Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

I. Hors la cour, l'académie et la loge : sociabilités et espace public urbain

Écrivains et élites urbaines au xviie siècle : peut-on se passer du modèle du salon ?

Nicolas Schapira

Texte intégral

  • 1 Pierre-Louis Roederer, Mémoire pour servir à l’histoire de la société polie en France, Paris, Impr (...)

1Le modèle historiographique des salons du premier xviie siècle a été forgé au xixe – au moment où le salon devient une pratique sociale – en utilisant un tout petit nombre de textes écrits par des auteurs du xviie siècle : les lettres du poète Vincent Voiture, celles de Jean-Louis Guez de Balzac et du critique Jean Chapelain, les historiettes de Tallemant des Réaux. Ces textes ont pour caractéristique d’associer l’éloge d’un ensemble de personnages à celui du lieu dans lesquels ils sont rassemblés : la marquise de Rambouillet, madame des Loges et leurs hôtels respectifs, la vicomtesse d’Auchy et son académie, Mademoiselle de Scudéry et ses « Samedis ». Il faut noter cependant une dissymétrie dans ces éloges, qui s’attardent bien plus sur les personnes que sur les lieux, en réalité très peu décrits, sans même parler des pratiques sociales qui s’y dérouleraient, lesquelles sont englobées sous le terme vague de « conversation ». C’est cependant cette association d’espaces et de noms qui permet d’attribuer à ces lieux, baptisés « salons » à partir du xixe siècle, un certain rôle social et culturel : ils ont été promus par l’historiographie comme des espaces ayant vocation à rassembler aristocrates ou grands bourgeois et hommes de lettres sur un pied d’égalité, cette rencontre produisant un progrès dans le domaine des mœurs et de la littérature. Le salon est le lieu où se forge l’idéal de l’honnête homme, qui participe et de la définition d’un code des manières et d’un idéal moral ; s’y forge aussi une langue épurée qui sera par la suite codifiée par l’Académie française. Théâtre d’une conversation brillante que les écrivains vont ensuite s’efforcer de restituer dans leurs ouvrages, le salon constitue une matrice pour la littérature, le lieu où s’effectue le passage de l’innovation dans les mœurs à l’innovation littéraire. Les salons du premier xviie siècle, issus de la ville, joueraient là le rôle que ne saurait tenir une cour de Louis XIII réputée grossière, et s’inscriraient ainsi en opposition à celle-ci, avant que la cour de Louis XIV, héritière des salons, ne rassemble les deux espaces1.

2Il faut y insister, cette représentation des salons repose sur un petit nombre de textes émanant d’écrivains, sans que le statut de ces textes soit jamais interrogé. On les utilise comme des sources donnant à voir des pratiques sociales alors même qu’ils se révèlent extrêmement vagues sur les pratiques mondaines. Or ce qui est produit dans ces textes n’est pas un « savoir » sur les salons, mais le sens que les écrivains entendent donner à certains espaces sociaux. On ne doit donc pas considérer ces textes comme la trace de pratiques – donnant à lire à l’historien la réalité des salons du xviie siècle –mais comme des pratiques, qui demandent à être analysées en tant que telles. Un tel constat invite à centrer le regard sur les rapports qu’entretenaient écrivains et élites urbaines (et à comprendre à partir de ces rapports la littérature qui parle des espaces mondains) pour appréhender les pratiques de sociabilité mondaines et intellectuelles et tenter de donner sens à l’opposition traditionnelle entre la ville et la cour. Les pages qui suivent visent à substituer au modèle du salon une méthode d’analyse de la production des textes qui oblige à les replacer dans des contextes plus riches que la rencontre de salon.

I. LES MÉMOIRES DE CONRART : UN RÉSEAU SANS SOCIABILITÉ

  • 2 Mémoires de Valentin Conrart premier secrétaire perpétuel de l’Académie française suivis des Mémoi (...)

3Un texte de Valentin Conrart (1603-1675), secrétaire de l’Académie française, et qui est souvent présenté comme appartenant à la sociabilité salonnière du premier xviie siècle – thuriféraire de madame des Loges, il fréquente l’hôtel de Rambouillet puis les Samedis de Madeleine de Scudéry –va servir ici de premier instrument pour décaler le regard sur les salons du xviie siècle. Conrart a très peu écrit, et encore moins publié – c’est même cet écart entre la notoriété conquise de son vivant en tant qu’homme de lettres et la minceur de son œuvre qui lui a valu de passer à la postérité – mais il a cependant laissé un récit manuscrit connu sous le nom de « mémoires de Conrart »2. Il s’agit en réalité d’un récit de quelques mois de la Fronde au printemps 1652. Ce récit, particulièrement dans sa séquence la plus longue, consacrée au massacre de l’hôtel de ville le 4 juillet 1652, est fondé avant tout sur une accumulation de témoignages à propos des événements relatés. Les Mémoires ont ainsi un aspect très neutre, alors même que ce texte vise à dénoncer l’action des princes (Condé, Gaston d’Orléans), qui tiennent à ce moment-là la capitale, tandis que l’armée royale encercle Paris. Conrart dénonce aussi l’aveuglement des partisans des princes, sourds, selon lui, à leurs propres intérêts, et c’est à ce propos que surgit dans son récit la figure de Madeleine de Scudéry :

  • 3 Mémoires de Valentin Conrart, op. cit., p. 577.

