaux avec l’espace légitime.

  • 16 Monique Bourguet, Adopter un mode de représentation, с’est choisir ce que l’on peut voir : l’appor (...)

31Notons que cette volonté, d’une unité et d’une continuité géographique et économique, se heurte à l’observation des champs d’attractions de l’espace communal qui peut être attiré par plusieurs pôles. Monique Bourguet16 souligne qu’une commune peut être dans le champ d’attraction de plusieurs bassins d’emploi ou d’aucun, ce qui remet en cause l’efficacité de l’obligation d’appartenance unique à une aire centrée sur un pôle. Elle montre également, après de nombreux autres auteurs, que la distinction entre le rural et l’urbain est caduque face aux nombreux échanges inter-bassins ce qui invite à réfléchir au cloisonnement des organisations intercommunales en « pays » et agglomération et à la nécessité de prendre en compte les différents jeux d’échelles en favorisant l’appréhension des connexités des rapports territoriaux.

  • 17 Notion à la mode, quel que soit le thème abordé, tant en aménagement du territoire qu’en pédagogie (...)

32Cette approche privilégie l’autonomie17 des espaces, dans leur développement, en oubliant d’aborder la concurrence spatiale car, souvent, les réflexions sont conduites dans des espaces fermés où l’on n’intègre pas les dynamiques à d’autres échelles.

33Ce « retour des territoires » repose souvent sur une conception naturaliste, organique de l’espace d’où les tensions, les luttes et les conflits seraient absents !

  • 18 Groupe de prospective sur l’avenir de la politique régionale de l’Union Européenne, note de J. Pey (...)

34La profusion du terme et la confusion apparaissent dans de nombreux textes concernant les politiques d’aménagement. Ainsi, dans une note d’un groupe de prospective de la DATAR, concernant la mise en œuvre du polycentrisme, l’auteur18 écrit « La coopération verticale est la coopération entre les différentes échelles territoriales, l’idée étant que celles-ci ont une co-responsabilité à l’égard des territoires... mais aucune logique fonctionnaliste ne peut épuiser la complexité des territoires vécus ; aujourd’hui, chacun d’entre nous habite plusieurs territoires : territoires locaux de la vie quotidienne, territoires de la vie professionnelle qui se déroule de plus en plus souvent à l’échelle d’aires urbaines importantes, voire à une échelle encore plus large. Les territoires du développement sont régionaux voire interrégionaux, en intégrant de plus en plus une dimension transnationale. Le cadre des territoires nationaux reste, dans une majorité de pays, très structurant en matière de politiques d’aménagement. Enfin, le territoire européen est un territoire “émergent” ».

35Cette instrumentalisation de la notion de territoire caractérise les politiques d’aménagement, tout ce qui est territorialisé est positif et par principe bénéfique... même si les raisonnements en îlots et les politiques publiques locales aggravent parfois les inégalités sociales et spatiales dues aux lois du marché !

36Ceci nous a conduit à nous interroger sur ce qui « se passe » dans la représentation des acteurs socio-spatiaux et dans leurs conduites d’action lorsqu’ils opèrent avec l’espace et forment du territoire. Les politiques publiques locales produisent de nouvelles relations spatiales et sociales, produisent des images, des signes, des cartes et participent à la fabrication de l’espace local. Que fabriquent les politiques locales, spatialisées ? Pour qui et avec qui ? Avec quoi ? Comment ? Quels résultats ? Comment ces acteurs vérifient ces résultats ? Notre souhait serait d’inciter des praticiens à proposer des réflexions.

37II. L’appel à communication (ci-dessous), reprenait les questions soulevées lors des débats préparatoires. Il était rédigé comme suit :

38Deux phénomènes nous ont conduit à réfléchir sur les méthodes utilisées en sciences sociales pour « lire les territoires ».

39D’une part, les différentes lois d’aménagement favorisent une production importante de nouveaux espaces institutionnels : ce nouvel appareillage en communautés de communes, d’agglomération ou en « pays » est souvent présenté comme un « retour des territoires ».

40Pour justifier les nouveaux découpages, l’aménageur convoque le géographe, l’économiste, le sociologue, l’historien voire l’ethnologue pour délimiter des « espaces pertinents », à partir d’une unité géographique, économique, sociale et culturelle. Ce contexte semble inciter à la recherche du meilleur découpage possible de l’espace, condition nécessaire pour « favoriser le développement local face à la mondialisation ».

41Comment sont produits les nouveaux espaces institutionnels ? Par qui ? Pour qui ? Pour quoi ? Comment circulent et résonnent les notions fondatrices de ce nouvel appareillage ?

42A partir de quand, de quoi, deviennent-ils des territoires ? Est-ce qu’ils doivent être des territoires ?

43Quel rôle pour l’universitaire, dans ses relations avec les acteurs, à l’échelle nationale et/ou locale ?

44D’autre part, ce phénomène entraîne des confusions liées à un glissement sémantique très fréquent, du terme d’espace à celui de territoire. Les évolutions des différentes formes de mobilité nous obligent à tester et valider la pertinence de nos approches et de nos méthodologies (souvent non explicites dans les publications).

45Comment « passe-t-on » de l’observation de l’espace à l’identification de la formation du territoire, à ses manifestations à prendre en compte au titre de la vie sociale, idéelle... ?

46Comment articule-t-on les évolutions des espaces de vie des individus avec la notion de territoire ?

47Comment construisons-nous cette notion dans nos systèmes explicatifs ?

48Les échanges entre chercheurs, sociologues, géographes, économistes, historiens, sociologues, ethnologues, aménageurs... – permettront de préciser les relations entre l’individu – habitant et ses pratiques spatiales : ces interactions souvent de type micro entre personnes sont paradoxalement agrégées à l’échelle macro par des institutions. Comment est vérifiée cette adéquation et est-elle utile ?

49Ainsi, c’est le métier du chercheur en sciences sociales, dans la diversité de ses pratiques et de ses positionnements, qui est interrogé : qu’observons-nous ? Comment ? Pour quoi ? Pour qui ? A quelle échelle ? Qu’est ce qui « se passe » dans la représentation des acteurs socio-spatiaux et dans leurs conduites d’action lorsqu’ils opèrent avec l’espace et forment du territoire ?

50III. Cette volonté, d’aborder le statut de l’espace et du territoire, au sein des sciences sociales, afin de renforcer, de nuancer ou de contester ces notions, a été bien accueillie puisque 27 communications ont été proposées et présentées lors des deux journées d’études. Deux qualités majeures caractérisent ces journées : l’ambiance, crée par la centaine de participants, permettant la rencontre et les échanges, parfois animés, entre les uns et les autres, entre des générations de chercheurs différentes, et, d’autre part, la qualité des communications présentées.

51Les 19 textes publiés dans les actes peuvent être présentés en étant organisés autour de trois grands thèmes : « produire de nouveaux espaces », « identifier et représenter », « l’articulation entre l’espace et le territoire ».

52III.1. Le thème de (a production des territoires a été développé par sept auteurs.

53E. Marcelpoil rappelle que la notion de territoire, émerge en économie du développement et en économie régionale, sous le double effet, de la crise mondiale des années soixante-dix et, de la théorisation de la notion de district industriel. Après avoir souligné le paradigme technico-économique du district industriel et les apports essentiels de A. Marshall et de F. Perroux, elle pointe les apports et les limites de cette analyse, en particulier le risque de normalisation et d’idéalisation de ce modèle d’organisation économique pour réorganiser l’espace politique en cherchant à plaquer des districts dans tous les « pays » et dans toutes les agglomérations. Cette notion de district industriel est intéressante car elle met en évidence le rôle essentiel d’une culture locale historiquement constituée, ce qui n’est pas reproductible par la simple volonté institutionnelle. E. Marcelpoil montre également que la notion de district induit très souvent celle de gouvernance, notion également très ambiguë.

54La production du territoire a été analysée également par C. Azaïs. Son article s’intitule « Temps et travail : une lecture de la dynamique territoriale » publié dans Azaïs Ch., Corsani Α., Dieuaide P. (org.) 2001, Vers un capitalisme cognitif – entre mutations du travail et territoires, Paris, L’Harmattan, p. 199-216.

