Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

I. Hors la cour, l'académie et la loge : sociabilités et espace public urbain

Franc-maçonnerie, espace public et vie de société

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

  • 1 Varsovie. Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[ (...)

Les frères disaient du bien de moi dans le monde profane et formaient en ma faveur une opinion publique à laquelle je devais sans doute les bontés dont on m’honorait en ville comme à la Cour.
Karl-Heinrich von Heyking, Réminiscences ou Mémoires1.

  • 2 Cité par Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française 1715-1787, Paris, (...)

Que voulez-vous que je vous dise de la comédie, de la musique et des francs-maçons. Tout cela se réunit en un. Les francs-maçons font de la musique rarement et négligemment. Ils jouent la comédie dans leur hôtel. Charles de Brosses, 17442.

I. FRANC-MAÇONNERIE ET ESPACE PUBLIC

  • 3 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 4 Ibid., p. 38.
  • 5 « Le medium de cette opposition entre la sphère publique et le pouvoir est original et sans précéd (...)
  • 6 Comme le rappelle Daniel Roche dans « République des lettres ou royaume des mœurs : la sociabilité (...)
  • 7 Ses références – y compris dans la 17e édition allemande de L’Espace public – se limitent en effet (...)
  • 8 par référence à la prégnance du modèle aristocratique, à la participation assumée et revendiquée à (...)
  • 9 Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons (xviiie-xxie siècle), Paris, Belin, Europe & H (...)

1La loge maçonnique, creuset d’une sociabilité bourgeoise émancipée du modèle de la société de cour, est au cœur du processus de production de L’Espace public exposé par Jürgen Habermas à partir de 19623. Une « sphère publique politique » encore appelée « sphère publique bourgeoise » s’émancipe de la tutelle de l’Etat absolutiste – c’est-à-dire de la « sphère du pouvoir public » – et de la Société de cour – raison pour laquelle elle est dite « bourgeoise ». « La sphère publique bourgeoise peut être tout d’abord comprise comme étant la sphère des personnes privées rassemblées en un public »4. Le développement d’une sociabilité volontaire non patentée, son autonomisation croissante, permet la constitution d’un espace public critique, où des particuliers qui se reconnaissent comme pairs font un usage collectif de leur raison5. Accessibles tardivement en français puis en anglais6, les thèses de Jürgen Habermas ont ensuite bénéficié d’une audience large et durable, au point de figurer aujourd’hui dans la panoplie des outils couramment utilisés pour comprendre les Lumières et la sociabilité. Revers d’un succès incontestable, elles ont été largement médiatisées, et le lecteur souvent privé du rapport direct à l’œuvre originale, méconnaît les nuances et interrogations de l’auteur, quand il ne confond pas espace public et opinion publique. En outre, il faut bien reconnaître que la connaissance de la Franc-maçonnerie qu’a Habermas au début des années 1960 est sommaire et datée7. L’essentiel des travaux de recherches en histoire sociale et culturelle de la Franc-maçonnerie est alors à venir, y compris dans le cadre germanique. L’étude des discours et des représentations ne pallie pas la faiblesse du travail direct sur les sources. Or peut-on penser la sociabilité, l’espace public, sans en suivre les acteurs, mis en scène dans leurs relations sociales ? sans découvrir les postures qu’ils adoptent ? Stimulant, le modèle habermasien de la sociabilité d’Ancien Régime n’en demeure pas moins un modèle théorique qu’il faut interroger à la lumière des pratiques sociales. Or, la mise en évidence à travers l’espace européen des Lumières d’une « Maçonnerie de société »8 conquérante, assumant parfaitement sa participation au royaume européen des mœurs – tout en professant sa foi dans l’édification de la République universelle des francs-maçons – et à l’offre de divertissement mondain dans lequel elle ne se dissout pas grâce à l’irréductible différence que confère le lien de l’initiation partagée, prompte à innover et à répondre aux attentes des élites tout au long du siècle, témoigne de la prégnance d’un modèle aristocratique -qui s’impose aussi bien grâce au véhicule de la réforme templière qu’au sommet du Grand Orient de France avec le duc de Montmorency-Luxembourg et son entourage- bien au-delà du cercle étroit des loges huppées. L’existence de loges de cour (Hoflogen) en Allemagne et en Scandinavie mérite également l’attention9.

  • 10 Ce qui permet également de nuancer les thèses d’Habermas sur « la famille bourgeoise et l’institut (...)
  • 11 littéralement ami de la vérité. Le régime des Philalèthes est une académie de recherches maçonniqu (...)
  • 12 Médiathèque municipale Ceccano, Avignon, Manuscrits 3054-3059 Journal de Marie-Daniel, chevalier p (...)
  • 13 Auteur du roman L’Erreur des désirs en deux volumes, publié à Lyon en 2 volumes en 1770 – dont Cor (...)
  • 14 II passe l’année suivante à l’une des loges les plus prestigieuses de Paris, Saint-Jean d’Ecosse d (...)

2Si elle brille au sein de la nébuleuse maçonnique en mettant sur pied des loges prestigieuses par la qualité de leur recrutement, la magnificence de leurs temples et des fêtes qu’elles organisent, la Maçonnerie de société se déploie également dans l’espace domestique10. Le Journal de Marie-Daniel chevalier puis comte Bourrée de Corberon (1748-1810), parent éloigné et protégé de Vergennes, franc-maçon actif en France, mais aussi en Pologne et en Russie, futur membre des Illuminés d’Avignon, Philalèthe11 animé par la fièvre ésotérique et alchimique, propagateur du mesmérisme en France, en porte de fréquents témoignages12. Au début de l’année 1775, alors qu’il se prépare à quitter Paris pour Pétersbourg où il accompagne Jacques Gabriel Louis Le Clerc (1727-1807), marquis de Juigné, nouvel ambassadeur de France, comme secrétaire d’ambassade, Corberon fréquente assidûment la société de Madame Benoît née Fr. Albine Puzel de la Martinière, romancière et auteur dramatique13, et de sa fille Josuel, toutes deux francs-maçonnes, rue neuve Saint-Eustache. Il y rencontre notamment le marquis de La Salle, Premier Surveillant d’Egalité et Parfaite Sincérité14, loge que vient d’ouvrir le comte de Buzançais et à laquelle Corberon s’affiliera dans quelques semaines. Jeune maçon, Corberon se fait ainsi interroger sur ses connaissances maçonniques dans l’appartement des dames Benoît : « J’ai passé ensuite chez Mme Benoît. J’y ai trouvé M. de La Salle qui m’a examiné sur la maçonnerie, m’a trouvé rouillé sur le catéchisme ». Les deux femmes invitent Corberon à une tenue d’adoption suivie d’un bal et d’un banquet. Le jeu de société passe ainsi de la sphère profane à la sphère maçonnique, de l’espace domestique à celui de la loge.

  • 15 Champ qui mérite une toute autre attention que celle dont il est l’objet. Il faudrait notamment s’ (...)
  • 16 beaucoup plus importantes en effet que les tenues d’administration qui frappent toute loge d’absen (...)
  • 17 Marc Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, édition de Fallois, 2001, 489 p.
  • 18 Jacqueline Hellegouarc’h, L’esprit de société. Cercles et « salons » parisiens au xviiiesiècle, pr (...)
  • 19 Verena von der Heyden-Rynsh, Salons européens, les beaux moments d’une culture féminine disparue, (...)
  • 20 Nostalgie qui me paraît nuire à la légitimité-même de la vie de société comme objet d’étude.

3La Maçonnerie de société investit également les jardins particuliers – dont l’importance est sous-estimée par les historiens de la Maçonnerie –, les châteaux et les manoirs campagnards. Seules la presse – profane mais aussi maçonnique15 –, la littérature de divulgation, les nouvelles à la main donnent une « publicité » à ces pratiques maçonniques essentielles16. La Maçonnerie de société est certes à l’origine de Musées ou de sociétés de concerts par souscription, mais elle enrichit son offre sociable et son commerce de société par la pratique amateur du théâtre et de la musique. Comme l’ordre s’est insinué et épanoui dans les interstices de la société d’Ancien Régime, la Maçonnerie de société dialogue entre la cour et la ville, le temple et l’univers profane, joue des frontières incertaines entre espace privé et espace public, des échos que le second reçoit du premier, déforme, amplifie, étouffe aussi, pour se ménager un espace autonome mais susceptible d’être scruté par le public. Dans ce jeu de société concurrentiel, les acteurs ont en effet compris très tôt les enjeux et l’ambiguïté de la « publicité ». Il faut manifester qu’« en être » est signe d’élection et de distinction, mettre en scène la bienfaisance et les vertus maçonniques, sans dévoiler les secrets de l’initiation, susciter l’intérêt du profane mais le tenir à bonne distance, celle qui sied au spectateur. La publicité informe l’espace public mais elle distingue également. On ne sera d’ailleurs pas étonné que cette « redécouverte » du modèle aristocratique – à ne pas confondre avec la nostalgie qui s’exprime aussi bien chez Marc Fumaroli17 que Jacqueline Hellegouarc’h18 ou Verena von der Heyden-Rynsh19 à propos du « monde » que nous avons perdu20 – s’opère simultanément à propos des « sociétés » que l’on nommera au xixe siècle salons.

