Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

I. Hors la cour, l'académie et la loge : sociabilités et espace public urbain

Hors l’Academie, les amateurs et les expositions artistiques publiques à Paris : le Musée de Pahin de la Blancherie (1777-1788)

Charlotte Guichard

Texte intégral

  • 1 Hervé Guénot, « Pahin de la Blancherie et la Correspondance Générale pour les Sciences et les Arts (...)
  • 2 Dominique Poulot, « Musées, lycées », Dictionnaire de l’Ancien Régime, Lucien Bély (dir.), Paris, (...)

1Fondé en 1777 à l’initiative de Pahin de La Blancherie, et considéré comme le premier « musée », l’Etablissement de la Correspondance générale et gratuite pour les Sciences et les Arts réunit trois organes : une assemblée hebdomadaire de savants, d’artistes et d’amateurs rassemblés au milieu d’objets de science, de technique et des Beaux-arts ; un périodique hebdomadaire, les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts, qui publie des informations savantes provenant des capitales de la République des Lettres et la liste des objets qui furent exposés lors de l’Assemblée ; et enfin un Bureau où sont centralisées les correspondances des savants1. La Correspondance s’inspire des Nouvelles de la République des Lettres de Bayle, et propose d’établir un réseau urbain et cosmopolite de correspondants (savants, inventeurs et artistes) qui échangeraient des informations et des services. Un réseau de souscripteurs garantit la viabilité économique de cette véritable « entreprise culturelle »2. Leur participation économique est destinée à payer le loyer de l’appartement, situé d’abord rue de Tournon, puis Hôtel Villayer, rue Saint-André-des-Arts et les frais de publication. Une liste d’août 1782 permet de mettre en évidence une classe de 94 « protecteurs », dont la contribution est de quatre louis par an et une classe de 54 « associés » qui paient deux louis par an. Les « protecteurs » se distinguent à la fois par l’importance de la contribution versée et par leur statut social puisque tous sont « d’un nom & d’un rang distingués », parmi lesquels Monsieur, le Comte d’Artois, le Duc de Chartres et le Prince de Condé.

  • 3 Dena Goodman, The Republic of Letters. A cultural history of the French enlightenment, Cornell Uni (...)
  • 4 Monopole qui trouve son expression juridique dans la Déclaration en faveur de l’Académie royale de (...)
  • 5 John Goodman, « Altar against altar. The Colisée, Vauxhall Utopianism and Symbolic Politics in Par (...)

2L’Etablissement de la Correspondance a été diversement interprété par l’historiographie. Considéré comme un des lieux de la sociabilité urbaine et savante où se développait le « nouvel esprit démocratique » de la République des Lettres3, il est aussi apparu comme un lieu de dissidence et de confrontation pour des artistes et des « amateurs » qui contestaient le monopole de l’Académie royale de peinture sur les expositions artistiques parisiennes4. Dans cette perspective, le musée de la Correspondance est considéré comme le modèle d’un phénomène de sociabilité spécifiquement urbain, que l’historiographie a traditionnellement associé à l’espace public, et qui s’efforcerait de répondre à la confiscation académique du jugement esthétique. Cette interprétation forte avance l’idée d’une opposition entre les autorités traditionnelles de l’absolutisme d’une part, représentées par la cour ou l’Académie, et des formes urbaines nouvelles de manifestation et d’organisation de la société civile d’autre part, creusets de l’innovation et de la commercialisation scientifique5.

3Il semblerait que la grande originalité de l’Etablissement de la Correspondance réside plutôt dans sa capacité à intégrer et à capter plusieurs modèles d’institutionnalisation, de publication et de sociabilité. Contre un modèle de dissidence proposé par l’historiographie récente, on voudrait ici souligner l’importance du legs académique dans l’organisation du musée de Pahin de la Blancherie et le jeu, plus souple qu’il y paraît, entre l’institution académique et l’échange mondain. La place difficilement assignable de l’Etablissement de la Correspondance dans l’espace artistique parisien tient à cette remarquable hybridation des formes empruntées à des traditions différentes de la République des Lettres.

4Au centre de cette stratégie protéiforme de légitimation, la Correspondance mobilise et met en scène une catégorie, celle de l’« amateur », qui occupe une place privilégiée dans l’espace mondain et savant du musée, comme elle s’était incarnée auparavant dans l’espace du cabinet ou de la galerie. On essaiera d’explorer la constitution de cette figure sociale de l’« amateur » qui se dessine dans un jeu entre le statut académique, la réputation et des pratiques savantes, artistiques et mondaines novatrices qui désignent l’« amateur » tantôt comme protecteur, tantôt comme mécène, tantôt comme praticien non-professionnel.

I. LA CORRESPONDANCE OU L’HYBRIDATION DES MODÈLES ACADÉMIQUES ET MONDAINS

  • 6 Sur le modèle académique, Daniel Roche « Académies et académisme : le modèle français au xviiie si (...)
  • 7 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. (...)
  • 8 Archives Nationales (désormais AN), 01/1914/2, fol. 89, réponse négative du comte d’Angiviller le (...)

5L’Etablissement de la Correspondance présente un fort degré d’institutionnalisation et de réglementation qui reste très influencé par le modèle académique6. Ainsi les Nouvelles de la République publient le 26 janvier 1779 les encouragements consignés par l’Académie des Sciences dans ses registres le 20 mai 1778. Elles reproduisent les traditions académiques en publiant les jugements de la Correspondance et les registres de l’Académie des Sciences sur certaines inventions techniques et scientifiques jugées utiles7. Ensuite, la tradition des éloges académiques est perpétuée avec la publication de Vies de savants décédés. Enfin, Pahin de La Blancherie réitère, par des démarches nombreuses, l’allégeance de la Correspondance envers l’Académie royale de peinture. Dans une lettre du 16 mars 1778, il demande au comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du roi et à ce titre vice-protecteur de l’Académie royale, l’attribution d’un logement « au Louvre ou ailleurs » pour abriter le point de « réunion et de communication pour toutes les personnes qui tiennent par état ou par goût aux sciences et aux arts8 » et, à plusieurs reprises, il demande la protection de l’Académie royale de peinture pour la Correspondance. Cette protection s’entend en termes économiques, comme le montre un extrait de l’« état de [sa] maison » qu’il envoie le 29 novembre 1779, au comte d’Angiviller :

  • 9 AN, 01/1915/1, fol. 10, 29/11/1779. Lettre de La Blancherie à d’Angiviller. Le 28 mars 1783, le Pr (...)

« Je n’ai pour faire mon ménage qu’une femme du dehors à laquelle je donne 6 livres par mois. On ne met de pot au feu que tous les deux ou trois jours, et j’ai appris à tout mon monde à vivre ainsi que moi, les soirs de pain et de fromage. Ces détails ne peuvent être déplacés auprès d’un gouvernement juste toujours disposé à protéger ce qui est utile. Si vous considérez, Monsieur le Comte, l’état des souscriptions dont je rends compte dans le discours imprimé, joint à cette feuille, ainsi que les obligations qui y sont énoncées, vous jugerez que je suis également embarrassé pour pourvoir à toutes les dépenses, et que la consistance que l’établissement a prise, et qu’il ne peut qu’acquérir surtout quand le gouvernement jugera à propos de lui donner le moindre témoignage de sa protection, est un sûr garant que jamais la chose ne sera à charge au gouvernement, quelque secours qu’il lui accorde ; et que toutes ses parties en sont combinées également pour l’économie et pour l’utilité. Quant à présent je me soutiens par le crédit que me donne mon Etat et mon honnêteté connues [sic]9. »

6Enfin, le 19 mars 1783, Pahin de la Blancherie demande en vain au comte d’Angiviller la reconnaissance juridique, par des lettres patentes, de l’Etablissement :

  • 10 AN, O1/ 1917, fol. 220, 19/3/1783. Lettre de La Blancherie au comte d’Angiviller.

« Je sollicite du gouvernement, une autorisation légale [c’est lui qui souligne] ; vous devez monsieur le Comte, être juge de mon objet et de mes moyens. Au moment où vous les approuverez, vous en deviendrez le créateur, car votre sanction peut seule produire de véritables succès, et il me paroît impossible de ne pas l’obtenir, puisqu’indépendamment d’une prépondérance sur les sciences et les arts réunis que je vous offre en France, je vous en prépare une semblable dans les pays étrangers. J’ai l’honneur de vous observer, Monsieur le Comte, que l’opinion de l’Académie Royale de Peinture sur les ouvrages des arts sera toujours ma loi, mais qu’en fait d’administration, il m’arriveroit peut-être souvent de récuser son jugement. Ainsi j’ai le plus grand intérêt à ce que vous ne vous en rapportiez qu’à vous même pour savoir si mon plan peut et doit être utile d’une part ; aux progrès et à la communication des connoissances en tous genres et de l’autre à l’homme qui a besoin de talents et de ressources pour exister10. »

7La demande de Pahin de La Blancherie témoigne bien de l’ambiguïté de sa démarche : tout en affirmant sa volonté d’intégration académique, au point de qualifier le comte d’Angiviller de « créateur » du musée, il critique l’administration monopolistique de l’Académie royale. Initialement, l’Etablissement de la Correspondance s’affirme davantage comme un espace complémentaire de l’Académie, utile au progrès des sciences et des arts, et qui lui emprunte ses traditions. Les interprétations de l’Etablissement en termes de dissidence et de contestation sont donc en fait largement tributaires de la vision d’affrontement au sein de l’espace culturel parisien qu’a façonnée l’Académie royale, comme le montre la réponse du comte d’Angiviller. Dans sa réponse, le compte d’Angiviller réduit l’espace artistique parisien à l’espace académique, qui centralise et publie l’émulation artistique. La ville apparaît comme saturée en institutions artistiques, et la création de la Correspondance est placée sur le rang de l’intrigue et de la cabale, ravalée aux intérêts urbains privés.

  • 11 AN, 01/1917. fol. 264, 19/8/1783. Lettre du comte d’Angiviller à La Blancherie

« La Capitale a été pourvue par Louis 14 de toutes les sources d’instruction qui y sont nécessaires pour y faire fleurir les Arts. Vivifier ces sources, en tirer le plus grand parti ; voilà ce qui me paroitra toujours devoir attirer mon attention et qui m’écartera surtout de tous ces nouveaux établissements dont Paris se surcharge tous les jours et dans lesquels sa véritable et saine instruction est suppléée par l’arbitraire, les petites prétentions et surtout par un manque de lumieres et de connoissances qui n’a rien d’étonnant au millieu de sociétés dont les membres n’ont point approfondi l’étude de ces arts du progrès desquels elles paraissent faire leur objet11. »

  • 12 On peut cependant penser que Pahin de la Blancherie s’est inspiré du « Projet pour l’établissement (...)

8Outre la prégnance du modèle académique, le fort degré d’institutionnalisation se manifeste également par le champ sémantique centralisé et hiérarchisé emprunté aux administrations urbaines qui imprime sa marque à la Correspondance : les termes de Chef-lieu, Bureau, Agent général, Etablissement sont récurrents et lui donnent un caractère administratif et gestionnaire. Ce champ lexical caractérise en effet l’exercice de fonctions administratives (on parle ainsi du Bureau de Finances), et on ne trouve pas d’occurrences similaires de ces termes dans la tradition académique12.

  • 13 Bibliothèque Nationale, Z-1149, Prospectus de 1779 « On refusera quiconque ne sera pas connu ou am (...)

9Ce registre lexical de l’administration est d’autant plus original qu’il est investi par des pratiques sociales largement héritées de la sociabilité salonnière et mondaine. Dès 1779, l’entrée à l’assemblée hebdomadaire de la Correspondance est soumise à un filtre sévère ; les modalités en sont systématiquement rappelées dans les Nouvelles13 et sont même redéfinies suite à un incident :

  • 14 N.R.L.A, 16 Janvier 1782.

« Sur la difficulté qui s’est élevée à l’occasion du refus d’entrée à l’assemblée, fait à une personne anciennement présentée, & qu’on n’a pas reconnue ; il a été arrêté qu’on useroit de la même sévérité de règle, envers toutes les personnes qui, n’ayant pas un nom connu dans les Lettres ou dans les Arts, ou qui n’étant pas venues habituellement, seraient dans le cas des personnes inconnues.
[...] Arrêté aussi que nul ne sera admis dans le Sallon d’Assemblée, surtout le soir, s’il n’est en habit décent14. »

10Ce rappel des règles d’admission à l’Etablissement de la Correspondance insiste sur l’importance des effets de réputation et du caractère distinctif du public des assemblées hebdomadaires, comme le montre le code vestimentaire, strictement défini. D’autres indices révèlent l’importance du modèle salonnier dans la forme adoptée par l’Etablissement. La présence féminine à l’assemblée est toujours valorisée par les auteurs des Nouvelles qui publient l’intégralité des vers ou épigrammes rédigés en l’honneur des aristocrates venues à l’assemblée. Le poème écrit à l’occasion de la visite de la princesse de Lamballe et publié le 17 août 1779, en témoigne : « Du haut des célestes ramparts (sic) /Quelle Immortelle est descendue /Dans le sanctuaire des Arts ?/Est-ce Junon Vénus ou Pallas que j’ai vue ?/Non, non : lorsque Lamballe ici m’est apparue /Ces trois Divinités ont frappé mes regards... ». D’autre part, la décence préside également aux assemblées du jeudi, ce qui explique que les femmes ont dans un premier temps des horaires distincts ; par la suite, lorsqu’elles seront admises en même temps que les hommes, on placera les objets susceptibles d’attenter à leur pudeur dans une salle particulière dès le 9 janvier 1782.

11L’intégration de la Correspondance au tissu sociable urbain et à ses divertissements mondains se traduit par le changement des horaires de l’assemblée du jeudi, déplacée dans la soirée :

  • 15 N.R.L.A, 26 décembre 1781.

« Comme il avoit été précédemment représenté par plusieurs Protecteurs & Associés que l’heure indiquée pour l’Assemblée, s’accordoit mal avec leurs occupations, ce qui les privoit d’une partie des avantages de ce point de réunion ; il a été arrêté qu’eu égard à ces représentations & à l’intérêt des Amateurs, Savans & Artistes, qui auroient les mêmes empêchements, le premier jeudi de chaque mois, (le vendredi en cas de fête) l’Assemblée ordinaire des Savants & des Artistes, sera remise au soir, depuis cinq heures jusqu’à neuf heures précises, & que les femmes y seront reçues sans distinctions d’heures15 ».

12La Correspondance se présente comme une institution urbaine à la fois très réglementée, avec un registre lexical administratif, qui mobilise les règles de la sociabilité mondaine et savante.

II. SANCTION MONDAINE ET OPPOSITION ACADÉMIQUE

  • 16 On retrouve les deux premiers « protecteurs » à l’origine du Musée de Monsieur et du comte d’Artoi (...)
  • 17 Mulot, J.M., abbé Valentin, Journal intime, éd. M. Tourneux, Mémoires de la Société de l’histoire (...)

13Cette sociabilité multiforme est doublement disqualifiée, par l’Académie royale de peinture et par la sanction mondaine. La sanction académique s’explique par la volonté monopolistique de l’Académie royale de peinture, mais le discrédit mondain se manifeste plus tardivement. Dans un premier temps, l’Etablissement de la Correspondance est en effet largement soutenu par un réseau de souscripteurs puissants, dont les plus prestigieux représentants sont le comte d’Artois, Monsieur, le Prince de Condé etc16. Progressivement cependant, Pahin de la Blancherie, auquel le Salon de la Correspondance continue à s’identifier fortement, est critiqué pour son manque de civilité : « Il ne brille pas par la politesse, et, dans le rôle qu’il joue, il devrait avoir le meilleur ton, beaucoup de connaissance du monde ; il n’a rien de tout cela17 ». L’usage pompeux de termes issus de l’administration royale pour qualifier son Etablissement, le fait passer tantôt pour un « charlatan », tantôt pour un personnage « ridicule » :

  • 18 Mémoires secrets, 8 février 1786.

« Depuis 1777, que M. de la Blancherie s’est constitué de sa grâce Agent général de correspondance pour les sciences & les arts, il n’a cessé de se couvrir de ridicule par l’importance qu’il a mise à ses puériles fonctions, par la charlatanerie avec laquelle il impose aux dupes crédules & attire leur argent sous le prétexte d’un établissement gratuit.[...] C’est ainsi que tout récemment par le canal du journal de Paris, chaque souscripteur a reçu un Extrait des registres du conseil. A ce titre on a été frappé de vénération, s’imaginant trouver quelque loi du souverain ; mais l’indignation a bientôt succédé, lorsqu’on a lu de suite d’Administration de la correspondance générale & gratuite pour les sciences & les arts, du 21 décembre 178518. »

  • 19 Ce sont les problèmes financiers qui obligeront le musée à fermer en août 1788. A la suite de son (...)

14La rupture avec la société parisienne se durcit et, en 1787, les détracteurs de La Blancherie (il parle de « ses ennemis ») lui reprochent clairement d’avoir rompu le pacte mondain qui les unissaient en publiant sa correspondance avec le comte d’Angiviller. Le scandale est manifeste lorsque Pahin de la Blancherie s’avise de publier intégralement la correspondance qu’il entretient avec certains souscripteurs qui refusent de payer leur cotisation19:

  • 20 N.R.L.A. 8 août 1787.

[La Blancherie] « ... J’apprends qu’au refus de payer votre contribution, on a ajouté, chez vous, les propos les plus désobligeants sur mon compte. D’après la Lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire, & que vous avez laissée sans réponse, je dois croire ce qui m’eût paru incroyable ; mais votre caractère & le respect dû aux engagemens de bienfaisance, me forcent de laisser votre quittance en paiement à la personne qui vous l’a présentée... » [Réponse de l’associé] « Monsieur de la Blancherie auroit pu & dû attendre plus longtemps la Réponse de M...La somme portée dans la quittance présentée, sera payée, parce que ce M... fait donner à l’avidité ce qu’il seroit en droit de refuser à la justice ; mais comme il ne veut pas absolument que la souscription dure plus long-tems, il exige de Monsieur de la Blancherie un Billet signé de lui, qui exprime clairement sa radiation du nombre des Souscripteurs, autrement il serait obligé de lui faire signifier sa renonciation par la voie d’un Huissier. Si la dernière Lettre de Monsieur de la Blancherie étoit communiquée à ceux qui sont Associés à la Correspondance Littéraire, elle servirait à fixer le Jugement qu’on doit porter sur la tête & les procédés de Monsieur de la Blancherie. » [Réponse de La Blancherie] : « Je suis prêt aussi à rendre publique la Correspondance qu’il y a eue entre nous à ce sujet, même cette radiation ; il est juste que l’on connoisse l’avidité, la tête, & les procédés de l’Agent-Général, & que tous les hommages dus à la munificence de l’Illustre M... lui soit rendus20. »

  • 21 N.R.L.A, 14 novembre 1787.

15De manière très neuve, Pahin de la Blancherie revendique une certaine transparence dans ses revendications et ses négociations avec l’Académie et la société parisienne. Cet usage de la publication est sévèrement condamné comme un manquement aux règles mondaines de la civilité et de la politesse : « La publicité qu’il a donnée aux détails relatifs aux circonstances qui ont déterminé les différentes suspensions de l’Etablissement en général, [...] ne rend ses ennemis que plus opiniâtres à nuire à la Correspondance & à son Agent. Des cris s’élèvent de toutes parts contre eux ; & à défaut de raisons, on employe des déclamations. C’est ainsi qu’on répand, que M. de la Blancherie est une mauvaise tête, et on le prouve, par le ton qu’il a pris dans ses réclamations....21 »

  • 22 N.R.L.A., 4 mai 1779.

16Les éclats publics de Pahin de la Blancherie montrent l’échec progressif de l’importation du modèle mondain dans son musée. Son refus de se conformer aux usages de la « société polie » est sans doute à l’origine de cette sanction mondaine, que lui-même évoque fréquemment à travers les « persécutions » et les « procédés » employés à son encontre. L’échec mondain est rapidement suivi de la faillite scientifique des assemblées : « on ne voit que des ouvriers aux assemblées des savants et des artistes22. »

  • 23 Emile Bellier de la Chavignerie, « Les Artistes français du xviiie siècle oubliés et dédaignés », (...)
  • 24 N.R.L.A, 20 novembre 1782.
  • 25 AN, 01/1917, fol. 275. Lettre du duc de Charost adressée au comte de Vergennes le 28 août 1783.

17A l’origine de ce discrédit progressif, le rôle joué par l’Académie royale de peinture fut sans doute central. En effet, malgré les démarches répétées envers le comte d’Angiviller, ce dernier s’oppose à la reconnaissance juridique de la Correspondance. Celle-ci s’affirme de plus en plus comme une académie des arts dans laquelle les objets artistiques (de peinture, sculpture et gravure), autrefois noyés parmi les objets de science et de technique, prennent une influence prépondérante et tendent à s’autonomiser. Les indices de cette spécialisation dans les arts visuels se multiplient : en juillet 1781, on note un renversement spectaculaire de l’ordre du discours typographique lorsque les objets « scientifiques » s’effacent derrière les peintures et sculptures ; en juillet 1782, la Blancherie organise une exposition sur la dynastie d’académiciens Hallé, puis, en mars-avril 1783, la première rétrospective d’un artiste vivant avec Joseph Vernet23. Enfin, en juillet-août 1783 est montée une exposition sur l’Ecole Française de peinture, tandis que le 7 mai 1783, l’assemblée hebdomadaire prend pour la première fois le nom de Salon de la Correspondance, concurrençant ainsi les Salons de l’Académie. Et le 20 novembre 1782, le Comité d’administration décide que « Une Galerie, divisée en deux pièces, est consacrée à la Peinture seule. Deux autres pièces servent à la Méchanique & aux Expériences en tous genres. Une quatrième est disposée pour recevoir les nouveaux Instruments de Musique & entendre les Virtuoses qui désirent se faire connoître24. » La concurrence avec l’Académie royale devient aussi plus évidente dans la mesure où le nombre de tableaux exposés au Salon du Louvre puis au Salon de la Correspondance augmente et où des artistes se servent de la Correspondance comme d’une plate-forme pour l’Académie royale (les portraitistes Antoine Vestier, Adélaïde Labille-Guyard et Elizabeth Vigée-Lebrun). Dès lors, on comprend mieux que le duc de Béthune-Charost, membre « protecteur » de la Correspondance, s’efforce de mettre l’accent sur la variété des objets exposés pour la défendre contre les prétentions monopolitiques de l’Académie : « l’exposition des morceaux tirés des cabinets de Paris, ou de ceux qui en ont quelques uns sans prétendre avoir de cabinets, celle des ouvrages des élèves, quoique duë au zèle de M. de la Blancherie, n’est qu’une branche de l’établissement formé par ses soins, que l’exposition des machines, des nouvelles découvertes en est une autre25. »

  • 26 Sur la naissance du mouvement muséen dans les années 1760 et l’alliance du modèle académique avec (...)
  • 27 Thomas Crow, La peinture et son public à Paris au xviiie siècle, Paris, Macula, 2000 (éd. original (...)

18Plutôt que de l’envisager comme un lieu de dissidence académique, il paraît plus probant de voir le musée de la Correspondance comme un espace de captation des modèles, à la fois académiques et mondains, et qui développe une stratégie protéiforme afin d’occuper une place dans l’espace artistique26. La place relativement indéterminée de la Correspondance dans cet espace est encore accentuée par l’usage systématique qui est fait de la publication pour promouvoir la Correspondance. L’utilisation de son propre journal comme organe de publication savant est traditionnelle, mais ce qui est remarquable, c’est l’utilisation systématique du journal comme arme pour rendre compte de ses revendications au sein de l’espace artistique. A tel point que l’on peut se demander si ce n’est pas cet usage systématique de la publication des conflits et des négociations et l’utilisation de la citation directe, qui ont entraîné la sanction mondaine finale dont est victime la Correspondance. La persistance du modèle mondain et la forme hybride de l’entreprise montrent bien que le musée de Pahin de la Blancherie ne participe pas de la même manière que les salons du Louvre à l’élargissement du public critique et artistique27.

19Espace protéiforme où convergent des modèles concurrents de l’échange artistique et savant, la Correspondance fait une large place à une catégorie d’individus qualifiés d’ » amateurs ». Ici, les « amateurs » sont mis en scène et mis à contribution, à la fois comme collectionneurs et comme praticiens, au sein de cet espace urbain de sociabilité. Comment la Correspondance parvient-elle à mobiliser et à construire cette figure sociale, associée à l’espace du musée, et qui se caractérise comme lui par une relative indétermination, entre statut académique et réputation sociale, entre pratique collectionneuse et pratique non-professionnelle de l’art ?

III. LE « PUBLIC AMATEUR » ET LA CIRCULATION PUBLIQUE DES ŒUVRES

  • 28 Pour une présentation générale de cette figure, voir Les divertissements utiles des amateurs au xv (...)
  • 29 La première occurrence du terme d’amateur dans le nom d’une société apparaît seulement en 1807 ave (...)

20La figure de l’« amateur » est régulièrement convoquée à la fois comme public de l’assemblée hebdomadaire et comme lecteur des Nouvelles de la République des Lettres et des Arts omniprésente à la Correspondance. Cette figure a déjà acquis une certaine visibilité au xviiie siècle28 et correspond au modèle cosmopolite de l’« amateur » qui se diffuse dans les espaces savants et culturels. A cet égard, le musée devient un des lieux privilégiés de construction de l’identité sociale de l’amateur, relayant en cela d’autres espaces urbains comme le cabinet ou la galerie, relégués désormais dans l’espace du privé29.

  • 30 Journal de l’Abbé Mulot, op. cit., p. 63.
  • 31 N.R.L.A., 15 mai 1782.
  • 32 Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997, p.

21L’assemblée hebdomadaire est constituée en public d’amateurs, d’artistes et de savants, mais elle n’est pas aussi ouverte que l’appel récurrent et rhétorique au public semble l’indiquer. On l’a vu, la réputation d’ » amateur » est le critère discriminant pour entrer au Salon de la Correspondance, puisqu’il faut être un « amateur connu ou présenté par quelqu’un de connu ». A l’occasion d’un contentieux à l’entrée de l’Etablissement, l’abbé Mulot s’indigne qu’un de ses amis se soit vu refuser l’entrée et qu’on ait ainsi pu mettre doute une réputation solidement établie : « Il y a deux ans, en vertu de ce règlement, M. Pahin refusa la porte à M. Milon, conseiller au Châtelet, homme respectable, qui sur sa figure annonce l’équité qu’il a et que tout Paris connoît pour amateur30. » Le public des assemblées est donc un public restreint, dont témoigne le recrutement largement aristocratique des souscripteurs, construit sur la renommée et sur l’appartenance sociale. Mais la catégorie du « public amateur » est fréquemment mobilisée pour insister sur la spécificité de la Correspondance : seul le rassemblement des œuvres et du public amateur permet de faire sortir les objets exposés des cabinets et des ateliers des particuliers où ils étaient cantonnés : la Correspondance offre ainsi « l’avantage pour le public amateur, de suivre dans une galerie renouvelée toutes les semaines, non-seulement les productions intéressantes des jeunes Artistes, mais encore des ouvrages précieux, épars dans cette vaste Capitale & la plupart perdus pour le plus grand nombre, dans les Cabinets des Particuliers31 ». On souligne ici la diversité des objets exposés, en insistant sur le renouvellement des œuvres, grâce à la fréquence des assemblées, et sur l’exposition d’œuvres d’artistes contemporains, mais aussi de maîtres précieux, qui n’étaient pas exposés aux Salons du Louvre. On retrouve un lieu commun dans la littérature artistique du temps : le Salon de la Correspondance incarne la figure idéale de l’« amateur » « capable de sacrifier sa jouissance personnelle à une cause publique. Son domaine privé doit être placé sous le regard de tous. L’enjeu en est une « moralisation » de l’amateur, après que sa collection a été soumise à un examen de conscience public32 ». En ce sens, la Correspondance reprend à son compte la responsabilité civique de l’« amateur » soumis à l’exigence de publicité de l’art, qui seule, rend possible le progrès des arts et la création d’une communauté publique de goût.

  • 33 ibidem.

22Cette circulation parisienne des œuvres artistiques grâce à la publication partielle de certains cabinets est le point fort et innovant du Salon de la Correspondance. Celle-ci a d’abord un but commercial avoué : dès le 24 août 1779, les Nouvelles expliquent « On s’est plaint de ce qu’il est arrivé que l’on n’avoit pas revu des objets qui avoient été annoncés. C’est qu’ils ont été vendus dans l’intervalle des deux assemblées ». Mais l’exposition des objets peut aussi être esthétique, destinée à la seule « jouissance publique ». Dans ce cas, les amateurs prêtent temporairement leurs œuvres à l’Assemblée. Certaines collections sont ainsi régulièrement dévoilées : les prêts du duc de Cossé apparaissent à dix reprises dans les assemblées de la Correspondance, le duc de la Rochefoucauld expose ses tableaux à cinq reprises, comme M. de Joubert, trésorier des Etats du Languedoc et membre associé libre de l’Académie royale de peinture dès 1786. Cette publication de la réputation d’amateur par le prêt de certaines œuvres au Salon permet « d’ajouter un prix à leur jouissance en procurant de la célébrité aux morceaux qui sont dans leurs Cabinets33 ». Le discours sur le plaisir esthétique, destiné à l’« amateur », se constitue ici dans l’articulation entre possession du tableau et réputation de l’œuvre et permet de promouvoir le prêt des œuvres auprès des amateurs. Le Salon de la Correspondance fonctionne donc comme un lieu de consécration de la réputation d’amateur (puisque l’interdiction d’entrer fonctionne comme une sanction) et comme un espace de publication de la collection au sein d’une sociabilité distinctive.

  • 34 N.R.L.A., 17 juillet 1782.
  • 35 N.R.L.A., 19 mars 1783.

23La contribution publique des amateurs est donc au fondement même du Salon de la Correspondance, comme en témoigne l’organisation de la série d’expositions thématiques qui cristallisa l’opposition de l’Académie royale de peinture. Une première exposition autour de la dynastie des académiciens Hallé-Restout est présentée comme le produit du « hasard » d’après les rédacteurs des Nouvelles34. Mais pour les deux grandes expositions suivantes, autour de Joseph Vernet puis de l’Ecole Française de peinture, les rédacteurs des Nouvelles entreprennent de faire appel publiquement aux collectionneurs. En mars 1783, lors de l’exposition des œuvres de Joseph Vernet, ils s’appuient sur le succès de leur première rétrospective pour engager les propriétaires de tableaux de l’artiste à suivre l’exemple des premiers prêteurs : « L’enthousiasme du public vient de ratifier ce nouvel essai de notre zele pour les progrès des Arts ; il nous servira de titre auprès des Artistes, pour continuer ainsi l’apothéose de leurs productions, & auprès des Amateurs heureux qui les possèdent, pour obtenir, qu’ils veuillent bien s’en désaisir quelques instants. En citant les personnes qui ont donné, par rapport à M. Vernet, l’exemple d’un pareil sacrifice, nous n’acquittons pas notre reconnoissance, nous voulons faire connoître les droits qu’elles ont à celle du public. [...] 1. Une marine, au coucher de soleil...à M. l’archevêque de Bourges. 2. Un paysage dans lequel est une riviere...à M. Girardot de Marigny. 3. Une vue des cataractes du Rhin, ...au même35 »

  • 36 N.R.L.A., 21 mai 1783.

24Lors de l’exposition autour de l’Ecole Française de peinture, les Nouvelles entreprennent même de publier un catalogue des artistes de l’Ecole que l’Etablissement désire exposer, afin d’engager leurs possesseurs à les prêter pour l’exposition. Par la suite, les œuvres exposées seront citées avec le nom du généreux propriétaire : « Nous espérons que la publicité donnée à cette liste engagera les possesseurs des chefs d’œuvres, qu’il nous serait difficile de connaître, à en faire le sacrifice, pour contribuer à nos vues36. » Dans l’injonction faite aux amateurs, se mêlent un discours de la jouissance et du plaisir esthétique, et la défense d’une dimension utilitaire de la Correspondance, où la politisation et l’utilité sociale de l’« amateur » sont mises en exergue.

  • 37 ibidem, « Nous répétons qu’on ne recevra à l’Assemblée, selon les réglements, qui que ce soit d’in (...)

25L’élargissement de ces expositions thématiques à un public « sans distinction », contrairement à ce qui prévaut aux assemblées hebdomadaires, témoigne de leur succès37. Surtout, les assemblées témoignent de la capacité d’innovation des amateurs et de l’importance que la publicité de leur cabinet revêt dans la constitution d’une réputation d’ » amateur ». Destinées aux amateurs et organisées à leur initiative, ces expositions manifestent leur rôle mobilisateur dans le cadre de ces nouvelles sociabilités savantes. A tel point que les artistes contemporains résistent à cette libre circulation des œuvres hors des cabinets privés et demandent à être consultés :

  • 38 N.R.L.A., 29 mai 1782.

« Le Comité ayant considéré les raisons pour lesquelles les Artistes seraient désobligés, si on exposait sans leur avis leurs ouvrages anciens, dont les Amateurs propriétaires voudraient bien dégarnir leur cabinet pour en faire jouir le public à l’Assemblée, a délibéré qu’il ne serait reçu à l’avenir à l’exposition aucun ouvrage de peinture, sculpture, gravure, qui ne serait pas envoyé directement par son Auteur, sans l’avis, & même l’aveu de l’Auteur lui-même, s’il est résident à Paris & à portée d’être consulté.38 »

  • 39 L’insistance de Pahin de la Blancheric est pourtant avérée : « Nous ne pouvons terminer ce petit p (...)
  • 40 Mémoires secrets, 20 août 1783.

26La perplexité de certains artistes est rendue manifeste par le refus délibéré de Vernet de venir à l’exposition organisée en son honneur39. On peut comprendre diversement le désengagement du peintre : jugeait-il dégradant pour un académicien reconnu, d’exposer au Salon de la Correspondance où les œuvres artistiques voisinaient avec des ouvrages mécaniques, dans un lieu qui, de surcroît, était mal vu de l’Académie ? Peut-être aussi était-ce le « droit de regard » du peintre qui se manifestait et les particuliers qui possédaient les œuvres du peintre n’avaient-ils pas le dernier mot dans leur libre circulation ? Sans doute le peintre considérait que les œuvres ainsi exposées devaient être soumises à son autorisation, comme en témoigne la remarque des Mémoires secrets : « M. Vernet a trouvé très mauvais, que, sans sa participation, il s’avisât de l’exposer ainsi en public40. » Cet incident montre que les intérêts des « amateurs » pouvaient être contradictoires avec ceux des artistes, et nuance ainsi la vision largement idéale et normative de l’amateur comme médiateur privilégié entre l’atelier de l’artiste et la sphère publique de l’art.

27La constitution du public des « amateurs » se confond avec l’exercice du jugement, technique ou esthétique, sur les objets d’art, de sciences et de technique qui n’ont pas encore reçu l’approbation académique. La particularité du salon de la Correspondance par rapport aux salons académiques est en effet de présenter des objets encore imparfaits, qui sont soumis au regard expert et compétent des amateurs et des savants assemblés. Le progrès des arts se combine alors à une vision efficace et utilitaire de l’exercice du jugement :

  • 41 AN, 01/1917, fol. 269, 3 août 1783. Lettre du duc de Béthune-Charost au comte de Vergennes. On ret (...)

« Je sais que l’Académie des Sciences peut réunir dans une salle qui lui serait accordée les machines qu’elle a approuvées, et qu’alors elle justifiera l’utilité d’une exposition déjà établie ; mais si l’Académie des Sciences se borne, comme cela est probable, aux seules machines approuvées, il en résultera un inconvénient réellement nuisible aux Arts, en ce que les artistes qui, avant d’aller à l’Académie, exposent aujourd’huy au Sallon de la Correspondance leurs machines, reçoivent les critiques du Public, les observations des Savans, et perfectionnent leurs ouvrages, leurs découvertes de maniere à les rendre dignes de l’académie ; d’autant plus que tel savant, tel amateur a le tems d’aller une heure voir 50 ou 60 machines réunies, et n’a pas celui d’aller chez 50 ou 60 artistes épars dans les quatre coins de la capitale41. »

  • 42 Mémoires secrets, 17 mai 1781. Pour l’organisation de loteries artistiques, voir John Goodman, op. (...)

28L’exercice public du jugement esthétique s’articule à une vision plus ludique des assemblées hebdomadaires. Ces assemblées apparaissent comme des lieux de divertissement pour les amateurs qui cèdent à la mode pour les loteries qui fait rage dans les années 1780 : « Outre l’avantage d’entrer librement dans ce sanctuaire, fermé désormais aux profanes, ils auront l’espoir de posséder par la voie du sort quelqu’un des morceaux précieux exposés pendant l’année, dont on fera l’acquisition de l’excédent des fonds provenans des diverses souscriptions, après avoir satisfait à toutes les dépenses.42 » La loterie du salon de la Correspondance conjugue ainsi des pratiques nouvelles de mécénat, dont témoigne la pratique de la souscription destinée à encourager les artistes, et des pratiques ludiques.

IV. LA RECONNAISSANCE PUBLIQUE DE LA PRATIQUE ARTISTIQUE « EN AMATEUR »

29Espace de la publication du cabinet et du jugement esthétique et scientifique, le Salon de la Correspondance devient un lieu d’affirmation de la pratique des Beaux-Arts en « amateur ». Ainsi, le 23 juillet 1783, les amateurs peuvent exposer leurs propres œuvres dans une salle spécifique : « à la demande de plusieurs Amateurs distingués, il y auroit dorénavant une des pièces du Salon, consacrée à l’exposition des ouvrages ou essais, en Peinture, Sculpture, Gravure, & Dessin des Amateurs, & qu’ils y paroîtroient anonymes jusqu’à ce qu’ils soient jugés avoir assez de mérite pour pouvoir être annoncés ». Reconnus comme praticiens non-professionnels d’un art, les amateurs voient la valeur de leur pratique artistique consacrée par l’octroi d’une salle spécifique au sein du Salon de la Correspondance. Sujette à la satire sociale et au ridicule, la pratique en amateur tarde en effet à être acceptée par l’institution. Elle reste longtemps anonyme à la Correspondance, jusqu’au moment où la qualité des œuvres est suffisante pour que celles-ci soient attribuées publiquement, comme le montre l’exemple du baron de Beaumanoir, peintre amateur et capitaine au régiment des Dragons :

  • 43 N.R.L.A., 1er février 1786.

« Nous avançons chaque jour d’un pas au but de quelques-unes des parties de cette Institution. Enfin, un Amateur se montre avec ses ouvrages, cherche à les comparer à ceux des Maîtres, travaille pour connoître les secrets de l’Art, & pour savoir l’apprécier. Il ne veut lutter avec personne, mais il écoute les bons avis ; & s’il reçoit des éloges, il se réjouit de ce que ses loisirs, après avoir été agréablement occupés, lui valent encore des jouissances43. »

  • 44 AN, O1/1914, 1777, fol. 231.
  • 45 AN, Papiers Pierre, AP 392, 4, fol. 32, 26 février 1785.

30La reconnaissance publique de la pratique des Beaux-arts en amateur passe ici par son retrait de l’espace de la compétition artistique au profit d’une vision qui privilégie le divertissement et le plaisir. Cette consécration s’inscrit dans un mouvement de reconnaissance de la pratique artistique en amateur qui caractérise les expositions hors l’Académie royale. Le Salon des arts du Colisée accepte les œuvres des amateurs en 1776, au même titre que celle des « artistes, académiciens, non académiciens, régnicoles & étrangers44. » Le Club des arts imaginé en 1785 par des amateurs désireux de promouvoir la peinture de genre, organise deux concours, l’un à destination des jeunes élèves et l’autre pour les amateurs, qui se consacrent surtout aux scènes de genre et de paysage, par opposition à la peinture d’histoire des professionnels : « Les amateurs des deux sexes auront aussi leur concours soit sur un tableau original, huile, pastel, dessein, soit sur une copie, et la couronne de l’amateur sera le morceau de l’élève qui aura triomphé45 ».

  • 46 Mémoires secrets, p. 383-384.
  • 47 Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes, Corpus Deloynes, tome XV, 402 « Discours des morts s (...)

31En revanche, l’Académie royale ne laisse pas ses propres amateurs exposer avant le Salon de 1787, où le marquis de Turpin-Crissé, le comte de Parois et Dominique Vivant-Denon exposent leurs gravures et leurs dessins avec celles des artistes professionnels. En effet, admise comme divertissement mondain ou privé, la pratique en amateur du dessin, de la peinture ou de la gravure, change de statut, en étant publiquement exposée auprès des œuvres des artistes professionnels et soumise au jugement critique et esthétique : « Il faut donc déjà louer le courage de M. le Marquis de Turpin de descendre en lice avec les autres & de s’exposer à toute l’amertume des critiques, à tous les sarcasmes des plaisans46. » Reconnus comme « consommateurs » des beaux-arts, les amateurs de l’Académie royale étaient en effet peu reconnus comme praticiens dans l’espace de l’émulation académique. En témoigne un libelle paru lors du salon de 1787, qui met en scène des artistes et des amateurs de l’Académie royale : « Dumont le Romain Parbleu ! La peinture est à bas, si ces MM [les amateurs] ; s’en mêlent. Du tems que j’étais directeur, je ne leur laissais que le privilege d’acheter des tableaux. Ils n’osaient pas même en parler devant moi. [...] Dandré-Bardon [ce qui irrite Dumont le Romain] C’est l’exposition de l’ouvrage de l’amateur. En effet, s’il est médiocre, à quoi bon le mettre en évidence ? S’il est excellent, je vous demande si c’est au salon qu’il doit être vu ?47 » l’Etablissement de la Correspondance apparaît donc comme un espace de promotion d’une pratique artistique peu reconnue par l’institution académique. Grâce au public particulier d’ » amateurs » qui s’y réunit, hors l’Académie royale, mais non pas contre elle, l’Etablissement de la Correspondance apparaît à bien des égards comme un espace urbain d’expérimentation de nouvelles pratiques sociales et savantes, qui témoigne de ses affiliations croisées au sein de la République des Lettres : lieu de l’exercice public du jugement savant et esthétique, elle s’affirme aussi comme un lieu de jouissance et de reconnaissance de l’amateur, avant la spécialisation des savoirs au xixe siècle, le caractère hybride du musée de Pahin de la Blancherie dans l’espace culturel parisien s’appuie en effet sur la mobilisation d’une figure sociale, celle de l’« amateur ». Celle-ci a gagné depuis le début du siècle une certaine visibilité, mais elle se caractérise aussi par une relative indétermination, entre le statut académique, la figure mondaine, et des pratiques situées à la fois du côté de la consommation de l’art et de la production artistique. L’Etablissement de la Correspondance, comme espace d’exposition des œuvres et de sociabilité, est donc fondamentalement lié aux pratiques et à la figure de l’« amateur » à laquelle il donne légitimité et publicité. Pahin de la Blancherie bâtit une alliance privilégiée avec les amateurs, qui apparaissent comme une ressource matérielle et symbolique pour le musée, mais dont il ne maîtrise pas les codes sociaux. L’échec patent de l’entreprise de Pahin ne tient-il pas finalement à l’impossible importation d’un modèle anglais de la commercialisation des arts, incarnée pour sa part dans la figure de l’entrepreneur ?

Notes

1 Hervé Guénot, « Pahin de la Blancherie et la Correspondance Générale pour les Sciences et les Arts (1779-1788) », 55° Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes, Langres, 1986, p. 57-72, et « Musées et lycées parisiens (1780-1830) », Dix-huitième siècle, 18, 1986, p. 249-267.

2 Dominique Poulot, « Musées, lycées », Dictionnaire de l’Ancien Régime, Lucien Bély (dir.), Paris, PUF, 1996.

3 Dena Goodman, The Republic of Letters. A cultural history of the French enlightenment, Cornell University Press, Ithaca et Londres, 1996. p. 234.

4 Monopole qui trouve son expression juridique dans la Déclaration en faveur de l’Académie royale de 1777, article 7 : « Nous avons fait et faisons expresses inhibitions et défenses à toutes personnes, de quelque qualité et condition qu’elles soient, d’établir des exercices publics desdits arts de peinture et de sculpture, de poser le modèle, faire montre ou donner des leçons en public, touchant le fait desdits arts, qu’en ladite Académie Royale ou dans les lieux par elle choisis et accordés, et sous sa conduite ou avec sa permission », publiée par Léon Aucoc, L’Institut de France. Lois, statuts et règlement concernant les anciennes académies et l’institut de 1635 à 1889, Paris, Imprimerie Nationale, 1889.

5 John Goodman, « Altar against altar. The Colisée, Vauxhall Utopianism and Symbolic Politics in Paris (1769-1777) », Art History, 15, 1992, p. 434-469 ; Michael R. Lynn, « Enlightenment in the Public Sphere : the Musée de Monsieur and Scientific Culture in Late Eighteenth-century Paris », Eighteenth-century Studies, vo 1. 32, n°4 (1999), p. 463-476.

6 Sur le modèle académique, Daniel Roche « Académies et académisme : le modèle français au xviiie siècle », MEFRIM, 108, 1996, 2, p. 643-658.

7 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 292.

8 Archives Nationales (désormais AN), 01/1914/2, fol. 89, réponse négative du comte d’Angiviller le 23/3/1778.

9 AN, 01/1915/1, fol. 10, 29/11/1779. Lettre de La Blancherie à d’Angiviller. Le 28 mars 1783, le Premier Peintre du roi, Jean-Baptiste-Marie Pierre renvoie à La Blancherie deux billets d’invitation pour le Salon de la Correspondance (AN, Papiers Pierre, AP/ 392/3, fol. 201).

10 AN, O1/ 1917, fol. 220, 19/3/1783. Lettre de La Blancherie au comte d’Angiviller.

11 AN, 01/1917. fol. 264, 19/8/1783. Lettre du comte d’Angiviller à La Blancherie

12 On peut cependant penser que Pahin de la Blancherie s’est inspiré du « Projet pour l’établissement d’un bureau général de la République des Lettres » paru dans la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe, juillet-août-septembre 1747, p. 205 : « La République des Lettres ne manque pas de gens qui travaillent pour son service. Mais elle est dans une espèce d’Anarchie, n’ayant ni Chef, ni Archives, ni Chancellerie, ni Centre d’Unité... Ne pourroit-on donc pas remplir cette Place vacante & ce Vuide des Journaux, en ouvrant quelque part un Bureau général de la République des Lettres, auquel tous les Savans pourroient s’adresser par Lettres pour informer le Public ou pour s’informer de tout ce qui leur plaira, qui soit du ressort de la République des Lettres. Ce Bureau recevrait toutes les Lettres & Pétitions des Savans, en ferait ensuite un Rapport fidele au Public par l’impression. De sorte qu’une feuille contenant les Questions proposées, ou les Avis & Eclaircissemens demandés, une autre feuille à quelque tems de là contiendrait les Réponses ou les Eclaircissemens donnés par le Public, avec les autres Faits curieux qui entrent dans ce Plan ? »

13 Bibliothèque Nationale, Z-1149, Prospectus de 1779 « On refusera quiconque ne sera pas connu ou amené par un savant, un artiste ou un amateur connus, ou qui ne sera pas porteur d’une lettre de leur part ». En ce sens, l’affirmation liminaire de Dena Goodman, op. cit., p. 233 : « a letter of introduction was not required for admission » paraît largement infondée.

14 N.R.L.A, 16 Janvier 1782.

15 N.R.L.A, 26 décembre 1781.

16 On retrouve les deux premiers « protecteurs » à l’origine du Musée de Monsieur et du comte d’Artois.

17 Mulot, J.M., abbé Valentin, Journal intime, éd. M. Tourneux, Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, t. XXIX, 1902, p. 19-124, 13 janvier 1782, p. 66.

18 Mémoires secrets, 8 février 1786.

19 Ce sont les problèmes financiers qui obligeront le musée à fermer en août 1788. A la suite de son discrédit mondain, il a du mal à trouver des protecteurs et la société est de plus en plus endettée : Mémoires secrets, 2 novembre 1786, « le sieur de la Blancherie... a été décidément obligé de mettre la clef sous la porte & de s’enfuir, en laissant pour environ 40000 livres de dette. »

20 N.R.L.A. 8 août 1787.

21 N.R.L.A, 14 novembre 1787.

22 N.R.L.A., 4 mai 1779.

23 Emile Bellier de la Chavignerie, « Les Artistes français du xviiie siècle oubliés et dédaignés », Revue universelle des arts, 1864, XIX, 207.

24 N.R.L.A, 20 novembre 1782.

25 AN, 01/1917, fol. 275. Lettre du duc de Charost adressée au comte de Vergennes le 28 août 1783.

26 Sur la naissance du mouvement muséen dans les années 1760 et l’alliance du modèle académique avec une sociabilité moins formelle, voir Daniel Roche, Le siècle des lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, EHESS, 1978, p. 63-68.

27 Thomas Crow, La peinture et son public à Paris au xviiie siècle, Paris, Macula, 2000 (éd. originale 1985).

28 Pour une présentation générale de cette figure, voir Les divertissements utiles des amateurs au xviiie siècle, Jean-Louis Jam (dir.), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2000. Ma thèse porte précisément sur Les « amateurs » des Beaux-arts à Paris dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Figure, identité, pratiques.

29 La première occurrence du terme d’amateur dans le nom d’une société apparaît seulement en 1807 avec la Société des Amateurs des sciences physiques et naturelles de Paris, cf Pierre-Yves Beaurepaire, « Le laboratoire d’une sociabilité savante « régénérée », Terminée la Révolution..., Michel Biard (éd.), actes du IVe colloque européen de Calais, Bulletin des Amis du vieux Calais, numéro hors-série 2002, p. 149-159.

30 Journal de l’Abbé Mulot, op. cit., p. 63.

31 N.R.L.A., 15 mai 1782.

32 Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997, p.

33 ibidem.

34 N.R.L.A., 17 juillet 1782.

35 N.R.L.A., 19 mars 1783.

36 N.R.L.A., 21 mai 1783.

37 ibidem, « Nous répétons qu’on ne recevra à l’Assemblée, selon les réglements, qui que ce soit d’inconnu, qui n’ait été auparavant présenté à M. de la Blancherie ; les jours consacrés par une pareille exposition, sont véritablement des jours de fête pour les Arts, mais il ne faut pas qu’un prophane vulgaire puisse troubler dans leur Temple les personnes qui y viennent offrir des sacrifices. Les papiers publics annonceront à quelle époque tout le monde sera admis sans distinction. »

38 N.R.L.A., 29 mai 1782.

39 L’insistance de Pahin de la Blancheric est pourtant avérée : « Nous ne pouvons terminer ce petit préambule, sans témoigner à M. Vernet, au nom de tous les ordres de Savants, d’Artistes & d’Amateurs, le désir que l’on auroit de le recevoir aux prochaines Assemblées. Le refus qu’il feroit à cet égard, seroit plutôt un effet d’amour propre raffiné (Dans tout ceci il faut user de violences), que de modestie. », N.R.L.A, 19 mars 1783.

40 Mémoires secrets, 20 août 1783.

41 AN, 01/1917, fol. 269, 3 août 1783. Lettre du duc de Béthune-Charost au comte de Vergennes. On retrouve cette argumentation dans les Mémoires du Musée de Paris, 1785, p. 17 : « Les collections données par les Académies ne contiennent que des ouvrages déjà jugés par des Savants du premier ordre, & qui n’ont plus par conséquent d’autre but à remplir que celui d’instruire le Public. Celle donnée par le Musée doit au contraire contenir des ouvrages faits pour être soumis à l’examen des Savants ».

42 Mémoires secrets, 17 mai 1781. Pour l’organisation de loteries artistiques, voir John Goodman, op. cit..

43 N.R.L.A., 1er février 1786.

44 AN, O1/1914, 1777, fol. 231.

45 AN, Papiers Pierre, AP 392, 4, fol. 32, 26 février 1785.

46 Mémoires secrets, p. 383-384.

47 Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes, Corpus Deloynes, tome XV, 402 « Discours des morts sur les tableaux exposés au Louvre en 1787 », copie manuscrite du Journal général de France, 59 p.

Auteur

Doctorante, ATER au collège de France

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540