55A.C. Douillet, complète l’analyse développée par E. Marcelpoil, par un point de vue sur la constitution de « nouveaux espaces institutionnels » promus par les politiques de développement territorial. Elle travaille l’articulation entre l’analyse des politiques publiques et les espaces de développement, à partir d’études empiriques, pour regarder comment ces espaces « fonctionnent ». A.C. Douillet étudie avec minutie les stratégies défensives, constructives et concurrentielles des élus pour contrôler le territoire, dans des jeux de pouvoir avec les institutions supra-locales, en particulier la Région. Elle s’interroge sur la pertinence de ces « nouveaux » espaces : pour elle, il ne se produit pas grand chose car ce sont les élus qui mettent en œuvre les nouvelles formes de l’action publique ; il s’agit surtout d’une juxtaposition de communes et d’établissements de coopération intercommunale.

56Cette approche des espaces institutionnels, est également développée par S. Lima qui réfléchit aux articulations entre l’espace et le territoire à partir de la fabrique des communes maliennes. Depuis 1991, un processus, fréquent dans de nombreux pays, consiste à redécouper l’espace pour favoriser la création de « territoires fonctionnels ». S. Lima décortique les deux logiques à l’œuvre, une descendante et l’autre ascendante, pour délimiter ce nouveau découpage. Elle montre, en observant les acteurs et leurs mobilités, que с’est dans l’espace que s’inscrivent les liens et les hiérarchies sociales et elle définit le territoire comme un produit social ancré dans l’espace et dans le temps. Pour elle, les communes rurales correspondent à un territoire inachevé. Son texte invite également le lecteur à réfléchir aux méthodes à mobiliser pour étudier le territoire.

57Pour S. Denèfle, l’analyse du processus décisionnel permettant l’inscription de Lyon au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, sert de support pour mettre en évidence la complexité de la notion de territoire. Après avoir rappelé que le territoire, pour le sociologue, se définit à partir de quatre éléments : l’analyse de l’active sociale, la limite, l’inscription dans la diachronie, et l’identité, S. Denèfle montre que la redécouverte d’un territoire oublié par la valorisation patrimoniale favorise une reconnaissance sociale et elle conclut que la réalité territoriale est collective et sociale.

58C. Demazière observe et Serge Thibault pour les agglomérations d’Orléans et de Tours, la construction des projets et des diagnostics territoriaux en s’interrogeant sur ce qui est fabriqué par ces démarches techniques et politiques.

59E. Le Bris propose une réflexion sur les phénomènes de recomposition territoriale dans des villes africaines que l’on tend à présenter comme territoire pertinent d’interaction entre la démocratie et le marché, sur le rôle accordé aux collectivités locales dans le cadre d’une gestion urbaine marquée par le poids des stratégies des bailleurs internationaux et des intermédiaires des politiques d’aide et de coopération.

60La plupart des auteurs soulignent les décalages existant entre les espaces vécus, les mobilités, les espaces d’appartenance, de lien social et d’identité, avec les démarches institutionnelles qui cherchent à délimiter des espaces plus fonctionnels et plus efficaces pour l’intervention publique. Les questions liées à la hiérarchie sociale et spatiale, aux réseaux et pouvoirs qui contrôlent les territoires sont évoquées, mais elles font rarement l’objet d’une approche centrale dans les analyses.

61Ce retour du territoire, du local, de l’individu, du singulier, du particulier... conduit très souvent les chercheurs à éviter d’aborder les questions de hiérarchie sociale, de stratification, d’inégalités sociales et spatiales.

62III.2. Identifier et représenter, sont les deux termes qui peuvent nous permettre de regrouper huit textes.

63Trois communications abordent l’articulation entre des itinéraires individuels et collectifs et la fabrication de territoires.

64B. Florin rappelle que pour A. Tarrius, la notion de territoire circulatoire conjugue trois rapports espace/temps : les rythmes sociaux de la quotidienneté qui s’inscrivent dans les lieux, l’histoire de vie avec ses projets, les trajectoires individuelles et familiales et le temps des successions de générations. B. Florin réfléchit au lien entre « l’itinéraire » et « les territoires » selon les approches disciplinaires. A partir de ces recherches concernant les itinéraires résidentiels et les processus de territorialisation au Caire, elle montre que ce sont les relations entre les parcours, les espaces où ils se déploient, se fixent et le cadre sociétal qui participent au processus d’appartenance et de territorialisation. Des superpositions temporelles et spatiales participent à créer des cristallisations territoriales fortes mais variables. Le contenu des itinéraires informe sur des processus multiformes d’appartenance spatiale et sociale. Elle évoque : le temps de l’établissement en ville et de l’ancrage résidentiel, celui de la construction territoriale avec le rôle essentiel de la mémoire collective et des représentations dans la construction de l’histoire résidentielle du quartier et la construction du système territorial avec la hiérarchisation des territoires qui sont liés par des pratiques socio-spatiales, des discours et des représentations.

65Ses travaux sont proches de ceux de N. Miret qui étudie le rôle des migrants successifs – andalous au cours des années 1950-1960, marocains... – dans le processus de métropolisation de Barcelone. N. Miret analyse les liens entre les territoires de groupe et l’institutionnel ; elle étudie la façon dont l’espace est approprié, les rapports sociaux au sein et entre les groupes, les supports de l’identité collective reconstruite, le rôle important des territoires culturels dans la reconfiguration urbaine. Elle précise que la notion de territorialité lui semble plus appropriée pour décrire les phénomènes de rapports collectifs à l’espace, pour dépasser l’unicité sous-jacente du territoire.

66M. C. Vassal étudie également la fabrication de la ville, à partir de l’évolution de l’implantation territoriale de l’Eglise catholique. Elle étudie la localisation des constructions de l’Eglise en lien avec l’évolution des pratiques et des représentations individuelles et collectives, en articulant la production d’églises et la lecture des territoires. Dans cette approche, M. C. Vassal insiste sur les changements, les remises en cause et la recomposition des territoires.

67L. Cailly et P. Granier, avec deux textes, concernant des objets différents, l’un une salle de sport, l’autre, un hôpital, insistent sur la nécessité de privilégier le lieu comme notion centrale dans l’analyse. L. Cailly justifie ce choix en évoquant les transformations contemporaines qui concernent les rapports de l’individu (mobilités multiples...) avec l’espace, remettant en cause, en particulier la notion de territoire contigu. Cette individualisation des pratiques spatiales amène les deux auteurs à privilégier le lieu comme marqueur suffisant de l’identité socio-spatiale ; le lieu est le support de la distinction sociale, de la métaphore de son mode de vie. Cette notion soulève la question des régularités collectives, celle de l’habitus socio-spatial, celle des interrelations entre l’espace physique et symbolique et celle des réseaux de lieux.

68J.P. Lécureuil et A. Bouju, nous proposent, chacun, un texte centré sur une réflexion méthodologique concernant les relations entre espace et territoire.

69J.P. Lécureuil insiste sur la nécessaire approche phénoménologique de l’espace, « sujet » des individus et « objet » des pratiques. Cette posture induit une écriture de la « chose spatiale » :

  • celle des pratiques de l’espace vécu et ordonné,
  • l’orchestration dont le sens reste à analyser, à comprendre pour ces effets interprétés par les concertants.

70Pour cela, J.P. Lécureuil se place au plus près des pratiques « microbiennes », singulières, plurielles des citadins pour analyser des micro et méso pratiques des individus in situ. Sa démarche s’appuie sur les lieux que les acteurs spatiaux observent et J.P. Lécureuil souhaite saisir le sens des pratiques des lieux, tels qu’ils parlent et donnent à parler. Il s’agit pour lui, de décrypter des pratiques, des usages, des figures, des signes, des images livrés en pluralité par des acteurs animés d’intentionnalités, parfois de stratégies.

71A partir des pratiques et des représentations des familles pour la scolarisation maternelle et primaire, A. Bouju s’interroge, en complément de J.P. Lécureuil, sur les échelles les plus pertinentes à mobiliser pour étudier la dimension spatiale des phénomènes sociaux. Elle met l’accent sur la nécessaire observation des pratiques, des discours et des représentations relevés dans des espaces ruraux et périurbains, pour préciser que le territoire s’inscrit dans un contexte local institué et instituant. Pour A. Bouju, comme pour B. Florin, M.Cl. Vassal ou N. Miret, la territorialité correspond à la dimension spatiale constituante de la construction de l’individu. Elle considère également que l’articulation entre l’espace et le territoire passe par des lieux et des pratiques ; les territoires liés à l’école sont le résultat de pratiques et de représentations des acteurs, soit une configuration socio-spatiale toujours singulière et fluctuante.

72Enfin, J.P. Bord réfléchit à la place de la carte, qui formalise et instaure des zonages bornés des espaces. Après avoir souligné les limites nombreuses des cartes pour « illustrer » le monde matériel, social et subjectif il s’interroge sur le rôle et les possibilités du géomaticien pour réaliser de nouvelles cartes qui ne privilégient plus seulement les localisations en oubliant l’idéel, des cartes qui reflètent les espaces dans leur complexité. J.P. Bord illustre sont propos avec de nombreux exemples de cette complexité, dont celui des technologies de l’information et de la communication qui se heurtent à une survalorisation de la contiguïté.

73L’ensemble des auteurs appréhende l’articulation entre l’individu, le collectif et l’espace en ayant le souci de mieux comprendre les itinéraires individuels, familiaux et les représentations explicatifs des choix de localisation et de fabrication des espaces. Ils abordent les histoires de vie et les stratégies des individus, en étudiant l’évolution des rapports sociaux et spatiaux, à partir de la notion de distance géographique, sociale, culturelle, politique. Ces analyses évoquent le débat concernant la pertinence des notions de lieu, de territorialité et de territoire ; de nombreux auteurs invitent à retravailler la notion de lieu ou de territorialité, plus opérante que celle de territoire.

74III.3. Espace et territoire : pour cinq auteurs proposant quatre textes, les notions d’espace et de territoire sont au centre des communications.

75En introduisant les journées d’études, M. Lussault souligne que le territoire est un objet signifiant pour un acteur et qu’il y a autant de territoires que d’acteurs. Le territoire est un quasi personnage, un cadre actif, mental, idéologique, très souvent normatif qui stabilise un objet par définition instable. Il développe les questions soulevées par l’enchevêtrement des échelles des territoires, en particulier celle de la limite et des enjeux forts de ce qui est à l’intérieur et en dehors, celle des articulations entre tous les niveaux de territorialités, celles liées aux logiques des espaces et des réseaux en insistant sur l’importance d’observer et d’analyser les logiques des lieux. Il rappelle que les espaces de vie correspondent à un enchevêtrement des lieux, des territoires et des réseaux.

76F. Abrioux compare plusieurs approches sociologiques de l’espace ; elle montre la variabilité des positions tout en soulignant que très souvent le sociologue qui travaille sur les territoires n’éprouve pas le besoin d’approfondir l’articulation espace/territoire, même si dans les textes, l’espace délimité sert de support à l’analyse. F. Abrioux pointe la diversité des statuts de l’espace et du territoire chez les sociologues, une diversité qui va de la problématisation de la question spatiale (utilisation du concept de tout social) jusqu’à l’oubli de questionner la dimension spatiale des pratiques. Après ce tour d’horizon, F. Abrioux réfléchit à l’évolution des notions d’espace et de territoire à partir de ses travaux, de la maîtrise à la thèse, en passant de l’étude de l’espace des sports nautiques à l’espace urbain investi puis aux territoires, lieux de la production politique. Elle montre que le territoire est une catégorie politique, celle qui pose des actes, des règles, impose des sens. Il n’est plus question d’appropriation d’espaces mais d’actions visant à organiser, gérer, développer des espace définis. Pour elle, la transition espace/territoire s’est imposée avec l’introduction de la dimension politique.

77H. Vélasco complète cette approche par une réflexion autour des tâtonnements sur l’opérationnalité du concept de territoire. Pour elle, concernant l’espace, le territoire et le lieu, le rajeunissement de l’observation est nécessaire en géographie, discipline qui contribue à analyser les dimensions spatiales du social et du lien des groupes à l’environnement. Elle note l’intérêt de la tension entre le concept de territoire et celui de mouvement pour observer les stratégies individuelles. Cette tension pose la question des concepts, mais également celle de leur pertinence et des méthodes à utiliser. Pour H. Vélasco, les « anciens » territoires sont doublement remis en cause, d’une part, par une dynamique de mouvement et de réseaux et, d’autre part, par l’exaspération de processus de reconstruction territoriale se fondant sur une société « anté-moderne ». Elle nous invite ensuite à réfléchir à une méthode d’investigation alternative qui mobilise l’interface acteur-chercheur.

78L. Devisme insiste sur la nécessité de déconstruire les « territoires de projet » afin de rendre visibles les échelles inédites, par exemple, celles des solidarités spatiales. Il note également que les logiques de marché tendent à se dissocier des logiques territoriales ce qui brouille les logiques de la catégorisation sociale et spatiale. Il invite les chercheurs à observer les effets territoriaux des sociabilités en mouvement où le monde connexionniste amenuise le monde domestique. A partir de ce constat, L. Devisme pose la question des méthodes, des concepts et des outils à mobiliser, pour qualifier les effets des interactions, des flux et des pratiques en mouvement.

79F. Ripoll et V Veschambre s’interrogent sur les facteurs explicatifs de cette explosion de l’utilisation de la notion de territoire, « maître-mot » qui a tendance à devenir hégémonique. Ils soulignent que nous sommes en présence d’un paradigme scientifique qui connaît une inflation sémantique expliquant la polysémie de cette notion et une instrumentalisation politique forte. Ils notent que la notion de territoire remplace très souvent d’autres notions comme l’espace, mais également celle de région. Ils rappellent qu’en amont des délimitations et des dénominations il y a des luttes de légitimité, comme pour toute autre catégorie utilisée en sciences sociales ; l’une des raisons de son succès en géographie étant que cette notion permet de réaffirmer l’intérêt et la singularité de la discipline parmi les autres sciences sociales. F. Ripoll et V Veschambre notent que des chercheurs s’inscrivant en géopolitique, géographie culturelle, analyse systémique et géographie sociale peuvent, par delà leurs divergences, avoir en commun une certaine conception du territoire, qui en devient par là même, dominante. En réponse à d’autres communications, ils évoquent les ambiguïtés de la notion de territorialité, terme qui confond trop souvent des rapports sociaux individuels avec des rapports au monde « a-sociaux ». Leur communication aborde ensuite les relations entre patrimoine et territoire en soulignant que ces deux notions ont tendance à favoriser l’occultation des rapports inégaux de pouvoir et des inégalités sociales.

80En conclusion de ce thème, G. Di Méo, souligne que les auteurs convoquent le territoire pour l’accuser de nombreux maux : inflation sémantique, emprisonne les territorialités multiples, légitime l’action politique et qu’il sert d’outil de la régulation sociale et politique. Tout en pointant ces remarques avec un regard critique, il s’interroge ensuite sur l’utilisation possible de cette notion.

81Lors de la conclusion de ces journées, A. Frémont, président du comité scientifique de la DATAR, a rappelé les principales étapes des relations entre la DATAR, l’Etat central et cette notion de territoire. Il a bien montré que lors de la création, en 1963, de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale, la notion de territoire était absente des sciences sociales et le territoire n’était pas une préoccupation des gouvernements. Il souligne le changement important qui a eu lieu depuis le début des années 1990, entraînant un foisonnement de l’utilisation de cette notion qui favorise la confusion. Il note également la segmentation des territoires, que ce soit celui de l’entreprise ou celui des élus, et l’insuffisance des relations entre ces deux types de territoires. Il évoque ensuite la volonté de la DATAR de remodeler les espaces de légitimité et de pouvoir, à partir du triptyque – intercommunalité, Région, Union Européenne – ce qui pose la question de la « bonne » échelle de régulation des politiques publiques et celle du devenir de l’autre triptyque – commune, département, Etat. Enfin, pour A. Frémont, le territoire permet de mieux comprendre les articulations entre l’individuel et le collectif dans son expression spatialisée.

82J. Chevalier livre sa conclusion de ces deux journées de réflexion, en précisant qu’il utilise très peu cette notion de territoire. Il rappelle que ses travaux concernent surtout la « lecture » géographique des sociétés métropolisées en Amérique du Nord et en France ; pour lui, lorsqu’il travaille sur l’analyse de la société américaine ou canadienne, il est dans une autre culture par rapport à la façon de penser en France, où il y a souvent un abus de langage : le territoire relève de l’exception culturelle. Les anglo-saxon utilisent les notions de lieu, d’espace, de territorialité qui semblent plus opérantes pour J. Chevalier. Il souligne de nombreux autres abus de langage comme « l’effet de territoire » ou la « mise en territoire ». Par ailleurs, J. Chevalier s’interroge sur la pertinence d’utiliser cette notion comme marqueur identitaire, comme si toutes les identités étaient liées à un espace local. Il lui semble intéressant d’analyser le jeu complexe qui construit les polarisations, la notion de polarité étant plus centrale que celle de territoire pour le géographe. Par contre, il considère qu’en géopolitique, cette notion de territoire, comme espace de pouvoir hiérarchisé, a tout son sens.

83A. Guédez a rédigé une conclusion de ces journées d’études, en analysant les accords entre géographes, sociologues, économistes, aménageurs sur la définition du territoire tout en caractérisant les différences entre les uns et les autres, en particulier sur les méthodes d’analyses mobilisées.

Notes

1 Centre de recherche Ville/Société/Territoire (V/S/T), université de Tours

2 Le centre de recherche « Ville – Société – Territoire » est une équipe pluridisciplinaire, constituée en 1996, en regroupant des aménageurs, géographes, sociologues dont les travaux concernent l’organisation, la production et les pratiques des villes et des territoires. Trois axes structurent les recherches : sociologie et anthropologie des dynamiques sociales urbaines ; politiques publiques et territoires ; aménagement, organisation spatiale et modélisation.
Ce projet résulte d’échanges et de contributions de membres de V S T : A. Bouju, B. Buron, C. Caienge, С. Demazière, Y. Jean, J.-P. Lécureuil, P. Mélé, M.-S. Nocquet, M. Rosemberg, S. Thibault ainsi que celles de J. Chevalier (géographe Le Mans), A. Guédez (sociologue, Poitiers), P. Signoles (géographe, Tours).

3 Voir M. Abélès, 2001, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, O. Jacob, 346 p.

4 Voir les romans de D. Lodge, 1993, Un tout petit monde, ou 1994, Jeu de société, Paris, coll. Rivages poche.

5 Y. Jean, Espaces ruraux français et services de proximité. Étude des comportements des acteurs à l’égard de l’école, pp. 149-168, Gouvernance et territoires ruraux, dir. M. Carrier, S. Côté, Presses Universitaires du Québec, sept. 2000.

6 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, 1993, Les mots de la géographie, Reclus, La Documentation Française, 518 p.

7 G. Di Méo, 1991, L’homme, la société, l’espace, Paris, Anthropos, 319 p. G. Di Méo, 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, 320 p.

8 H. Gumuchian, 1988, De l’espace au territoire. Représentations spatiales et aménagement, coll. Grenoble Sciences n° 19, 214 p.

9 J. Lévy, 1994, L’espace légitime, Paris, Presses de FNSP, 442 p.

10 A. Rallet, 1999, Développement local et globalisation, Sciences Humaines, n° 90.

11 G. Benko, M. Dunford, A. Lipietz, 1996, Les districts industriels revisités dans B. Pecqueur, Dynamiques territoriales et mutations économiques, Paris, L’Harmattan.

12 B. Kherdjemil, 1999, Territoires, mondialisation et redéveloppement, Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 2, p. 267-294.

13 M. Le Berre, 1992, Territoires, in A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, « Encyclopédie de Géographie », Economica.

14 A. Frémont, 1976, La région, espace vécu, Paris, PUF.

15 B. Pecqueur, 1992, Le développement local, Paris, Syros, Alternatives.

16 Monique Bourguet, Adopter un mode de représentation, с’est choisir ce que l’on peut voir : l’apport d’une méthode systémique d’approche de l’emploi dans les Pvrénées-Atlantiques, CPAU/HEGOA, 1999, pp. 14-18.

17 Notion à la mode, quel que soit le thème abordé, tant en aménagement du territoire qu’en pédagogie ou dans l’entreprise.

18 Groupe de prospective sur l’avenir de la politique régionale de l’Union Européenne, note de J. Peyrony, séance du 4 juillet 2001.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540