  • 21 Il est gouverneur du fils aîné du comte Gram, Grand veneur et favori du roi de Danemark.

4Une lettre inédite de Claude Philibert, franc-maçon genevois au huguenot cévenol La Beaumelle, alors à Copenhague21, où il a assisté à la réception dans l’ordre maçonnique du roi de Danemark, réunit l’ensemble des facettes du sujet : Comment donner la publicité qu’elle mérite à la réception du roi non seulement à travers la République universelle des francs-maçons, mais aussi auprès du public profane, pour en retirer prestige et distinction ? Comment gérer la « communication interne » d’un ordre confronté à son expansion rapide : tableaux imprimés de membres, annuaires des loges, copie des discours, lecture publique de correspondances particulières ou non ? Comment appréhender la « communication externe » en direction de la sphère publique, la multiplication des apologies de l’ordre en réponse aux écrits de divulgation ? Comment réagir à la concurrence d’autres sociétés ?

Genève 12 septembre 1747

  • 22 les Constitutions de 1723 et de 1738.
  • 23 S’agit-il de la première traduction de Kuenen ou de celle de La Tierce publiée à Francfort en 1742 (...)
  • 24 Archives privées de la famille Angliviel de La Beaumelle, document communiqué par Hubert Bost.

Venons aussi Mon Cher Frère à l’Art Royal par excellence. J’ai communiqué à notre vénérable Loge, qui se tenait le jour de la réception de votre lettre, tout ce que vous m’en marquez et principalement le beau discours fait à Sa Majesté Danoise à sa réception dont tous les frères ont été fort réjouis, d’une si noble acquisition, & ce discours a extrêmement plu à tous. De sorte qu’il sera mis dans nos archives. Vous y avez sans doute assisté, dont je vous félicite. Sûrement vous y avez trouvé une grande satisfaction. Nous avons dessein de publier ce discours dans le Mercure de France ou de Suisse, sans nommer ni faire connaître à quelle réception il a été prononcé. Cela ne sera point nuisible, c’est un grand agrément que d’avoir la liberté de s’assembler, car nous sommes toujours fort gênés, et cependant nous sommes bien recensés 40, dont je vous enverrai la liste après les élections à la fin de ce mois. Nous voudrions aussi avoir la vôtre si vous pouvez nous la communiquer, avec la copie de votre ode que vous nous avez promise, et la loge en payera les frais du port avec grand plaisir. Elle vous salue en attendant, de même que vos vénérables loges. J’attends aussi le détail de la fête que vous prépariez au roi, et la copie de vos devises qui en augmenteront la beauté. Vous nous avez fait grand plaisir aussi de nous détailler l’état des loges de Francfort, Hambourg, Copenhague. L’ordre badin des mopses que vous dîtes faire tort au nôtre ne doit pas nous mettre en peine, il tombera plus tôt que le nôtre. Le frère Br. ne croit point que le marquis d’Argens soit auteur des deux livres sur l’ordre22 ; c’est un Anglais, Anderson, à ce qu’on prétend, et mal traduits en français23. On a aussi les Francs-maçons dans la République ou leur Apologie contre l’ordonnance de Leurs Excellences de Berne qui les interdit ; si je vous envoie quelque chose, je le joindrai. Nous avons un orateur frère Vassero avocat, qui se ressent de sa profession. Ses discours sont plus véhéments que celui à F. M., mais ils ont beaucoup d’esprit. Peut-être vous en enverrai-je un ci-joint, si je puis l’avoir, comme il me l’a promis, ou par ma première24.

II. ESPACE SOCIAL ET PUBLICITÉ

  • 25 Elle réussit même à réjouir le frère marquis de Bombelles d’ordinaire peu indulgent à l’écart de l (...)
  • 26 Ibid., pp. 452-483 notamment.
  • 27 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2- 423, dossier Amitié de Strasbou (...)

5Débordant l’espace-temps de la loge et de la tenue maçonnique, la Maçonnerie de société séduit durablement par la variété et la qualité de l’offre de divertissements mondains qu’elle propose25. Il ne s’agira pas pour nous ici d’étudier en détail la loge des Amis Réunis, la Société Olympique souchée sur la loge de l’Olympique de la Parfaite Estime, orient de Paris, ou leurs sœurs européennes, entreprise menée après et avec d’autres dans L’Autre et le Frère26, mais de mettre en évidence la richesse d’une forme de sociabilité. Donner la liste des grands noms de l’aristocratie européenne qui s’affilient à ces loges, assistent ou participent à leurs concerts, ou signent en visiteurs leurs registres, permet de constater le succès, mais ne nous apprend en définitive pas grand chose sur ses raisons. De même, on ne reprendra pas ici les critiques des loges socialement disqualifiées et exclues du théâtre mondain, qui à l’instar de l’Amitié de Strasbourg stigmatisent ces maçons qui « au lieu de s’occuper des travaux de l’Art Royal, tiennent des loges de femmes, donnent des bals et jouent la comédie dans leur loge »27. Nous voudrions plutôt repérer un certain nombre de pistes de recherches à explorer plus avant en association étroite avec les recherches en cours sur la vie de société.

  • 28 Néologisme forgé dans les années 1960 par l’historien néerlandais Jacob Presser pour désigner les (...)
  • 29 Fondateur d’un ordre chevaleresque à vocation mondaine, la Société des Amis à l’Epreuve, puis d’un (...)

6Les « ego-documents »28 de Bourrée de Corberon ou de son ami courlandais Karl Heinrich von Heyking29 montrent l’importance de la sociabilité maçonnique hors du sanctuaire. L’espace profane est un espace de reconnaissance pour les francs-maçons, de mise à l’épreuve de leurs connaissances dans l’Art Royal, de mise en concurrence de leurs grades, voire de communication de ces grades. Dans le cadre de la Maçonnerie d’adoption-ouverte aux femmes–, c’est également un espace de séduction. La sphère maçonnique où règne la concorde fraternelle, où les « métaux » – les passions profanes dévorantes – sont proscrits et abandonnés au seuil du temple, où les déplacements et la prise de parole de chacun sont réglés afin d’éviter au propre comme au figuré les heurts dans cet espace de circulation harmonieuse qu’est le temple à la gloire du Grand Architecte de l’Univers, n’est donc pas hermétiquement close. En outre, un simple rideau tiré, une porte fermée et surveillée symboliquement par un « couvreur » peuvent dans la sphère domestique délimiter temporairement un espace sacré où les travaux maçonniques et les réceptions se déroulent « régulièrement» autour d’un tapis de loge portatif. Si l’espace maçonnique est irréductible à l’espace profane sur le mode de l’opposition entre l’ordre et le chaos, la lumière et la nuit, il se déploie sans peine dans ses interstices.

  • 30 Alain Montandon dir., Espaces domestiques et privés de l’hospitalité, Clermont-Ferrand, Presses de (...)
  • 31 Une des quatre gravures de la série The Four Times of Day. Au terme de la célébration, particulièr (...)
  • 32 Mais aussi en province : le 14 mai 1754, l’official et curé de Guéret Dubreuil de Ville adresse à (...)
  • 33 Le comte Brühl, premier ministre y figure ainsi pour la Saxe électorale.
  • 34 Pocchini note parfois le lieu où il les a connus : ainsi il a rencontré Valdrighi de Modène à Leip (...)
  • 35 Archivio di Stato di Parma, Archivio Du Tillot, A 11 : dossier du capitaine Antonio Pocchini, foli (...)
  • 36 Reçu à m’Amitié le 14 juin 1746.
  • 37 Meinicken est affilié à l’Amitié le 12 juin 1746. Il en est vénérable. Il est associé aux Bethmann (...)
  • 38 Reçu à l’Amitié le 19 mai 1763.

7Il faut donc réévaluer l’importance des Espaces domestiques et privés de l’hospitalité?30 pour la Franc-maçonnerie. La taverne londonienne immortalisée par le frère William Hogarth dans La Nuit (1738)31 ou les salles des traiteurs parisiens32 Chapelot, quai de la Rapée, Moret, Ozouf, ou Leroy que visite la police au cours des années 1730-1740 ne sont pas les lieux d’accueil exclusifs de la sociabilité maçonnique. Significativement, le répertoire de l’aventurier Antonio Pocchini saisi par la police parmesane, véritable gotha maçonnique33, est un carnet d’adresses personnelles34, où le nom des loges importe peu35. En bon « gestionnaire de la mobilité » et de l’accueil, Pocchini sait l’utiliser conjointement avec les certificats donnés par l’« institution » maçonnique – la loge ou l’obédience – pour obtenir secours matériels et nouvelles recommandations. Pour Bordeaux, Pocchini a ainsi noté les noms et adresses de représentants de solides maisons d’origine allemande qui appartiennent à l’Amitié, ancienne Amitié allemande : Jean-Georges Streckeisen, consul de Prusse36, rue Denise, Jean-Jacques Bethmann et Georges-Daniel Meinicken37, près la rue Doyenne aux Chartrons, Laurent Hegner38 de la maison Hegner Gier et Cie, aux Chartrons. Grâce aux certificats également saisis, on sait ensuite qu’il a visité les principales loges bordelaises : l’Anglaise, l’Amitié, la Française.

  • 39 Voir notamment La Franc-Maçonne ou Révélations des mystères des Francs-Maçons par Madame ***. A Br (...)
  • 40 Dans le cas de La Franc-Maçonne ou Révélations des mystères des Francs-Maçons, il s’agit au contra (...)
  • 41 Elle signe les premières constitutions de la Grande Loge d’Irlande. Association 5997, Le franc-maç (...)
  • 42 alors appelée Mazarin ou Rethel-Mazarin, dont Honoré IV Grimaldi est duc. Il a épousé Louise d’Aum (...)
  • 43 Archives du Palais de Monaco, C 419, reçu de la cotisation du prince de Monaco à la Société Olympi (...)
  • 44 Et officiellement constituée par le Grand Orient de France le 19 janvier 1786.
  • 45 Archives du Palais de Monaco, C 437, folio 47.
  • 46 Archives du Palais de Monaco, C 437, folios 19-20, 26 ; 81-83, 89.

8Revers de la médaille, l’hospitalité domestique comporte certains inconvénients. La loge peut être sinon véritablement espionnée, du moins « découverte » par les profanes qui vivent sous le même toit. Nombre d’écrits de divulgation disent ainsi tenir leurs informations d’une épouse ou d’une fille de maçon39. Frustrée d’être maintenue hors du cercle des élus, elle écoute et observe l’assemblée cachée derrière un rideau et s’empresse de se venger en en divulguant les travaux aux profanes40. C’est également au nom de la prétendue incapacité des femmes à garder un secret que les détracteurs des loges de dames justifient leur opposition à l’initiation des femmes aux mystères de l’Art Royal. La crainte concerne également les domestiques. Les francs-maçons trouvent rapidement la parade en faisant de leurs domestiques les frères servants de la loge, initiés au premier et deuxième degré, mais interdits d’accès à la maîtrise, et en initiant leurs épouses et leurs filles. L’exemple d’Elisabeth Saint-Léger, reçue maçonne après avoir découvert en 1710 que son père tenait une loge dans son bureau est célèbre, qu’il soit authentique ou non41. Mais, l’hospitalité offerte peut également mettre en conflit espace domestique et espace maçonnique, sociabilité profane et sociabilité maçonnique, comme c’est le cas à Rethel42 où Honoré IV Grimaldi prince de Monaco, duc de Valentinois, chef d’état major des Cent-Suisses, membre de la prestigieuse loge Olympique de la Parfaite Estime de Paris et de la Société Olympique43, accepte d’être le protecteur de la loge la Bonne Union, fondée en 178444 à l’initiative de nobles ardennais, officiers comme lui de la maison militaire du roi. La composition et la fondation de la loge sont caractéristiques du modèle de sociabilité maçonnique aristocratique. Le protecteur lui fait attribuer dans son château de Rethel « une pièce assez grande pour y tenir ses assemblées »45. Les francs-maçons procèdent à d’importants aménagements intérieurs46, afin de disposer d’un temple digne de leur loge et de leur protecteur. A l’été 1787, ils se plaignent à Honoré IV du régisseur du château, Payot, qu’ils accusent d’avoir bouleversé leur temple. Le malentendu éclate alors, puisque le prince et protecteur répond vertement à ses frères : « mon intention n’ayant jamais été qu’on disposât d’aucun de mes meubles destinés à me loger, et voulant qu’ils soient toujours libres et en état de me recevoir à toute heure ». On touche ici aux limites de l’hospitalité et de la cohabitation entre vie maçonnique et vie domestique.

  • 47 A Bordeaux, le frère Etienne François Charles Jaucen de Poissac, conseiller au Parlement, originai (...)
  • 48 Steven C. Bullock, Revolutionary Brotherhood. Freemasonry and the transformation of the American S (...)

9Malgré ces inconvénients, la Maçonnerie de société s’épanouit sans conteste dans la sphère domestique et privée47. Il faut ici rappeler le témoignage du physicien et antiquary William Stukeley qui crée une loge dans le Lincolnshire – où il se retire en 1726 – et élève dans son jardin un temple druidique où il invite ses frères : « Nous avons créé une petite loge de maçons, bien réglée [...] Nous avons pris l’habitude d’organiser tous les mois une réunion de société pour danser avec le beau sexe, et une réunion hebdomadaire, pour discuter entre hommes de condition »48.

  • 49 Médiathèque municipale Ceccano d’Avignon, mss 3054, Journal de Marie-Daniel Bourrée de Corberon, 2 (...)
  • 50 Situé à Saint-Fargeau-Ponthierry dans l’actuel département de Seine-et-Marne.
  • 51 Bibliothèque de l’Ecole nationale des mines, manuscrit 15, notes du chimiste et minéralogiste Anto (...)
  • 52 Sans plus de précision. Voir Hippolyte Monin, Lucien Lazard, Sommier des biens nationaux de la vil (...)
  • 53 Cité par Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le Premier Surveillant de la Franc-maçonnerie impéria (...)
  • 54 Au xixe siècle, il sera souvent compété ou remplacé par une salle de billard.

10L’importance des jardins particuliers est méconnue. En réalité, la Franc-maçonnerie investit l’espace du jardin, comme un espace serein de conversation, de « société », où l’on peut parler entre pairs, entre frères et sœurs, de sujets maçonniques et profanes, sans devoir se plier aux interdits rigoureux qui règlent les échanges dans le sanctuaire. Le jardin est un espace fraternel, mais ouvert sur la société. On se souvient de l’attirance des francs-maçons pour les jardins des nobles jeux de l’arc, mais l’on peut mettre en évidence d’autres indices et témoignages, qu’une recherche approfondie sur le jardin – privé et public – comme espace de sociabilité pourra compléter, recouper et exploiter. Au château de Troissereux près de Beauvais, Corberon fait aménager un « jardin maçonnique » inspiré de Bernard Palissy où il accueille ses visiteurs. C’est en Saxe et à Pétersbourg, où il aime à s’y promener en compagnie de Karl Heinrich Freiherr von Heyking et de Karl Adolph Graf von Brühl, que le diplomate français les a découverts et appréciés49. Le Substitut général du Grand Maître comte de Clermont, Augustin Chaillon de Jonville, l’a précédé, en faisant aménager un jardin symbolique dans le parc du château de Jonville50 où il accueille le roi de Danemark Christian VII en octobre 1768 pendant son séjour en France51. Le Sommier de la vente des Biens nationaux de la ville de Paris indique la vente d’un «jardin de l’Amitié », rue des Petites-Ecuries, section Poissonnière, appartenant au francs-maçons52, tandis qu’à Montpellier, Jean-Jacques Régis de Cambacérès cotise pour l’entretien du « jardin des francs-maçons » à hauteur de 5 livres par an. Initié à l’Ancienne et la Réunion des Elus en 1779, il appartient depuis 1782 au Cercle de la Grande Loge créé par la Vraie Humanité : « Les motifs de cette association étant de réunir des amis d’une convenance réciproque, de leur procurer l’amusement des jeux permis, et l’agrément de la lecture des nouveautés intéressantes [...] Le nombre total des associés est fixé irrévocablement à cinquante »53. Le jardin montpelliérain s’inscrit donc dans une offre de sociabilité maçonnique élargie54.

  • 55 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 364, dossier la Triple Union de (...)

11Avec le jardin privé, l’hospitalité domestique, l’espace maçonnique apparaît sous un jour nouveau. Il ne se limite pas à l’espace sacré, au sanctuaire replié sur lui-même. Multipolaire et modulable, il est ouvert sur la vie de société, ce que confirme l’enjeu majeur des agapes. En effet, les agapes célèbrent l’affection, l’amour fraternel, c’est le sens précis du mot grec agapê. Elles ne se réduisent pas au banquet copieusement arrosé que prennent pour cible les écrits de divulgation. D’ailleurs, les travaux maçonniques se poursuivent en tenue de table, en « salle humide », avec un rituel spécifique. Mais les francs-maçons aspirent à sortir les agapes de l’espace contraignant et réglé des travaux de l’Art Royal, pour pouvoir cultiver plus librement et joyeusement le plaisir d’être ensemble sans pour autant renoncer à leur caractère fraternel. C’est notamment ce que souhaite la loge rémoise la Triple Union lorsqu’elle commente point par point les Statuts généraux de 1755 dans une lettre adressée à la Grande Loge55 :

Article XXX11 : Il est expressément recommandé au Maître de faire observer un profond silence pendant la Loge de Table, de punir les contrevenants, la première fois par un exercice sans honneur, pour la seconde fois à l’amende pécuniaire de trois livres, et la troisième fois le Maître fermera la loge, se retirera du Banquet ainsi que tous les officiers. Rien n’imitant mieux la Tour de Babel, qu’une loge mal gouvernée ou des Frères qui n’obéissent pas.

  • 56 Le marquis de Bombelles dont le zèle maçonnique n’a à coup sûr rien de comparable avec celui de Co (...)

- Ce à quoi la Triple Union, rétorque, non sans bon sens – : Dans les loges de province peu nombreuses – mais pas seulement –, le Silence rigoureux à table est-il absolument commandé ? Nous ne l’observons tel quel que quand le maître parle ou interroge sur la Catéchisme, ou autrement on converse amicalement. Et quand on tombe en quelque faute, on s’intente de légers procès qui contribuent beaucoup à l’agrément des banquets. Les frères en silence continuel s’ennuieraient à coup sûr et se dégoûteraient – ce dont témoigne le Journal du marquis de Bombelles56 –.

