Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

II. Sociabilités et identités urbaines, entre localisme et universalisme

Le mode de vie du grand monde Parisisen : modalités et persistance d’un modèle culturel attractif (1900-1939)

Alice Bernard

Texte intégral

  • 1 Notre travail étant en cours, nous n’aborderons ici que la question des sociabilités, laissant de (...)
  • 2 Ss direction de Christophe Charle et Daniel Roche « Capitales culturelles, capitales symboliques : (...)

1Si le signe d’appartenance aux élites anciennes demeure à la Belle-Epoque la détention d’une propriété foncière organisée autour d’un château ou d’une demeure ; si l’ancrage terrien ancestral fonctionne toujours comme un garant de l’authenticité du nom, les pratiques sociales distinctives de ce groupe social éminent se jouent essentiellement en milieu urbain. En effet, la ville est le lieu où les aristocraties, c’est-à-dire les nobles et les grands bourgeois assimilés, s’affirment comme groupe social dominant. Par l’exercice d’un mode de vie commun et d’une sociabilité1 intense et codifiée, les composantes hétérogènes de ce groupe se reconnaissent mutuellement et s’imposent comme modèle social et culturel, modèle qui fonctionne pas exclusion des autres groupes, et qui revendique sa supériorité. De ce point de vue, la ville la mieux disposée à accueillir ces élites et à servir de berceau aux mondanités en tous genres est Paris. Elle présente l’avantage en tant que grande ville de concentrer nombre de structures sociales de premier choix ; cafés, théâtres, grands hôtels, cercles, opéras sont autant de lieux où se forge un certain « Esprit de société ». De plus, Paris, capitale culturelle au xixe siècle2, qui a vocation à rayonner bien au-delà des frontières nationales, attire les grandes familles de l’aristocratie cosmopolite, qui s’y retrouvent au moment de la saison mondaine, période de l’année tout particulièrement consacrée à l’entretien des liens qui unissent les différents éléments du groupe. Paris est donc le foyer de cette sociabilité mondaine dont le dynamisme culmine à la Belle-Epoque, le lieu où s’élabore l’image du Grand Monde, celle-ci s’imposant ensuite comme idéal social et culturel, aux bourgeoisies et autres aristocraties provinciales en mal de reconnaissance. Il s’agit de se demander comment évolue cette image du Grand Monde parisien entre 1900 et 1939. Le choix de ces dates est évidemment porteur de sens puisque la période concernée commence par l’apogée du Grand monde parisien, si finement décrite par Marcel Proust, et s’étend jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres, temps considérés comme le début du déclin économique, social et culturel des élites anciennes.

2Pour tenter d’évaluer les éventuelles évolutions, nous avons consulté la presse mondaine, et plus précisément le rubrique mondaine du Figaro, qui parait précisément entre la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe. En effet, le Figaro publie quotidiennement une colonne consacrée aux évènements du calendrier mondain. Il s’agit d’un relevé sélectif et commenté, des activités sociales et culturelles du Grand Monde, qui fait état aussi des noms des principaux acteurs de cette sociabilité. Cette rubrique qui se maintient entre 1900 et 1939, et ce, malgré l’oscillation des politiques éditoriales dudit journal, reflète l’image que les aristocraties veulent donner d’elles-mêmes et constitue donc pour nous une source essentielle. Elle nous invite à nous poser une double question : quelles sont les composantes de ce modèle et comment évolue-t-il ce dernier entre 1900 et 1939 ?

3Pour répondre à cette interrogation, nous reviendrons d’abord sur le rôle de Paris dans la construction du modèle, puis nous verrons comment se construit l’image du Grand Monde dans la presse parisienne. Enfin, nous étudierons l’évolution des pratiques mondaines dans l’espace parisien entre les deux dates données ci-dessus.

  • 3 Sur la notion de Tout-Paris, voir le travail d’Anne-Martin Fugier « La Vie élégante ou la formatio (...)

4Le mode de vie proposé comme modèle par le Figaro est avant tout urbain. La ville est, comme nous l’avons dit plus haut, le lieu privilégié de la mise en valeur des élites aristocratiques. La plupart des évènements mondains signalés se déroulent dans les différentes capitales d’Europe (Londres, Bruxelles, Paris) mais aussi dans des stations balnéaires ou thermales de province telles que Cannes, Nice, Biarritz ou encore Vichy et Aix-les-Bains, et sont réunis dans une colonne intitulée « le Monde et la ville ». En effet, depuis le xviiie siècle, les élites se sont affranchies des obligations de la cour, et ont manifesté la volonté de se retrouver dans des espaces urbains élargis, tout en prenant soin de ne s’installer et de ne se fréquenter que dans des villes vouées exclusivement à leur accueil, ou dans des quartiers suffisamment luxueux pour leur être réservés. Plus que cela, une majorité écrasante d’évènements mondains se passent à Paris, ce qui n’a rien de surprenant puisque le Figaro est un journal parisien, qui relate naturellement en priorité des faits se déroulant dans la capitale. Mais le journal revendique la supériorité de la sociabilité parisienne, et fait de la capitale française un pôle mondain incontournable pour les élites européennes. L’assimilation du mode de vie aristocratique à Paris, la fusion entre le groupe social et le lieu où il se constitue, que l’on retrouve dans le terme de « Tout-Paris »3, est totale. On retrouve cette idée dans cet article qui évoque la vogue des thés dansants à la veille de la Grande Guerre :

  • 4 « Le Monde et la ville », le Figaro, 2 mars 1914.