Beaucoup d’autres gens tenoient aussi le même langage et excusoient une action [le massacre de l’hôtel de ville] qui faisoit horreur à tout le monde et à eux-mêmes quand ils considéroient qu’elle étoit contre la cour, pour qui ils avoient une haine irréconciliable, jusque-là qu’un prêtre de l’église de Saint-Jean-en-Grêve, dont le curé étoit enveloppé dans le danger et y pensa périr, comme j’ai déjà dit, eut bien l’effronterie et l’inhumanité de dire au milieu du marché du cimetière Saint-Jean, à mademoiselle de Scudéry, de qui je l’ai appris, que c’étoit dommage que tous les mazarins qui étoient dans l’Hôtel-de-ville n’y avoient été brûlés.3

4Croquée en plein marché en grande conversation avec un curé frondeur du voisinage, Scudéry apparaît ici bien éloignée du prestigieux réduit – le lieu de réception des fameux Samedis – dans lequel elle est campée ordinairement. Des multiples textes à sa gloire à cette petite notation, on passe d’un prestigieux espace mondain à un contexte très bourgeois. Du reste, le récit de Conrart ne dépayse pas seulement Scudéry, mais aussi Julie d’Angennes, la fille de la marquise de Rambouillet, dont l’hôtel est au centre des discours sur les lieux de sociabilité mondaine au xviie siècle : elle est convoquée dans les Mémoires pour avoir relaté à Conrart une anecdote ridiculisant le duc de Lorraine, allié présumé de Condé. D’autres figures aristocratiques traditionnellement associées aux salons apparaissent ainsi au milieu de tout un ensemble d’autres personnages qui sont présentés comme des connaissances de Conrart, et qui lui servent aussi de témoins : il y a là des marchands, des banquiers, des officiers des cours souveraines, des curés, des hommes et des femmes de lettres.

5Le récit de Conrart sur la Fronde dessine donc les contours du réseau social du secrétaire de l’Académie. Ce réseau est caractérisé par un fort ancrage bourgeois ; il correspond au milieu d’origine de Conrart, qui appartient à une famille de commerçants qui accède à sa génération aux offices de finance et de justice et à la banque. Conrart mentionne notamment son cousin germain et beau-frère Henry Muysson, qui est originaire comme lui d’une famille protestante des Pays-Bas installée en France sous Henri IV, et qui a repris les affaires commerciales du père de Conrart, avant de se lancer dans la banque. Ce récit tranche ainsi avec tous les textes qui, produits par les amis écrivains de Conrart, passent complètement sous silence sa parenté bourgeoise en insistant au contraire sur ses relations mondaines. Celles-ci sont bien présentes dans son récit, mais se trouvent placées sur le même plan que ses alliés bourgeois ; s’il apparaît proche d’un certain nombre d’aristocrates, auprès desquels il semble avoir recueilli directement telle ou telle anecdote, le texte ne mentionne pas d’autre lieu de sociabilité que des rues et des places : les relations entre écrivains et aristocrates ne passent pas ici par la rencontre de « salon ».

6Les Mémoires ne peuvent être considérés comme une source transparente à l’historien : produit dans un contexte bien particulier pour Conrart, comme on le verra, ce texte est lui-aussi destiné à produire un certain effet –prouver que les princes agissent contre les intérêts des notables parisiens, ce qui implique de mobiliser tous les témoins susceptibles d’accréditer cette thèse. Mais parce que son objet n’est précisément pas de traiter des relations entre écrivains et élites urbaines, ces relations apparaissent ici sous un autre jour que sous celui de la rencontre de salon. Ce texte, parce qu’il débarrasse l’œil de l’observateur du prisme du salon, invite à envisager en dehors de ce modèle historiographique les rapports que le secrétaire de l’Académie a entretenus avec ses amis aristocrates, et à prendre en compte dans cette analyse l’identité bourgeoise de Conrart, révélée par le réseau mobilisé dans les Mémoires.

II. CONRART HOMME D’AFFAIRES AU SERVICE DE SES RELATIONS ARISTOCRATIQUES

7Lorsque l’on utilise toutes les sources disponibles – et notamment les archives notariées – pour analyser les relations entre Conrart et ses relations dans la noblesse parisienne, on s’aperçoit que celles-ci sont avant tout fondées sur deux types de services. Conrart, grâce à son réseau d’amis hommes de lettres, avocats, financiers, apparaît d’abord comme un homme de ressources – on disait alors un « homme d’affaires » – pour ses fréquentations aristocratiques. Il leur fait obtenir des prêts avantageux, et peut aussi travailler à faire aboutir des procès, comme en témoigne cette lettre que lui a adressée Jean Chapelain en 1639 :

  • 4 Lettre de Chapelain à Conrart du 3 juin 1639, B.N., Mss., NAF 1086, f°05.

Ce qu’il faut que je vous dise par moy-mesme est la continuation de l’estime qu’on fait de vous [chez Mme de Rambouillet] et chez Mme de Clermont, et de ce dernier lieu je vous diray que l’estime y est joint à la gratitude des offices que vous avés rendus dans l’affaire qui a exercé cette excellente famille depuis quelques mois et qu’elle a gaigné à pur et à plain, ses parties n’ayant échappé qu’à la condamnation aux despens à cause du parentage. J’ay charge de toute la maisonnée de vous en tesmoigner leur ressentiment.4

8Conrart est donc intervenu – en mobilisant ses relations dans le monde judiciaire ? – pour aider Madame de Clermont-d’Entragues, qui était, ainsi que ses filles, fort proches de l’hôtel de Rambouillet, à gagner un procès dans laquelle elle était engagée. De plus, il joue un rôle d’informateur grâce à son réseau parisien et ses relais parmi les savants et les hommes de lettres en France et à l’étranger. Il est donc à même de jouer, de manière générale, un rôle de conseiller apprécié, et en cela, il rend pleinement les services que l’on attendait alors des hommes de lettres, qui occupaient fréquemment des postes de secrétaires, de précepteurs ou d’intendants dans les maisons aristocratiques.