  • 57 II faut également penser aux luxueux services de faïence maçonnique – vaisselles, flacons et soupi (...)
  • 58 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[ (...)
  • 59 De même, en Basse-Normandie, les Séran de Saint-Loup qui associent dès les années 1740 l’Art Royal (...)

12La loge comme société d’amis choisis unis par le lien de l’initiation partagée est un espace de commensalité. C’est pourquoi à côté des banquets d’obligation et de réception – souvent pris en charge par les nouveaux membres –, les ateliers organisent des ambigus – c’est-à-dire des buffets froids-comme à Saint-Jean d’Ecosse de Marseille, des piques-niques à l’Union écossaise de Berlin ou des croustillades à Amitié et Fraternité de Dunkerque57. Heyking se souvient avec émotion d’un souper de cent couverts organisé par les Trois Globes, orient de Berlin58. Quant au célèbre président en l’Election d’Epernay Philippe Valentin Bertin du Rocheret (1693-1762), il fréquente et fournit en vin de Champagne les loges parisiennes en vue à l’époque des Ducs sous l’acacia, en même temps qu’il commande une escadre de l’Ordre de la Félicité à Ay près d’Epernay en 174659, où il possède un pressoir.

  • 60 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 412, Extrait du Livre d’architec (...)

13En outre, faire des agapes et de la salle des banquets un temps et espace de transition entre la fin des travaux de loge et le retour à la vie profane, permet de convier les femmes à se joindre aux frères en contournant les réticences des maçons hostiles à toute intrusion féminine dans le temple. A Salins, en Franche-Comté, lors de l’installation de la loge d’adoption l’Union parfaite le 15 mai 1777 – à laquelle participe Choderlos de Laclos qui écrira bientôt Les Liaisons dangereuses –, Hennezel orateur de la loge Henri IV du régiment de Toul-Artillerie ne cache pas sa satisfaction : « Ainsi mes frères jouissons sans trouble d’une société vive et enjouée, qu’une gaîté douce une plaisanterie fine viennent embellir nos banquets que les fleurs les plus belles réjouissent nos sens, craignons seulement que leurs parfums trop savourés ne produisent l’ivresse »60. Charles-Guillaume d’Usies de Byans, ancien lieutenant des Maréchaux de France, Vénérable par intérim de l’Union Parfaite, est lui peu favorable à la présence de femmes en loge, mais il se réjouit de leur présence en « salle humide », où sont organisés les banquets :

  • 61 Ibid., pp. 133-134.

Ce que nous vous cachons ne pourrait que vous ennuyer ; peu analogue à vos goûts, à vos affections, vous n’y trouveriez nul intérêt, il exciterait peut-être des sensations fâcheuses ou trop fortes sur vos nerfs délicats [...] Venez souvent, très chères sœurs, faire disparaître par vos charmes, ce que nos mystères peuvent avoir de trop austère. Faites l’ornement de nos banquets, nous implorons aujourd’hui votre secours pour le rendre agréable à des frères qui nous sont infiniment chers, et que nous désirons engager à nous faire souvent la faveur de nous visiter61.

  • 62 Fils du célèbre mathématicien Leonhard Euler. Secrétaire de la conférence de l’Académie impériale (...)

14Si les agapes montrent la capacité de la Maçonnerie de société à s’affranchir des limites du temple, les fêtes au succès desquelles elles contribuent, font l’objet d’une publicité volontaire. La Maçonnerie de société construit et gère son image publique. Expert en gastronomie – il fait venir à Saint-Pétersbourg du vin de Lunel pour accompagner les huîtres du golfe de Finlande dont il régale ses invités –, acteur et observateur méticuleux d’une vie de société particulièrement riche qu’il décrit avec gourmandise à son oncle Jean Henri Samuel Formey, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences de Berlin, Johann Albrecht Euler62 en est le témoin. Profane, Euler n’est pas invité à la fête ; en revanche, il assiste au spectacle que le général Piotr I. Melissino offre à sa loge et au public.

Saint-Pétersbourg, 24 juillet/5 août 1775

  • 63 Ses collègues au corps des cadets dont Euler est directeur des études.
  • 64 Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin, Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung, Nachlaß Form (...)

Nous eûmes [le 19 juillet] à souper les Professeurs Krafft, Guldenstadt, Georgi63 et ma sœur. Après ce souper, c’est-à-dire à 10 heures, nous fûmes encore en deux carrosses, M. Guldenstadt ma femme et moi dans l’un, Mrs. Kraft et Georgi dans l’autre. Tout droit à Caminoi Ostrovo, où les francs-maçons donnèrent la plus belle fête du monde. Le général Melissino de l’artillerie comme Grand Maître de la loge étant à la tête. 11 y avait grand souper et bal en masque dont nous ne fûmes pas n’ayant pas été invités. Mais nous nous fîmes donner une bonne place pour voir un feu d’artifice des plus goûteux et très magnifique, qui dura depuis 11 heures et demi jusqu’à minuit et demi ; de sorte que cette fois-ci nous ne revînmes au logis qu’encore vers deux heures64.

  • 65 « Nor will the Ladies in this particular be forgotten – a portion of every succeeding number will (...)
  • 66 Le journal publie un long article avec plan détaillé et élévation de la Royal Cumberland Freemason (...)

15A Londres, le Freemason’s magazine recherche clairement une audience qui déborde la sphère maçonnique. La rédaction se veut notamment attentive au public féminin auquel elle destine tout particulièrement de copieux articles consacrés à la mode et aux artistes en vue65. La vie du monde et des spectacles fait l’objet de comptes-rendus réguliers, auxquels sont associés ceux des fêtes de l’ordre que des correspondants ont fait parvenir à la rédaction. Le souhait d’intégrer les festivités maçonniques à la vie de société est manifeste. Il s’inscrit dans l’aspiration depuis le début des années 1720 de la Grande Loge puis à partir de 1751 des deux Grandes Loges – Anciens et Modernes – à être reconnues d’utilité publique66 et partie intégrante de l’Establishment.

Masonic Intelligence

Tuesday the 4th of June [1793]

On Tuesday the 4th a grand procession took at Stratford-upon-Avon, in consequence of the dedication of the Shakespeare lodge of Masons in that town, which was most respectably attended by the different lodges : indeed never since the celebration of the Jubilee has there been such a numerous and elegant assemblage of people ; the ladies in particular seeming to vie with each other, who should bet express their respect on the occasion. The whole of the business was conducted in such a manner, as reflected the greatest credit on the respective Brethren who superintended the order of procession. The thanks of the county is justly due to Mr. James Timmins, the Deputy Provincial Grand Master, for the very able and elegant manner in which he delivered the lectures ; and the uniform and orderly behaviour of the Brethren gave the most entire satisfaction to an admiring and delighted populace.

  • 67 Ibid., p. 68.

On the 5th a Free Ball was given, which for Beauty and Brilliancy, far surpassed anything of the kind ever remembered at Stratford. Every Brother appeared in his apron, and the Grand Provincial officers and the masters and officers of the different lodges wore their sashes and jewels. One Brother wore a suit of Buttons with Masonic Emblems, etc. elegantly set, which cost upwards of ten guineas, and many wore aprons worth from five to ten pounds each67.

  • 68 Elle est depuis 1988 exposée au musée de l’ordre maçonnique suédois à Stockholm. Voir Tom C. Bergr (...)
  • 69 Voir « Expansion maçonnique et relations internationales : le modèle suédois », dans Pierre-Yves B (...)

16En Suède, le duc Charles de Sudermanie, frère du roi Gustave III et futur Charles XIII, Grand Maître des francs-maçons depuis 1780 et vicarius Salomonis du Grand chapitre illuminé de Stockholm depuis 1777, préside de magnifiques fêtes sur l’île de Riddarholmen, siège de l’ordre maçonnique, à Ekolsund, au château de Rosersberg, ou encore à Drottningholm. Des tournois sont organisés où s’affrontent des chevaliers en armure, en présence du roi et de la cour. En 1785, la fête a pour thème la « Conquête de la Forêt enchantée », avec en arrière-plan la libération de Jérusalem, très présente dans la mythologie des hauts grades templiers. Le duc lui-même y participe en armure68. Des gravures et des comptes-rendus immortalisent ces rencontres qui précèdent les assemblées du chapitre templier réservées au membres de l’ordre. Un banquet de plusieurs centaines de couverts et un feu d’artifice concluent la fête. Le duc Charles associe clairement ses ambitions maçonniques – prendre le contrôle de la Stricte Observance Templière en Europe – aux intérêts stratégiques suédois dans l’aire baltique69. Les offensives du rite suédois en Prusse et en Russie inquiètent d’ailleurs Frédéric II et Catherine II. Les fêtes que le Grand Maître organise, témoignent non seulement de sa passion pour la chevalerie et les templiers, qu’il partage avec son frère Gustave, mais célèbrent aussi publiquement la puissance d’une Maçonnerie royale, résolument chrétienne et chevaleresque. Devenu roi, le Grand Maître fonde même en 1811, l’ordre de Charles XIII, limité à 30 chevaliers (27 laïcs et 3 ecclésiastiques) parvenus au 10e grade du rite suédois. La publicité des fêtes maçonniques recouvre donc des formes et des enjeux multiples, empêchant toute généralisation ou modélisation abusive.

  • 70 Elle ne figure pas dans l’utile base de données de David Trott (Université de Toronto), Dominique (...)
  • 71 Médiathèque Ceccano, Avignon, mss 3054, Journal de Corberon, 8 février 1775.
  • 72 Aide-major aux Gardes françaises.
  • 73 Propriété de Madame d’Epinay, le château a été auparavant loué à d’Holbach et au frère Tavernier d (...)
  • 74 « L’Observateur anglais s’étonne du nombre des spectateurs et de la magnificence des assemblées, l (...)
  • 75 « Je te préviens – écrit Savalette de Langes à son cousin Dupleix du Perles en 1772 – que mercredi (...)

17Le théâtre et le concert amateur dont on connaît le succès au xviiie siècle confirment la capacité de la Maçonnerie de société à prendre en charge l’ensemble de la demande sociable et à s’épanouir dans le «monde». Revenons au Journal de Corberon. On se souvient que le marquis de la Salle interroge le jeune diplomate sur son catéchisme maçonnique dans l’appartement des dames Benoît et lui tire les cartes. Mais il est également auteur de pièces de théâtre. Le 8 février 1775, il apporte le texte d’une petite pièce70 que la société réunie chez Madame Benoît décide de monter et de jouer en loge71. Marie-Daniel Bourrée de Corberon, son frère aîné, Pierre Philibert marquis de Corberon72, musicien talentueux, et son épouse Anne-Marie, nièce du banquier de la Cour et fermier général Jean-Joseph de Laborde, participent aussi à la société qu’accueille M. de Magnanville, garde du Trésor royal, au château de La Chevrette73. Son théâtre de société bénéficie alors d’une excellente réputation74. Les amateurs y jouent plusieurs pièces du chevalier de Chastellux, notamment les Amants portugais, comédie en un acte, les Prétentions, comédie en trois actes une imitation libre de Roméo et Juliette75.

  • 76 « Magnanville, Boinvilliers et Auffreville avaient chacune leur château et la plupart des seigneur (...)

18Il faut souligner les liens qui attachent ce théâtre et la société qui s’y réunit avec la loge des Amis Réunis, célèbre pour son orchestre composé d’amateurs et de musiciens professionnels, ses pièces de théâtre, sa volonté affichée de se constituer « en club ou en français coterie », et de réunir aussi bien les grands noms de la finance – c’est la loge dite des fermiers généraux — des arts et de l’aristocratie européenne. Charles Pierre Savalette de Magnanville n’est autre que le père de Charles Pierre Paul Savalette de Langes76, fondateur des Amis

  • 77 Lors d’une tenue d’adoption où Corberon échange un billet avec Josuel Benoît, Savalette de Langes (...)

19Réunis et du régime de Philalèthes. A La Chevrette, d’autres membres de la famille et des Amis Réunis donnent des concerts et jouent la comédie, notamment Pierre François Denis Dupleix du Perles et Guillaume Joseph Dupleix de Bacquencourt, beau-frère d’Anne-Marie Bourrée de Corberon. Savalette de Langes distribue les rôles. Lui, que l’on ne présente traditionnellement que comme chef d’un régime maçonnique d’envergure européenne, les Philalèthes, participe activement à la vie de société77 :

Hornoy le 12 septembre 1772

Eh bien paresseux [...]

J’ai cinq à six rôles à te proposer – écrit Savalette de Langes à son cousin Dupleix du Perles –, et des projets de plus vaste étendue à te communiquer, mais, ma fois, pour ce soir je n’ai pas le temps. Mais voici les rôles que je suis chargé de te proposer. Mande-moi promptement si naturellement tu acceptes :

Le jour de la fête : Le médecin malgré lui. Lucas paysan mari de la nourrice Dans la parodie de la reine de Golconde, Usbekh, confident premier ministre de la reine Pour les autres jours : dans le légataire universel, le rôle de Géronte, le légataire ; dans Nadine, Biaise ou à choisir marin ; dans le Joueur, Doranthe, l’oncle du joueur (rôle de complaisance) ; dans les fausses infidélités, Mondor ou à ton refus je le jouerai, tu en es le maître.

Tu vois que tu n’es pas mal partagé. J’attends ta réponse pour arrêter définitivement la liste des rôles. Nous jouerons vraisemblablement pendant une semaine et sûrement tu t’y amuseras, car tout ceux qui composent la troupe t’aiment et te désirent beaucoup. Dumaisniel est très libre à présent et nous pratique toujours dans le canton. Aussi nous musiquerons. Crois moi, mon ami, laisse ta maîtresse et tes amis de Paris et reviens dans le pays, où tu trouveras des gens qui t’aiment et te désirent et surtout un bon et sincère ami qui t’aime de tout son cœur et t’embrasse de même [...]

  • 78 Archives départementales des Yvelines, E 905, lettre du 12 septembre 1772 publiée par Robert Chabo (...)

Tu trouveras rue Saint-Jacques au Temple du Goût, chez la Veuve Duchesne, les exemplaires en fascicule. Je t’enverrai bientôt le rôle d’Usbekh78.

20Dupleix de Bacquencourt allié à la belle-sœur de Corberon apparaît quant à lui dès les premières pages de son Journal :

Le 7 [janvier 1775]

  • 79 Comédie en un acte, en vers, mêlé d’ariettes, paroles de Marmontel et musique de Grétry, première (...)
  • 80 Médiathèque Ceccano, Avignon, mss 3054, Journal de Corberon, 7 janvier 1775.

Mon frère et ma sœur m’ont mené au concert de Mme de Bacquencourt, dont le mari a chanté le duo de Sylvain79 : Dans le sein d’un père etc. avec Géliole ; j’en ai été on ne peut moins satisfait, malgré l’enchantement de l’abbé de Lane ; ce qui me donne mince idée de son goût. Madame Brion nous a amplement dédommagés en jouant sur le clavecin différents morceaux de sa composition, accompagnée de Pagin violon très agréable80.

Le 22 [janvier 1775]

J’ai arrêté rue neuve Saint-Eustache pour voir un instant Mesdames Benoît, elles m’ont bien rappelé le bal du 29 en loge, et je dois les aller voir après demain de bonne heure dans l’après-dîner. Arrivé chez les Nogué – la belle-sœur de Marie-Daniel Bourrée de Corberon, Anne-Marie, est née de Laborde de Nogué –, j’y ai trouvé un monde énorme ; j’y ai remarqué la petite Sophie qui m’a fort bien accueilli, avec cet air de folie de vivacité que j’aime beaucoup. Le concert s’est passé à l’ordinaire, c’est-à-dire des prétentions de la part du Bacquencourt et des petitesses, comme une petite satisfaction dont l’intendante a joui à l’occasion d’un duo que nous avons manqué ma belle-sœur et moi à cause de la différence.

  • 81 Jean-Luc Quoy-Bodin, « L’orchestre de la Société Olympique en 1786 », dans Revue de musicologie, 1 (...)
  • 82 Célèbre collectionneur et amateur. Son épouse tient salon.
  • 83 Archives nationales, Minutier central des notaires parisiens, Etude CXIII, 552, bail de la Société (...)
  • 84 Disparu en 1780.
  • 85 Voir la liste publiée par Pierre Chevallier, « Nouvelles Lumières sur la Société Olympique », dans (...)
  • 86 Ibid., p. 136. En revanche le bail de 1784 n’est pas connu de Pierre Chevallier.
  • 87 qui en 1775, on s’en souvient, n’entretenait aucune relation avec la Franc-maçonnerie à la différe (...)
  • 88 Voir http://www.chass.utoronto.ca/~trott/societe/soc_C.htm
  • 89 Michel Taillefer, La Franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Révolution 1741-1799, (...)
  • 90 Ibid., p. 133.
  • 91 11 est exécuté le 26 prairial an II, deux mois après son beau-père qui s’était réfugié à Toulouse (...)
  • 92 Sur Madame de Sapte, voir Michel Taillefer, La Franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime e (...)