Il y a à Paris en ce moment, beaucoup de thés dansants ; tous ou presque tous ont du succès ; mais il en est un qui, dés sa création, a pris une vogue toute particulière et ne ressemble à aucun autre : c’est celui qui s’est installé dans le hall du théâtre Réjane. Le public qui se fréquente ne saurait se rencontrer dans nul autre endroit ; il semble qu’il ait fait lui-même sa sélection, et l’on ne voit dans ce salon que des mondains et des comédiennes, les mondains les plus élégants, les comédiennes les plus fêtées de Paris, ravis de se retrouver chez eux chaque jour et de goûter entre eux les plaisirs charmants des danses à la mode .(...) Et parmi cette élite mondaine quel entrain, quelle gaîté de bonne compagnie ! En vérité, le thé de Réjane est, dans son cadre, volontairement restreint, le thé de Paris, et c’est là qu’il faut aller de cinq à sept pour contempler Paris dans ce qu’il a de plus séduisant et de plus raffiné4.

5Le terme « Paris » désigne au départ un lieu, pour finir par incarner le Grand Monde parisien lui même. Cette fusion des deux est permanente dans la presse mondaine.

6De plus, pour prétendre appartenir à ce Grand Monde, il faut avoir une résidence parisienne. Nous avons composé un échantillon des quatre-cent personnes les plus en vue dans les colonnes du Figaro de 1900, c’est-à-dire les individus dont le nom est apparu le plus durant l’année. Nous avons constaté que tous avaient une adresse à Paris. Il semble logique que les mondanités parisiennes rassemblent des résidents à Paris. Cependant, il est intéressant de constater que ces mêmes personnes ont, dans la plupart des cas, une ou plusieurs résidences ailleurs, en province ou à l’étranger, souvent un château familial ou une villa. Ce n’est donc pas l’implantation à Paris qui compte, mais le fait d’y passer quelques temps. Ces élites ne sont pas à proprement parler parisiennes, car cela impliquerait une attache ancienne à cette ville plutôt qu’à une autre, mais elles sont de passage à Paris précisément au moment où il est nécessaire d’y être vu. Le calendrier mondain est en effet organisé en trois saisons majeures : de février à juin a lieu la saison parisienne, la plus active du point de vue de la sociabilité mondaine ; puis vient l’été, de juillet à septembre, propice aux voyages ou aux séjours dans les stations balnéaires à la mode ; enfin, l’automne, de septembre à la fin décembre, est le moment du retour à la propriété familiale, période durant laquelle on chasse et où on fréquente ses voisins, également châtelains de province. La saison parisienne est donc courte, mais intense.

7Pour participer aux festivités mondaines de la capitale, il n’est même pas nécessaire de posséder l’appartement ou l’hôtel particulier dans lequel on vit, une luxueuse location suffit. Il faut pouvoir recevoir régulièrement, organiser des dîners et des bals. Cette résidence parisienne permet à la couche supérieure des élites aristocratiques de se démarquer des élites provinciales, considérées par ces premières comme fermées, en retard sur les modes, voire arriérées. Cette intense sociabilité parisienne leur permet aussi de se distinguer des grands bourgeois non assimilés, parce que les dépenses, le luxe mais aussi le réseau mondain, qui sont indispensables à chaque prétendant, limitent leur nombre au maximum. Pour le lecteur du Figaro, il s’agit de repérer dans la colonne, qui se trouve en ce moment à Paris. Pour le mondain de l’époque, il est nécessaire d’y figurer durant la saison : c’est pour cette raison que certaines femmes « retenues dans leur château pour raison de santé » jusqu’à la mi-janvier, éprouvent le besoin de justifier leur retard sur la scène parisienne, et publient une note explicative. Mais si la résidence à Paris est un critère d’appartenance à la couche la plus fine des aristocraties, on ne peut pas, même provisoirement, s’installer n’importe où dans la capitale.

  • 5 On pourra comparer nos résultats à ceux de Cyril Grange dans « Les gens du Bollin mondain 1903-198 (...)

8Le mondain doit avoir une résidence appropriée au style de vie qu’il mènera durant la saison parisienne. Il louera, s’il ne les possède pas, un hôtel particulier ou un appartement. D’après l’étude effectuée sur les quatre-cent mondains recensés en 1900, la résidence parisienne doit se situer dans des arrondissements très précis de la capitale5.

Document 1 – Résidence du Grand Monde par arrondissement (Paris 1900)

Document 1 – Résidence du Grand Monde par arrondissement (Paris 1900)

9Les mondains résident avec une forte préférence dans les VIII, VII et XVIe arrondissements. Près de 85 % de nos mondains se partagent entre ces trois arrondissements. Si on y ajoute ceux qui habitent dans le XVIIe, on obtient 90 % de notre échantillon. Les 10 % restant se répartissent entre les seize autres arrondissements et la banlieue ouest de Paris (Neuilly). Il s’agit donc de cette population fortunée qui a préféré quitté les quartiers centraux de la capitale pour profiter des constructions luxueuses et modernes du nord-ouest haussmannien.

10Si on y regarde de plus près, la répartition par quartier de ces élites mondaines, on s’aperçoit de même que le jeu de la ségrégation spatiale fonctionne à l’intérieur des arrondissements.

11On n’habite pas n’importe où dans l’ouest parisien, mais dans les quartiers les plus élégants, qui éloignent le plus possible des quartiers populaires de l’est. Le choix de la résidence permet de se classer dans tel groupe social, de se distinguer socialement. Les personnalités qui constituent notre échantillon affichent clairement leur volonté d’appartenir à l’aristocratie la plus brillante.

12Dans le VIIIe la préférence est forte pour les quartiers des Champs-Elysées (autour de l’avenue Montaigne, avenue d’Antin, avenue Marceau), du faubourg du Roule (avenue de Friedland, rue de Berri) puis de la Madeleine (rue du Fg Saint-Honoré, rue du Cirque). Ce sont des quartiers historiquement aristocratiques (proximité avec les Palais du Louvre et des Tuileries), qui donnent à leurs habitants une position sociale éminente. Le quartier Europe est délaissé tout autant que le IXe arrondissement qui font déjà tampons avec des quartiers plus mixtes socialement (Rochechouart et faubourg Montmartre). Dans le XVIe arrondissement, la répartition des mondains est encore plus inégale : seul le nord attire. Les quartiers de Chaillot et de la porte Dauphine sont les mieux peuplés, au détriment d’Auteuil et de la Muette. Les deux premiers ont été urbanisés avant les autres, ce qui explique une installation plus massive des mondains à la Belle Epoque. L’édification d’hôtels particuliers sur l’avenue du bois de Boulogne (actuelle avenue Foch), l’avenue Victor Hugo et l’avenue Kléber ont attiré cette population désireuse de trouver espace, luxe et isolement social. Dans le VIF arrondissement, on retrouve la même sélection : l’installation précose dans les quartiers (Invalides, Saint-Thomas d’Aquin) de cet arrondissement s’explique aussi par la proximité avec les palais royaux de la rive droite. Cette partie du VIF arrondissement fut le lieu de construction des plus beaux, des plus grands et des plus verts hôtels particuliers de Paris au xviiie siècle, ce qui explique sa capacité d’attraction sur les mondains, jusqu’à la Belle-Epoque (au détriment du VIe mais aussi au détriment des quartiers sud du VIP qui comptent aussi des hôtels particuliers, mais de dimensions plus modestes). On a donc une concentration très forte de mondains dans la partie la plus belle du Faubourg Saint Germain, qui est déjà en lui même, le quartier le plus aristocratique de Paris depuis deux siècles. A cela s’ajoutent quelques mondains installés dans le XVIIe arrondissement, mais là encore, pas n’importe où ; n’attire les mondains que la partie sud, se rapprochant le plus des quartiers les plus prisés des VIIIe et XVIe arrondissements. Le quartier de la plaine Monceau est le plus attractif (avenue de Wagram, bld Malesherbes, avenue de Villiers).

13Cette résidence dans les beaux quartiers de Paris est un signe fort d’appartenance à un groupe social, qui, par sa supériorité, se donne en représentation aux autres. Paris fonctionne comme une scène où se jouent les trois actes de la domination sociale : se distinguer des autres, faire parler de soi, s’imposer comme modèle. Les colonnes du Figaro, elles, véhiculent le modèle et constituent ainsi un lieu de représentation du Grand Monde parisien.

14Au temps de la monarchie, les élites sont passées d’une sociabilité codifiée, publique et officielle de cour, à une sociabilité plus privée, basée sur le culte de l’entre soi, si bien symbolisé par la vogue des salons. Ce phénomène de « privatisation », et la prise d’indépendance des élites par rapport aux lieux du pouvoir se sont accentués par la suite, si bien que dans le Figaro, on distingue bien les « Cérémonies officielles » de ce qui se passe « Dans le Monde » au début du xxe siècle. Les élites aristocratiques ainsi confinées dans l’espace privé, et par définition limitées à un milieu socialement étroit, avaient à sortir de l’intimité pour s’imposer comme groupe dominant, sous peine d’être vite considérées comme un groupuscule stérile. Le rôle de la presse mondaine pour la survie d’une image positive de ces élites auprès du public est donc fondamental. Il est difficile de savoir comment fonctionnait réellement la colonne mondaine du Figaro car on ne connaît pas les chroniqueurs et on ignore par conséquent comment étaient opérés les choix à la fois des évènements et des personnalités les plus remarquables. Il est certain que ces chroniqueurs étaient eux-mêmes, dans une certaine mesure, des personnes intégrées au Grand Monde car ils étaient censés participer aux festivités les plus prestigieuses et reconnaître, pour les nommer ensuite, les individus les plus en vue. Cependant, il est aussi très clair que les élites aristocratiques intervenaient largement dans la construction de leur propre image. Il est fort probable que les annonces de réception étaient faites à la demande des mondains, et que les listes d’individus présents lors des festivités, aient été communiquées par les hôtes eux-mêmes. Le Figaro ne transmet que ce que le Grand Monde désire qu’on sache de lui. N’étaient signalés que les gens qui ne voyaient pas d’inconvénient à l’être, mais aussi et surtout, ceux qui pouvaient y prétendre, ce qui limite par conséquent la liste des mondains à quelques grandes familles. Essayons à présent d’identifier ce Grand Monde parisien, à la lumière de notre source.

15Nous avons relevé systématiquement les noms des personnes les plus citées lors des évènements de la saison parisienne de 1900. Obtenant une liste de 1 300 personnes, nous n’avons gardé que les 400 premiers. De plus, comme on vient de le voir, les personnes signalées font l’objet d’un choix personnel des chroniqueurs, voire d’une intervention des élites elles-mêmes, dans un but de sur-valorisation des meilleurs éléments et de camouflage des individus les moins valorisants pour le groupe dans son ensemble. On ne sera donc pas tellement étonné du résultat.

16Tout d’abord, on constate l’importance de l’ancienneté du nom comme critère d’appartenance à la haute société parisienne. Sur les 400 personnes étudiées, on compte un très grand nombre d’individus d’origine noble. On a en effet, une population qui est à près de 70 % noble. On est en présence ici d’élites anciennes, dont le prestige familial remonte à plusieurs générations. Si on regarde de plus près ces résultats, on constate que parmi ces nobles 48 % sont de pure extraction, c’est-à-dire que le nom de leur famille et le pouvoir qui lui est associé, peuvent être datés du xie siècle pour les plus grandes familles, au début du XVIe. Ce sont des noms auxquels se rattachent les plus anciennes périodes de l’histoire du royaume de France. On trouve ainsi par exemple le Comte de Clermont-Tonnerre d’extraction chevaleresque, originaire du Dauphiné, le Comte de Salignac-Fénelon d’extraction chevaleresque, originaire du Périgord, le Comte de Castelbajac, originaire du Languedoc. On a aussi un nombre important d’anoblis des XVII et xviiie siècles (10 %) et du xixe siècle (11 %). Dans cet échantillon de 400 personnes, nous avons aussi 52 noms de familles nobles étrangères ce qui fait 13 % de noblesse européenne en plus, soit un total noble de 82 %. Parmi ces familles étrangères figurent beaucoup de Russes, des Italiens, quelques Anglais, qui sont de passage, ou qui résident de façon permanente à Paris. Cependant, il faut relativiser leur poids car nous sommes dans une année d’Exposition Universelle. Or, même si les mondanités liées à cet événement figurent dans une rubrique distincte que nous n’avons pas prise en compte dans notre étude, nombreux étrangers présents cette année-là à Paris, ne le sont qu’à cause de l’Exposition, et ne figureraient donc pas dans le Figaro une autre année. Parmi les nobles de notre échantillon, 81 % ont des titres de noblesse, dont l’origine et l’authenticité seraient à vérifier. Les autres étant des nobles sans titre, comme les étrangers qui n’en bénéficient pas dans leur pays. On compte donc 142 comtes, 46 marquis, 32 princes... sans oublier les ducs français comme les Broglie, les Brissac et les Gramont. C’est ce que la France compte de meilleur dans la catégorie de ses élites anciennes.

17Il ne faut pas pour autant négliger les 18 % de grands bourgeois présents. C’est d’ailleurs eux qui mériteraient une étude spécifique pour saisir le degré d’ouverture de cette société mondaine. Il s’agit de grandes personnalités des mondes politique, diplomatique, économique, mais aussi artistique et littéraire. Sont présents sur la liste des mondains aussi bien le gouverneur de la Banque de France Georges Pallain, Le ministre des Affaires étrangères Théophile Delcassé, le général Bailloud que l’artiste peintre Jean Béraud.

18En procédant de cette manière, nous avions de fortes chances de trouver des grands noms de la haute société cosmopolite. Cependant, ramené à son contexte chronologique et à son cadre géographique, le résultat surprend quand même : un échantillon comme celui-ci obtenu en Autriche-Hongrie ou en Angleterre ne surprendrait pas, mais il a quelque chose de curieux en France. En effet, en 1900, nous sommes sous le régime de la IIP République depuis trente ans, vingt années effectives, régime qui prône les notions d’égalité, mais aussi de mérite et de progrès par le travail. Or le modèle social ici affiché par un journal, modéré certes, mais républicain, est celui d’une élite de la naissance, de la fortune et du patrimoine hérités, un groupe social encore largement oisif et soucieux de ses plaisirs. Le pays de la Révolution, des droits de l’homme et de l’abolition des privilèges, dans lequel les nobles n’ont plus de statut juridique depuis longtemps, semble accepter et même promouvoir la prédominance sociale et culturelle des résidus de l’Ancien Régime.

19L’image véhiculée par le Figaro au début de notre période est celle d’un Monde élégant, un monde de raffinement et de goût. Les formules consacrées sont celles de « Tout-Paris élégant », de « Société élégante », d’« assistance nombreuse et élégante ». L’élégance des élites aristocratiques apparaît dans la presse comme une qualité éminemment supérieure, mais surtout innée. C’est une qualité naturelle, propre à un groupe spécifique. Les aristocrates sont autant d’ambassadeurs de l’élégance parisienne, devenue mythique au xixe siècle. Les femmes incarnent le raffinement des modes vestimentaires : pour cette raison elles doivent « briller » en société. Les colonnes n’insistent jamais assez sur « l’élégance des toilettes » féminines : des descriptions très précises sont faites sur les tenues portées par les grandes dames du Monde lors des courses hippiques ou des bals costumés.

  • 6 « Le Monde et la ville », le Figaro, 31 mai 1900. Rapport d’une fête costumée chez Mme Madeleine L (...)

A citer encore parmi les plus beaux costumes : princesse de Savoie, en toilette Louis XV avec un splendide chapeau, duchesse de Brissac en Louis XVI rose, duchesse de La Rochefoucauld, en chauve-souris, la robe toute pailletée de bleu ; comtesse Joseph de Gabriac en rose pompon avec panier à anse tout fleuri, posé comme coiffure (...)6.

  • 7 Sur ce point voir E. Mension-Rigau « Aristocrates et grands bourgeois », Paris, Plon, 1994. Chapit (...)

20D’autre part, le Grand Monde parisien est une société d’esthètes. Le Figaro se fait le porte-parole de ce souci permanent de s’entourer de ce qu’il y a de plus beau. Les élites aristocratiques s’entourent des meilleurs artistes, se fournissent chez les plus grands couturiers comme Worth et Doucet, transforment intégralement leur intérieur à l’occasion de fêtes, non seulement pour briller et faire parler d’eux, mais surtout parce qu’ils incarnent les valeurs françaises : élégance, raffinement, bon goût, Esprit de société. Ils incarnent l’Excellence7. L’aspect esthétique des soirées est valorisé, comme dans cet article :

  • 8 « Dans le Monde », le Figaro, 15 janvier 1930.

Mr et Mm. Fournès viennent de donner en leur hôtel du quai d’Orsay, à l’occasion de leurs noces d’argent, une soirée qui restera dans la mémoire de leurs invités. Le mot d’ordre était : les dames en toilette blanche et argent. C’était un coup d’œil splendide que cette symphonie en blanc qui se répercutait même sur les murs tapissés d’étoffes argent. Après ce régal des yeux, le régal de l’esprit : une revue de Mauricet et de Pierre Varenne « Silver wedding », un bijou de bonne humeur et de bon goût8.

21Précisons ici qu’au contraire des cérémonies officielles, qui ont une nécessité politique ou diplomatique, les soirées du Grand Monde parisien, telles qu’elles sont décrites dans la presse, ne répondent à aucune obligation, c’est-à-dire qu’elles n’ont d’autre objectif que celui de promouvoir un mode de vie supérieur. A partir des années vingt, dans notre colonne mondaine, se distinguent trois catégories de sociabilité : celle qui se passe « A l’Elysée », celles « Dans les ambassades » et « Dans le monde », ces catégories étant plus ou moins confondues avant la Grande Guerre. Cela montre l’affirmation d’une sociabilité particulière aux élites anciennes, fondée sur des valeurs ni économiques ni politiques, mais sur un idéal esthétique.

22Pourtant, la presse véhicule en même temps l’image d’une sociabilité qui a une utilité sociale et culturelle. L’action caritative des grandes dames de l’époque, leur dévouement et leur générosité sont sans cesse rappelés à l’occasion des fêtes de charité, qui sont nombreuses durant la période. Le Figaro signale parfois le montant des dons encaissés en prenant soin de nommer les femmes les plus généreuses. La charité est une des fonctions sociales traditionnelles du Grand Monde : elle est ainsi perpétuée au début du xxe siècle. La mobilisation des élites pour défendre telle ou telle cause est d’ailleurs remarquable et on sait bien, sans pouvoir mesurer l’aide réelle apportée, le dynamisme de certaines associations aristocratiques. Durant la guerre notamment, des femmes des plus grandes familles ont transformé leur château familial en hôpital, prenant à leur charge l’accueil et le soin des blessés ; d’autres ont régulièrement organisé des ventes et des concerts pour venir en aide aux victimes du premier conflit mondial.

23Du point de vue culturel, le Grand Monde apparaît comme un promoteur de l’art et des lettres, mais aussi plus généralement comme un agent de promotion de la modernité. En effet, loin d’apparaître comme un groupe social fermé et exclusivement attaché à une culture classique, les élites aristocratiques se tournent systématiquement vers les innovations en matière d’art au sens large, et de techniques. Ainsi, la revue, le music-hall puis les danses exotiques sont très vite adoptés comme distractions lors des soirées mondaines : on invite des vedettes américaines à se produire chez soi. On danse soi-même sur des musiques à la mode. On introduit aussi le film scientifique ou de fiction, comme élément divertissant. Certaines grandes dames se lancent même dans la production :

  • 9 « Dans le Monde », le Figaro, 2 janvier 1933.

La duchesse de Noailles vient de donner une élégante réunion au cours de laquelle fut présentée le film « Son crime », la première des œuvres interprétées par la Compagnie cinématographique d’amateurs, l’Ecran mondain, et dont la duchesse de Noailles est la Présidente et une des interprètes les plus remarquables9.

24Les grands bals mondains, pour lesquels les hôtes aspiraient à créer de nouveaux décors, ont permis l’introduction précoce de l’électricité et des jeux de lumières. De grands artistes tels que P. Picasso ou Poiret se transformaient en décorateurs privés et signaient des créations uniques et originales pour le plus grand plaisir de leurs protecteurs. Enfin, le Grand Monde est curieux de toutes les nouveautés parce qu’en tant que groupe dominant, il se donne pour mission de façonner les goûts et de lancer les modes : mode vestimentaire, tendance musicale, engouement passager pour tel ou tel artiste.

25Derrière cette image d’une sociabilité utile sur les plans social et culturel, se cache aussi celle d’un luxe exacerbé, d’une richesse sans limite. Certains articles apparaissent comme une véritable démonstration de la force économique de ces élites. Cela est d’autant plus vrai que l’image dominante du mondain parfait est encore celle d’un oisif, dont la fortune est familiale et patrimoniale. Sur les quatre-cents mondains recensés, une part importante de ces individus n’a pas d’activité professionnelle déclarée, ce qui laisse penser qu’ils sont encore souvent rentiers. Cependant, une majorité est déjà intégrée au monde professionnel. Ils se répartissent entre différents secteurs : l’armée, la diplomatie, la politique, le monde des arts et des sciences et accessoirement le monde des affaires. Le service de l’Etat, même républicain, le travail intellectuel et l’exercice d’un talent artistique sont des activités qui n’entachent pas leur image d’aristocrate libre de toutes préoccupations économiques. Globalement, le Figaro valorise l’image d’un Monde qui est à part, un monde léger, qui prône et incarne un mode de vie qui n’est pas soumis aux aléas des conjonctures économiques et politiques, un monde qui traverse les époques sans voir son image se ternir. On est d’ailleurs surpris par la stabilité de l’image véhiculée dans le Figaro entre 1900 et 1939. De Gaston Calmette à F. Coty, d’une direction conservatrice à celle d’une droite fascisante, on aurait pu s’attendre à une évolution radicale dans la représentation du Grand Monde. Ce n’est pas le cas. En fait, seules les pratiques distinctives de ce groupe changent en quarante ans.

26Les pratiques mondaines au début du xxe siècle sont nombreuses et variées. Elles se déroulent dans des espaces publics (opéra, théâtres, ambassades, grands hôtels) qu’on réserve à des occasions précises, dans des espaces privés (salons et hôtels particuliers) mais aussi dans des espaces dits semi-privés que sont les cercles par exemple. Ces pratiques se déclinent selon les heures de la journée : matinée, déjeuner, thé, goûter, dîner et soirée. N’ayant fait que commencer notre analyse, nous nous contenterons de décrire à grands traits l’évolution de ces pratiques mondaines entre 1900 et 1939.

  • 10 Rubrique qui est une sous-catégorie de notre colonne « Le Monde et la ville » au même titre que ce (...)

27La première remarque est le déclin puis la quasi disparition du salon mondain. Très en vogue dés le xviiie siècle, à vocation philosophique et littéraire au départ, la mode du salon a continué au xixe siècle. Les femmes de l’aristocratie et de la bourgeoisie aimaient recevoir des convives le Jour fixé, dans leur salon, et se flattaient de parvenir à réunir des personnalités importantes des mondes politique, littéraire ou artistique, selon leurs relations et l’orientation qu’elles choisissaient. L’apogée de cette mode, comme celle de nombreuses pratiques mondaines, correspond à la Belle-Epoque. En 1900, la rubrique « Salon » du Figaro10 est fournie de réceptions nombreuses et élégantes, qui ont lieu dans des cadres privés dans la majorité des cas, ou qui sont organisées par un particulier souvent étranger, dans les salons d’une ambassade ou d’un Grand hôtel. La rubrique comprend des réunions qui se déroulent à tous moments de la semaine, à toutes heures de la journée : il n’y a pas de règle en la matière. Elles peuvent réunir de quelques personnes pour un goûter ordinaire à plusieurs centaines de personnes pour un grand dîner. Le « Salon » tel qu’il est présenté au début du xxe siècle dans le Figaro n’est donc plus seulement un Jour de réception confinée. Il est, plus généralement, une mondanité organisée dans le cadre privé.

  • 11 Myriam Chimènes « Les salons parisiens et la promotion des musiciens étrangers (1870-1940) » in «  (...)

28Au début du xxe siècle, on note l’importance des salons musicaux. Les aristocraties parisiennes aiment réunir autour d’eux des artistes, compositeurs et interprètes, et participent ainsi à la promotion sociale d’individus de talent, et au succès d’œuvres anciennes et récentes. Nombreux compositeurs célèbres sont à l’honneur dans les salons mondains et viennent eux-mêmes interpréter leurs œuvres pour de grandes dames illustres11. Jules Massenet et Camille Saint-Saëns sont de véritables vedettes de salon au début du xxe siècle ; On invite les artistes lyriques de l’Opéra et de l’Opéra-Comique, les musiciens d’orchestre et les solistes de renom international, tout se personnel étant rémunéré à la soirée, selon un prix fixé au préalable par la maîtresse de maison. Le Grand Monde parisien du début du siècle poursuit donc l’œuvre de promotion artistique, qui est une pratique si caractéristique du mode de vie des élites anciennes. Plus qu’un simple soutien financier, le Grand Monde apporte son concours à l’interprétation des œuvres : ayant reçu souvent de solides formations musicales, les femmes du Monde n’hésitent pas à jouer ou à chanter elles-mêmes. Le Figaro qui fait le récit de certaines soirées musicales met côte à côte le nom des artistes les plus reconnus et celui des maîtresses de maison, plaçant ainsi sur le même plan le talent d’une professionnelle et celui, plus relatif, d’une amateur. Le journal valorise toujours les qualités artistiques du Grand Monde. Ainsi, la Comtesse de Maupeou apparaît comme une véritable artiste lyrique qui se produit dans les plus célèbres salons mondains au début du xxe siècle. Le Figaro rapporte de la même façon :

  • 12 « le Monde et la ville », le Figaro, 24 février 1914.

Soirée musicale très brillante chez le Docteur et Mme Léon Bizard en l’honneur de Paul Vidal, l’éminent chef de musique. Le maître a dirigé l’exécution de ses œuvres, brillamment interprétées par la gracieuse maîtresse de maison.12

29Grand prix de Rome en 1883, directeur de chant à l’Opéra, Paul Vidal devient chef d’orchestre dans ce même établissement en 1906. Les débuts de carrière des musiciens et compositeurs de l’époque passaient souvent par une promotion mondaine dans les salons.

30Le rapport d’interdépendance qui existe entre le monde artistique et le Monde perdure donc au début du xxe siècle. Les élites mondaines sont aussi très férues de théâtre et de revues. Elles invitent des artistes de la Comédie-Française et d’autres établissements théâtraux parisiens pour jouer lors de leurs soirées, des morceaux choisis d’œuvres anciennes ou récentes. Le goût des élites pour ce système des morceaux choisis, permet de mettre en doute l’idée d’un véritable amateurisme mondain de qualité. En effet, le contenu artistique de ces soirées repose sur une alternance d’airs d’opéra, d’extraits de pièces de théâtre, de chansons, de danses, de passages de revues comiques et de lectures de poésies. Cette volonté de faire un peu de tout, sans ne rien voir ou entendre de complet, nous laisse penser que la priorité devait être accordée moins à la promotion d’œuvres appréciées et connues, qu’à la distraction légère. La pratique des salons musicaux disparaît presque totalement après la guerre. La rubrique « salon » elle-même ne réapparaîtra plus après 1914. Si on trouve encore quelques récits de soirées musicales entre 1918 et 1939, celles-ci se font de plus en plus rares et ne prennent plus le nom de salon. Les grands salons musicaux de la fin du siècle ont disparu au profit de nouvelles formes de distractions. La pratique des grande soirées privées, elle, perdure, mais ne se range plus dans une catégorie « salon ».

31En ce qui concerne la vie des cercles, on remarque un certain maintien des activités organisées entre 1900 et 1939. Les grands cercles parisiens (Union, Jockey, Nouveau Cercle) survivent même en temps de crise. Ce sont des lieux consacrés aux discussions, à la lecture et aux conférences :

  • 13 « Cercles », le Figaro, 19 février 1930.

Le Marquis de Montferrier a fait hier sur l’invitation de l’Association d’Encouragement à l’agriculture, à la littérature et aux sports du Nouveau cercle, et devant un très nombreux et fort élégant auditoire, une causerie sur « l’évolution des bonnes manières ». Le conférencier, dans une langue choisie, émailla sa causerie de traits de l’esprit le plus fin et de pittoresques anecdotes. Il fit avec une pittoresque et charmante subtilité, la critique des manières d’aujourd’hui, les comparant à celles du passé ; sa parole élégante et incisive fut fort applaudie.13

32On y joue aussi des revues écrites par des aristocrates amateurs de belles lettres, comme ce Marquis de Montferrier ou comme le célèbre Marquis de Massa. L’existence et le dynamisme des cercles ne paraissent pas compromis à la lecture du Figaro, puisqu’on constate la stabilité des notes qui leur sont consacrées. Ces résultats ne sont évidemment qu’apparents et superficiels puisqu’ils ne sont basés que sur une source, qui plus est indirecte. Pour compléter ces quelques remarques, une étude de fond sur l’évolution de la fréquentation et de la composition sociale des grands cercles parisiens reste à faire.

  • 14 B. de Castellane « Mémoires. Comment j’ai découvert l’Amérique 1924 », Paris, Perrin, 1986.
  • 15 Alice Bravard, Mémoire de maîtrise ss dir. Christophe Charle « Du divertissement aux loisirs du To (...)

33Ajoutons qu’au début du xxe siècle, deux pratiques ont tendance à se renforcer : le bal et l’action caritative. Le bal mondain fut très en vogue à la Belle-Epoque. Costumés ou en habit, il est le symbole le plus remarquable de cette vie mondaine d’abondance et de luxe, puisqu’il permet aux hôtes de déployer des merveilles d’ingéniosité et de goût. Les plus célèbres de l’époque sont ceux de Boniface de Castellane14 et de Robert de Montesquiou. Ces bals se déroulent dans des cadres privés (hôtels particuliers) mais de plus en plus dans des lieux publics comme l’Opéra Gantier15 ou les théâtres parisiens. Ils sont l’objet des articles les plus longs du Figaro, parce que les chroniqueurs aiment décrire la magnificence des décors mis en place pour la soirée, et ils citent les noms des très nombreuses personnes invitées. Le journal qui ne nomme que plusieurs dizaines d’invités, parmi les plus remarquables, signalent cependant des chiffres allant jusqu’à deux à trois milles personnes présentes. Les hôtes doivent donc impérativement posséder ou louer des lieux immenses ; si les bals sont nombreux dans l’entre-deux-guerres, ils se déroulent de plus en plus dans des espaces loués. De même, ils sont de moins en moins privés, mais souhaités par des associations, qui organisent pour financer une partie des dépenses, une souscription. Cela pourrait s’expliquer par une perte de capacité financière des élites, mais cela reste à démontrer.

34Les bals de souscription font partie des activités caritatives de plus en plus nombreuses après la guerre. Celles-ci prennent des formes multiples et ont pour but de défendre des causes très variées. La guerre donne l’occasion de réunir des dons pour les blessés, mutilés, pour les femmes de victimes, ou les orphelins. Les temps difficiles de l’après-guerre, puis la crise économique qui frappent la France, stimuleront encore la bonne volonté des grandes familles. La charité donne des occasions multiples de se réunir. Voici deux exemples de superbes festivités organisées pour des raisons caritatives ; chez le Prince James de Rothschild :

  • 16 « Charité », le Figaro, 11 janvier 1933.

Ce gala offrira un double attrait : il réunira dans son programme la plupart des grandes vedettes de Paris du théâtre et du cinéma, et ce spectacle exceptionnel sera suivi d’un souper par petites tables pendant lequel on applaudira toutes les étoiles du music-hall. Enfin spectacle et souper – 60 et 40 francs – sont, comme on le voit, fixés à des prix qui correspondent aux disponibilités amoindris d’un temps de crise. Aussi la plupart des places et des tables sont-elles d’ores et déjà retenues et le Tout-Paris élégant se retrouvera dans le cadre éblouissant que des artistes de goût ont réalisé pour cette soirée.16

35Chez la Vicomtesse Benoit d’Azy la même année :

  • 17 « Charité », le Figaro, 21 janvier 1933.

Le 9e rallye organisé par la vicomtesse Benoit d’Azy dans son hôtel de la rue Fabert, en faveur de la cantine des chômeuses, a eu lieu ces jours derniers et fut en tous points réussi grâce aux concours de ses amis et en particulier à celui de deux maisons du haut commerce parisien, qui transformèrent les beaux salons en un palais aux mille lumières dans lequel les chanteurs américains : Marino et Norris charmèrent l’auditoire.17

36On assiste, au regard des colonnes du Figaro, non pas à un déclin du Grand Monde qui se maintient visiblement comme groupe social dominant, ni même à un déclin des sociabilités mondaines, mais à un simple renouvellement de leurs pratiques sociales entre 1900 et 1939. Il est remarquable de constater la persistance de ce mode de vie brillant durant la période comme si, ni la guerre, ni la crise, ni même l’évolution des mentalités n’avaient ébranlé la position éminente des élites anciennes. Les contextes politique et économique défavorables à ces élites depuis la deuxième moitié du xixe ne semblent pas avoir entamé leur capacité de résistance. De plus, victimes des assaut de la modernité, elles ont fait preuve d’une capacité d’adaptation, tout en préservant l’exclusivité du groupe. André de Fouquières, mondain illustre de l’époque, écrivait à propos du « Club des mardis », mondanité sélective créée en 1936 :

  • 18 « Dans le Monde », le Figaro, 13 février 1936.

La société parisienne, pour reconquérir son éclat, vis-à-vis d’elle-même et de l’étranger, doit rester homogène, c’est la condition même du succès. C’est par la qualité seule que Paris maintiendra sa place. La soirée du Club des mardis est un indice, après d’autres, d’un renouveau qui ne demande qu’à s’épanouir et à s’affirmer. Il faut reconnaître que ces efforts, on les doit à des personnalités parisiennes, à différents groupements qui n’ont d’autre souci que celui de rendre à Paris son ambiance d’autrefois. Ce sont de telles initiatives qui, répétées mais disciplinées, peuvent garder à la capitale son séduisant visage.18

37Conscient de la menace que représentent pour le groupe les évolutions sociales, politiques et économiques de leur époque, les élites mondaines semblent avoir mis au point un double dispositif : préserver son homogénéité par la sélection la plus stricte des éléments du groupe, ce qui explique dans une certaine mesure la création de l’Association d’Entraide de la Noblesse française en 1932. Mais aussi s’ouvrir aux innovations, adapter son mode de vie aux temps nouveaux, adapter son image et ses pratiques aux exigences contemporaines. Si l’effort de persistance du groupe lui permet de conserver sa place dans les Années Folles, on peut dire que la Seconde guerre mondiale marque par contre le début de la longue agonie sociale et culturelle des élites anciennes : la colonne mondaine du Figaro disparaît précisément à ce moment. Désormais, le « Carnet du jour », vidé de sa substance mondaine, ne sera plus qu’une liste sans âme de mariages, de naissances et de décès. La disparition de la colonne correspond bien sûr avant tout à des choix éditoriaux : le Figaro, devenu Société anonyme en 1944, a probablement revu ses orientations éditoriales. Mais on peut supposer qu’elle correspond à une rupture définitive de la société contemporaine avec ses anciennes élites, à la « Fin d’un Monde » que Marcel Proust avait annoncée vingt ans plus tôt.

Notes

1 Notre travail étant en cours, nous n’aborderons ici que la question des sociabilités, laissant de côté celle plus générale des modes de vie. sur laquelle nous n’avons pas encore d’éléments suffisamment complets.

2 Ss direction de Christophe Charle et Daniel Roche « Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes », Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

3 Sur la notion de Tout-Paris, voir le travail d’Anne-Martin Fugier « La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848 », Paris, Fayard, 1990.

4 « Le Monde et la ville », le Figaro, 2 mars 1914.

5 On pourra comparer nos résultats à ceux de Cyril Grange dans « Les gens du Bollin mondain 1903-1987 : y être, c’est en être. », Paris, Fayard, 1996.

6 « Le Monde et la ville », le Figaro, 31 mai 1900. Rapport d’une fête costumée chez Mme Madeleine Lemaire.

7 Sur ce point voir E. Mension-Rigau « Aristocrates et grands bourgeois », Paris, Plon, 1994. Chapitre 8 : « Une excellence offerte en modèle ».

8 « Dans le Monde », le Figaro, 15 janvier 1930.

9 « Dans le Monde », le Figaro, 2 janvier 1933.

10 Rubrique qui est une sous-catégorie de notre colonne « Le Monde et la ville » au même titre que celles des « cercles » « charité » « renseignements mondains », « mariages » et « décès ».

11 Myriam Chimènes « Les salons parisiens et la promotion des musiciens étrangers (1870-1940) » in « Capitales culturelles, Capitales symboliques », Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

12 « le Monde et la ville », le Figaro, 24 février 1914.

13 « Cercles », le Figaro, 19 février 1930.

14 B. de Castellane « Mémoires. Comment j’ai découvert l’Amérique 1924 », Paris, Perrin, 1986.

15 Alice Bravard, Mémoire de maîtrise ss dir. Christophe Charle « Du divertissement aux loisirs du Tout-Paris : exemples des bals et des galas de l’Opéra Garnier dans l’entre-deux-guerres », Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997.

16 « Charité », le Figaro, 11 janvier 1933.

17 « Charité », le Figaro, 21 janvier 1933.

18 « Dans le Monde », le Figaro, 13 février 1936.

Table des illustrations

Titre Document 1 – Résidence du Grand Monde par arrondissement (Paris 1900)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteur

Agrégée d’histoire, doctorante, Paris I

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable