Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

II. Sociabilités et identités urbaines, entre localisme et universalisme

L’exclusion des salons ou la mise à mort sociale : L’exemple de Grenoble dans la seconde moitié du xviiie siècle

Clarisse Coulomb

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Parmi les études récentes, Dena GOODMAN, The Republic of Letters. A Cultural History of the French (...)
  • 2 Sur les liens entre opinion publique et société mondaine, Jürgen HABERMAS, L’Espace public, archéol (...)
  • 3 Robert DARNTON, « Two Paths throught the social history of ideas », The Darnton Debate. Books and r (...)

1Dans la France des Lumières, l’importance des salons qui réunissent les élites autour d’une personnalité, souvent féminine, est bien connue1. Leur rôle dans la formation de l’opinion publique à partir des années 1760 a été souligné2. Citant le cas de la conseillère au parlement de Paris, madame de Vieux maison, qui anime un véritable foyer de jansénisme et d’opposition au gouvernement, Robert Darnton a rappelé néanmoins que les salons ne participent pas tous du mouvement des Lumières3. Cette remarque s’applique remarquablement au cas de la ville parlementaire qu’est Grenoble, où les cercles de sociabilité ne s’intéressent point aux idées nouvelles, où ce ne sont pas les brochures de Voltaire qui font le sujet des discussions, mais les dernières remontrances du parlement et où les salons sont le théâtre d’affrontements politiques violents dès le début de la décennie 1760.

  • 4 Bernard LEPETIT, Les Villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, 1988 ; René FAVIER, Les Ville (...)
  • 5 Par l’arrêt du 5 mars 1762, qui exige des candidats quatre degrés de noblesse, le récipiendaire com (...)
  • 6 René FAVIER, Op. cit. William DOYLE, The Parlement of Bordeaux and the End of the Old Regime. 1771- (...)

2Grenoble est le type même d’une capitale provinciale, malgré sa taille médiocre, 24 000 habitants seulement : outre la présence du parlement, elle est le siège des principales institutions de la province – gouvernement, intendance, chambre des comptes, bureau des finances, évêché et garnisons – et se situe donc au sommet de la hiérarchie politique et administrative du Dauphiné4. L’élite urbaine est dominée par la noblesse de robe car la ville est dotée de pas moins de trois cours souveraines dont la plus prestigieuse est sans conteste le parlement. La noblesse d’épée est constituée de familles dont des membres ont siégé dans la cour souveraine – ou qui aspirent à y entrer – les années 1760 correspondent en effet à une fermeture aux non-gentilshommes5. Le grand négoce n’existe pas dans cette ville de montagne, pauvre, contrairement à des cités négociantes comme Bordeaux ou Rouen6.

  • 7 Jacques SOLÉ dans l’Histoire de Grenoble, sous la dir. de Vital CHOMEL, Toulouse, 1976, p. 169-211 (...)
  • 8 Grenoble est une des dernières villes de quelque importance à s’être dotée d’une académie ; voir Da (...)
  • 9 Pierre BARRAL, « Un siècle de Maçonnerie grenobloise (1750-1850)», Cahiers d’Histoire, Grenoble, 19 (...)
  • 10 Clarisse COULOMB, « Connaître le Passé. Réformer le Présent. La culture des Parlementaires dauphino (...)
  • 11 Voir Robert A. SCHNEIDER, Public Life in Toulouse, 1463-1789. From Municipal Republic to cosmopolit (...)

3Si au xviie siècle, la cité grenobloise était un foyer non négligeable de la culture provinciale française, grâce au rôle majeur de la haute robe, aussi cultivée que libertine, ce n’est plus le cas dans la première moitié du siècle suivant7. Signe de cette atonie culturelle grenobloise, il n’existe pas d’académie jusque dans les années 17808 ; la seule société existante est l’Académie musicale créée en 1742 ; il n’y a pas de théâtre avant 1768, pas même une troupe régulière ; enfin, les loges n’apparaissent qu’en 1766, et de façon éphémère, pour ne s’implanter véritablement qu’en 17719. Les occasions de rencontre et d’échange pour les élites cultivées sont donc restreintes sous le règne de Louis XV. Nulle épouse de magistrats ne semble animer un salon de quelque importance, ce qui n’est guère surprenant quand on voit, par leurs bibliothèques, à quel point les magistrats se désintéressent des belles-lettres ou des arts10. La sociabilité mondaine n’est donc pas dominée, comme à Toulouse, par les familles des membres du parlement11.

  • 12 Georges CUCUEL, « La vie de société dans le Dauphinois au xviiie siècle », Revue du xviiie siècle, (...)
  • 13 Louis ROYER, art. cit., p. 593.
  • 14 Ibid., p. 599.
  • 15 Laurent VERSINI, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et les techniques des Liaisons dange (...)
  • 16 Vie de Henry Brulard

4Mais Grenoble est aussi une importante ville de garnison, contrôlant la route de l’Italie, et comme telle concentre plus d’un millier de soldats. C’est généralement le salon du lieutenant général de la province qui est le centre de la vie sociale12. Les salons du comte de Médavy au début du siècle sont célèbres pour leurs belles fêtes que retracent les poésies légères du recueil Clémentine13 ; les salons du marquis de Dumesnil en 1761-1762, puis du duc de Clermont-Tonnerre dans les années 1770 seront à leur tour les centres de la bonne société. Les magistrats ne sont cependant pas à l’écart de la vie mondaine, à laquelle ils participent activement. Un sous-lieutenant d’un régiment en garnison à Grenoble écrit ainsi : « le militaire est ici avec tout l’agrément imaginable bien reçu dans toutes les maisons, même celles du Parlement, fêté et chéri partout »14. Le ton de cette société est plus frivole que cultivé : une réputation de galanterie s’attache à Grenoble. À la fin du xviie siècle, Alexandrine de Tencin, fille d’un président à mortier, avait défrayé la chronique avant de s’établir à Paris. Laclos, en garnison à Grenoble en 1764, y aurait trouvé le type des personnages des Liaisons dangereuses15 et l’on sait la stupéfaction de Stendhal en apprenant la renommée libertine de sa ville natale16.

  • 17 Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit et Louis XV et l’opposition parlementaire (1715-1774) (...)

5Les années 1760 correspondent au début d’une forte contestation des parlements provinciaux17. La cour dauphinoise, en particulier, n’avait pas participé aux querelles jansénistes de la première moitié du siècle et c’est la lutte contre la politique fiscale du gouvernement pour financer la guerre de Sept Ans qui marque son entrée dans l’opposition, une opposition que tentera de briser le chancelier Maupeou en 1771. Si les arguments du parti parlementaire sont bien connus – grâce à l’étude des remontrances en particulier –, les formes du jeu politique dans la cité le sont moins. Pourtant, à Grenoble comme ailleurs, la crise politique ne reste jamais confinée au palais, où a lieu l’enregistrement forcé, mais gagne la sphère urbaine tout entière et les cercles mondains en particulier. La période d’opposition au gouvernement des années 1760-1770 se traduit ainsi par de véritables guerres de salon menées contre les représentants du roi : en 1760, le comte de Marcieu commandant de la province est mis au ban de la société ; en 1763, c’est au tour du lieutenant général Dumesnil, puis dix ans après, des magistrats-Maupeou, dont le plus célèbre d’entre eux, le procureur général Berger de Moydieu. A chaque crise politique, la vie mondaine devient donc l’enjeu d’une compétition acharnée entre les représentants du roi, ou ses partisans, et les magistrats. Les crises politiques correspondent alors à des temps forts de la sociabilité urbaine : les réceptions se succèdent, où l’on débite des vers, chansons, voire comédies, ridiculisant l’adversaire. Il s’agit donc d’étudier ici l’enjeu politique de la sociabilité mondaine.

6Le théâtre mondain voit s’affronter le représentant du roi, symbolisant les ordres venant de la capitale, aux élites locales qui affirment leur cohésion en rejetant l’intrus. Les solidarités urbaines, nouées dans le rire, la dérision, permettent d’exclure efficacement l’adversaire du cercle de la société et donc de signer son échec politique.

I. LA PROVINCE CONTRE PARIS

1. L’EXCLUSION DE LA BONNE SOCIÉTÉ

  • 18 Jean EGRET, Op. cit., I, p. 79-82.
  • 19 Ibid., p. 81.

7En mars 1760, le comte de Marcieu, commandant commissionné de la province, avait refusé les honneurs militaires aux funérailles du premier président du parlement de Piolenc qui avait pourtant exercé le pouvoir militaire de la province avant lui. Outrés, les magistrats rompirent toute relation avec lui18. Cependant, le 12 novembre suivant, le comte de Marcieu fut chargé de l’enregistrement militaire de l’édit fiscal de février qui établissait une double capitation et un troisième vingtième. Il demanda, et obtint de Versailles, d’être nommé lieutenant-général de la province pour prendre le premier rang au palais en cette occasion solennelle. Mais pour enregistrer les lettres patentes qui lui accordaient cette nouvelle dignité, il lui fallait faire une visite protocolaire à des magistrats qui lui avaient fermé leurs portes, humiliation à laquelle le vieux militaire refusa de se plier. Le 12 novembre, lors de l’enregistrement militaire, les magistrats s’indignèrent de lui voir occuper le premier rang et se retirèrent pour « ne pas voir la place du Gouverneur de cette province usurpée sans un titre reconnu »19.

  • 20 Sur le récit de la crise parlementaire de 1763 dans l’ensemble des parlements de province, voir Jea (...)
  • 21 A ce sujet, il faut voir les témoignages de l’avocat Letourneau, observateur lucide de la société g (...)

8Son remplaçant, le marquis de Dumesnil, avait sans doute médité ce précédent lorsqu’il fut chargé, trois ans plus tard, de faire enregistrer l’édit fiscal d’avril 1763 qui, contrairement aux promesses du gouvernement, prorogeaient le second vingtième pour six ans20. Le marquis de Dumesnil semble avoir été jusque-là apprécié de la société parlementaire21 ; c’était un homme fastueux, dont les succès auprès des épouses des magistrats furent chansonnés :

  • 22 B.M.G, U 1117 : Le Sault périlleux, tragédie en trois actes, Ms, f. 26.

Un seul de vos coups d’œil captive la plus belle ;
Pour un de vos soupers la plus fière chancelle.
Nos lugubres barbons, par vos soins endormis,
Gobent tous vos propos et sont de vos amis22.

  • 23 B.M.G, O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., ms, s. 1 (...)

9C’est ainsi que le lieutenant général, pour se concilier les parlementaires, se livra à une véritable offensive mondaine dans la semaine qui précéda l’enregistrement forcé, multipliant les dîners et réceptions où étaient conviés les magistrats : la veille de la cérémonie encore, une relation rapporte que « Le Sr du M. roula en carosse la ville sur le tard pour rendre des visites au plus grand nombre de mrs». Le même soir, son souper rassembla, magistrats du parlement et officiers militaires : « le public pensoit que tout se faisoit de concert »23.

  • 24 Ibid., f. lv.
  • 25 Ibid., f. 3.

10Cette stratégie de conciliation se solda cependant par un échec : le 7 septembre, lors de l’enregistrement militaire, la cour refusa d’assister à la procédure malgré l’ordre formel du lieutenant général. Exaspéré, celui-ci perdit son sang-froid ; alors que les parlementaires défilaient devant lui pour sortir de la salle, il leur aurait dit : « Mrs vous faites une démarche aussi indécente qu’extraordinaire ; et lorsque la plus grande partie de mrs eut défilé, il additionna : la partie s’engage »24. Immédiatement après leur sortie de la chambre de la grande audience, les magistrats s’assemblèrent dans une salle du palais, où ils prirent la délibération suivante : « de ne plus aller chés led Sr du M. a cause des discours indecents qu’il avoit tenu a ses membres »25. Il s’agissait d’un arrêt rendu au palais, par la cour assemblée, donc d’une véritable décision politique.

11Dans un premier temps, le marquis de Dumesnil passa outre : le même soir, il se rendit à la soirée du premier président, où il avait été convié plusieurs jours auparavant, accompagné de deux officiers du régiment :

  • 26 B.M.G., O 4759, Seconde relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil, Ms (...)

Il vit en entrant la table mise pour 20 couverts ; il saluat la compagnie par un petit mouvement de tete qui lui fut rendu de la meme maniere ; dix de Mrs du Parlt dont 3 Pdents sortirent sur le champ. Mde de berule s’étant approchée des tables ou les dames joüoient, leur dit : je suis faché, mesdames, dans ces circonstances, il n’y a point de souper chés moi. Montai et du pilon ne furent regardés ni salué par qui que ce soit, et ils ressortirent tous les 3. Le Sr du mesnil pestoit et juroit comme un grenadier. Tous avoient fait fermer leurs portes cocheres, crainte qu’il n’eut la hardiesse d’y aller26.

12Impuissants sur le plan politique, puisque l’enregistrement forcé se poursuit en leur absence, les magistrats portent la lutte sur le terrain social en rompant leurs relations avec le représentant du roi.

  • 27 Au total, une famille sur deux est restée dans le parlement Maupeou ; la compagnie dauphinoise s’es (...)
  • 28 Cette affaire a été étudiée par Henri CARRÉ, « La réaction parlementaire de 1775 et le procureur gé (...)
  • 29 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 191.

13Alors qu’en 1760 et 1763, il s’agissait de rompre les relations mondaines avec les adversaires extérieurs au groupe de la grande robe, dans les années 1770 le conflit prend la forme d’une guerre intestine : à Grenoble comme ailleurs s’organise une véritable campagne de dénigrement et de mise au ban de la société contre les magistrats nommés par le chancelier Maupeou que l’on nomme les « intrus »27. Ces déchirements ne cesseront pas avec la restauration du parlement : dès 1776, le parlement de Grenoble se déchire à nouveau autour de la figure symbolique de Berger de Moydieu, brillant magistrat nommé procureur général par le chancelier Maupeou et qui prétend à nouveau à cette place, malgré l’opposition de tous ceux qui souhaitent effacer à jamais l’œuvre du chancelier28. Le parlement se sépara en deux camps opposés : les « remanants », c’est-à-dire ceux qui étaient restés dans le parlement-Maupeou et les exilés et les démis, ceux qui avaient été les victimes du chancelier, ou qui avaient choisis de démissionner de la nouvelle cour. Il fallut un enregistrement militaire pour installer le nouveau procureur général. En robe longue et bonnet, Berger de Moydieu se livra aux visites protocolaires aux membres de la Compagnie afin de solliciter l’enregistrement de ses lettres de provision : le président d’Ornacieux ne l’invita pas à s’asseoir et lui déclara son opposition absolue à sa réception ; ailleurs, il trouva porte close. Reçu conseiller, le fils du premier président de Bérulle fit une visite à tous les officiers de la compagnie, excepté au nouveau procureur général ; le premier président donna des dîners et l’en exclut29.

2. LES HOMMES DU ROI ATTAQUÉS

14Ces hommes ainsi rejetés des cercles parlementaires ont plusieurs points communs : tous incarnent, à divers degrés, le pouvoir royal dans une période de crise politique : commandant et lieutenant-général bien sûr, mais également les magistrats-Maupeou, appelés ainsi car, la vénalité des charges étant supprimée, ils avaient été nommés par le chancelier, et le procureur général, chef du parquet, également nommé par le roi.

  • 30 M. GAUTIER, Sur la prérogative du Commandement dans la province attribuée à la présidence du Parlem (...)
  • 31 A leurs propos, Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit., p. 11-12.
  • 32 Notamment au sujet de la question universitaire : René FAVIER, « Valence ou Grenoble? La question u (...)
  • 33 Lettre du 13 juillet 1761 citée par Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit., t. 1, p. 79-80.

15Les crises dévoilent la fragilité de leur position locale : en l’absence des ducs d’Orléans, gouverneurs de la province qui ne viendront jamais en Dauphiné, le pouvoir militaire est assuré par un commandant commissionné ou un lieutenant général. Le parlement ne voit jamais avec plaisir leur nomination car le premier président assure par défaut le commandement de la province30. De nombreuses querelles de préséance opposent à ce sujet la cour souveraine aux commandants dans la première moitié du siècle31. Leur autorité est d’autant plus mal acceptée par les magistrats que le roi ne se soucie pas toujours de donner à son représentant des privilèges suffisants : le comte de Marcieu, nommé en 1743, n’est que commandant commissionné et comme tel n’a droit à un fauteuil au parlement qu’en retrait du premier et du second président, nous l’avons dit. Le roi choisit également souvent des hommes de petite naissance : Marcieu vient de la noblesse parlementaire et a du mal à imposer son autorité à une compagnie dont il est issu et où il compte de nombreux parents. Le marquis de Dumesnil, nommé lieutenant général de la province à sa suite en 1761, est issu d’une famille fraîchement anoblie et possède en outre le handicap de venir de Valence, ville rivale de Grenoble32. Les représentants du roi n’en imposent donc guère à des magistrats qui sont fiers pour beaucoup de l’ancienneté de leur noblesse. Cette situation n’est d’ailleurs pas propre à Grenoble puisqu’à la même époque Miromesnil, premier président du parlement de Rouen, expliquait au contrôleur général que « C’est dégrader la dignité d’une Cour que de charger d’y représenter le Roi tout autre qu’un homme constitué en très grande dignité »33.

  • 34 4 nouveaux parlementaires sur 13 ne sont pas nobles, voir les Pères de la Patrie, p. 72-73.
  • 35 Ibid., f. 56v.
  • 36 Olivier CHALINE, Op. cit., p. 353.

16Les magistrats-Maupeou pâtissaient plus encore de leurs origines sociales modestes34 et le premier président Jean-Jacques Vidaud de La Tour avait mis en garde le chancelier contre ces nominations pour la cohésion de la nouvelle compagnie : « Les Gentils-hommes s’ennuieront de tels associés : ils en supportent trois ou quatre qu’un mérite distingué rend digne d’eux, ils ne verront les autres qu’avec répugnance, et peu à peu, ils se retireront »35. Olivier Chaline a montré la difficile position des hommes du roi, et en particulier du procureur général, dans des compagnies indociles et agitées36. A Grenoble, le procureur général Berger de Moydieu était particulièrement en position de faiblesse, étant de noblesse récente et ayant surtout collaboré à la cour Maupeou.

17Quel pouvait être le but des magistrats qui recouraient à l’ostracisme mondain, par-delà un objectif évident de vengeance pour des hommes qui se sentaient humiliés par l’affirmation de la toute puissance royale incarnée en des hommes détestés ?

3. LES ENJEUX POLITIQUES DE L’EXCLUSION DES SALONS

  • 37 Par exemple dans les romans de Claude-Joseph Dorât
  • 38 Mémoires indédits sur le xviiie siècle et la Révolution française, Paris, 1825, citation de Benedet (...)
  • 39 Mémoires, Paris, 1989, p. 209. Cité par Robert MUCHEMBLED, La Société policée. Politique et polites (...)

18Les sentences d’exclusions des salons n’étaient pas rares au xviiie siècle. A une époque où l’existence de l’aristocratie ne pouvait se concevoir sans les délices de la sociabilité, les arrêts de la bonne compagnie étaient redoutés. Dans les romans sentimentaux, les femmes, en prenant un amant, ont à affronter – outre les combats de leur vertu – la peur de l’opprobre public37. Ces arrêts suppléaient aux lois et réprimaient les vices que ne punissaient pas les tribunaux écrit madame de Genlis : « sa désapprobation générale ôtoit à celui qui en étoit l’objet une partie de sa considération personnelle ; l’exclusion de son sein avoit la plus funeste influence sur sa destinée. On bouleversoit une existence par ces paroles : tout le monde lui a fait fermer sa porte »38. Et madame d’Oberkirch a décrit le rôle d’arbitre de la vie mondaine que jouait la maréchale de Luxembourg : « Elle condamnait une personne à l’expulsion sur un seul mot qui ne lui plaisait pas [...] sur une sentence de madame de Luxembourg on était banni de toutes les tables un peu du bel air »39.

  • 40 B.M.G., O 9688 : Remontrances du 20 novembre 1760, p. 34.
  • 41 Voir à ce sujet Claudine HAROCHE, « L’ordre dans les corps : gestes, mouvements, postures. Éléments (...)

19C’est sur ce plan que se placent les parlementaires. Leurs témoignages insistent sur la brutalité et la grossièreté des adversaires qui contrastent avec la courtoisie et la politesse dont font preuve les magistrats. Les remontrances du 20 novembre 1760 décrivent un comte de Marcieu violent et emporté : «Il s’avance à grands pas, sans aucune marque de respect pour la majesté du Trône, toujours présente dans le Sanctuaire de la Justice, il s’empare de la place de son Altesse Sérénissime & se perd dans un tas de papiers que lui apporte son secrétaire »40. Le comte de Marcieu violait ainsi deux points fondamentaux du code des préséances : savoir marcher et s’asseoir41.

  • 42 Voir supra.
  • 43 Jean-Jacques COURTINE et Claudine HAROCHE, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions. xvie(...)
  • 44 B.M.G, R 6057, Notes du lieutenant général de police Vallet, f. 1v ; 0 8324 : manuscrit publié par (...)

20Trois ans plus tard, les magistrats accusent le marquis de Dumesnil de leur avoir tenus des « discours indécents » et d’avoir adopté un ton dur et injurieux vis-à-vis du premier président de Bérulle. Obligé de quitter le salon du premier président, il « pestoit et juroit comme un grenadier »42. Tout autant que de la parole, Dumesnil ne sait pas faire preuve de la maîtrise absolue de son corps43 : durant les longues heures de l’enregistrement forcé, enfermé dans la salle des grandes audiences, il aurait refusé au premier président de Bérulle de satisfaire ses besoins naturels alors que lui-même ne se gêna pas pour pisser par la fenêtre, le pot de chambre n’arrivant pas assez vite44.

  • 45 B.M.G, U 1116, Journal de la Réintégration, ff. 16,21,33.
  • 46 B.M.G, U 1116-17. Journal de la réintégration..., f. 19.

21En 1771, les parlementaires démissionnaires n’ont que mépris pour les « intrus » pour qui la robe n’est qu’un plumage d’emprunt, tel le conseiller Dalmas de Réotier : «On n’a jamais rien vu de plus balourd que son esprit et sa figure »45. Le conseiller Moreau de Véronne, quant à lui, « a eu la sotte vanité de ne paroitre les grandes fêtes dans l’église paroissiale du Buis que affublé de sa robe rouge, sur un prie dieu couvert d’un tapi et d’un carreau qu’il faisoit placer au milieu du sanctuaire »46. Seul un faux magistrat pouvait ignorer le code des convenances qui voulait que la robe rouge soit portée lors des fêtes religieuses où la cour est présente en corps. On plaisantait sur la saleté du procureur général de Moydieu : « voicy quatre mauvais vers qui couroient hier le palais et les rues :

  • 47 Archives de Larie, lettre du 24 avril 1776. Pajot de Marcheval était l’intendant de la province.

Ce petit procureur est etrangement sâle
on a beau le laver du matin jusqu’au soir
le savon a la marchevalle
loin de le netoyer, le rend toujours plus noir »47.

  • 48 Norbert ELIAS, La Civilisation des Mœurs, Paris, 1947 ; Jacques REVEL, « Les usages de la civilité» (...)
  • 49 Norbert ELIAS, La Civilisation des Mœurs, Paris, 1990, [1969], p. 58.

22Habilement, les magistrats soulignent ainsi que leurs adversaires s’excluent d’eux-même des cercles de la sociabilité par leur non-respect des règles du savoir-vivre48. En ce sens, le code de la politesse et de la civilité est bien un moyen de domination : il sert à exprimer le sentiment de supériorité d’une élite par rapport au reste de la société plus fruste49.

  • 50 Benedetta CRAVERI, Op. cit., p. 242-243.
  • 51 B.M.G, U 5226, n°25, lettre de Pina du 22/12/63.
  • 52 B.M.G, U 5226, n°23, lettre du 21/12/63 et n°28, lettre du 25/12/63.
  • 53 Norbert ELIAS, La Société de cour, Paris, 1985, [1969], p. 85-86.

23Exclure un représentant du pouvoir des cercles mondains, c’était le condamner à plus ou moins longue échéance50. C’est ce que le conseiller de Pina explique dans une lettre à un confrère à propos de Dumesnil : « On dit cependant qu’il va fermer sa maison, parce que les dames ne voudront pas etre le plastron continuel de ses soupers ; si cela est, il s’ennuyera a grenoble, et s’il s’y ennuye, il n’y restera pas ; cette affaire ne peut finir que par sa revocation totale »51. Mais tous n’étaient pas sans ressentir une certaine gêne devant le sort réservé au représentant du roi, mis au ban de la société grenobloise et dont la femme était au désespoir. Le conseiller de Pina avoue son malaise, mais justifie cette méthode : « il est pourtant vray qu’il n’y a que ce moyen de le mortifier » et il s’écrie « Cecy est un combat a mort »52. L’appartenance à la bonne société constitue la forme de la réussite professionnelle selon Norbert Elias ; en retour, la mort sociale signifie l’échec d’une carrière dans une société où l’opinion fonde l’existence53.

24Mais pour que de telles sanctions soient efficaces, il fallait faire jouer les solidarités urbaines. Les crises politiques correspondent ainsi à de véritables guerres des salons.

II. LA GUERRE DES SALONS

1. A L’INTÉRIEUR DU PARLEMENT

  • 54 B.M.G, O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., f. 4.
  • 55 Gérard CHIANÉA, « Le parlement et la chambre des comptes de Grenoble au xviiie siècle », Les Parlem (...)

25En 1763, c’est l’ensemble de la cour qui prend la décision de rompre toute relation avec le lieutenant général. Seul le premier président de Bérulle, retenu par lettre de cachet auprès de Dumesnil, n’avait pas participé à la délibération. Il en fut informé dès le lendemain : « le 1ER P. fit grandes difficultés d’accéder aux intentions de Mrs, dit l’embarras ou cela le jettoit, voulu faire entendre qu’il ne le pouvoit pas, mais Mrs l’exigeant de lui, qu’il n’avoit qu’a choisir ou deplaire a sa compagnie, ou faire ce qu’elle desiroit, il fallut enfin qu’il s’y soumit »54 Les réticences du premier président de Bérulle s’expliquent par sa position délicate : nommé par le roi, il le représente au parlement, mais il est aussi le chef de la compagnie, dont dépend sa position dans la province. Il finit par s’incliner et transmit au marquis de Dumesnil la décision des magistrats de rompre toute relation mondaine avec lui. Les membres de la chambre des comptes se joignent à cette délibération le jour même, ce qui montre la solidarité profonde au sein de la noblesse de robe, unie par de nombreux liens de parenté, en dépit de querelles épisodiques entre les deux cours55. Là encore, le premier président se distingue : Jean-Pierre Bally de Bourchenu, allié aux plus grandes familles du parlement, mais également représentant du roi, avait la chance – contrairement à son confrère de Bérulle – de se trouver à Versailles au moment de la délibération d’où il enjoignit à sa femme de rester prudemment dans leur château à la campagne :

  • 56 Lettre du 20 septembre 1763 publiée par Paul de QUINSONAS, « Les démêlés de la Chambre des Comptes (...)

J’avais reçu, quelques jours auparavant, votre lettre du 8 [septembre] par laquelle j’étois bien aise d’apprendre que vous étiez tous au Touvet, à l’abri de toutes les tracasseries qui agitent notre pauvre ville. Je vous avouerai que je serais bien fâché que vous y fussiez. Votre position et votre conduite seroient embarrassantes. Il est prudent de laisser démêler la fusée, d’autant plus que, dans ce pays-ci, cette affaire donne beaucoup d’humeur et qu’on la prend avec grande vivacité et volonté56.

26La situation est toute autre dans les années 1770. Loin d’être le fait de tous les magistrats, la guerre des salons est menée par une petite cabale, dont les membres les plus déterminés sont souvent des femmes.

  • 57 Shanti M. SINGHAM souligne le rôle politique des femmes jansénistes en 1771 et dans les années suiv (...)
  • 58 B.M.G, O 4759, Seconde relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil, Ms, (...)
  • 59 B.M.G., O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil... f. 4.

27Le rôle des femmes dans les crises politiques est bien connu, en particulier pendant la Fronde, ainsi que dans la querelle janséniste57. A Grenoble, les dames participent pleinement à la décision d’exclure les adversaires du parti parlementaires des salons. En 1763, pendant l’enregistrement forcé, alors que les magistrats restaient enfermés dans le palais en en attendant l’issue, plusieurs dames viennent leur rendre visite et la première présidente de Bérulle leur envoie des liqueurs, « priant Messieurs de lui faire la grâce de les accepter »58. La pusillanimité du premier président de Bérulle devant la perspective de fermer sa porte au marquis de Dumesnil contraste fortement avec la rapidité de décision de son épouse : une fois leur entrevue avec leur chef terminée, « Mrs descendirent chés Mdede berule, lui firent part de ce qu’ils avoient exigés de Mr le 1ER P., qu’ils se flattoient qu’elle daigneroit y acceder. R[épondit] qu’elle l’observeroit scrupuleusement et accompagnat Mrs jusqu’à l’escalier »59. Il faut dire qu’elle était la sœur des présidents de Rolland du parlement de Paris, célèbres pour leur participation à la querelle janséniste.

  • 60 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 50.
  • 61 Archives de Larie, Lettre de Mme de Larie à son mari, 23/09/76.
  • 62 B.M.G, Q 5, Registre des lettres de la cour, f.9

28Mais c’est à partir de 1771 que la contribution des femmes au débat politique fut la plus décisive. Plusieurs témoignages soulignent l’influence des épouses et des mères dans le choix des parlementaires de siéger ou non dans la nouvelle cour. La première présidente de Bérulle a gardé la même énergie qu’en 1763 : les adversaires du chancelier la citent pour son attitude modèle lors de l’exil de son époux. « Mde de Berulle, soeur de Mr Rolland président au parlement de Paris, mérite par ses vertus et son patriotisme les hommages des meilleurs citoyens. Son nom cher à la patrie, doit vivre dans tous les cœurs »60. La conseillère Roux de Laric, favorable au chancelier Maupeou, l’accuse d’avoir dicté à son époux son intransigeante fermeté : « Il est inutile de parler du p[remier] p[résident] : cet presque un hotomate, sa fame toujours le mesne »61. Le reproche est le même à l’encontre du conseiller de Pina qui a refusé avec éclat une charge de président dans la nouvelle cour : « Il est monté par sa femme qui se permet les discours les plus hardis sur la révolution présente et qui cherche à détourner ceux qui paraissent bien intentionnés » écrit le premier président Vidaud de La Tour qui déplore l’esprit de parti enragé de cette dame62. Il est vrai que les mouvements d’humeur impétueux de cette conseillère défraient la chronique, mais ils sont admirés par son parti comme une preuve de son patriotisme :

  • 63 B.M.G, U 1116, Journal de la Réintégration, f. 7-8.

Voici un trait qui peint bien les mouvements dont son ame etoit pour lors agitée : arretée dans son equipage à la porte d’une de ses amies, le sieur la thuiliere secretaire de Mr de berulle l’approche et s’empresse de lui faire son compliment sur la présidence de son mari : un soufflet qu’elle lui décoche sur la figure fut sa seule reponse. Ce soufflet a fait beaucoup de bruit a la cour, a paris et dans la province. Plus les femmes ont d’empire sur nos sentiments, plus elles se rendront respectables en s’attachant sans cesse a inspirer l’amour de la patrie. Nous en avons eu plusieurs de ce nombre dans cette Revolution63.

  • 64 B.M.G., Q 5, Registre des lettres de la cour, f. 9.
  • 65 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 6.

29Ainsi les épouses de magistrats ne se contentent pas d’influencer discrètement leurs époux, mais de façon plus active, elles cherchent à discréditer la nouvelle cour. Le premier président Vidaud de La Tour reconnaît l’efficacité des méthodes employées par la conseillère de Pina : « Elle nous coûtera quatre à cinq sujets que nous aurions pu conserver sans elle »64. Parmi ces femmes énergiques, on cite des dames appartenant à l’ancienne noblesse dauphinoise – de Langon, de Pisançon, de Saint-Vallier, de Savine – également désignées comme des « patriotes » 65.

  • 66 Archives Départementales de la Drôme (A.D.D.)., lettre de Madame de Cholier à Marie-Françoise de Fr (...)

30Plus largement, les correspondances féminines sont pleines de détail sur les événements de la cour : mademoiselle de Cholier écrit ainsi à sa cousine, Marie-Françoise de Franquières : « On mande de Bordeaux qu’on a toutes les peines du monde à j’aire parler les avocats et taire les femmes. Il est temps que je me taise aussi » 66. Les femmes participent donc à la vie politique comme citoyennes et font pleinement partie des solidarités qui unissent les patriotes dans leur opposition à la révolution Maupeou.

2. LES SOLIDARITÉS URBAINES : L’EXEMPLE DE L’HIVER 1763

  • 67 Cet aspect d’émulation, voire de féroce compétition, est un des traits de la vie des salons au sièc (...)
  • 68 On lit dans le journal du négociant Raby : « les membres du parlement et de la Chambre des comptes (...)
  • 69 B.M.G., O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., f. 3v.
  • 70 B.M.G, U 5226, n°15, Lettre du conseiller de Pina, 15/12/63.

31Une concurrence salonnière effrénée s’engage en 1763 entre les magistrats et le marquis de Dumesnil67. La délibération du parlement était connue de toute la ville68. Une partie de la noblesse militaire se joint immédiatement à la décision du parlement d’exclure le marquis de Dumesnil des salons. Le 8, « il y eut un soupé prié chés le sr du M[esnil]. tous mrs refuserent ; mr et mde de Monteynard en userent de mesme, mde la marquise de virieu suivit leurs exemples, elle fut priée deux fois ; elle dit à la seconde qu’elle était citoyenne avant que d’être parente » 69. Cependant, passée la première indignation, la noblesse d’épée se remit à participer aux soupers du commandant, ainsi qu’en témoigne le conseiller de Pina : « Mde de Monteynard soupe ce soir chés mr dumesnil ; le public etoit fort attentif sur la conduite qu’elle auroit a cet egard, elle a crû ne pouvoir pas se dispenser d’y aller au moins une fois, sans doute son mary la guidé sur cette demarche » 70. L’épouse de celui qui aspirait à un rôle politique – Monteynard sera nommé secrétaire d’Etat à la guerre en 1771 – ne pouvait rompre brutalement avec l’envoyé du roi. Certains membres du parlement, comme le comte de Morges, qui était chevalier d’honneur de la cour, et comme tel militaire, continuaient également à fréquenter les salons du marquis Dumesnil. Les positions se durcirent en décembre. En effet, le parlement ayant décrété Dumesnil de prise de corps le 14 octobre, le roi cassa cet arrêt par des lettres patentes, mais celles-ci ne furent point enregistrées. Le gouvernement fit alors parvenir à Dumesnil dix lettres de cachet dont il pourrait user à discrétion pour envoyer les magistrats qu’il choisirait en exil. Il s’en servit le 19 décembre.

  • 71 B.M.G, U 5226, n°23, lettre du conseiller de Pina du 21/12/63.
  • 72 Ibid. lettre du 21/12/63.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.. lettre du 30/12/63.

32Dès la nouvelle de l’exil de leurs confrères, les magistrats aggravèrent la délibération prise trois mois plus tôt : « On prit tout de suite parmy mrs du parlement, non seulement la resolution de ne jamais voir mr. Dumesnil, mais meme de ne voir ny recevoir chez eux ceux qui contineroient d’aller chez le d. Sr dumesnil »71. Cette seconde mesure divisait la ville et les familles, comme le remarquait le conseiller de Pina : « voyla une resolution qui va causer bien des brouilleries et des tracasseries, un frere ne pourra pas voir son frere, une sœur sa sœur, &c. »72 ; mais il reconnaissait dans le même temps l’efficacité de la décision : « il est vray qu’il falloit donner un coup d’éperon pour ouvrir les yeux a ceux qui ont eu la bassesse de donner le mauvais exemple ; je ne say qui a l’avenir osera y paroître sans le deshonneur»73. Et de fait, l’isolement du commandant s’accrut. Le comte de Morges rompit alors son commerce avec Dumesnil, malgré les pressions de celui-ci, qui fit intervenir le colonel du régiment du roi où servait le chevalier d’honneur. Rares étaient les daines qui continuaient à fréquenter le salon du commandant, à la grande indignation des magistrats : « Croiriez-vous bien que mde de melat y soupa encor hyer ? sans aller plus loin, cette conduite est scandaleuse, et on ne parlait d’autre chose dans la ville ». Il s’agissait en effet de la fille du président au parlement François de Vaulx. Cependant, mises à part de rares exceptions, le parti parlementaire l’emporte et le salon de Dumesnil se vide, ainsi que ceux où il était encore reçu : « L’intendant commence a donner des soupers ; il sera en peine de trouver du monde les jours qu’il aura mr dumesnil » note un magistrat en décembre74.

33La lutte politique était donc d’une dureté extrême : il fallait rejeter l’ennemi du cercle de la sociabilité, c’est-à-dire de la société. Dans ce dessein, l’humour était utilisé comme une véritable arme.

III. LE RIRE, UNE ARME POLITIQUE

1. BONS MOTS, CHANSONS ET PLACARDS

  • 75 Le Persiflage dans la littérature française du xviiie siècle. 1735-1810. Paris, 2000, p. 210. Sur l (...)
  • 76 Benedetta CRAVERI, Op. cit., p. 361.
  • 77 B.M.G., Bd. 658, Letourneau, Miscellanea, vol. III, f. 15.

34Comme l’a souligné Elisabeth Bourguinat, une des principales caractéristiques du pouvoir est qu’il ne rit pas. Cependant, dans la période politiquement troublée et instable de la fin du siècle, ministres et adversaires du gouvernement se retrouvent dans l’utilisation du rire comme d’une arme75. Si le rire provoqué par la raillerie cimente la société, sans en exclure celui qui en est l’objet, il divise et exclut dans le cas de la moquerie ou la cruelle ironie76. C’est le marquis de Dumesnil qui semble avoir eu le dessus sur ses adversaires en ce domaine, multipliant les bons mots que l’avocat Letourneau recueille soigneusement : « Le Parlement aiant délibéré qu’aucune femme des officiers de cette cour où qui y seroient attachées ne pourroient aller chez M Duménil, ce commandant a baptisé celles qui sont dans le cas de venir manger chez lui du nom de dames de la miséricorde »77. Dans les années 1770, c’est le conseiller Chaléon qui discréditait les magistrats-Maupeou en s’en moquant avec esprit, ainsi que s’en attristait le premier président Vidaud de La Tour :

  • 78 B.M.G, Q 5, Registre des lettres de la cour, lettre de Vidaud de La Tour au chancelier, 13/04/72.

M. de Chaléon peut être regardé comme le chef de cette petite clique ; il est incompréhensible : il a le cœur bon, il est incapable d’une mauvaise action, et, à juger de lui par ses propos, c’est un méchant, il calomnie tous les jours ses confrères par la mauvaise opinion qu’il en donne dans les sociétés et aux plaideurs mêmes. 11 a de l’esprit, et il n’est forte plaisanterie qu’il ne se permette. 11 calcule les talents, les connaissances, le goût du travail de chacun, mais ce n’est jamais pour en faire l’éloge78.

  • 79 B.M.G, U 1116, f. 16.

35Des exemples de ces portraits satiriques ont été conservés dans le Journal de la Réintégration où le nouveau magistrat Payan est dépeint comme un « petit homme bouffi de suffisance et d’orgueil. Traversant une rue ou une place publique, il sembloit vous dire par son allure : Regardez moi. A peine fut-il assis sur les fleurs de lys qu’il arma son fils d’une longue épée et qu’il le fit conduire au collège dans une chaise à porteur »79.

  • 80 À leur sujet, voir Rolf REICHARDT et Herbert SCHNEIDER, « Chanson et musique populaires devant l’hi (...)
  • 81 B.M.G., U 1117. Bachaumont y fait allusion le 31 décembre 1763. « il court un noël sur différents p (...)

36L’engouement chansonnier, propre au xviiie siècle, se retrouve dans la vogue des « parodies », c’est-à-dire de chansons qui se coulent sur un air à la mode pour critiquer le gouvernement et dont les années 1760 constituent le premier temps fort80. Le commandant du Dauphiné est ainsi brocardé dans une chanson parisienne : « Noël nouveau fait en 1763 sur l’air de tous les bourgeois de Chartres »81. Dans ce « Noël », il s’agit de savoir si l’on va exiler Marie, Joseph et l’enfant Jésus : tous les ministres du roi défilent ainsi dans l’étable, Dumesnil faisant l’objet du 20e couplet :

Dumesnil de grenoble
Arrive avec hauteur
Quoiqu’il ne soit pas noble
Tranchant du grand seigneur
Marie le regarde,
Joseph lui dit tout bas :
Priez le qu’il vous carde
Un petit matelas

37La moquerie porte sur le manque de naissance du représentant du roi, dont on disait qu’il était le petit-fils d’un cardeur de laine de Valence en Dauphiné. Les magistrats grenoblois n’hésitaient pas à publier une autre chanson qui attaquait Dumesnil sur le même thème :

  • 82 B.M.G, O 9692, publié avec les remontrances du 17 août 1763, s. I. n. d., 40 p ; p. 4. Allusion au (...)

Margot la Ravaudeuse
A dit à Dumesnil
Cousin, je suis bien gueuse !
Viens rebatttre mon lit
Comme ton ayeul Biaise
Qui jadis l’a battu
Pour un quart d’écu82.

  • 83 B.M.G., U 5226, n°25, lettre du conseiller de Pina du 22/12/63.

38Le marquis de Dumesnil n’était pas en reste dans les provocations : dans la soirée du 10 décembre, alors qu’il venait d’envoyer en exil dix magistrats, il chantait dans le salon de l’intendant le couplet : « il n’y a que sept lieues de paris a pontoise &c. »83.

  • 84 Archives de Larie, Lettre du conseiller clerc de Larie, 15/11/71.
  • 85 Ariette FARGE, Dire et mal dire. L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992, p. 98-99.
  • 86 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 16.

39Pendant le parlement Maupeou, Grenoble fut également inondé d’un déluge de chansons, venant des deux partis, que le conseiller de Larie envoyait à son père : « Il y a eu a ce que l’on dit des placards et des chansons. Il en est une tres mauvaise contre Me. De pina pr. un souflet qu’elle a donné a la thuiliere » 84. L’opposition aristocratique emprunte en effet également les formes de la contestation populaire, comme les placards, qui ponctuent la ville de leurs dénonciations ou de leurs anathèmes85 ; on sait que le conseiller-Maupeou Payan en fut la cible : « Son importance, ses fanfaronnades, lui ont attirés des désagréments, des sarcasmes, des affiches à sa porte » 86.

40Moquées, raillées dans toute la ville, les victimes étaient ainsi stigmatisées et exclues de la société. Cependant, il arrivait que les magistrats utilisent également l’autodérision.

2. UNE COMÉDIE DE SALON

  • 87 Le négociant Raby l’Américain note dans son journal « Il a paru une comédie assès plaisante en 3 ac (...)
  • 88 Jouachim. bey de Tunis ou le Saut Périlleux, tragédie burlesque en 3 actes et en vers, à Tunis, de (...)

41Parmi l’éventail des divertissements dans les salons, le théâtre occupe une place prééminente. Le conseiller Berger de Moydieu, futur procureur général malheureux de la cour, écrivit à l’occasion de l’affaire Dumesnil une comédie qui circula de façon manuscrite dans Grenoble avant d’être imprimée sous le titre Joachim Bey de Tunis87. Cette satire politique était habillée au goût oriental : la version imprimée porte d’ailleurs une adresse fictive et plaisante : « A Tunis, de l’Imprimerie du Divan » 88.

42Les voiles étaient transparents et une clef donnait d’ailleurs l’identification des personnages. Paris devenait ainsi Alger et Grenoble Tunis ; le dey représentait le roi, le vizir Choiseul, le bey le marquis de Dumesnil, tandis que le divan dissimulait le parlement. Les sobriquets les plus cocasses désignaient les différents personnages : sous le nom de « Nasica » se dissimulait le premier président de Bérulle – nommé ainsi sans doute à cause de la longueur de son appendice nasal – ; son épouse était désignée comme « Madame de Bonnet », ce qui évoquait l’ascendant impérieux qu’elle avait sur son mari.

  • 89 Roland MORTIER, « Satire », Dictionnaire européen des Lumières, Michel DELON dir., Paris, 1997, p. (...)

43Cette satire politique est un cas assez atypique, à une époque où ce genre connaît en France une longue éclipse, causée par la vigilante censure du gouvernement89. L’humour opère sur deux niveaux : la satire et le burlesque. La pièce dénonce le coup de force politique en une satire amère. Le marquis de Dumesnil, véritable traître, est présenté sous des traits odieux :

Le vizir m’adressa ce discours obligeant :
Nous dépensons beaucoup, il nous faut de l’argent,
Je suis très informé du détail de ta vie ;
Tu fus assez longtemps chevalier d’industrie.
Le divan de Tunis refuse les impôts,
Et même contre moi se permet des propos
J’ai choisi tes talens & ton noble courage,
Contre ses radoteurs va, vole, et fais tapage.

44Derrière Dumesnil, c’est donc le gouvernement qui est attaqué, et la politique dispendieuse du duc de Choiseul. Face au gouvernement corrompu, les parlementaires apparaissent comme les héros d’une tragédie antique s’écriant : « Oui, Thémis, nous jurons à vos sacrés genoux / De faire tout pour vous... Et jamais rien pour nous / D’être unis pour l’État, qui dans nous se rassemble /De vivre, de combattre et de mourir ensemble ! ».

45Le gros rire venait de la scène burlesque où Dumesnil pisse par la fenêtre, un huissier ayant refusé de lui apporter un pot de chambre : « Nasica, je proteste en tout etat de cause / Que la Cour m’a forcé à faire voir mon chose / Les dames du faubourg jugeront ce procès ». Berger de Moydieu n’épargnait pas ses confrères. Le premier président, dépeint comme un pleutre, était ainsi tourné en dérision ; sa femme, « Madame Bonnet » se plaint amèrement :

Quoi ! Cet avantageux, ce sot impertinent
Ose ici te traiter comme un roi de pique !
Pour théâtre, il choisit l’audience publique !
Et tu restes capot, comme un vil scélérat
Qui seroit convaincu d’avoir trahi l’État ? [...]
Quoi ! S’il vous commandait d’aller tourner la broche,
On verrait aussitôt votre grave caboche
Courir à la cuisine en sâle marmiton ?

46La scène finale où les magistrats expédient Dumesnil par la fenêtre par un coup de pied au derrière est également bouffonne.

47C’est sans aucun doute la possibilité de ces différents niveaux de lecture qui valut à la pièce son succès. Si les magistrats ne pouvaient qu’apprécier ce tableau de leur aventure, les autres groupes de la société devaient également goûter la raillerie envers ces graves magistrats. Tous se reconnaissaient dans la lutte contre les nouveaux impôts et le rejet des intrigues ministérielles. Une véritable solidarité urbaine se nouait ainsi dans le rire contre le lieutenant général – et contre Paris.

  • 90 Voir sur l’exil, Olivier CHALINE, « L’exil dans la société parlementaire au xviiie siècle », in Ala (...)

48Le gouvernement était bien conscient du danger des solidarités urbaines qui se nouaient autour des magistrats et l’exil était sans doute moins une punition qu’une ultime tentative pour couper les parlementaires de leur fief urbain90. A la fin du mois de décembre 1763, l’ensemble de la cour souveraine fut dispersée entre Melun, Nemours et Fontainebleau. Immédiatement, la solidarité autour des proscrits s’organisa : l’argent affluait de toutes parts pour aider au financement de leur voyage. Le négociant Claude Perier offrit 12 000 livres au parlement ; le négociant Pascal 15 000 et le marquis de Châtelard 12 000 livres. En 1778, lorsque les deux meneurs de l’opposition au procureur général Berger de Moydieu, le président d’Ornacieux et le conseiller de Meyrieu, furent envoyés en exil, les mêmes gestes de solidarité se renouvelèrent. Forts de ces soutiens, les magistrats partaient en exil sans angoisse.

  • 91 Tué en duel par un gentilhomme dauphinois, mort d’une fluxion de poitrine ou de désespoir de sa dis (...)
  • 92 On peut rapprocher l’affaire de Moydieu de l’affaire Dupaty qui eut lieu, à la même époque, au parl (...)

49Dans ces conditions, la victoire des magistrats n’était qu’une question de temps. Le comte de Marcieu n’obtint plus aucune charge après sa disgrâce ; le sort du marquis de Dumesnil fut plus tragique : rappelé à Paris en février 1764, il vit la compagnie souveraine rentrer d’exil et ses exigences satisfaites. Un mois plus tard, il mourut à Paris dans des conditions obscures91. Malgré un arrêt du conseil et une convocation à Versailles des principaux meneurs, rien n’y fit : Berger de Moydieu dut quitter Grenoble : en 1780, le conseiller de Reynaud était nommé à sa place92. Berger de Moydieu se consolera en écrivant des pamphlets violemment anti-parlementaires lors de la pré-révolution. Pour ces trois hommes en tout cas, leur carrière, si ce n’est leur vie, était définitivement brisée.

CONCLUSION

50La lutte sur le terrain mondain n’est donc pas futile, mais a des implications politiques fortes, dont témoignent les tentatives désespérées des représentants du roi pour empêcher les magistrats de les bannir de la société. Le gouvernement a besoin de la coopération de la bonne société et, en le perdant, perd son efficacité à imposer les réformes. La vie de société est devenue un outil politique qui permet l’affirmation de l’unité des élites provinciales face au représentant du roi, venu de la capitale. Elle exprime l’identité provinciale face au pouvoir central.

  • 93 « Les femmes des membres du parlement qui, autrefois, avaient eu tant d’intrigues, vivaient toutes (...)

51On peut se demander pourquoi l’on n’assiste plus à de telles crises en 1788 lors de l’enregistrement forcé des édits de mai. Désormais le lieutenant général de. la province est le duc de Clermont-Tonnerre, homme souple et conciliant, et de noblesse illustre. Sans doute aussi le discrédit du parlement dans l’opinion publique causé par l’affaire de Moydieu a-t-il conduit les magistrats à abandonner les attaques personnelles. Mais surtout, dans les années 1780, de nouveaux espaces de rencontre pour les élites apparaissent à Grenoble : une Académie, des loges, un club à l’anglaise... Ces cercles sont exclusivement destinés aux hommes et, avec eux, c’est la fin de la sociabilité traditionnelle où les femmes jouaient un rôle important. Il n’est plus question des têtes si nombreuses qui animaient le Grenoble des années 1760-1770 et les officiers des garnisons se désolent désormais du morne de la vie de société93. Avec la face brillante de la sociabilité grenobloise, celle des soupers, réceptions et fêtes, c’est aussi sa face noire et cruelle, celle de l’exclusion et de l’opprobre utilisés pour briser les adversaires politiques, qui a disparu.

Notes

1 Parmi les études récentes, Dena GOODMAN, The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca-Londres, 1994 ; Jacqueline HELLEGOUARC’H, L’Esprit de Société. Cercles et salons parisiens au xviiie siècle, Paris, 2000 ; Benedetta CRAVERI, L’Age de la conversation, Paris, 2002

2 Sur les liens entre opinion publique et société mondaine, Jürgen HABERMAS, L’Espace public, archéologie de la publicité comme dimension constructive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1986 [1962] ; Daniel GORDON, « ’public opinion’ and the civilizing process in France : the example of Morellet », Eighteenth-century studies, 22, 1989, p. 302-28 et Citizens without Soverignty : Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789. Princeton University Press, 1994.

3 Robert DARNTON, « Two Paths throught the social history of ideas », The Darnton Debate. Books and revolution in the eighteenth century, Studies on Voltaire abd the Eighteenth Century, Oxford, 1998, p. 251-294 ; p. 275.

4 Bernard LEPETIT, Les Villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, 1988 ; René FAVIER, Les Villes du Dauphiné aux XVIIe et xviiie siècles, Grenoble, 1993, p. 55-58.

5 Par l’arrêt du 5 mars 1762, qui exige des candidats quatre degrés de noblesse, le récipiendaire compris. Sur le parlement de Grenoble, voir Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné et les affaires publiques dans la deuxième moitié du xviiie siècle, Grenoble, 1942, 2 vol. Cette étude repose en partie sur ma thèse de doctorat à laquelle je me permets de renvoyer, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, EHESS, décembre 2001.

6 René FAVIER, Op. cit. William DOYLE, The Parlement of Bordeaux and the End of the Old Regime. 1771-1790, Londres, 1974 ; Olivier CHALINE, Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, 1996.

7 Jacques SOLÉ dans l’Histoire de Grenoble, sous la dir. de Vital CHOMEL, Toulouse, 1976, p. 169-211 et Henri-Jean MARTIN et M. LECOCQ, Livres et lecteurs à Grenoble : les registres du libraire Nicolas (1645-1668), Genève, 1977.

8 Grenoble est une des dernières villes de quelque importance à s’être dotée d’une académie ; voir Daniel ROCHE, Le Siècle des Lumières en province : Académies et académiciens provinciaux. 1680-1789, Paris-La Haye, 1978 p. 60.

9 Pierre BARRAL, « Un siècle de Maçonnerie grenobloise (1750-1850)», Cahiers d’Histoire, Grenoble, 1957, p. 373-395.

10 Clarisse COULOMB, « Connaître le Passé. Réformer le Présent. La culture des Parlementaires dauphinois au temps des Lumières », Le Parlement de Dauphiné des origines à la Révolution, René FAVIER (dir.), Grenoble, 2001, p. 173-193.

11 Voir Robert A. SCHNEIDER, Public Life in Toulouse, 1463-1789. From Municipal Republic to cosmopolitan City. Ithaca-Londres, 1989, p. 337-339 et « Les parlementaires dans la vie municipale et sociale de Toulouse », Jacques POUMARÈDE et Jack THOMAS éd., Les Parlements de Province. Pouvoirs, justice et société du xve au xviiie siècle, Toulouse, 1996, p. 663.

12 Georges CUCUEL, « La vie de société dans le Dauphinois au xviiie siècle », Revue du xviiie siècle, 1918, p. 150-188 ; seconde partie in Revue d’histoire littéraire de la France, t. XLII, 1935, p. 344-374 ; Louis ROYER, « La société grenobloise au xviiie siècle d’après les militaires qui y ont séjourné», Revue des cours et conférences, 2e série, t. 38, 1937, p. 590-601 et 673-682 ; seconde partie in Bulletin de la Société Archéologique et statistique de la Drôme, 1937, p. 78-82.

13 Louis ROYER, art. cit., p. 593.

14 Ibid., p. 599.

15 Laurent VERSINI, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et les techniques des Liaisons dangereuses, Paris, 1968.

16 Vie de Henry Brulard

17 Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit et Louis XV et l’opposition parlementaire (1715-1774), Paris, 1970.

18 Jean EGRET, Op. cit., I, p. 79-82.

19 Ibid., p. 81.

20 Sur le récit de la crise parlementaire de 1763 dans l’ensemble des parlements de province, voir Jean EGRET, Louis XV et l’opposition parlementaire, p. 148-156 et David C. HUDSON, «The Parlementary Crisis of 1763 in France and its Consequences », Canadian Journal of History, 1972, 2, p. 97-117.

21 A ce sujet, il faut voir les témoignages de l’avocat Letourneau, observateur lucide de la société grenobloise, Bibliothèque Municipale de Grenoble (B.M.G.), Bd 658, Miscellanea, vol. III, f. 12-15.

22 B.M.G, U 1117 : Le Sault périlleux, tragédie en trois actes, Ms, f. 26.

23 B.M.G, O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., ms, s. 1. n. d., f. 1.

24 Ibid., f. lv.

25 Ibid., f. 3.

26 B.M.G., O 4759, Seconde relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil, Ms, f. 4v.

27 Au total, une famille sur deux est restée dans le parlement Maupeou ; la compagnie dauphinoise s’est donc scindée en deux camps égaux face au coup de force du chancelier. Les Pères de la patrie, op. cit., p. 559-560.

28 Cette affaire a été étudiée par Henri CARRÉ, « La réaction parlementaire de 1775 et le procureur général de Moydieu », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 11, 1908-09, p. 348-358.

29 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 191.

30 M. GAUTIER, Sur la prérogative du Commandement dans la province attribuée à la présidence du Parlement de Grenoble, en I absence du gouverneur et du lieutenant-général au Gouvernement de Dauphiné, Grenoble, 1871.

31 A leurs propos, Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit., p. 11-12.

32 Notamment au sujet de la question universitaire : René FAVIER, « Valence ou Grenoble? La question universitaire en Dauphiné au xviiie siècle», 108° congrès des Sociétés savantes, Grenoble, 1983, Histoire moderne, Paris, 1984, t.II, p. 41-56.

33 Lettre du 13 juillet 1761 citée par Jean EGRET, Le Parlement de Dauphiné, op. cit., t. 1, p. 79-80.

34 4 nouveaux parlementaires sur 13 ne sont pas nobles, voir les Pères de la Patrie, p. 72-73.

35 Ibid., f. 56v.

36 Olivier CHALINE, Op. cit., p. 353.

37 Par exemple dans les romans de Claude-Joseph Dorât

38 Mémoires indédits sur le xviiie siècle et la Révolution française, Paris, 1825, citation de Benedetta CRAVER1, Op. cit.. p. 46.

39 Mémoires, Paris, 1989, p. 209. Cité par Robert MUCHEMBLED, La Société policée. Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, Paris, 1998, p. 212.

40 B.M.G., O 9688 : Remontrances du 20 novembre 1760, p. 34.

41 Voir à ce sujet Claudine HAROCHE, « L’ordre dans les corps : gestes, mouvements, postures. Éléments pour une anthropologie politique des préséances (xvie-xviie siècles) », in Le Protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, colloque tenu à Paris. 1995, publié sous la dir. d’Yves DÉLOYE, Claudine HAROCHE et Olivier IHL, Paris, 1996, p. 217.

42 Voir supra.

43 Jean-Jacques COURTINE et Claudine HAROCHE, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions. xvie-début du xixe siècle. Paris, 1988. R. DEMORIS, « Le langage du corps et l’expression des passions de Félibien à Diderot», in Jean-Pierre GUILLERMOU dir, Mots et couleurs, t. II, Lille, 1986, p. 39-67.

44 B.M.G, R 6057, Notes du lieutenant général de police Vallet, f. 1v ; 0 8324 : manuscrit publié par Fauché Prunelle ; O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil.... f. 3.

45 B.M.G, U 1116, Journal de la Réintégration, ff. 16,21,33.

46 B.M.G, U 1116-17. Journal de la réintégration..., f. 19.

47 Archives de Larie, lettre du 24 avril 1776. Pajot de Marcheval était l’intendant de la province.

48 Norbert ELIAS, La Civilisation des Mœurs, Paris, 1947 ; Jacques REVEL, « Les usages de la civilité», Histoire de la vie privée, III, Paris, 1986, p. 169-209 ; Robert MUCHEMBLED, La Société policée, op. cit ; Benedetta CRAVERI, Op. cit.. p. 243-247.

49 Norbert ELIAS, La Civilisation des Mœurs, Paris, 1990, [1969], p. 58.

50 Benedetta CRAVERI, Op. cit., p. 242-243.

51 B.M.G, U 5226, n°25, lettre de Pina du 22/12/63.

52 B.M.G, U 5226, n°23, lettre du 21/12/63 et n°28, lettre du 25/12/63.

53 Norbert ELIAS, La Société de cour, Paris, 1985, [1969], p. 85-86.

54 B.M.G, O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., f. 4.

55 Gérard CHIANÉA, « Le parlement et la chambre des comptes de Grenoble au xviiie siècle », Les Parlements de Province, op. cit., p. 453-467.

56 Lettre du 20 septembre 1763 publiée par Paul de QUINSONAS, « Les démêlés de la Chambre des Comptes de Dauphiné avec son procureur général, d’après la correspondance du premier président marquis de Bourchenu », Bulletin de l’académie delphinale, 6e série, XV-XVI-XVII, pp. 310-366 ; p. 318.

57 Shanti M. SINGHAM souligne le rôle politique des femmes jansénistes en 1771 et dans les années suivantes, mais elles appartiennent à la moyenne bourgeoisie et non à l’aristocratie, « Vox populi, Vox dei : les jansénistes pendant la révolution Maupeou », Jansénisme et révolution, Paris, 1990, p. 183-194, voir en particulier p. 189-190 ; Natalie ZEMON DAVIS, « La femme au politique», Histoire des Femmes, t. III, xvi-xviiie siècles. Paris, 1991, p. 184-187 ;

58 B.M.G, O 4759, Seconde relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil, Ms, f. 3.

59 B.M.G., O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil... f. 4.

60 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 50.

61 Archives de Larie, Lettre de Mme de Larie à son mari, 23/09/76.

62 B.M.G, Q 5, Registre des lettres de la cour, f.9

63 B.M.G, U 1116, Journal de la Réintégration, f. 7-8.

64 B.M.G., Q 5, Registre des lettres de la cour, f. 9.

65 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 6.

66 Archives Départementales de la Drôme (A.D.D.)., lettre de Madame de Cholier à Marie-Françoise de Franquières, 9/11/71.

67 Cet aspect d’émulation, voire de féroce compétition, est un des traits de la vie des salons au siècle des Lumières, voir Benedetta CRAVERI, Op. cit., p. 311.

68 On lit dans le journal du négociant Raby : « les membres du parlement et de la Chambre des comptes ont fait une délibération secrète, pour n’aller ni eux ni les leurs chez M Dumesnil », B.M.G, R 6095, Anecdotes sur Grenoble (1758-1778), Ms.

69 B.M.G., O 4760, Relation de ce qui s’est passé entre le parlement et le sieur du mesnil..., f. 3v.

70 B.M.G, U 5226, n°15, Lettre du conseiller de Pina, 15/12/63.

71 B.M.G, U 5226, n°23, lettre du conseiller de Pina du 21/12/63.

72 Ibid. lettre du 21/12/63.

73 Ibid.

74 Ibid.. lettre du 30/12/63.

75 Le Persiflage dans la littérature française du xviiie siècle. 1735-1810. Paris, 2000, p. 210. Sur l’interdit du rire par le pouvoir dans la première moitié du xviie siècle, voir Dominique BERTRAND, Dire le rire à l’âge classique. Représenter pour mieux contrôler, Aix-en-Provence, 1995, notamment p. 128-134.

76 Benedetta CRAVERI, Op. cit., p. 361.

77 B.M.G., Bd. 658, Letourneau, Miscellanea, vol. III, f. 15.

78 B.M.G, Q 5, Registre des lettres de la cour, lettre de Vidaud de La Tour au chancelier, 13/04/72.

79 B.M.G, U 1116, f. 16.

80 À leur sujet, voir Rolf REICHARDT et Herbert SCHNEIDER, « Chanson et musique populaires devant l’histoire à la fin de l’Ancien Régime», Dix-huitième siècle, 18, 1986, pp. 117-136.

81 B.M.G., U 1117. Bachaumont y fait allusion le 31 décembre 1763. « il court un noël sur différents personnages de la cour, qui est très-piquant, sur l’air : des bourgeois de Chartres », Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France depuis 1762 jusqu’à nos jours, I, p. 320.

82 B.M.G, O 9692, publié avec les remontrances du 17 août 1763, s. I. n. d., 40 p ; p. 4. Allusion au roman libertin de Fougeret de Montbron, Margot la Ravaudeuse, paru en 1748.

83 B.M.G., U 5226, n°25, lettre du conseiller de Pina du 22/12/63.

84 Archives de Larie, Lettre du conseiller clerc de Larie, 15/11/71.

85 Ariette FARGE, Dire et mal dire. L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992, p. 98-99.

86 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 16.

87 Le négociant Raby l’Américain note dans son journal « Il a paru une comédie assès plaisante en 3 actes a l’occasion des brouilleries entre le Parlement et Mr Dumesnil ; celui-ci y est désigné sous le nom de Joachim. Mr de Bertille sous celuide Nasica », B.M.G, R 6095 ; le lieutenant général de police de Grenoble, Vallet, en parle également : R 6057 : Notes du lieutenant général de police Vallet, f. 2.

88 Jouachim. bey de Tunis ou le Saut Périlleux, tragédie burlesque en 3 actes et en vers, à Tunis, de l’Imprimerie du Divan, 1781, impr. In-8 , 30 p. [date fictive]

89 Roland MORTIER, « Satire », Dictionnaire européen des Lumières, Michel DELON dir., Paris, 1997, p. 976-977.

90 Voir sur l’exil, Olivier CHALINE, « L’exil dans la société parlementaire au xviiie siècle », in Alain de NIDERST, dir, L’Exil, Rouen, 1996.

91 Tué en duel par un gentilhomme dauphinois, mort d’une fluxion de poitrine ou de désespoir de sa disgrâce, les versions divergent, voir Letourneau, Op. cit.. f. 298.

92 On peut rapprocher l’affaire de Moydieu de l’affaire Dupaty qui eut lieu, à la même époque, au parlement de Bordeaux. L’avocat général Dupaty avait acheté en 1777 un office de président à mortier, alors qu’il était d’une famille trop récente au regard des critères habituels de recrutement. Une âpre querelle l’opposa à plusieurs de ses confrères, menés par le premier président Le Berthon. Voir l’étude de William DOYLE, « Dupaty (1746-1788) : a career in the late Enlightenment », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n°230, Oxford, 1985, p. 1-127 ; en particulier p. 37.

93 « Les femmes des membres du parlement qui, autrefois, avaient eu tant d’intrigues, vivaient toutes isolées et ne recevaient personne chez elles », Le chevalier de Mautort en garnison à Grenoble à la veille de la Révolution, cité par Georges CUCUEL, art. cit., p. 370.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Grenoble-II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540