21Chaque été, alors que s’effectue la migration mondaine vers la campagne, et que les Amis Réunis interrompent leurs travaux parisiens, La Chevrette accueille les membres de la loge et ses visiteurs de marque. On le voit, ces jeux de société ne sont pas sans enjeux : des réputations se créent ou s’écornent ; on s’expose au persiflage. Cette société que Corberon souffre de devoir quitter, il l’a retrouve à son retour de Russie puisqu’il s’affilie avec son frère aîné à la Société Olympique81 – à laquelle appartient également l’hôte de La Chevrette, Savalette de Magnanville – qui a pris ses quartiers dans un appartement du Palais-Royal loué 4 000 livres par an en 1784 par le fermier général Etienne Marin de La Haye82 au duc d’Orléans, Grand Maître83. L’établissement au Palais-Royal témoigne clairement d’un double tropisme : mondain et privé. La Maçonnerie aristocratique se dote avec la Société Olympique d’une vitrine profane dont le but déclaré est de prendre le relais du concert des Amateurs84. On a d’ailleurs sans doute pas assez remarqué que Joseph-Louis de Ponte, comte d’Albaret, « acteur, homme de lettres et Lanturelu » (Jacqueline Hellegouarc’h), mais aussi à la tête d’un des plus célèbres concerts parisiens, apparaît sur le tableau de 1788 de la Société Olympique85. Elle choisit de s’implanter sur le devant de la scène mondaine. Lors du renouvellement du bail le 30 novembre 178886, les signataires mandatés par la Société Olympique ne sont autres que Charles-Pierre-Paul Savalette de Langes, Jean-Baptiste Taillepied de Bondy, receveur général des finances et pilier des Amis Réunis, le fermier général de la Haye, Claude François Marie Rigoley, comte d’Ogny, intendant général des Postes, Charles-Simon Millet, baron de Bressoles, receveur général des finances – de la société de la marquise Anne Flore de Bréhant née Millet87 que fréquentait assidûment Corberon en 1775 au point d’envisager le mariage avec la « petite Bressoles », Antoinette Louise – et Philibert Pierre Catherine Bourrée, marquis de Corberon. La Maçonnerie de société continue donc simultanément d’investir la sphère privée et d’apprécier l’hospitalité des hôtels particuliers et des châteaux où elle cultive les plaisirs des « amis réunis ». Elle s’épanouit également dans le cercle familial, alors que Jürgen Habermas estime que le cercle familial est une caractéristique de la sociabilité bourgeoise. Marie-Daniel travaille la pierre brute, joue du violon et la comédie avec son frère et sa belle-sœur. De même, le dernier fils du Président de Corberon, Théodore Aimé, né en 1756, conseiller au Parlement de Paris, fait représenter en 1785 dans son hôtel une pièce de sa création, La Vérité dans le vin88, et représente au Grand Orient la loge toulousaine la Vérité reconnue89, « de loin la plus exclusive des loges de la ville » selon Michel Taillefer90, dont son beau-frère, Henri Bernard Catherine de Sapte91, président au Parlement de Toulouse, membre de l’Académie des Jeux Floraux, est officier. Madame de Sapte, née Catherine Marguerite Bourrée de Corberon n’est autre que la Grande Maîtresse de la loge d’adoption toulousaine de la Parfaite Amitié92.

CONCLUSION

22Au terme de cette étude et après avoir montré que la Maçonnerie de société est articulée au royaume des mœurs, il faut donc l’utiliser pour sonder les interstices, comprendre comment fonctionnent les interfaces entre l’espace public – qu’il devient nécessaire à la fois de mettre en cause et de mettre à jour – l’espace domestique et la « sphère du pouvoir public », les relations entre un modèle aristocratique de vie de société dont la résistance et la plasticité ont pu être observées et un dispositif de sociabilité plus ouvert en direction des bourgeoisies, plus accueillant à l’ensemble des élites urbaines.

Notes

1 Varsovie. Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome I, 2e partie, chapitre VI, n. p.

2 Cité par Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française 1715-1787, Paris, 1re édition, Armand Colin, 1933, éd. La Manufacture, Paris, 1989, p. 418.

3 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, avec une préface inédite de l’auteur – à la 17e édition allemande –, trad. fr. de Strukturwandel der Öffentlichkeit (1962) par Marc B. de Launay, Paris, Payot, Critique de la politique, 1993, 324 p.

4 Ibid., p. 38.

5 « Le medium de cette opposition entre la sphère publique et le pouvoir est original et sans précédent dans l’histoire : c’est l’usage public du raisonnement » : Ibid., p. 38.

6 Comme le rappelle Daniel Roche dans « République des lettres ou royaume des mœurs : la sociabilité vue d’ailleurs », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, avril-juin 1996, p. 294 note 9.

7 Ses références – y compris dans la 17e édition allemande de L’Espace public – se limitent en effet au dictionnaire – solide – d’Eugen Lennhoff et Oskar Posner, Internationales Freimaurer-Lexikon, Wien, 1932, reprint 1992, Wien-München, Amalthea-Verlag, 1 778 p., à l’ouvrage de Bernard Faÿ sur La Franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du xviiisiècle, Paris, éditions de Cluny, 1935, 288 p. – œuvre d’un angliciste renommé, spécialiste de la Révolution américaine, mais également directeur du service de lutte contre les sociétés secrètes du régime de Vichy – ainsi qu’aux célèbres Dialogues pour des francs-maçons de Gotthold Ephraïm Lessing, texte magnifique, mais on ne doit pas oublier qu’il a été écrit par un homme déçu dès sa réception dans l’ordre par l’écart entre le discours et la pratique maçonniques, et qui ne reviendra jamais en loge. Habermas ne dispose donc d’aucun ouvrage récent d’histoire de la Franc-maçonnerie [Jürgen Habermas, L’espace public..., op. cit., p. 267, note 18]. En outre, il ne distingue pas société à secrets et société secrète, or la Franc-maçonnerie n’est pas l’ordre des Illuminateli [Ibid., p. 46].

8 par référence à la prégnance du modèle aristocratique, à la participation assumée et revendiquée à l’offre de divertissement mondain, à l’animation par les frères et les sœurs d’un théâtre de société, à une sociabilité maçonnique rythmée par ses bals, ses concerts amateurs, ses joutes littéraires, mais aussi par ses cérémonies de réception dont la scénographie conditionne la réussite et la transmission de l’essence du grade.

9 Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons (xviiie-xxie siècle), Paris, Belin, Europe & Histoire, 2002, pp. 36-38 et pp. 52-60.

10 Ce qui permet également de nuancer les thèses d’Habermas sur « la famille bourgeoise et l’institutionnalisation d’un domaine privé corrélatif du public ».

11 littéralement ami de la vérité. Le régime des Philalèthes est une académie de recherches maçonniques et ésotériques souchée sur la loge des Amis Réunis fondée par le garde général du trésor royal Charles Pierre Paul Savalette de Langes.

12 Médiathèque municipale Ceccano, Avignon, Manuscrits 3054-3059 Journal de Marie-Daniel, chevalier puis comte Bourrée de Corberon, 6 volumes. Nous en avons entrepris l’édition et l’instrumentation électroniques avec Dominique Taurisson ingénieur d’études au Shadyc CNRS-EHESS, UMR 8562 : http://www.egodoc.revues.org/corberon/

13 Auteur du roman L’Erreur des désirs en deux volumes, publié à Lyon en 2 volumes en 1770 – dont Corberon débute la lecture le 4 février 1775 –, des Erreurs (Aveux) d’une jolie femme, ou l’Aspasie moderne, d’un Journal en forme de lettres ainsi que des Lettres du colonel Talbert.

14 II passe l’année suivante à l’une des loges les plus prestigieuses de Paris, Saint-Jean d’Ecosse du Contrat Social, dont il devient Vénérable.

15 Champ qui mérite une toute autre attention que celle dont il est l’objet. Il faudrait notamment s’intéresser au lectorat visé.

16 beaucoup plus importantes en effet que les tenues d’administration qui frappent toute loge d’absentéisme.

17 Marc Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, édition de Fallois, 2001, 489 p.

18 Jacqueline Hellegouarc’h, L’esprit de société. Cercles et « salons » parisiens au xviiie siècle, préface de Marc Fumaroli, Paris, éditions Garnier, 2000 , 524 p

19 Verena von der Heyden-Rynsh, Salons européens, les beaux moments d’une culture féminine disparue, Paris, Gallimard, 1992, 267 p.

20 Nostalgie qui me paraît nuire à la légitimité-même de la vie de société comme objet d’étude.

21 Il est gouverneur du fils aîné du comte Gram, Grand veneur et favori du roi de Danemark.

22 les Constitutions de 1723 et de 1738.

23 S’agit-il de la première traduction de Kuenen ou de celle de La Tierce publiée à Francfort en 1742 puis à Paris en 1747 ?

24 Archives privées de la famille Angliviel de La Beaumelle, document communiqué par Hubert Bost.

25 Elle réussit même à réjouir le frère marquis de Bombelles d’ordinaire peu indulgent à l’écart de l’ordre : «Le 9 mars [1784]. Il y a quelques années que la Franc-maçonnerie a repris faveur et tout d’un coup elle redevint si bien de mode qu’un grand nombre de sociétés s’établirent à l’envi des Loges, et de fort belles Loges, tant dans l’intérieur de Paris que dans les faubourgs de cette ville. Cette fantaisie dura tout un hiver dans toute sa force ; d’autres amusements ont prévalu mais, les Loges fermées, il s’est trouvé un reste d’amateurs qui de temps à autre se rassemble. La dernière loge à laquelle j’assistai m’ennuya tant que j’avais presque fait serment de n’en plus fréquenter aucune. Le fils du comte de La Feronnays m’a dit tant de bien de celle dont il est particulièrement membre que je lui ai promis de me rendre à une fête que donnait ce soir cette loge, nommée « la Candeur ». Elle avait invité la loge de « la Fidélité » et cette réunion, jointe à un grand nombre de frères visiteurs et de sœurs jolies et d’un rang distingué, a rendu l’assemblée très brillante.
Nous sommes entrés en loge à six heures et l’on a procédé à la réception de Mme de Jouffroy, femme d’un sous-lieutenant des gardes du corps, ainsi qu’à celle d’une Mme de Saint-Marceau. Cette dernière, grande et bien faite, est née à St-Eustache, une des île des Antilles [...].
Mme de Jouffroy a répondu aux questions du Vénérable de la Loge avec de l’esprit et ce ton de douceur qui intéresse ». Sur les autres fêtes que donne la loge d’adoption Saint-Jean de la Candeur, voir Pierre-Yves Beaurepaire, L’Autre et le Frère. L’Etranger et la Franc-maçonnerie en France au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes siècles 23, 1998, pp. 457-459 A noter que parmi ses membres figure notamment la landgrave de Hesse-Rheinfels-Rothenbourg [Archives nationales, AB XIX 5000, Livre d’architecture de la loge d’adoption Saint-Jean de la Candeur de Paris, folio 69 recto], or Jeanne-Marie-Henriette-Victoire de Bombelles, que son frère adore, était depuis 1775 l’épouse morganatique du landgrave, mort en 1778.

26 Ibid., pp. 452-483 notamment.

27 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2- 423, dossier Amitié de Strasbourg, folio 19.

28 Néologisme forgé dans les années 1960 par l’historien néerlandais Jacob Presser pour désigner les écrits personnels ou écrits du for privé. Sur ce sujet, voir Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson éd., Les Ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et des réseaux relationnels, actes du colloque international de Montpellier 23-25 octobre 2002, Montpellier, PUM, 2004, 555 p.. Les actes sont accessibles en ligne : http://egodoc.revues.org/octobre2002

29 Fondateur d’un ordre chevaleresque à vocation mondaine, la Société des Amis à l’Epreuve, puis d’une loge d’adoption – donc ouverte aux femmes – aristocratique, Hupatia – Hypatie, fille de Théon d’Alexandrie, philosophe et mathématicienne – orient de Varsovie. Varsovie, Bibliothèque Universitaire, Rps BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] S[aron] dH[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, 4 tomes.

30 Alain Montandon dir., Espaces domestiques et privés de l’hospitalité, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Biaise-Pascal, Littérature, 2000, 405 p. Daniel Roche, « Dépenses, consommations et sociabilités » dans La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début xixe siècle), Paris, Fayard, 2000, pp. 325-352, ainsi que sa conclusion : « De l’hospitalité à l’économie », pp. 353-356.

31 Une des quatre gravures de la série The Four Times of Day. Au terme de la célébration, particulièrement arrosée, de l’anniversaire de la restauration de Charles II Stuart, le 29 mai 1660, le Vénérable de la loge Hand and Appel Tree – à laquelle Hogarth appartient lui-même depuis 1725–, Thomas de Veil, juge de paix, lieutenant-colonel de la milice, récemment promu Inspecteur général des exportations et des importations, sort ivre de la taverne qui abrite les travaux pour rentrer péniblement chez lui, lourdement appuyé sur le tuileur de sa loge, qui n’est autre qu’Andrew Montgomery, Grand Officier de la Grande Loge.

32 Mais aussi en province : le 14 mai 1754, l’official et curé de Guéret Dubreuil de Ville adresse à l’évêque de Limoges la « Liste des franc-maçons qui tiennent loge à Guéret chez M. de Madot lieutenant général et qui mangent chez Pierre Glomet de la Marche, aubergiste et traiteur à l’enseigne de Notre Dame, sur la place ».

33 Le comte Brühl, premier ministre y figure ainsi pour la Saxe électorale.

34 Pocchini note parfois le lieu où il les a connus : ainsi il a rencontré Valdrighi de Modène à Leipzig.

35 Archivio di Stato di Parma, Archivio Du Tillot, A 11 : dossier du capitaine Antonio Pocchini, folios 1-29.

36 Reçu à m’Amitié le 14 juin 1746.

37 Meinicken est affilié à l’Amitié le 12 juin 1746. Il en est vénérable. Il est associé aux Bethmann – qui ne semblent pas avoir compté de maçons à Bordeaux pour le xviiie siècle -depuis 1762.

38 Reçu à l’Amitié le 19 mai 1763.

39 Voir notamment La Franc-Maçonne ou Révélations des mystères des Francs-Maçons par Madame ***. A Bruxelles, MDCCXLIV, repris dans Le Parfait Maçon. Les débuts de la Maçonnerie française (1736-1748), Anthologie établie et présentée par Johel Coutura, publications de l’Université de Saint-Etienne, Lire le dix-huitième siècle, 1994, pp. 139-172.

40 Dans le cas de La Franc-Maçonne ou Révélations des mystères des Francs-Maçons, il s’agit au contraire d’une apologie de l’ordre, preuve que détracteurs et défenseurs de l’Art Royal recourent au même procédé de la divulgation féminine. Le récit se conclut ainsi : « Cet écrit, ou plutôt cette histoire, bien loin de lui causer le moindre ressentiment [à son mari], va servir au contraire à serrer le double nœud qui nous lie : ‘Les francs-maçons m’ont fait leur sœur/ 11 est temps que je sois leur mère/ Et qu’un récit plein de candeur/ Leur fasse naître plus d’un frère » [Ibid., p. 172].

41 Elle signe les premières constitutions de la Grande Loge d’Irlande. Association 5997, Le franc-maçon en habit de Lumière. Esprit & matière, catalogue de l’exposition du château de Tours, 2002, p. 247, illustration 07.9.

42 alors appelée Mazarin ou Rethel-Mazarin, dont Honoré IV Grimaldi est duc. Il a épousé Louise d’Aumont, dernière duchesse de Mazarin.

43 Archives du Palais de Monaco, C 419, reçu de la cotisation du prince de Monaco à la Société Olympique pour 1786. Je remercie Pierre Guillaume de m’avoir communiqué cette référence ainsi que celle du dossier de la loge la Bonne Union de Rethel : C 437.

44 Et officiellement constituée par le Grand Orient de France le 19 janvier 1786.

45 Archives du Palais de Monaco, C 437, folio 47.

46 Archives du Palais de Monaco, C 437, folios 19-20, 26 ; 81-83, 89.

47 A Bordeaux, le frère Etienne François Charles Jaucen de Poissac, conseiller au Parlement, originaire de Tulle dont il présida le Présidial en 1755 et anima la loge l’Intime Fraternité, fait d’ailleurs bénir son hôtel particulier, sur les allées d’Albret, en mars 1778, par le curé de Saint-Christoly, fils de franc-maçon, en présence de l’abbé de La Boissière, dont Poissac est le parrain en Maçonnerie. L’hôtel abrite les tenues de l’Harmonie. Voir Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, tome 1, p. 280. A Tulle, Jaucen fut également prieur des Pénitents bleus : Loge L’Intime Fraternité, Histoire d’une loge maçonnique. L’Intime Fraternité, Tulle, 1787-1987, Tulle, 1987, 255 p.

48 Steven C. Bullock, Revolutionary Brotherhood. Freemasonry and the transformation of the American Social Order, 1730-1840, The University of North Carolina Press, Chapel Hill, 1996, p. 9.

49 Médiathèque municipale Ceccano d’Avignon, mss 3054, Journal de Marie-Daniel Bourrée de Corberon, 24 juillet 1775.

50 Situé à Saint-Fargeau-Ponthierry dans l’actuel département de Seine-et-Marne.

51 Bibliothèque de l’Ecole nationale des mines, manuscrit 15, notes du chimiste et minéralogiste Antoine Monnet. Informations communiquées par Michel Jonville, auteur de Généalogie Chaillon de Jonville (Guyenne- Ile de France), Paris, chez l’auteur, 1995, 126 p. Par la suite, un monument funéraire sera élevé à proximité en la mémoire de François Joseph Guichard, membre de l’Heureuse Réunion de Paris.

52 Sans plus de précision. Voir Hippolyte Monin, Lucien Lazard, Sommier des biens nationaux de la ville de Paris conservé aux Archives de la Seine, Publications relatives à la Révolution française, Paris, 1920, pp. 443-444.

53 Cité par Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le Premier Surveillant de la Franc-maçonnerie impériale, Paris, EDIMAF, 1998, pp. 31-32.

54 Au xixe siècle, il sera souvent compété ou remplacé par une salle de billard.

55 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 364, dossier la Triple Union de Reims, Observations de la Triple Union sur les Statuts et règlements généraux de 1755.

56 Le marquis de Bombelles dont le zèle maçonnique n’a à coup sûr rien de comparable avec celui de Corberon, est alors en poste à Ratisbonne : « Le 3 février [1782]. Après avoir travaillé une partie de la journée à mettre diverses affaires en règle avant mon départ pour Munich, j’ai passé la soirée en loge, où nous avons reçu le comte de Waldstein. Quoique je sois initié au grade de maître, il s’en faut beaucoup que j’aie le zèle de la maçonnerie. Je n’ai pas voulu me refuser au désir qu’avait la jeunesse de me voir au milieu d’elle. Notre vénérable était M. de Roqueville le plus plat, le plus ennuyeux des chrétiens. Les épreuves du comte de Waldstein n’ont point été pénibles ; il s’en est fort bien tiré. Le comte de Sérent lui a fait, en qualité d’orateur, un discours écrit et rendu avec toute la grâce imaginable. Le banquet, à la suite de la loge, pouvait être agréable, mais les ridicules exigences de notre vénérable en ont fait une école d’ennui. Ces assemblées n’ont point de milieu : ou elles sont très intéressantes par les personnes qui les président, ou elles sont d’une insipidité insupportable ; ce qui achevait de faire de la nôtre tout ce qu’il y a de pis, c’est que le souper était infernal. Je regretterai longtemps les cinq heures du temps que cette loge m’a prises » [marquis de Bombelles (1744-1822), Journal publié sous les auspices de son arrière-petit-fils Georges, comte Clam Martinic, texte établi, présenté et annoté par Jean Grassion et Frans Durif, Genève, Librairie Droz, 1978, tome I, p. 101].

57 II faut également penser aux luxueux services de faïence maçonnique – vaisselles, flacons et soupières- que les loges ou les frères fortunés comme le marquis de Villeneuve, baron des États du Languedoc, font fabriquer : voir notamment Franc-maçonnerie et faïences, catalogue de l’exposition de Nevers, Palais ducal, 2000, 213 p.

58 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking]..., tome II, 1e partie, chapitre VIII, n. p.

59 De même, en Basse-Normandie, les Séran de Saint-Loup qui associent dès les années 1740 l’Art Royal à une vie de société et mondaine active, appartiennent à l’ordre de la Félicité : Caen, archives privées du Bâtonnier Jean-Claude-Delauney, papiers Séran de Saint-Loup, lettre de Mlle du Clariel, 6 août 1747.

60 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 412, Extrait du Livre d’architecture de la loge Saint-Jean sous le titre distinctif de l’Union Parfaite à l’orient de Salins, discours du frère Hennezel, cité par Gilles Gudin de Vallerin, « Installation par Choderlos de Laclos d’une loge d’adoption à Salins (Jura) en 1777 », dans Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1991, p. 132.

61 Ibid., pp. 133-134.

62 Fils du célèbre mathématicien Leonhard Euler. Secrétaire de la conférence de l’Académie impériale des sciences de Pétersbourg. Pierre-Yves Beaurepaire, « Correspondance, médiation culturelle et Alltagsgeschichte : les lettres de Johann Albrecht Euler à son oncle Samuel Formey (Saint-Pétersbourg-Berlin, 1775-1785) » à paraître dans Pierre-Yves Beau-repaire et Antony McKenna éd., Les Réseaux de correspondance en Europe (xvie-xixe siècle) : matérialité et représentation, actes du colloque international de Lyon, ENS Lettres Sciences humaines, 16-18 janvier 2003.

63 Ses collègues au corps des cadets dont Euler est directeur des études.

64 Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin, Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung, Nachlaß Formey, lettre à Samuel Formey du 24 juillet/5 août 1775.

65 « Nor will the Ladies in this particular be forgotten – a portion of every succeeding number will be offered to their peculiar attention ; and care will be taken that no subject of an improper tendency shall ever disgrace those volumes which it will be the unremitted endeavours of the proprietors to render worthy of a place in the well-chosen library of genuine taste, in all it’s elegant varieties : where, without a fear, the owner may admit a wife, a sister, or a daughter, assured that female delicacy will in it’s amusement find instruction ». Freemasons’ Magazine, a general and complete library, printed and published by J. W. Bunney, ? 7 Newcastle-street, Strand, and sold by all the Booksellers in Town and the country, August 1793, p. 3

66 Le journal publie un long article avec plan détaillé et élévation de la Royal Cumberland Freemason’s School, dont la duchesse de Cumberland, épouse du Grand Maître, est marraine, afin de mettre en valeur la bienfaisance maçonnique – l’institution accueille des orphelins – et de lever des fonds : Freemasons’ Magazine..., August 1793, pp. 238-245.

67 Ibid., p. 68.

68 Elle est depuis 1988 exposée au musée de l’ordre maçonnique suédois à Stockholm. Voir Tom C. Bergroth, « Le rêve chevaleresque secret de la Franc-maçonnerie », dans Renaissance traditionnelle, n° 120, octobre 1999, pp. 278-282.

69 Voir « Expansion maçonnique et relations internationales : le modèle suédois », dans Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons..., op. cit., pp. 48-60.

70 Elle ne figure pas dans l’utile base de données de David Trott (Université de Toronto), Dominique Quéro (Université de Paris IV-Sorbonne) et Marie-Emmanuelle Planol-Diéval sur les théâtres de société au xviiie siècle : www.chass.utoronto.ca/~trott/societe/societe.htm. En revanche, Madame Benoît est donnée comme l’auteur de La Supercherie réciproque, comédie en deux actes, en prose de 1768, ainsi que du Triomphe de la probité, 1768, la même année.

71 Médiathèque Ceccano, Avignon, mss 3054, Journal de Corberon, 8 février 1775.

72 Aide-major aux Gardes françaises.

73 Propriété de Madame d’Epinay, le château a été auparavant loué à d’Holbach et au frère Tavernier de Boullongne de Préninville. Les fêtes qu’y donna Madame d’Epinay sont célèbres par la description qu’en fait Diderot en 1760. En s’installant à La Chevrette, les Savalette renouent avec les fêtes célèbres qu’ils donnaient sur leur terre de Magnanville.

74 « L’Observateur anglais s’étonne du nombre des spectateurs et de la magnificence des assemblées, lorsqu’on donne la comédie chez Savalette à La Chevrette. ‘Les actrices sont pour la plupart des femmes de qualité, douées du talent le plus exquis’ » : Finance et mécénat. Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, Hachette, Le temps et les hommes, 1976, p. 257.

75 « Je te préviens – écrit Savalette de Langes à son cousin Dupleix du Perles en 1772 – que mercredi nous jouerons Roméo et Juliette à La Chevrette, et tu ferais une action honnête d’être du petit voyage impromptu que nous allons faire à La Chevrette pour cela » : cité par Robert Chabot « Une correspondance inédite (1771-1792) entre Savalette de Langes et son cousin Dupleix du Perles », dans Chroniques d’histoire maçonnique n° 49, 1998, p. 18. Voir également Yves Durand, Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, PUF, 1971, pp. 545-546.

76 « Magnanville, Boinvilliers et Auffreville avaient chacune leur château et la plupart des seigneuries comportaient haute, moyenne et basse justice. Charles-Pierre Savalette, maître des requêtes honoraire et garde du Trésor royal, fils de Charles, revendit l’ensemble en mars 1767 à Philippe-Guillaume Tavernier de Boullongne de Préninville, fermier général, dont le fils, également fermier général, vendra à son tour le domaine en mai 1791, pour 1 200 000 livres. Charles Savalette avait fait entièrement reconstruire le château de Magnanville de 1750 à 1753, où il dépensa plus de six millions de livres. Les fêtes qu’on y donna firent connaître largement la magnificence des fermiers généraux » : Yves Durand, Finance et mécénat. Les fermiers généraux au xviiie siècle, op. cit., p. 79.

77 Lors d’une tenue d’adoption où Corberon échange un billet avec Josuel Benoît, Savalette de Langes se prête au jeu et indique à Corberon le « nom de société » de Josuel : Pompon [Médiathèque Ceccano, Avignon, mss 3054, Journal de Corberon, 5 février 1775].

78 Archives départementales des Yvelines, E 905, lettre du 12 septembre 1772 publiée par Robert Chabot, « Une correspondance inédite (1771-1792)... », art. cit., pp. 18-19.

79 Comédie en un acte, en vers, mêlé d’ariettes, paroles de Marmontel et musique de Grétry, première représentation aux Italiens le 19 février 1770.

80 Médiathèque Ceccano, Avignon, mss 3054, Journal de Corberon, 7 janvier 1775.

81 Jean-Luc Quoy-Bodin, « L’orchestre de la Société Olympique en 1786 », dans Revue de musicologie, 1984, n° l, pp. 95-107. Pierre-Yves Beaurepaire, L’Autre et le Frère..., op. cit., « Une réussite exceptionnelle : la Société Olympique », pp. 461-469.

82 Célèbre collectionneur et amateur. Son épouse tient salon.

83 Archives nationales, Minutier central des notaires parisiens, Etude CXIII, 552, bail de la Société Olympique, 07 septembre 1784.

84 Disparu en 1780.

85 Voir la liste publiée par Pierre Chevallier, « Nouvelles Lumières sur la Société Olympique », dans Dix-huitième siècle, n°19, 1987, p. 142.

86 Ibid., p. 136. En revanche le bail de 1784 n’est pas connu de Pierre Chevallier.

87 qui en 1775, on s’en souvient, n’entretenait aucune relation avec la Franc-maçonnerie à la différence de la société des dames Benoît.

88 Voir http://www.chass.utoronto.ca/~trott/societe/soc_C.htm

89 Michel Taillefer, La Franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Révolution 1741-1799, Commission d’histoire de la Révolution française, Mémoires et documents XLI, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1984, p. 195 note 41.

90 Ibid., p. 133.

91 11 est exécuté le 26 prairial an II, deux mois après son beau-père qui s’était réfugié à Toulouse auprès de lui. Philibert Pierre marquis de Corberon est exécuté à Paris le 29 floréal an II.

92 Sur Madame de Sapte, voir Michel Taillefer, La Franc-maçonnerie toulousaine sous l’Ancien Régime et la Révolution 1741-1799, op. cit., p. 62.

Auteur

Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable