Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

II. Sociabilités et identités urbaines, entre localisme et universalisme

Sociabilités savantes et localisme provincial (Lyon, 1700-1724)

Stéphane Van Damme

Texte intégral

1A la fin du règne de Louis XIV jusqu’à la création de l’Académie de Lyon par lettres patentes en 1724, l’affirmation d’une identité urbaine provinciale passe par la désignation de nouveaux porte-parole de l’intellectualité lyonnaise. En favorisant le passage des réseaux longs de la République des Lettres (correspondances, grandes académies, périodiques savants) aux réseaux courts de l’espace culturel lyonnais, les élites sociales cherchent à mobiliser et à stimuler des circuits d’échanges épistolaires provinciaux inédits qui encouragent indirectement et discrètement les fondations académiques et les curiosités pour le passé local. Par ce détournement de la circulation de l’information des réseaux longs de la République des Lettres vers des pratiques locales, ils autorisent la conversion des savoirs (archéologie, numismatique, philologie, physique expérimentale, théologie) en capital symbolique.

  • 1 Sur la dynamique culturelle Paris-Provinces qui se met en place au début du xviiie siècle, voir le (...)

2Ainsi, l’hypothèse interprétative que je fais, c’est que les fondations académiques, l’émergence des revendications provinciales1 au seuil des Lumières ont partie liée avec une nouvelle organisation des sociabilités et de la circulation des savoirs, ou pour le dire plus abstraitement qu’il y a dans ce contexte un jeu de traductions multiples qui s’instaurent entre une économie des savoirs et une économie des grandeurs civiques. La première en tendant à l’établissement de régimes de vérité scientifique par l’établissement de preuves, par la mise en place de réseaux savants où circulent les idées, les instruments, les objets, les pratiques, les hommes construit une universalité de la science ; la seconde tend par une réflexion sur le passé urbain, sur la monumentalité, sur les libertés urbaines, sur les pouvoirs, à définir des grandeurs politiques de ce que l’on va bientôt nommer une capitale provinciale, entendues comme un étalon de mesure et comme un objet de prestige. Cette grandeur tirerait sa force d’une captation des circuits de reconnaissance de la République des Lettres, mais ce processus n’est pas neutre, il va changer le sens des pratiques savantes pour procéder à la fabrication d’un « lieu » chargé d’identité, d’où une tension paradoxale et manifeste au début du xviiie siècle entre universalité et localisme. C’est à l’examen de cette tension que nous souhaiterions nous livrer à partir de quelques pistes de réflexion.

I. DE RÉSEAUX LONGS EN RÉSEAUX COURTS : LA DENSIFICATION DES ÉCHANGES ÉPISTOLAIRES LOCAUX

3En premier lieu, ces échanges épistolaires sont marqués par un changement d’échelle et de nature dans les relations savantes. Alors que dans la seconde moitié du xviie siècle, Lyon était parvenu à s’intégrer aux réseaux longs de la République des Lettres par l’action conjointe des jésuites du collège de la Trinité – bien représentés dans les correspondances savantes italiennes, ou de la Royal Society de Londres, de Leibniz – ; et des médecins, au début du xviiie siècle, l’horizon de la correspondance s’enracine dans les préoccupations des érudits de Lyon et de sa proche région. Avec la « création » académique de 1700, les pratiques de la communication écrite ne sont plus uniquement portées par un projet intellectuel, tournées vers la circulation des savoirs ou tendues vers la participation et la reconnaissance de représentants lyonnais sur la scène internationale. La pratique épistolaire touche un cercle d’intimes et s’inscrit dans une dimension mondaine et amicale. La force des premiers cercles académiques qui vont s’établir progressivement entre 1700 et 1724 dans la ville tient à cette densification des liens épistolaires que soutient la rencontre mondaine. Certes, sur l’ensemble des érudits qui peuplent les premiers cercles académiques entre 1700 et 1724, seule une faible part entretient des relations épistolaires, mais la pratique semble se généraliser. Ainsi, on a conservé les traces de ces liens vifs entre Laurent Dugas, le marquis de St Fonds, Cholier, Anthelme Tricaud, Brossette, Gacon. Dans ses lettres, il ne s’agit plus en effet de fonder le collectif lyonnais sur un pur jeu d’échange d’informations, mais sur l’appartenance à un lieu.

  • 2 Joseph Toullier (1682-1768), abbé d’Olivet, grammairien, membre de l’Académie française. Brossette (...)
  • 3 Correspondance entre Boileau-Despréaux et Brossette.... op. cit., p. 290, 310, 314, 315, 317.
  • 4 BML, Fonds général, Ms. 1623 (1602), Lettres de Brossette à François de Lamoignon.
  • 5 On conserve de Bernard La Monnoye, une correspondance familière avec son fils, religieux à Lyon, m (...)
  • 6 Né en 1670, il commença sa carrière d’homme de plume par la rédaction de petites pièces, telles le (...)
  • 7 Correspondance de Jean-Baptiste Rousseau et de Brossette, publiée d’après les originaux, avec une (...)
  • 8 Le fils de Jean Racine « auteur du poème de la Grâce, est établi à Lyon. J’appelle établissement u (...)
  • 9 Cette correspondance manuscrite est conservée à la BM de Chartres, Ms. 1718, 2 volumes de 300 et 2 (...)
  • 10 Lettre de Brossette à Saint-Fonds du 29 septembre 1721, ibid., p. 16-17

4Ce processus de polarisation est facilité par le rôle central que joue l’avocat Claude Brossette qui apparaît d’emblée comme le véritable porte-parole des premiers groupes qui se réunissent à partir de 1700 en jouant sur la surface géographique et sociale de ses relations. Claude Brossette, seigneur de Varennes d’Appetour, naquit à Theizé, paroisse du Lyonnais, le 7 novembre 1671. Il fit ses études au collège de la Trinité à Lyon, et fut novice chez les jésuites, avant de devenir avocat. Au-delà de ses alliances lyonnaises, il échange en effet des lettres avec les académiciens de Dijon, en particulier avec le président Bouhier et l’abbé d’Olivet2. De Toulouse, il reçoit des nouvelles des travaux érudits du P. jésuite Vanière3. Enfin de Paris, à sa relation étroite avec Boileau, il faut ajouter des lettres envoyées à François de Lamoignon4, ou à Bernard de La Monnoye de l’Académie française5, ou à Jean-Baptiste Rousseau6 avec lequel il échange plus d’une centaine de lettres7. Brossette a développé des liens solides avec les principales capitales de l’érudition provinciale, et maintient des échanges forts avec Paris. Si son réseau est relativement limité avant 1729, il se diversifie nettement à partir de cette date et jusqu’en 1740. Voltaire, Louis Racine8, l’abbé Lenglet-Dufresnoy, Déon, le P. Brumoy lui donnent une dimension nationale, et indiquent qu’il profite aussi de sa position de secrétaire de l’Académie de Lyon pour étendre ses relations9. Il reste enfin bien implanté à Lyon, et proche des jésuites. Son frère aîné Pierre Brossette, enseignant en Théologie qui réside au collège de la Trinité, est un ami personnel de M. de Saint-Fonds10. Son frère cadet Nicolas est aussi jésuite.

  • 11 Sur cette originalité lyonnaise dans le contexte des fondations académiques, voir les analyses de (...)

5Enfin, un troisième élément déjà perceptible dans l’action de Brossette a tendance à se généraliser : c’est le renforcement de l’axe Paris-Lyon qui signale un repli du rayonnement lyonnais sur les limites du royaume et formule le nouveau lien problématique de Lyon avec la capitale. Si la comparaison avec Paris structure depuis longtemps le lexique culturel lyonnais, elle est investie au début du xviiie siècle d’une dimension revendicative qui s’inscrit plus largement dans les tensions entre les pouvoirs consulaires et les représentants du roi ou des cours souveraines. A côté du discours des premiers cercles académiques et des revendications d’indépendance de son illustre représentant Claude Brossette11, se maintiennent à Lyon d’autres réseaux d’échanges intellectuels et littéraires avec Paris qui présentent une position beaucoup plus nuancée au sujet de l’originalité lyonnaise, voire se montrent critiques à l’égard des académiciens. Si l’on songe aux échanges et au réseau des nouvelles à la main établi entre le P. Léonard, Dom Delamare, et l’abbé Anthelme Tricaud, ou celui du régiment de la calotte du poète Gacon avec un ensemble d’érudits lyonnais, le dialogue avec Paris est ininterrompu et semble même s’intensifier dans le premier tiers du xviiie siècle. Cette compétition entre différentes stratégies, si elle affaiblit momentanément la reconnaissance académique, relaie les efforts de centralisation et de capitalisation des savoirs opérés par les premiers cercles.

II. LA FABRIQUE DU « LIEU » ACADÉMIQUE (1700-1724)

  • 12 C.-F. Ménestrier, Eloge historique de la ville de Lyon, Lyon, 1669.

6Dans un second temps, j’aimerais rapidement évoquer le processus de fabrication du « lieu » académique dans la ville, compris à la fois comme un référentiel du discours politique local et comme un espace concret de la rencontre. Loin d’être acquises, la pérennité des premiers cercles et la reconnaissance royale par lettres patentes furent longtemps problématiques. La légitimité de l’Académie, comme celle de la grandeur politique lyonnaise, n’est donc pas donnée d’avance, mais reste toujours un travail à recommencer d’intéressement des alliés. La robustesse de ces premiers cercles, leurs plasticités qui vont leur permettre de durer en dehors de toute reconnaissance légale, tiennent non seulement aux discours et aux représentations publiques que les historiens de Lyon publient sur Lyon comme « assemblée de savants » en mobilisant la rhétorique des corps12, mais surtout à l’action des réseaux d’alliances, à leur composition, aux pratiques matérielles et intellectuelles qu’ils mettent en place. En suivant la trajectoire de ces pratiques sur une période de dix ans où elles sont particulièrement documentées, on peut tenter de situer les étapes de cette stabilisation.

L’invention d’une archive de la rencontre : le journal des séances

  • 13 D. Roche a déjà tracé les principaux traits de la rupture qu’occasionne l’apparition des registres (...)

7La conservation d’un registre des séances de l’Académie à partir de janvier 1714 et la désignation d’un secrétaire perpétuel chargé de tenir à jour ce journal et de consigner les procès-verbaux de séances, constituent à bien des égards une rupture importante dans l’organisation de ces rencontres intellectuelles13.

  • 14 A titre de comparaison, voir l’analyse des procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, (...)

8La présentation matérielle de ce « journal » d’abord peu codifié, rédigé d’une écriture nerveuse, sur des cahiers séparés, laisse place dès 1715 à une formalisation plus stricte qui témoigne peut être d’un usage plus systématique de la consultation du registre par les académiciens14. Après une brève indication du lieu où se tiennent les séances, de la liste des personnes présentes, le rédacteur consigne les différents discours prononcés en les résumant, ainsi que les discussions qu’ils occasionnent.

  • 15 C’est ce que relève D. Roche : « le procès-verbal livre le déroulement et le développement d’un tr (...)

9Par cet inventaire précis des lieux, des acteurs et du contenu des séances, le journal enregistre d’abord les pratiques dans le but de maintenir une continuité d’une séance à l’autre. Ainsi, alors que la hiérarchie entre ces différentes composantes est fluctuante, le journal tenu entre 1714 et 1739 sous la plume de Claude Brossette assure une fonction de mémoire de l’Académie, et peut être a-t-on sous estimé les effets de cette pratique documentaire sur la consolidation a posteriori du collectif savant, et sur la prise de conscience chez les acteurs d’une rupture dans leurs pratiques intellectuelles. Pour autant, il opère une mise en ordre, une mise en forme des activités du groupe qui n’est que partielle15. En effet, après une première série de feuilles consacrées à l’année 1715, on revient sur les séances de 1714, puis on reprend le cours de l’année 1715. Tout au long des années 1714 et 1715, on constate ainsi des retours en arrière dans le récit des séances qui signalent à un lecteur cursif un report très aléatoire des séances, ainsi qu’une pratique encore peu régulière. De même, certaines séances laissées en blanc en l’absence du secrétaire sont parfois interverties. Une note marginale nous renseigne sur les erreurs de lecture possibles :

  • 16 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 1lv°.

Cette séance a été ici mise par erreur, au lieu du lundi 1er avril, qui avoit été laissé en blanc, le secrétaire étant à la campagne16.

10Il faut attendre 1716 pour voir une véritable normalisation dans la tenue du journal. Avec cette apparition d’une archive de l’Académie qui faisait défaut aux premiers cercles lyonnais, on est en présence d’une première étape dans la formalisation de l’assemblée. C’est surtout rétroactivement, par l’action d’accumulation, de stabilisation de ces documents et de mise en série opérée par la constitution d’un recueil à part, que ce journal fait apparaître ce cercle comme un point localisable, et lui donne un statut d’origine fondatrice.

L’alignement des pratiques sur un modèle académique

  • 17 Sur les différents modèles académiques parisiens, voir D. Roche, « Trois académies parisiennes et (...)

11Les travaux de Roger Chartier et de Daniel Roche sur cette séquence de l’histoire de l’Académie de Lyon ont souligné par ailleurs avec force l’alignement progressif sur les modèles académiques17. Plusieurs indices conjugués vont dans ce sens.

  • 18 Ibid., p. 117.

12En premier lieu, la composition des assemblées que reflète la présentation documentaire montre une évolution nette entre les premières rencontres de 1714 où l’on ne distingue que les jésuites des autres membres et, à partir du 6 août 1714, l’apparition d’un découpage ternaire, qui va durer, entre le directeur, les jésuites et les autres. Cette mise en exergue de la présence jésuite confirme une place particulière dans le cénacle pour le rédacteur du journal. Il faudra attendre le 9 janvier 1725, une fois les lettres patentes reçues, pour voir établie la liste des académiciens par ordre d’ancienneté. Cette attention portée à la durée récompense à la fois la longévité des pratiques et souligne le rôle du temps, de la mémoire du groupe. La structure académique est aussi lecture d’une stratification temporelle du collectif savant. Les jésuites occupent la troisième place avec le P. de Colonia, la seizième place avec le P. Lombart, et la vingt-troisième sur vingt-quatre pour le P. Folart. Les jésuites ne sont pas les seuls à figurer en tant qu’ordre religieux. La mention systématique au moment de la réception de l’appartenance à une institution rejoint cette valorisation des corps et des communautés. La composition socio-professionnelle met ainsi l’accent sur trois composantes majeures de la société urbaine lyonnaise. Aux côtés des jésuites, deux corps urbains se rencontrent, le présidial, d’une part, avec trois de ses membres en 1700, et la sénéchaussée, d’autre part, complètent cette assemblée. En 1709-1715, le poids des officiers de la Cour des Monnaies, de la sénéchaussée, du présidial, et des fonctions consulaires s’est accru, puisqu’ils représentent 35 % du total18. En revanche la présence des jésuites s’est quelque peu atténuée au détriment du clergé séculier. Mais elle reste un facteur important de stabilité.

  • 19 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 24v°, Lundi 29 janvier 1714.
  • 20 C. Montdésert, « Jésuites à l’académie », Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et A (...)

13Le 29 janvier 1714, le P. Lombard doit remplacer le P. Fellon « occupé à la prédication »19. Désormais, Colonia et Lombard représenteront le collège au sein de l’assemblée. Sans conteste, de 1650 à 1700, l’évolution du milieu des érudits enregistre quelques transformations d’importance. Si l’on note une relative stabilité sociologique, sur le plan des appartenances religieuses, la diversité confessionnelle n’est plus de mise. En 1650, libertins, protestants, catholiques se côtoyaient sans embarras. En 1700, le moule du collège jésuite a fait son œuvre. Le rôle du clergé a lui aussi changé. Auteurs très actifs au xviie siècle, les jésuites n’ont plus véritablement qu’un statut honorifique dans la nouvelle assemblée20.

  • 21 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 11, 15 mai 1715.
  • 22 Archives de l’Académie. Ms. 265. fol. 51.
  • 23 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 51, 4 janvier 1718.
  • 24 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 1 lv°, 6 mai 1715.
  • 25 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 11 v°.

14Différentes pratiques témoignent aussi de mutations dans l’organisation même de la rencontre. Un ordre des discours, un agenda est ainsi proposé. Le lundi 15 mai 1715, pour la première fois, on désigne «un ordre dans lequel les académiciens doivent faire des dissertations »21, puis, en janvier 1718, on tire au sort l’ordre des discours22. De même, la pratique de l’élection, qui se faisait à l’unanimité, est remplacée par une pratique des « billets » en janvier 171823. Ces deux modifications interviennent au cours de la même séance. Enfin, est mise en place une hiérarchie des statuts à l’intérieur de l’Académie : seuls au départ, le président et le secrétaire perpétuel occupent une place distinctive ; à partir du 4 avril 1714, il est en effet décidé que le président sera élu pour trois mois ; puis, à l’instar des Académies parisiennes, on crée des statuts intermédiaires. Ainsi, M. Mahudel de Paris qui fréquente de temps en temps le cénacle est désigné en mai 1715 comme « associé de cette Académie, dans laquelle il lui rend compte de ce qui s’est passée à ladite assemblée de l’académie des médailles et inscriptions. »24 En janvier 1718, le statut de vice-président apparaît, puis celui d’académiciens honoraires pour inclure trois nouveaux membres : le président Valbonnay, le marquis d’Halincourt, et le R.P. de Vitry jésuite25. Enfin, une semaine après, le fils Dugas est admis aux assemblées : « sans pour autant avoir le rang d’académicien ». Cette mention souligne une stratification des statuts, mais aussi une ouverture sur l’extérieur, et une reconnaissance des attaches provinciales et parisiennes.

De l’espace intellectuel à l’espace civique

15Cependant la conformité à la structure académique parisienne ne parvient pas à installer définitivement le cénacle, et à l’inscrire dans une durée qui le mettrait à l’abri d’une disparition.

  • 26 A. Vachez, « La fondation de l’académie en 1700 », Revue du Lyonnais, 1900, p. 407.
  • 27 Ibid., p. 412-413.

16Ainsi, l’étude de la fréquence des réunions entre 1714 et 1724 indique des écarts importants d’une année à l’autre, et une chute progressive du nombre de séances qui montre que la reconnaissance royale en 1724 n’intervient pas après une intensification de la rencontre, mais constitue au contraire une stratégie pour sortir définitivement de la fragilité structurelle par l’inscription juridique. De même, le changement des lieux de la rencontre déstabilise périodiquement la composition des groupes. Lors de la création d’une académie en 1700, on se retrouve d’abord dans la bibliothèque du médecin Camille Falconnet, « au milieu de cinq ou six mille volumes »26. Malencontreusement rappelé à Paris, où il devient consultant du roi et membre de l’Académie des Inscriptions, Falconnet doit renoncer à recevoir ces conférences savantes. Dès 1704, M. de Trudaine, nommé intendant du Gouvernement de Lyon prend donc le relais. Puis, en 1710, la Compagnie se déplace chez M. de la Valette, et chez le président Dugas jusqu’en 1717, date à laquelle l’archevêque François-Paul de Neufville lui donne asile dans son palais épiscopal27. Ainsi, de prime abord, ces réunions gardent jusqu’en 1724 cet aspect spontané et privé qu’elles connaissaient au xviie siècle. Cependant, l’espace de la rencontre avec M. de Trudaine cesse d’être un lieu complètement neutre. A peine arrivé à Lyon, ce dernier entend y fonder une académie. En fait, il se contente de reconstituer l’académie de 1700 disparue, remodelant au passage la composition de ses membres, et lui fournissant un lieu de réunion dans son hôtel. L’hôtel de l’Intendant était par ailleurs connu par les savants lyonnais comme un lieu de circulation de l’information littéraire et politique, et en particulier des livres interdits. Dom Delamare écrit au P. Léonard de Sainte-Catherine ainsi le 29 mai 1707 :

  • 28 BNF, Fonds français, Ms. 19207, fol. 351, lettre du P. Delamare, 29 mai 1707.

On m’avoit parlé du livre dont Mr le Maréchal de Vauban est auteur, cet ouvrage n’a paru en cette ville que cher Mr. l’Intendant et ce fut par un officier qui passoit qui le luy pretta seulement pour quelques heures. Cet Intendant me promit le jour de l’Annonciation de le donner toute ? de mouvemens pour en avoir un exemplaire, qu’il me laissera copier si j’en veux prendre le loisir28.

  • 29 Ils deviennent alors les informateurs privilégiés du gouvernement, Agnès Boucaud-Marie, Les intend (...)
  • 30 Michel Antoine, Le gouvernement et l’administration sous Louis XV, dictionnaire biographique, Pari (...)

17Indéniablement avec l’arrivée de Trudaine, le siège de l’Académie est devenu un lieu de représentation, alors que l’action des intendants prend une forme nouvelle dans la généralité29. Trudaine, fils d’un Trésorier de France au Bureau des Finances d’Amiens, devenu ordinaire en la Chambre des Comptes de Paris, sera nommé en 1710 intendant de Bourgogne, puis conseiller d’Etat le 20 août 1711, maîtres des requêtes en 1715, et enfin conseiller d’état ordinaire en 172030. Méliand, qui lui succède est reçu à l’Académie en 1714 :

  • 31 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 26, lundi 5 février 1714.

Monsieur Méliand, Intendant de Lyon a honoré l’assemblée de sa présence. (...) Monsieur l’Intendant a expliqué avec beaucoup de netteté et de précision, plusieurs usages touchant la police intérieure du Parlement de Paris31.

  • 32 J.-B. Dumas, Histoire de l’Académie royale des Sciences, Belles lettres et Arts de Lyon, Lyon, Gib (...)

18A sa suite tous les intendants de la Généralité, ainsi que les prévôts des marchands, demanderont à être admis à l’académie de Lyon32. Plus tard, placée sous la protection de l’archevêque, elle ne tardera pas à obtenir les lettres patentes. Si l’on sait peu de choses de l’organisation spatiale des premières réunions, les registres des séances sont beaucoup plus précis sur l’installation de l’Académie au palais de l’Archevêché le 7 avril 1717 :

  • 33 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 47, mercredi 7 avril 1717.

Monseigneur l’archevêque a bien voulu donner un asile à l’académie, sa grandeur a assigné le lieu de séances dans son propre appartement au Palais de l’archevesché. L’Acad. s’est assemblée autour d’un bureau long et a approuvé. Monseigneur assis dans un fauteuil au haut bout, les académiciens sur des chaises autour de la table, et le secrétaire au bas bout, vis-à-vis de Mgr. Mr de Serre directeur, assis à la droite de Monseigneur a fait un discours pour remercier Monseigneur de l’honneur qui fait à l’académie en lui donnant séance dans son palais33.

  • 34 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 72, début de l’année 1720, et fol. 85, janvier 1722.
  • 35 D. Roche, Le siècle des Lumières en province..., op. cit., t. 1, p. 355.

19De cette description, on retiendra la mise en scène du patronage. On y retrouve certes la disposition habituelle du mobilier académique, telle qu’on pouvait la voir chez l’abbé de La Roque par exemple, mais la scénographie souligne la valorisation de la position de l’Archevêque ainsi que la soumission des Académiciens. Pour autant, les assemblées ne se tiendront pas de façon continue dans le palais de l’archevêché. Ainsi entre 1720 et 1722, les séances se tiennent à nouveau chez Dugas34. Enfin, le 12 décembre 1724, lors de la séance de lecture des lettres patentes, le secrétaire note : « première assemblée publique et générale ». Cette dynamique des lieux qu’accompagnent le développement du patronage et la formalisation des pratiques, s’affirme aussi à travers la mise en place d’un « cérémonial culturel »35.

  • 36 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol., 6 août 1714. A ce sujet, voir Correspondance entre Monsieur (...)

20Enfin, à côté de ce renforcement de la structure interne de la rencontre par le patronage, la reconnaissance publique se joue dans l’espace culturel de Lyon par une hiérarchisation des différentes assemblées qui prennent le nom d’académie dans la ville. Le 6 août 1714, l’Académie de musique, appelée concert, demande à l’Académie de lui donner des règlements, un nom et une devise36. De l’espace intellectuel et domestique de la bibliothèque de Falconnet au palais de l’archevêché, se lit l’émergence d’une captation politique et civique de la représentation culturelle de l’intellectualité lyonnaise.

III. ECONOMIE LYONNAISE DES SAVOIRS ACADÉMIQUES OU SAVOIRS LOCAUX ?

  • 37 Pour une analyse de grande ampleur, voir D. Roche, Le siècle des Lumières en Province..., op. cit. (...)

21En dernier lieu, on peut se demander dans quelle mesure ces collectifs lâches ont mis en place une économie locale des savoirs ? Cette dernière ne doit pas être comprise comme un simple transfert de la culture académique37 parisienne, mais doit aussi se lire comme un phénomène de traduction des savoirs généraux à partir de pratiques locales. Deux exemples illustreront ces traductions lyonnaises.

  • 38 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 44.
  • 39 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol.43-v°.

22D’abord, on peut s’arrêter sur la tentative de mobilisation de ce cercle académique par un projet éditorial de commentaire et de traduction du De Natura Deorum de Ciceron adopté le 12 janvier 1717 que propose l’Archevêque38 « pour éviter l’espèce de confusion dans laquelle on est tombé dans les dernières assemblées »39.

  • 40 Correspondance littéraire du président Bouhier, présentée et annotée par Catherine Lauvergnat et H (...)

23Mais si aucune édition ne verra le jour, cette entreprise est remarquable à plus d’un titre. Avec cette traduction en effet, l’Académie de Lyon s’inscrit dans un mouvement académique et érudit plus large. Une traduction du même texte est en effet déjà commencée par l’abbé d’Olivet, ancien jésuite, et le président Bouhier de Dijon40. Elle témoigne d’une volonté d’émulation provinciale, voire de concurrence, que la correspondance de Brossette avec M. de Saint-Fonds laisse apparaître à plusieurs reprises.

24Ce travail d’édition souligne par ailleurs la capacité de la jeune assemblée à se structurer autour d’un projet (organisation en bureaux) et permet de repérer les compétences de chacun, ainsi que la position intellectuelle qu’il occupe dans l’espace académique. Située au croisement de plusieurs champs de savoirs (linguistique, antiquaire, et religieux), cette traduction mobilise les centres d’intérêts principaux du cénacle. Elle transforme enfin le mécénat politique de l’Archevêque en un véritable patronage littéraire, puisque ce dernier devient un relecteur et un correcteur.

  • 41 R. Charrier a bien montré entre 1714 et 1758 la prépondérance des Belles-Lettres autour des questi (...)
  • 42 Correspondance entre Brossette et Rousseau..., op. cit., vol. 2, sur les notes du théâtre de Moliè (...)
  • 43 Dans une lettre à Saint Fonds du 25 juillet 1723, Brossette écrit : « Vous trouverez encore dans c (...)

25Au-delà de cet épisode, ce qui est en jeu, comme le confirmera le titre retenu en 1720 pour qualifier l’assemblée dans le registre, celui d’« Académie de littérature », c’est un tropisme littéraire certain, et la valorisation de la pratique du commentaire41. On confie dans le même temps à Brossette le soin d’annoter les œuvres complètes de Molière42 ; Louis Racine ne tardera pas à entrer dans la compagnie. Cette entreprise rejoint la stratégie d’auteur de Claude Brossette qui avait tiré une partie de son crédit de son édition des commentaires des Satyres de Boileau, de son édition des poèmes de Mathurin Régnier, mais aussi de son Histoire abrégée ou éloge historique de la ville de Lyon (1711). A son exemple, d’autres académiciens tenteront de s’illustrer dans l’exercice savant du commentaire. Ainsi, M. de Saint-Fonds se propose de faire un commentaire des œuvres de Racine, qui ne sera jamais publié43. Chauvelin, maître des requêtes, chargé de la direction de la librairie sollicite même Brossette pour obtenir ses notes sur une pièce de Molière :

  • 44 Correspondance de Jean-Baptiste Rousseau et de Brossette, publiée d’après les originaux, avec une (...)

On propose ici Monsieur, une édition in-4° du Molière. Je sais que vous avez fait des notes sur cet ouvrage. Si vous voulez me les communiquer, je les ferai employer dans cette édition, persuadé que le public les recevra avec plaisir, venant d’une personne dont l’érudition lui est déjà connu par plusieurs endroits44.

  • 45 Daniel Roche, « Les académies et l’histoire », in Les Républicains des Lettres au xviiie siècle. G (...)

26En second lieu, les nouveaux « académiciens » engagent les pratiques de circulation savante dans des procédures polarisées et relativement stables. Ces stéréotypes soulignent l’inversion de la problématisation identitaire. L’identité lyonnaise ne se joue plus sur l’unique terrain de la recherche antiquaire et ne dépend plus seulement de la reconnaissance internationale d’un objet d’étude, mais devient le moteur de la polarisation, voire l’élément discriminant. Ainsi l’histoire de Lyon n’est plus appelée à unifier ou à mobiliser extra muros un collectif savant lâche d’érudits de toute origine géographique, mais rejoint le projet du consulat de fonder des privilèges sur un passé45. On passe d’une dimension projective du savoir en action à l’adhésion, à l’appartenance communautaire de la ville. Certes, les académiciens continuent à entretenir des relations avec des savants extérieurs, mais les pratiques de circulation des savoirs ont changé de sens. L’enjeu de connaissance est subordonné à un enjeu identitaire et politique. Il s’agit simplement de ratifier par des autorités expertes le savoir lyonnais.

27Un exemple éclaire cette transformation. Le journal des séances tenues à partir de 1714 évoque lors de la première réunion une discussion autour d’une table de marbre sur laquelle est gravée une inscription latine :

  • 46 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 2-v°, séances du lundi 17 novembre 1714.

Monsieur De la Valette a fait apporter une table de marbre sur laquelle est gravée une Inscription latine, qu’on a trouvée depuis peu dans le quartier de Trion, près du faubourg de Saint Irénée à Lion. Cette table de marbre est épaisse d’un pouce, longueur d’un pied, et large de dix pouces. (Suit l’inscription). Mr de Valbonnais, premier président à la Chambre des Comptes de Grenoble, a qui M. De la Valette avoit envoie une copie de l’inscription, l’a fort bien éclaicie dans une dissertation qui a été lue dans l’assemblée46.

  • 47 Jean-Pierre Moret de Bourchcnu, marquis de Valbonnais ( 1651-1730), conseiller au Parlement de Gre (...)
  • 48 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 3, séance du jeudi 27 décembre 1714 ; fol. 3v°, séan (...)
  • 49 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 4, lundi 7 janvier 1715.

28Après l’explication de Valbonnais47, on cite le P. Ménestrier et son Histoire de Lyon. Les séances suivantes, Laisné proposera son interprétation48. On cite Chorier et Sport49. M. Aubert a lu aussi une dissertation sur le même sujet où il a proposé une « nouvelle conjecture de cette formule ». Il a évoqué Spon dans les Antiquités de Lyon. Puis Dugas et Laisné interviennent. On s’en remet enfin à deux autorités expertes, M. de la Vallette et B. de Montfaucon :

  • 50 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 7, lundi 21 janvier 1715.
  • 51 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 10v°, séance du 15 mai 1715.

On a dans l’assemblée une lettre ecrite à mon de la Valette par m. Gros de Boze secrétaire de l’Académie royale des Inscriptions, sur l’épitaphe dont il a été parlé dans nos précédentes conferences. Dans cette lettre M. de Boze explique l’inscription de la même manière qu’elle avoit été expliquée par M. Laisné, et par Mr. le président de Valbonnais50. (...) On a lu une lettre de Dom Bernard de Montfaucon, moine bénédictin ; dans laquelle il donne ses premières conjectures sur l’épitaphe dont on a parlé dans les conférences des 17 novembre dernier51.

29Cette anecdote qui ouvre les activités des académiciens semble symptomatique de l’évolution de la circulation des énoncés savants. L’usage de la correspondance ne sert plus à mobiliser un champ d’études, mais devient rétroactif, il permet de ramener du savoir de l’extérieur vers le centre académique, afin de ratifier l’expertise lyonnaise et de renforcer la position du réseau court académique. La prise de parole au sein du cénacle privilégie ainsi un dialogue avec les travaux du P. Ménestrier ou de Jacob Spon qui dessinent un cercle d’autorités locales, mais qui ne sont pas confrontées avec d’autres recherches extérieures. Cette impossibilité de sortir de la quadrature du cercle de l’inventaire et du commentaire de ces inscriptions archéologiques lyonnaises pour accéder à une connaissance globale de l’Empire romain, témoigne des impasses de ces discussions qui se condamnent à un pur localisme, et faute de nouvelles découvertes, à la répétition. En même temps, cette stérilité a son revers positif, elle contribue à intégrer les pratiques académiques dans une tradition antiquaire de défense des privilèges de la ville, de son ordre politique, et permet définitivement de donner des objectifs et un contenu aux réunions savantes. En prenant à sa charge ce travail de quadrillage de l’espace et du temps, les académiciens ont réussi à enraciner les préoccupations du cénacle dans une logique imprescriptible de la permanence de l’identité de la ville.

  • 52 D. Colonia, Histoire littéraire de la ville de Lyon, avec une Bibliothèque des auteurs lyonnais et (...)

30La publication, en 1728 et 1730, des deux tomes de l’Histoire littéraire de la ville de Lyon du P. jésuite Dominique de Colonia52 clôture cette trajectoire en permettant de nouer les fils de plusieurs récits : l’histoire et la fondation du collège jésuite, l’histoire de la cité, et l’histoire de l’académisme permet de donner au nouveau collectif savant reconnu par lettre patente en 1724, une historicité, une épaisseur temporelle, qui manquait aux groupes précédemment institués. Par cette conjonction entre trois histoires institutionnelles, l’Académie se dote d’une mémoire qui remonte presque aussi loin que la fondation de la cité. Elle referme définitivement la boîte noire de l’institution académique et de la grandeur civique. Elles apparaîtront désormais liées dans l’histoire mythique de la fondation du collectif.

Notes

1 Sur la dynamique culturelle Paris-Provinces qui se met en place au début du xviiie siècle, voir les analyses de D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1995, et S. Davies, Paris and the provinces in the 18th-Century Prose Fiction, Oxford, 1982., et J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris-La Haye, 1975, 2 vol.

2 Joseph Toullier (1682-1768), abbé d’Olivet, grammairien, membre de l’Académie française. Brossette dans sa correspondance avec St Fonds, in Trente lettres inédites de Claude Brossette à Monsieur de Saint-Fonds, publiées par L. de Longuevialle, Villefranche, 1930, p. 17-19. « Il y a plus de deux mois que j’ai écrit à l’Abbé d’Olivet, pour nos Imitations de Racine, mais il ne m’a point fait de réponse encore, et je ne m’en étonne pas, car c’est le paresseux le plus pommé qu’il y ait au monde. », ibid., p. 19.

3 Correspondance entre Boileau-Despréaux et Brossette.... op. cit., p. 290, 310, 314, 315, 317.

4 BML, Fonds général, Ms. 1623 (1602), Lettres de Brossette à François de Lamoignon.

5 On conserve de Bernard La Monnoye, une correspondance familière avec son fils, religieux à Lyon, malheureusement peu intéressante sur le plan des échanges intellectuels. Bernard La Monnoye originaire de Dijon, participe néanmoins à la vie savante parisienne, voir par exemple les lettres à Nicaise, BNF, Fonds Français, Ms. 9359, Correspondance de l’abbé Nicaise, fol. 315 r°, Bernard de La Monnoye à Claude Nicaise, Dijon le 24 mars 1687.

6 Né en 1670, il commença sa carrière d’homme de plume par la rédaction de petites pièces, telles le Café, ou Le Flatteur, mais reste surtout connu pour ses épigrammes. Il est membre de l’Académie des Inscriptions. Un scandale anéantit cette situation. Nul n’ignorait son antipathie pour Houdard de la Motte. Ils briguèrent tous les deux l’Académie française et La Motte fut élu. On attribua à Rousseau une série de pièces diffamatoires. Il fut poursuivi par la justice, et s’enfuit en Suisse. Condamné par contumace, le 7 avril 1711, il se mit à publier ses Œuvres à Soleure, alors que l’on en faisait une contre-façon en Hollande.

7 Correspondance de Jean-Baptiste Rousseau et de Brossette, publiée d’après les originaux, avec une introduction, des notes et un index par Paul Bonnefon, entre 1715 et 1741, Paris, 1911, 2 tomes.

8 Le fils de Jean Racine « auteur du poème de la Grâce, est établi à Lyon. J’appelle établissement un mariage avantageux qu’il y a fait et la direction des Gabelles qu’il a eue, à laquelle a succédé celle des droits du roi à Bourg-en-bresse, dont il est chargé, avec la permission de résider à Lyon. », lettre de Brossette à Rousseau, 6 septembre 1731, ibid., p. 66.

9 Cette correspondance manuscrite est conservée à la BM de Chartres, Ms. 1718, 2 volumes de 300 et 259 feuillets, et a été publiée dans Correspondance de Jean-Baptiste Rousseau et de Brossette, publiée d’après les originaux, avec une introduction, des notes et un index par Paul Bonnefon, entre 1715 et 1741, Paris, 1911, 2 tomes.

10 Lettre de Brossette à Saint-Fonds du 29 septembre 1721, ibid., p. 16-17

11 Sur cette originalité lyonnaise dans le contexte des fondations académiques, voir les analyses de Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province...op. cit., chapitre 1.

12 C.-F. Ménestrier, Eloge historique de la ville de Lyon, Lyon, 1669.

13 D. Roche a déjà tracé les principaux traits de la rupture qu’occasionne l’apparition des registres de séances, in Le siècle des Lumières en province..., op. cit., p. 357, et R. Chartier a proposé une analyse de ce matériau lyonnais, in « L’Académie de Lyon au xviiie siècle. Etude de sociologie culturelle », in H.-J. Martin éd., Nouvelles études lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 217-219.

14 A titre de comparaison, voir l’analyse des procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, in Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’E. Brian et de C. Demeulenaere-Douyère, Paris, 1996.

15 C’est ce que relève D. Roche : « le procès-verbal livre le déroulement et le développement d’un travail, mais presque jamais ne rend compte de ce qui a été dit réellement », in Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens, La Haye, 1978, p. 357.

16 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 1lv°.

17 Sur les différents modèles académiques parisiens, voir D. Roche, « Trois académies parisiennes et leur rôle dans les relations culturelles et sociales au xviiie siècle », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 111, 1999-1, p. 395-414.

18 Ibid., p. 117.

19 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 24v°, Lundi 29 janvier 1714.

20 C. Montdésert, « Jésuites à l’académie », Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon (Lyon), série 3, t. 41, 1987, p. 27-34.

21 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 11, 15 mai 1715.

22 Archives de l’Académie. Ms. 265. fol. 51.

23 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 51, 4 janvier 1718.

24 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 1 lv°, 6 mai 1715.

25 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol. 11 v°.

26 A. Vachez, « La fondation de l’académie en 1700 », Revue du Lyonnais, 1900, p. 407.

27 Ibid., p. 412-413.

28 BNF, Fonds français, Ms. 19207, fol. 351, lettre du P. Delamare, 29 mai 1707.

29 Ils deviennent alors les informateurs privilégiés du gouvernement, Agnès Boucaud-Marie, Les intendants de la ville et de la généralité de Lyon au xviiie siècle, thèse de doctorat d’Etat, droit, Université de Lyon II, 1985, p. 90.

30 Michel Antoine, Le gouvernement et l’administration sous Louis XV, dictionnaire biographique, Paris, 1978.

31 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 26, lundi 5 février 1714.

32 J.-B. Dumas, Histoire de l’Académie royale des Sciences, Belles lettres et Arts de Lyon, Lyon, Giberton, 1839, p. 11.

33 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 47, mercredi 7 avril 1717.

34 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 72, début de l’année 1720, et fol. 85, janvier 1722.

35 D. Roche, Le siècle des Lumières en province..., op. cit., t. 1, p. 355.

36 Archives de l’Académie, Ms. 265, fol., 6 août 1714. A ce sujet, voir Correspondance entre Monsieur de Saint-Fonds et le président Dugas..., op. cit., p. 28.

37 Pour une analyse de grande ampleur, voir D. Roche, Le siècle des Lumières en Province..., op. cit., t. 1, chapitre VI, « La culture académique ».

38 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 44.

39 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol.43-v°.

40 Correspondance littéraire du président Bouhier, présentée et annotée par Catherine Lauvergnat et Henri Duranton, 1974-1981, 9 fascicules, Université de Saint-Etienne, en particulier fascicule 3, lettres de l’abbé d’Olivet (1719-1745).

41 R. Charrier a bien montré entre 1714 et 1758 la prépondérance des Belles-Lettres autour des questions de grammaire, de la critique et de la création littéraire, voir « L’Académie de Lyon au xviiie siècle. Etude de sociologie culturelle», in Nouvelles études lyonnaises..., op. cit., p. 221-222.

42 Correspondance entre Brossette et Rousseau..., op. cit., vol. 2, sur les notes du théâtre de Molière, p. 34-35.

43 Dans une lettre à Saint Fonds du 25 juillet 1723, Brossette écrit : « Vous trouverez encore dans ce paquet un exemplaire de la Thébaïde de Mr Racine, première édition. Quoique peut être vous ayez déjà emploié cette édition dans vos notes sur Racine ; mais j’ai été bien aise de vous la présenter pour vous faire remarquer l’Epitre dédicatoire, qui m’a parue fort jolie, et qui mérite d’être conservée. », in Trente lettres inédites de Claude Brossette à Monsieur de Saint-Fonds, op. cit., p. 18.

44 Correspondance de Jean-Baptiste Rousseau et de Brossette, publiée d’après les originaux, avec une introduction, des notes et un index par Paul Bonnefon, op. cit., t. 2, p. 24-25.

45 Daniel Roche, « Les académies et l’histoire », in Les Républicains des Lettres au xviiie siècle. Gens de culture et Lumières, op. cit., p. 194.

46 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 2-v°, séances du lundi 17 novembre 1714.

47 Jean-Pierre Moret de Bourchcnu, marquis de Valbonnais ( 1651-1730), conseiller au Parlement de Grenoble en 1677, puis premier Président de la Chambre des Comptes en 1690, et conseiller d’Etat en 1696. C’est un des correspondants de Guy Allard.

48 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 3, séance du jeudi 27 décembre 1714 ; fol. 3v°, séance du 2 janvier 1715.

49 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 4, lundi 7 janvier 1715.

50 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 7, lundi 21 janvier 1715.

51 Archives de l’Académie de Lyon, Ms. 265, fol. 10v°, séance du 15 mai 1715.

52 D. Colonia, Histoire littéraire de la ville de Lyon, avec une Bibliothèque des auteurs lyonnais et sacrés et profanes distribués par siècle, Lyon, 1730, 2 vol.

Auteur

Chargé de recherches au CNRS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540