9Cependant, il rend aussi un autre type de services à ses relations mondaines, qui fait plus particulièrement appel à ses compétences lettrées et qui fonde la spécificité de leurs relations : il est chargé, avec d’autres, de défendre la réputation de ses relations dans l’aristocratie, en produisant ou en faisant circuler des textes, soit à propos d’affaires particulières dans lesquelles ils pourraient être engagés, soit de manière générale, en vantant justement leur noblesse, leur culture, et finalement, leur distinction. Dans une lettre datant de 1670 à Lorenzo Magalotti, aristocrate lettré florentin qui occupait une position en vue à la cour des grand ducs de Toscane, Conrart se fait par exemple l’agent actif de la fabrication de la réputation de Julie d’Angennes, devenue duchesse de Montausier :

  • 5 Lettre XIX du 9 juillet 1670, Valentin Conrart, Lettres à Lorenzo Magalotti, op. cit., p. 72.

Je vous envoye aujourd’hui, une lettre que Madame la duchesse de Montausier a écrite au Roy, pour luy remettre entre les mains la charge de Dame d’honneur de la Reyne, dont son indisposition l’empesche de faire les fonctions ; et la réponse que S.M. y a faite elle-mesme de sa propre main, qui est estimée icy, une des plus belles et des plus judicieuses qui se puissent voir. Outre cette lettre si obligeante [...] leurs Majestez firent l’honneur à Madame de Montausier de l’aller voir chez Elle, et de luy confirmer la grace que le roy luy accorde par sa lettre.5

  • 6 Il a par exemple copié dans ses recueils le « certificat de noblesse et des alliances de la famill (...)
  • 7 B. Arsenal, Recueil Conrart 5419, p. 113 et suivantes.

10Conrart déroule toutes les marques d’honneur données par le roi à la duchesse : une lettre de sa main, puis une visite, qui scelle la grâce accordée – le privilège de conserver sa charge à titre honorifique. Les notations relatives à la beauté des lettres échangées – celle du roi, mais aussi celle de la duchesse, puisque Conrart la juge digne d’être copiée pour Magalotti –rehaussent encore la grâce royale, en l’inscrivant dans un type de cérémonial galant qui a fait la célébrité de Julie d’Angennes, au temps de l’hôtel de Rambouillet. Parmi les papiers qui forment le recueil Conrart – un ensemble de volumes manuscrits totalisant 50 000 pages – le secrétaire de l’Académie conservait des généalogies nobles6, mais aussi de nombreux vers à la louange de la marquise de Rambouillet. Il a lui-même rédigé un petit texte manuscrit qui est une sorte de biographie de Madame des Loges, figure protestante de l’espace mondain7. Tout indique qu’on lui reconnaissait l’aptitude à produire, et surtout conserver et faire circuler de manière adéquate de tels textes, en raison de sa collection importante de copies manuscrites, et de ses nombreux contacts parmi les hommes de lettres et les libraires.

  • 8 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, Gallimard, 2000, p. 132.
  • 9 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, p. 54-57 ; Christian Jouhaud et Hélène (...)

11L’enjeu n’était pas mince, dans une société où comptait avant tout la réputation. Et il l’était d’autant moins que les groupes aristocratiques en question n’appartenaient pas, quoiqu’en écrivaient leurs thuriféraires écrivains, au meilleur monde. Si la famille Vivonne-Rambouillet est effectivement de noblesse ancienne, le marquis de Rambouillet n’a fait qu’une carrière en demi-teinte à la Cour. Madame des Loges est la fille d’un secrétaire du roi enrichi dans les affaires de finance, et sa noblesse est donc bien récente, de même que celle de nombre des habitués de l’hôtel de Rambouillet, qui sont issus de familles de robe8. On peut donc avancer l’hypothèse que ces groupes aristocratiques ont fondé pour partie leur stratégie de distinction sur des liens noués avec des écrivains, à la fois pour le prestige « culturel » que cela leur apportait, mais aussi et peut-être avant tout parce que ces mêmes écrivains étaient à même, dans leurs écrits, de publier la réputation de ces familles. On n’est donc pas ici très loin de l’échange mécénique, qui est alors le mode dominant de relation entre hommes de lettres et grands aristocrates9. Mais ici la puissance d’un collectif – tel l’hôtel de Rambouillet –permet de pallier les ressources sociales insuffisantes des individus qui s’y agrègent, quand les grands nobles peuvent être loués sur leur seul nom.

  • 10 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, op. cit., p. 132-133.

12De ce fait, les relations nouées par de tels groupes aristocratiques avec des écrivains ne sauraient être interprétés comme un repli sur les plaisirs de la conversation qui signerait en même temps un refus de participer au jeu du pouvoir, c’est-à-dire à un refus de la cour. Car si la marquise de Rambouillet cultive soigneusement son dédain pour la cour de Louis XIII, sa fille, proche de la nièce de Richelieu, et son gendre, le duc de Montausier, y font de belles carrières – Montausier, après une brillante carrière militaire, finira gouverneur du dauphin. Pour ces familles, il s’agit moins de promouvoir des espaces de sociabilité de la ville face à la cour que de tenter, par ces stratégies de distinction, de s’agréger à la cour, et ceci va de pair avec le délaissement de la ville – des institutions bourgeoises et du modèle politique urbain – par les élites d’origine robine10.

13Du reste, le lieu commun selon lequel les salons sous Louis XIII se construiraient par différence et opposition à une cour jugée « grossière » mérite d’être relativisé, au regard même des textes du temps. Dans les deux exemples qui vont suivre, on n’entend pas conférer aux textes mobilisés une véracité supérieure à celle des textes utilisés par l’historiographie sur les salons. On entend bien analyser ces textes en tant qu’ils sont des discours, dans le but de produire des contre-exemples, qui montrent que les discours du temps sur la cour et la ville sont plus complexes que l’image qu’en restituent les travaux sur les « salons ». Ainsi, la biographie manuscrite de Madame des Loges contenue dans le recueil Conrart décrit l’activité de celle-ci comme intégrée à la Cour :

  • 11 B. Arsenal, Recueil Conrart 5419, p. 114-115.

La dite Dame Desloges a fait sa demeure à Paris à la cour durant 23 ou 24 ans pendant lequel temps elle a esté honorée visitée et regalée de toutes les personnes les plus considérables, sans en excepter les plus grands princes et les princesses illustres.11

14Il est frappant que dans ce texte « Paris » et « la cour » soient accolés, comme si le statut d’exception de Madame des Loges résidait précisément dans sa capacité à effacer la différence entre la ville et la cour, et à intégrer sa maison à l’espace curial en attirant les Grands jusque dans son hôtel. On peut aussi verser au dossier cet éloge par Nicolas Faret de la conversation des femmes :

  • 12 Nicolas Faret, L’honneste homme ou l’art de vivre à la cour, Paris, Toussaint du Bray, 1630, p. 21 (...)

Il n’y a point de lieu où cette sorte de conversation se voye avec autant d’es-clat & d’apareil que dans le Louvre ; lors que les Reynes tiennent le Cercle, ou plustost qu’elles estaient comme un abregé de tout ce que l’on a iamais vanté de merveilles & de perfections dans le monde [...] C’est bien là sans doute le grand Theatre de la conversation des femmes ; mais l’estrange confusion du monde qui s’y voit, surtout à ces magnifiques heures du soir, est si importune, que les meilleurs entretiens s’en ressentent. [...] Il faut donc descendre à la ville, & regarder qui sont celles d’entre les Dames de condition que l’on estime les plus honnestes femmes, & chez qui se font les plus belles assemblées, & s’il se peut, se mettre dans leur intrigue ; afin qu’elle s’interessent à nous rendre de bons offices aupres de tous ceux qui les visitent.12

15L’espace curial, et plus précisément le cercle de la reine, constitue donc bien l’un des espaces où peut se déployer la conversation, même si celle-ci élit plus particulièrement domicile chez les dames de la ville. Le lien entre les deux espaces est précisément assuré par les dames, qui se retrouvent auprès de la reine et promeuvent dans leurs demeures des espaces encore plus distingués. Mais la distinction de ces espaces tient aussi à ce que ces femmes-là ont accès à la cour : les espaces de la sociabilité mondaine sont pensés comme des lieux distinctifs au sein de l’univers curial, plutôt qu’en opposition à celui-ci.

  • 13 Emile Magne, Voilure et l’hôtel de Rambouillet, Paris, 1911 ; Louis Cognet, Antoine Godeau, évêque (...)
  • 14 A.N., Minutier central des notaires parisiens (désormais M.C.), étude XXI, 169, 17 février 1656, c (...)
  • 15 A.N., M.C., XXI, 165, 24 juin 1654, transport d’une rente à Guillaume Clément par Valentin Conrart

16Que retirent les écrivains de leurs relations avec ces groupes aristocratiques ? Du prestige d’abord – c’est-à-dire une capacité d’action accrue dans le monde social – puisqu’ils s’incluent dans les espaces mondains qu’ils contribuent à promouvoir dans leurs textes, et peuvent se faire valoir comme participant d’une sociabilité mondaine distinctive. D’autres types de bénéfices, difficiles à apercevoir et plus encore à mesurer, tiennent à l’insertion des hommes de lettres dans des réseaux puissants. Ces écrivains, qui divertissent leurs nobles patrons par leurs écrits, mais qui sont aussi leurs secrétaires, qui les accompagnent dans leurs ambassades et tiennent leur plume en de multiples occasions, ont eux aussi fait le choix d’une carrière à la cour grâce à leurs compétences lettrées. Et certains d’entre eux, tel Vincent Voiture, fils d’un gros marchand de vin suivant la cour, qui devient introducteur des ambassadeurs de Gaston d’Orléans, tel Antoine Godeau, d’origine bourgeoise assez médiocre, rival de Voiture à l’hôtel de Rambouillet, puis protégé de Richelieu, qui le fait évêque en 1636, réussissent brillamment, au regard de leur capital social de départ13 Pour d’autres les gains sont moins faciles à mettre en évidence. Mais, dans le cas de Conrart, outre sa brillante réputation dans les lettres, qui tient aussi à ses fréquentations mondaines, il faut compter le prêt que son beau-frère banquier, parfait bourgeois de Paris, a l’honneur – et probablement l’avantage – de faire à la marquise de Rambouillet par l’entremise de Conrart14. Et une telle action apporte à Conrart prestige et puissance au sein de sa famille, dont les membres sont pourtant pour la plupart d’entre eux plus riches que lui. Il peut même s’offrir une villégiature en bord de Seine, c’est-à-dire un bien qui participe puissamment d’un statut social, grâce à une transaction financière avec les Rambouillet15.

17On le voit, point n’est donc besoin de faire appel au modèle du salon pour envisager les relations entre hommes de lettres et élites urbaines : ces relations étaient tissées de multiples échanges de services, fondés sur l’inégalité des conditions, mais aussi sur les possibilités d’actions et les attentes tant des écrivains que de leurs relations dans l’aristocratie et les élites. L’une des possibilités d’action spécifiques des écrivains tenait à leur capacité à publier, au sens large, la réputation de ces élites, notamment dans des textes vantant les mérites des espaces de la sociabilité mondaine : la rencontre enchantée de la fine fleur de l’aristocratie lettrée et des hommes de lettres du xviie siècle s’est largement inventée dans les textes.

III. LES PRATIQUES DE SOCIABILITÉ SANS LES SALONS

  • 16 Journal d’un voyage à Paris en 1657-58, édité par A.-P. Faugère, Paris, Benjamin Duprat, 1862.

18Quant aux pratiques mondaines elles-mêmes, ce que l’on peut en apercevoir laisse penser qu’elles n’étaient pas très différentes dans les quelques espaces mondains vantés par les écrivains et dans tous les autres espaces semblables qui n’ont pas reçu la même publicité. C’est, là encore, affaire de moyens, affaire de rang social, et affaire de réputation, c’est-à-dire aussi de moyens de faire savoir. En témoigne le journal – publié seulement au xixe siècle – qu’ont tenu deux jeunes aristocrates hollandais, les frères de Villiers, durant leur séjour à Paris en 1657-1658 – c’est-à-dire dans la pleine période des ruelles précieuses16. Rédigé par des étrangers, ce journal apparaît moins adressé et moins négocié que la littérature sur les ruelles émanant d’hommes de lettres français. Parmi leurs pratiques sociales, l’une des plus ordinaires consiste à aller rendre visite, « l’après-disnée », à des dames qui reçoivent, avec leurs filles, une petite compagnie. Il s’agit là de la pratique sociale qui se rapproche le plus de ce que l’historiographie appelle le « salon » et qui est désignée dans les années 1650 par le terme ruelle, encore que nos deux hollandais n’utilisent pas ce dernier terme pour désigner une pratique.

19Les frères de Villiers font par exemple un récit assez circonstancié de leur visite à madame l’Advocat :

  • 17 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 303-304.

De là, nous fusmes voir madame l’Advocat qui est la femme d’un maistre aux comptes : nous la trouvasmes sur son lict où elle s’estoit mise pour recevoir ses visites avec moins de contrainte [...] C’est une dame qui fournit bien à la conversation et qui reçoit le monde de fort bonne grace. Elle a deux grandes filles qui, sans hyperbole, sont les plus belles personnes que nous ayons encore veuës, et les mieux eslevées. Et comme c’est dans l’ordre qu’à la premiere visite on s’adresse toujours à la mere, et que d’ordinaire l’on s’attache rarement aux filles, nous ne les entretinsmes point ; mais nous eus-mes bien de la peine à nous en empescher, et à ne pas contrevenir à la cou-stume, estants aupres de deux si belles personnes. Par bonheur, nous fusmes delivrés de cette contrainte par une dame du quartier, qui vint donner la bienvenuë à sa voisine. Pendant qu’elles se firent des compliments de part et d’autre, nous nous glissames vers ses filles, laissant les femmes avec le Sieur de Rodet à la ruëlle, qui raconterent tout ce qui leur estoit arrivé pendant leur voyage, et se demanderent des nouvelles de ceux qui avoient esté à Bourbon du temps qu’ils y estoient. Nous ne perdismes rien au change, et vismes bien que la premiere naissance n’avoit pas mal esté aidée de la seconde, car elles ne sont pas moins advantagées d’esprit que de corps : si bien que nous eus-mes une conversation fort agreable que nous fusmes contraincts de quitter pour ne point passer pour des personnes qui ne cognoissoient pas quand elles ont esté assez longtemps en un lieu.17

  • 18 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 317.
  • 19 Antoine Furetière, Le Roman bourgeois, [1666], Gallimard, « Folio classique », 1981.

20Madame l’Advocat, femme d’un maître des comptes, reçoit donc dans sa ruelle, et chez elle on se livre aux plaisirs de la conversation, dont les charmes font ensuite l’objet de longs commentaires dans le journal. Il ne s’agit pourtant pas d’une précieuse en vue, de même que la plupart des dames que visitent les frères de Villiers, et ce type de réception, qui ressemble tant à l’idée que l’on se fait du « salon », semble très répandue dans la bourgeoisie aisée de la capitale. Il y manque pourtant ce qui est censé faire l’une des spécificités du « salon » : les professionnels des lettres. Mis à part le poète Linières, présenté comme ce « bel esprit qui écrit contre les académies »18 et croisé chez madame de Lorme, les frères de Villiers n’en rencontrent tout simplement pas, ou alors ils ne prennent pas la peine de consigner leur présence dans leur journal. Cette explication est pourtant douteuse, car ils évoquent à l’occasion des écrivains, par exemple le poète et dramaturge Boisrobert, dont ils sont allés voir une pièce. Il est plus vraisemblable de penser que la conversation se passe fort bien de la présence des professionnels des lettres. Du reste, à considérer l’insistance avec laquelle les frères de Villiers présentent ces réunions comme articulées autour d’une mère et ses filles, il est permis de faire l’hypothèse qu’au delà du plaisir de la conversation, elles participent des stratégies matrimoniales des élites urbaines. Du reste, Antoine Furetière, dans Le Roman bourgeois, satire des mœurs de la bourgeoisie parisienne dans ces mêmes années, décrit exactement les mêmes pratiques, qu’il situe dans le cadre de la recherche acharnée du bon parti par les familles bourgeoises19. Le roman évoque en effet des réceptions de ce type, qui permettent à la fois une mise en scène de la distinction des familles dans le cadre de leur domicile privé et une présentation des filles à marier, sous l’œil vigilant de leurs mères. Aux réceptions données par les mères, il faut du reste ajouter celles qui sont données par les jeunes veuves, qui habitent en général chez un parent. Le rapprochement du journal des frères de Villiers et du Roman bourgeois impose donc un déplacement du regard sur les « salons » vantés par d’autres textes, dont il dilue la spécificité en même temps qu’il donne aux pratiques qui semblaient les caractériser des causes extérieures : une visée distinctive ordonnée à un but précis, la conclusion d’alliances matrimoniales avantageuses. Et l’on ne peut s’empêcher de songer alors que la grande affaire de l’hôtel de Rambouillet, quinze ans plus tôt, était le mariage, longtemps retardé, de Montausier avec Julie d’Angennes.

21Pourtant, le journal des frères de Villiers semble enregistrer aussi la diffusion des idéaux de la politesse mondaine, puisqu’il contient de fréquentes évaluations des dames à l’aune de la plus ou moins grande qualité de leur conversation, comme le montre par exemple cette description de Madame de Saint-Pont :

  • 20 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 336.

Nous fusmes ensuite rendre visite à madame de Saint-Pont : c’est une dame de nostre voisinage, dont la beauté faict tout l’agrément, car on ne treuve pas en sa conversation cet esprit delicat et adroict qui se rencontrant ioinct à cet advantage de la nature, en rehausse le prix et en rend les charmes plus puissants.20

22La caractérisation de madame de Saint-Pont en belle idiote renvoie-t-elle pour autant uniquement à la tyrannie de la conversation, devenue le grand critère de jugement des dames ? On peut en douter, non seulement parce que les frères de Villiers rendent quand même visite à madame de Saint-Pont, mais surtout lorsqu’on lit la suite du récit qui lui est consacré dans le journal :

  • 21 Ibid.

Elle a pourtant esté si heureuse que d’avoir donné dans la veue d’un homme de condition qui l’a espousée et qui, ayant sceu qu’elle avoit esté un peu coquette, l’eclaire de si pres qu’il ne luy laisse que la volonté de vivre de la maniere qu’elle vivoit avant qu’il fust son mari : et afin qu’elle ne treuve pas cette contraincte rude, il luy permet de iouër tout autant qu’elle veut. Elle aime fort le jeu, et ayant moyen de satisfaire cette passion, elle est moins emportée pour la galanterie.21

23Le discours sur l’inaptitude à la conversation n’est-il pas ici la traduction du mépris social pour la coquette qui s’est fait épouser par un noble, et pour le (prétendu) mauvais assortiment d’un ménage qui ne trouve son équilibre que grâce à la pratique déréglée du jeu ? L’appréciation de la conversation de Madame de Saint-Pont paraît ici étroitement liée à un jugement préalable, d’ordre moral et surtout social, dont le langage mondain ne serait que la traduction.

24Un autre exemple permet de pousser l’analyse plus loin. Si dans le journal des Villiers, on retrouve assez peu de dames qui défrayent la chronique mondaine, les deux frères rendent cependant visite à madame de La Fayette :

  • 22 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 372-373.

... c’est une femme de grand esprit et de grande reputation, où une fois du iour on voit la pluspart des polis et des biendisants de cette ville. Elle a été fort estimée, lorsqu’elle estoit fille, et qu’on la nommoit mademoiselle de la Vergne, et elle ne l’est pas moins à present qu’elle est mariée. Enfin c’est une des pretieuses du plus haut rang et de la plus grande volée.22

25On ne saura rien de plus sur leur visite chez la marquise de La Fayette ; contrairement à leur habitude, nos deux Hollandais ne décrivent ici ni l’assistance ni ce qu’ils ont fait pendant leur visite. Ils semblent être allés chez la marquise uniquement pour voir un phénomène dont on parle dans Paris : on saisit là la puissance nue de la réputation, qui annihile toute velléité d’observation, au profit de la simple répétition des échos qui circulent sur la marquise, échos flatteurs qui sont largement produits par les hommes de lettres dont s’entouraient madame de La Fayette, et que la visite ne peut que confirmer. Mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit que cette grande réputation est construite à la fois sur son esprit et sur son rang. Que la réputation du premier fasse oublier que la marquise était en réalité issue d’une famille de la petite noblesse n’y change rien : l’aura de distinction qui entoure la marquise s’exprime par une réputation qui allie étroitement les trésors de l’esprit et ceux de la naissance. Le Journal des deux Hollandais manifeste ainsi à la fois le caractère banal d’un certain nombre de pratiques de sociabilité que l’on associe d’ordinaire aux salons, et un fondement de la distinction, qui réside dans le rang social – la perception de celui-ci fut-elle fallacieuse et largement le fruit de l’habile construction d’une réputation. Ce qui explique l’anonymat relatif de madame l’Advocat et la célébrité de la marquise de La Fayette, n’est-ce pas – outre une réelle, quoique moins abyssale qu’il n’y paraît, différence de rang – la capacité la marquise à se faire une réputation grâce aux hommes de lettres dont elle s’entoure de peut-être tout autant pour leur aptitude à publier son nom que pour le charme de leur conversation ? Aussi les lieux de sociabilité apparaissent-ils moins comme l’espace où se forge la réputation que comme le résultat de celle-ci, qui s’exprime dans une capacité d’attraction différentielle.

  • 23 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, op. cit., p. 15-29.
  • 24 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, op. cit., p. 134.
  • 25 Christian Huygens, Journal de voyage à Paris et à Londres (octobre 1660. mai 1661), in Henri L. Br (...)
  • 26 Myriam Maître, Les Précieuses, contribution à l’histoire de la naissance des femmes de lettres en (...)

26La difficulté à saisir ce qui se joue proprement pour les écrivains dans les espaces de la sociabilité mondaine tient aussi à la confusion entretenue par l’historiographie avec les lieux de sociabilité intellectuelle. Cette confusion ne doit rien au hasard : elle date du xviie siècle même. Alain Viala a mis en évidence l’essor, au xviie siècle, d’un mouvement académique privé, qui, majoritairement, se spécialise dans les questions de belles-lettres, au détriment des académies héritières de l’héritage humaniste23. Il montre aussi que la frontière est parfois difficile à tracer entre « salons » et académies : « Lorsque la spécialisation dans les questions littéraires devenait nettement visible, une métamorphose s’opérait : les contemporains ne les considérait plus comme des salons, mais comme des académies. »24 Différences de pratiques donc : dans les espaces mondains, la place faite aux littérateurs et à leurs productions reste marginale, alors que les académies font une place plus grande aux belles-lettres. Mais la différence essentielle est celle du statut des animateurs des lieux de sociabilité mondaine d’une part, des académies d’autre part. Dans le premier cas, on a affaire à des aristocrates ou à des membres des élites urbaines qui ne tirent pas leur identité sociale, et encore moins leur revenu, d’activités lettrées, et qui ne font une place à celles-ci que dans un souci de distinction sociale. En revanche, tant Mademoiselle de Scudéry, que Conrart ou bien Gilles Ménage, qui est réputé tenir « académie », rassemblent autour d’eux en vertu de leur prestige de professionnel des lettres. On tient là une différence essentielle, plus forte que des ressemblances possibles entre les pratiques –d’une « assemblée » chez Ménage, le mathématicien Christian Huygens ne retient en 1660 que les historiettes probablement salées qu’y débita Boisrobert – qui avaient cours dans les assemblées autour d’hommes ou de femmes de lettres et dans les espaces de la sociabilité mondaine25. Car les professionnels des lettres entretiennent la confusion : ils rapprochent leur pratique de sociabilité de celles des espaces mondains, afin de s’assimiler aux élites urbaines. Le cas de Madeleine de Scudéry, étudié par Myriam Maître, est à cet égard exemplaire. Son intense pratique de relations sociales symbolisée par les réunions du Samedi visent à l’aligner sur la norme aristocratique de l’hôtel de Rambouillet. Ces pratiques de sociabilité masquent sa qualité d’auteur professionnel, alors même que c’est cette qualité qui lui permet de développer de telles pratiques : elle doit à sa gloire littéraire le pouvoir d’agréger autour d’elle un certain nombre d’auteurs mondains et de femmes de financiers26.

  • 27 Lettre à Balzac du 17 avril 1639, in Lettres de Jean Chapelain de l’Académie française, publiées p (...)
  • 28 Clélie, Histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1652, IIe partie, livre II, p. 796-805. Voir aus (...)

27Conrart a développé, sur un mode mineur, le même type de pratiques sociales. Dans sa demeure parisienne de la rue Saint-Martin, il ne semble recevoir, outre sa nombreuse parentèle, que des savants et des hommes de lettres27. En revanche, sa maison d’Athis, relativement vaste et dotée de beaux jardins qui descendent en terrasse vers la Seine, apparaît comme un espace idéal de villégiature et de réception, et elle est chantée comme telle par ses amis. Mademoiselle de Scudéry réalise ainsi une description idyllique de la maison sous le nom de Carisatis dans son roman La Clélie, et d’autres textes vantent la qualité des hôtes d’Athis28. Athis apparaît donc comme le moyen pour Conrart de s’inclure dans les espaces prestigieux de la sociabilité mondaine.

28Ainsi un certain nombre de professionnels des lettres tentent-ils de tirer leurs pratiques « lettrées » de sociabilité du côté des pratiques mondaines. Inversement, un certain nombre de familles de l’aristocratie « moyenne » et de la haute finance accueillent, à temps partiel, des professionnels des lettres qui participent à la promotion de leurs pratiques distinctives, à la fois parce qu’ils apportent leurs productions dans les lieux de sociabilité mondaine, et parce qu’ils publient la valeur de ces pratiques. Pour autant, on ne saurait confondre sociabilité mondaine et sociabilité intellectuelle. Même si le mécanisme de distinction fonctionne au fond de la même manière dans les deux cas – il s’agit toujours de publier des groupes présentés comme distingués et distinguant – ni la participation des hommes de lettres ni le sens de celle-ci n’étaient les mêmes dans les deux types d’espaces, et ceci parce qu’écrivains et membres des élites urbaines n’avaient pas les mêmes possibilités d’action dans le monde social.

IV. EPILOGUE

  • 29 Robert Descimon, « Autopsie du massacre de l’Hôtel de ville (4 juillet 1652), Paris et la ‘Fronde (...)

29Si des personnages comme Conrart tentaient d’être identifiés au grand monde, comment expliquer ses Mémoires, dont on a vu qu’ils portaient en pleine lumière son réseau de relations bourgeoises ? Ce caractère décalé des Mémoires tient aux circonstances de leur rédaction, c’est-à-dire à la crise de la Fronde, qui a vu s’effondrer les solidarités profitables qui unissaient les écrivains, l’aristocratie mondaine, et le pouvoir royal, autour de l’espace socio-politique de la cour. Les écrivains se sont mis au service des partis – et choisir son parti reposait sur un pari risqué – et de plus, la guerre, commandée par des figures du pouvoir qui s’affrontaient, a représenté un coût considérable pour ces milieux bourgeois dont les écrivains étaient issus. Conrart, qui tirait une partie de son propre pouvoir dans le monde des auteurs de son office de secrétaire du roi spécialisé dans la délivrance des privilèges de librairie, a vu s’effondrer ce pouvoir, avec la flambée des mazarinades. Mais la guerre lui a aussi coûté cher, parce qu’il venait d’investir une partie de sa maigre fortune dans des affaires de finance, alors que l’impôt ne rentrait plus. Et elle a ralenti les affaires de ses plus proches parents, banquiers et marchands. Ce récit qui a parfois un caractère rageur dans sa dénonciation des troubles orchestrés par les Grands, est ancré dans la réalité sociale d’un notable bourgeois du temps de la Fronde qui a tout à perdre à la guerre, à la différence des princes. Il regarde la Fronde essentiellement depuis les fenêtres des rues du quartier Saint-Martin, où des manœuvres stipendiés terrorisent ces bons bourgeois qui avaient identifiés leurs intérêts à ceux des Grands29.

30La conjoncture très précise dans laquelle il a été rédigée, et qui nous permet de voir comment Conrart mobilise son réseau social bourgeois autant qu’aristocratique, explique sans doute qu’il n’ait jamais été publié, ni même achevé. A partir de l’automne 1652, l’ordre est revenu dans Paris avec les affaires, celles des Rambouillet par exemple, auréolés de leur soutien indéfectible à Mazarin, et celles de Conrart, qui retrouve son pouvoir dans le monde des auteurs. Dans ce contexte nouveau, la publication du récit sur la Fronde aurait alors dangereusement ramené le regard sur ces rues étroites et bourgeoises du quartier Saint-Martin d’où Conrart était issu. Mieux valait pour lui laisser ses amis écrivains vanter sa maison d’Athis et ses relations mondaines.

Notes

1 Pierre-Louis Roederer, Mémoire pour servir à l’histoire de la société polie en France, Paris, Imprimeurs de l’Institut de France, 1835 ; Maurice Magendie, La Politesse mondaine et les théories de l’honnêteté en France, au xviie siècle, de 1600 à 1660, Paris, Librairie Félix Alcan, 1925 ; Victor Cousin, Madame de Sablé. Etudes sur les femmes illustres et la société du xviie siècle, Paris, Didier, 1854 ; La Société française au xviie siècle, d’après Le Grand Cyrus de Melle de Scudéry, Paris, Didier, 1858 ; Emile Magne, Voiture et l’hôtel de Rambouillet, Paris, Mercure de France, 1911-1912, 2 vol. ; Roger Picard, Les Salons littéraires et la société française, New-York, Brentano’s, 1943 ; Georges Mongrédien, La Vie littéraire au xviie siècle, Paris, Tallandier, 1947 ; Marc Fumaroli, « La conversation », in Marc Fumaroli, Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1994, p. 113-210 ; Emmanuel Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme 1580-1750, Paris, P.U.F., 1996. Sur ces ouvrages, je me permets de renvoyer à la présentation plus détaillée qui en est donnée dans ma thèse, Le Secrétaire d’Estat des belles-lettres. Identité sociale et actions d’un professionnel des lettres au xviie siècle, Valentin Conrart (1603-1675), Thèse de l’Université de Paris 1,2001. Voir aussi l’article d’Antoine Lilti, « Les ‘salons d’autrefois’ : XVIIe ou xviiie siècle ? », in Quelques » dix-septième siècle » : Fabrications, usages et réemplois. Cahiers du Centre de Recherches Historiques, avril 2002, p. 153-166.

2 Mémoires de Valentin Conrart premier secrétaire perpétuel de l’Académie française suivis des Mémoires du Père Berthod, éditées par Moreau dans la collection Michaud et Poujoulat [Mémoires pour servir à l’histoire de France, 3e série, tome IV, 1838].

3 Mémoires de Valentin Conrart, op. cit., p. 577.

4 Lettre de Chapelain à Conrart du 3 juin 1639, B.N., Mss., NAF 1086, f°05.

5 Lettre XIX du 9 juillet 1670, Valentin Conrart, Lettres à Lorenzo Magalotti, op. cit., p. 72.

6 Il a par exemple copié dans ses recueils le « certificat de noblesse et des alliances de la famille de Doni, de Florence » traduit en français, qui date de 1641. Il s’agit des preuves de la noblesse de la famille paternelle de la comtesse de Maure, une aristocrate très liée à Conrart et qui était la fille d’Octavien Doni, intendant de finance de Marie de Médicis, et originaire d’une famille florentine arrivée en France au milieu du xvie siècle, mais dont la noblesse était encore contestée au milieu du xviie siècle (B. Arsenal, Recueil Conrart 5422, p. 1263). Sur les Doni, cf. Jean-François Dubost, La France italienne xvie-xviie siècle, Paris, Aubier, 1997, p. 192.

7 B. Arsenal, Recueil Conrart 5419, p. 113 et suivantes.

8 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, Gallimard, 2000, p. 132.

9 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, p. 54-57 ; Christian Jouhaud et Hélène Merlin, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comme pratiques clientélaires au xviie siècle, Terrain, 1993, n°21, p. 47-62.

10 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, op. cit., p. 132-133.

11 B. Arsenal, Recueil Conrart 5419, p. 114-115.

12 Nicolas Faret, L’honneste homme ou l’art de vivre à la cour, Paris, Toussaint du Bray, 1630, p. 217-223.

13 Emile Magne, Voilure et l’hôtel de Rambouillet, Paris, 1911 ; Louis Cognet, Antoine Godeau, évêque de Grasse et de Vence..., Paris, A. Picard & Fils, 1900.

14 A.N., Minutier central des notaires parisiens (désormais M.C.), étude XXI, 169, 17 février 1656, contrat de mariage entre David de La Croix et Marie Muysson.

15 A.N., M.C., XXI, 165, 24 juin 1654, transport d’une rente à Guillaume Clément par Valentin Conrart.

16 Journal d’un voyage à Paris en 1657-58, édité par A.-P. Faugère, Paris, Benjamin Duprat, 1862.

17 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 303-304.

18 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 317.

19 Antoine Furetière, Le Roman bourgeois, [1666], Gallimard, « Folio classique », 1981.

20 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 336.

21 Ibid.

22 Journal d’un voyage à Paris..., op. cit., p. 372-373.

23 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, op. cit., p. 15-29.

24 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, op. cit., p. 134.

25 Christian Huygens, Journal de voyage à Paris et à Londres (octobre 1660. mai 1661), in Henri L. Brugmans, Le Séjour de Christian Huygens à Paris et ses Relations avec les Milieux Scientifiques français suivi de son Journal de voyage à Paris et à Londres. Thèse..., Paris, Pierre André, 1935, p. 144.

26 Myriam Maître, Les Précieuses, contribution à l’histoire de la naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle, Paris, Champion, 1999, p. 400-403, 467.

27 Lettre à Balzac du 17 avril 1639, in Lettres de Jean Chapelain de l’Académie française, publiées par Tamizey de Larroque, Paris, Imprimerie nationale, 1880, tome 1, p. 414 ; Christian Huygens, Journal..., op. cit., p. 140.

28 Clélie, Histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1652, IIe partie, livre II, p. 796-805. Voir aussi de Paul Pellisson-Fontanier, Les fauvettes de Carisatis à la fauvette de Sapho, B. Arsenal, Recueil Conrart. 5422, p. 191-194.

29 Robert Descimon, « Autopsie du massacre de l’Hôtel de ville (4 juillet 1652), Paris et la ‘Fronde des Princes’ », Annales H.S.S., mars-avril 1999, n°2, p. 319-351.

Auteur

Docteur de l’Université Paris-1, GRIHL

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable