Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’esprit de société

 | 
Katia Béguin
, 
Olivier Dautresme

Introduction

Katia Beguin et Olivier Dautresme

Texte intégral

  • 1 Richard Sennett, Les tyrannies de l'intimité, Paris, 1979 (trad. de l'éd. américaine, 1974).
  • 2 Ariette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, (...)

1Milieu des échanges de toute nature, de tous les commerces, d’affaires et d’esprit, la ville, ce « cosmos d’inconnus1 », est pour l’Ancien Régime un cadre d’observation majeur des circulations culturelles. C’est dans la cité que soufflent l’esprit et la novation, que s’épanouit « l’esprit de société », dans des lieux et des pratiques de sociabilité qui lui sont propres. Aussi l’adoption de la ville comme espace d’analyse des pratiques sociales et sociables invite-t-elle à interroger les endroits, les formes, les institutions qui accueillent et structurent ces relations. Les jardins publics, les tavernes, les cafés, les salons, les sociétés littéraires, les spectacles, ou encore, dans un autre registre, les quartiers, aux contours et à l’identité mouvants2, se prêtent ainsi tout particulièrement à l’examen de leurs usages sociables.

  • 3 La sociabilité méridionale. Confréries et associations dans la vie collective en Provence oriental (...)
  • 4 Strukturwandel des Öffentlichkeit, Neuwied, 1962, trad, française L'espace public. Archéologie de (...)
  • 5 Dans cette prolifique historiographie, outre les travaux devenus « classiques » de Keith Michael B (...)
  • 6 Colin Jones, « Great Chain of Buying : Medical Advertisement, the Bourgeois Public Sphere and the (...)

2Apparue dans le champ historique avec les travaux fondateurs de Maurice Agulhon3, qui partait d’une interrogation sur la sociabilité méridionale comme « trait de tempérament » provincial et invitait à l’étude des faits de sociabilité et de formes de vie associative, la notion a rencontré un succès certain en histoire où, appliquée à l’ensemble du fait social, elle a servi à l’analyse des manifestations les plus diverses de la vie quotidienne. Elle s’est notamment révélée une grille d’analyse pertinente pour une histoire socioculturelle attachée à comprendre le développement d’une opinion publique au siècle des Lumières, rencontrant cette fois les travaux de Jürgen Habermas4 sur l’émergence d’une sphère publique bourgeoise, émancipée de la sphère publique de représentation par l’usage public de la raison par des personnes privées. La lecture historienne de ce modèle a emprunté deux directions majeures : les transformations de la culture politique et la genèse de l’opinion publique5 ; le passage d’une société aristocratique à une société bourgeoise et le lien entre l’émergence d’une sphère publique et l’expansion d’un capitalisme commercial6.

  • 7 Sur la discussion autour des salons, entre élément de la sphère publique bourgeoise et institution (...)
  • 8 Comme le rappelle Roger Chartier («Opinion publique», dans Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l'A (...)
  • 9 Voir, par exemple, dans le domaine des beaux-arts, la classique étude de Thomas E. Craw, La peintu (...)

3Parmi les institutions et les pratiques engagées dans ce processus, les instances de sociabilité structurant la « sphère publique littéraire » constituent sans doute l’argument le moins évident, et à ce jour toujours discuté7 : si l’imprimé, de sa production à sa réception en passant par sa plus large circulation, s’est vu reconnaître un rôle majeur dans cette transformation culturelle8, d’autres formes de rencontre ou de loisirs ont aussi constitué l’enjeu d’affirmation du « public »9.

4Ces problématiques sont au cœur des sujets abordés dans ce volume, qui a donc pour objet un type spécifique de sociabilités urbaines, celles, plutôt élitaires, qui ont été regardées comme les laboratoires d’idéaux nouveaux, étrangers, sinon antagoniques avec ceux de l’univers curial. Bien entendu, ce choix ne suppose en rien que les sociabilités urbaines se réduisent à cette assignation, mais il répond au souci de cohérence entre les communications et il permet de reprendre l’examen d’un espace public en partie façonné par les instances de sociabilité citadines.

5Aborder la sociabilité sous l’angle de la ville impose aussi de réfléchir à l’échelle de l’analyse, et donc à la méthode. Le parti choisi répondait à un triple projet. D’une part, l’intention était d’étudier la sociabilité pour elle-même, comme objet en soi, et sans la dissoudre dans l’infinie diversité des manifestations de la vie sociale. Il ne s’agissait pas tant d’inventorier les formes de sociabilité ou d’additionner les monographies, que de tenter de saisir les interférences, les phénomènes de concurrence, de déplacement, de transfert qui caractérisent ces pratiques. D’autre part, l’objectif était de discuter la validité des schémas hérités des utilisations historiennes du concept à la lumière des pratiques, à partir de milieux divers (savants lyonnais, bourgeois, aristocrates, hommes de lettres et « amateurs » parisiens, parlementaires grenoblois). Enfin, l’approche du fait sociable se devait d’intégrer la question de la ville, de l’urbanité, dans toutes les acceptions du terme. A rebours des visions nostalgiques ou tout au moins idéalisantes, il y avait là l’invite à une approche désenchantée de la sociabilité des élites urbaines : regardée comme modèle et dans son inscription sociale, dans son rapport aux autres pratiques (contestation politique parlementaire, maçonnerie, échanges de services entre aristocrates et professionnels des lettres, pratiques et correspondances savantes ou artistiques, elle sera ainsi interrogée dans sa dimension publique comme lieu et instrument de reconnaissance, d’affirmation de soi et de sa réputation par la « publication » (d’un groupe, d’une cité), sans doute plus que comme espace critique. Se pose aussi la question des lieux, de leurs statuts et de leurs fonctions, à l’échelle de la république des lettres, du royaume, de la ville, du quartier, de l’institution.

  • 10 En 1995, Bernard Lepetit faisait des « identités urbaines» le paradigme actuel de la recherche urb (...)

6En retour, la compréhension du fait urbain gagne à cette analyse des ressorts des comportements associatifs, puisque les sociabilités vues sous l’angle des discours, des pratiques et des usages éclairent la construction des imaginaires et des identités citadines, qui ont constitué un moment fort de l’historiographie urbaine récente10, ainsi que les pratiques élitaires qui leur donnent leur marque - et c’est à cette articulation qu’invitent de fait les contributions. Bref, l’ambition était de soumettre à l’examen le modèle de la formation, entre le xviie et le xviiie siècle, d’un espace public urbain qui se définirait par sa différence avec la cour ou les académies, ou par opposition à la sphère privée, domestique, à l’espace du secret initiatique ou encore au domaine clos des cabinets et des galeries scientifiques et artistiques. Or ce modèle sera nuancé à la lecture des articles, qui mettent en cause ces partages trop commodes. Ce n’est sans doute pas le moindre des apports de cette journée. Au total, les études invitent à bien des révisions, parmi lesquelles les oppositions tranchées entre la cour et la ville, la ville et la campagne, Paris et la province, l’académie et la ville, ou plus généralement entre l’espace public urbain d’un côté et, de l’autre, l’espace privé de l’hospitalité ou celui du secret.

7Les contributions suggèrent deux inflexions principales : elles soulignent la prégnance du modèle aristocratique et de l’horizon curial, dont l’ombre continue de planer, jusqu’à la fin du xviiie siècle au moins, sur les pratiques urbaines, et l’importance du legs académique, mais aussi mondain et même administratif, dans une hybridation qui caractérise par exemple l’Etablissement de la Correspondance de Pahin de la Blancherie. Par ailleurs, elles insistent sur l’inscription sociale et la dimension parfois polémique de ces sociabilités qui semblent participer moins d’un quelconque espace de débat que d’un enjeu de publication où il s’agit, dans un subtil jeu de distinction, de donner à voir comme de tenir à distance.

8Nicolas Schapira discute le mythe du « salon » du xviie siècle, forgé a posteriori, au xixe siècle, à partir d’un petit nombre de textes soigneusement choisis, qui en font l’espace privilégié de rassemblement des aristocrates ou grands bourgeois et d’hommes de lettres réunis sur un pied d’égalité, où se serait forgé l’idéal de l’honnête homme. En fait, explique-t-il en proposant de traiter ces textes moins comme la trace de pratiques que comme des pratiques elles-mêmes, les relations entre aristocrates et hommes de lettres ne se réduisent pas à ce modèle mais recouvrent des échanges de services sous forme de réputations croisées, emplois, prêts, passés sous silence par l’historiographie du « salon » (cas de Conrart). Par ailleurs, ces rencontres idéalisées participent de formes de civilité et de réception largement répandues dans la bourgeoisie urbaine, elles aussi liées du reste à des stratégies sociales comme la recherche du bon parti. Enfin, il montre combien ces lieux de sociabilité ont partie liée avec un univers curial au sein duquel ils agrègent plus qu’ils n’isolent, grâce à leur aptitude distinctive supérieure, pour les écrivains comme pour la haute noblesse.

9Pierre-Yves Beaurepaire s’écarte des lectures internes du phénomène maçonnique, qui ont notamment nourri toute une tradition interprétative qui en faisait l’archétype d’une sociabilité porteuse de valeurs proto-démocratiques, et par là en rupture avec les règles et les modèles de la société inégalitaire et corporative au sein de laquelle elle était enclavée. A travers un changement d’échelle qui le conduit à réinscrire le divertissement maçon ou d’émanation maçonne dans le champ des distractions mondaines, il rend compte de la diversité de l’offre sociable des loges. Il invente ainsi le concept d’une « maçonnerie de société », bien insérée mais non délayée dans des plaisirs et des spectacles mondains dont elle est dispensatrice et qui servent sa réputation dans l’univers profane.

10Charlotte Guichard reprend la réflexion qui a conduit à considérer les sociabilités « alternatives » que sont les musées et lycées créés à la fin du xviiie siècle comme les facteurs d’une autonomisation vis-à-vis des patrons traditionnels, d’une plus grande liberté vis-à-vis des institutions monarchiques et des académies, et d’une dépendance nouvelle par rapport au public. Elle corrige ce postulat, à propos de l’« Établissement de la Correspondance générale et gratuite pour les Sciences et les Arts », fondé en 1777 par Pahin de la Blancherie, dont on a fait un lieu de dissidence pour artistes et amateurs échappant de la sorte au monopole académique des expositions artistiques à Paris. Elle relève à l’inverse les phénomènes d’imitation du modèle académique de sociabilité et dévoile combien la figure de l’amateur, médiateur entre artistes et public, ne se conforme pas toujours à son image normative et idéalisée.

11Stéphane Van Damme examine la manière dont les pratiques sociables savantes lyonnaises concourent à la fabrication d’une identité urbaine de la cité. A partir de l’analyse des activités des cercles intellectuels lyonnais de la fin du règne de Louis XIV jusqu’à la création de l’Académie de Lyon par lettres patentes en 1724, il montre comment la formulation de revendications provinciales est liée à une nouvelle organisation des sociabilités et de la circulation des savoirs. Ainsi, le passage des « réseaux longs » de la République des Lettres (correspondances, grandes académies, périodiques savants), aux « réseaux courts » de l’espace culturel lyonnais (circuits d’échanges épistolaires provinciaux, fondations académiques, curiosités pour le passé local) alimente une tradition de défense des privilèges et sert l’affirmation d’un particularisme lyonnais.

12Clarisse Coulomb analyse les interactions entre la sociabilité mondaine et les conflits politiques violents qui opposent les parlementaires aux autorités monarchiques à partir des années 1760 dans une autre cité provinciale, Grenoble. Les salons, qui concentrent l’essentiel de la vie de société grenobloise, rassemblent des habitués peu sensibles aux questions philosophiques, mais impliqués dans une véritable « guerre de salon » qui fait écho aux affrontements du Palais. Par là, les crises politiques nouées au Parlement débordent sur la sphère urbaine et rythment tout particulièrement les relations mondaines, l’éviction des représentants du roi de ces cercles constituant, à l’instar de la satire politique véhiculée par les divertissements, une réplique aux procédés du pouvoir central. Clarisse Coulomb éclaire ainsi un usage inattendu des salons où l’accès à la sociabilité des élites parlementaires est à la fois un outil politique et une sanction sociale : déserter les soupers et réceptions de l’adversaire ou bien lui fermer ses portes consistent pour ces magistrats à marquer indissociablement les manquements aux codes de la civilité, les insuffisances du rang et les oppositions politiques.

13Antoine Lilti observe quant à lui la constitution d’une géographie symbolique de Paris au xviiie siècle et la contribution de la sociabilité salonnière à ce processus. Il souligne combien les dynamiques spatiales de la sociabilité mondaine influent sur les représentations de l’espace urbain. Et ce à une double échelle : celle, interne, des quartiers, tombés en désuétude ou devenus surannés (le Marais), à mesure que se renforce l’identification des salons aristocratiques au faubourg Saint-Honoré au xviiie siècle, avant que le faubourg Saint-Germain n’en vienne à incarner le « beau monde » au xixe siècle ; mais aussi celle, nationale et universelle, qui forge la réputation de Paris, érigé en « vitrine nationale » et en capitale de la mondanité, modèle de civilité d’une urbanité dont elle serait la quintessence même. A rebours des cas grenoblois et lyonnais, Antoine Lilti montre ainsi comment, à travers la figure du « salon », « Paris », et à l’intérieur de Paris, le faubourg Saint-Honoré, ont su s’approprier symboliquement, non sans railleries, les vertus d’un savoir-vivre « universel ».

14Alice Bernard met en valeur la pérennité de cette représentation de Paris comme berceau des mondanités durant la première moitié du xxe siècle. A partir de la colonne du Figaro intitulée « Le Monde et la Ville », qui donne une dimension publique aux réunions prétendument privées du Grand Monde, elle dresse une carte de la sociabilité des élites du Paris de la Belle Époque qui traduit une spectaculaire concentration de la vie mondaine dans les beaux quartiers du Nord-Ouest. Les pratiques sociables de ce Grand Monde hétérogène sont autant de signes de distinction et de reconnaissance, qui véhiculent aussi la représentation d’une élite raffinée et amatrice de beaux signes.

Notes

1 Richard Sennett, Les tyrannies de l'intimité, Paris, 1979 (trad. de l'éd. américaine, 1974).

2 Ariette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, 1986 ; David Garrioch, Neighbourhood and Community in Paris, 1740-1790, Cambridge, 1986.

3 La sociabilité méridionale. Confréries et associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du xviiie siècle, Aix-en Provence, 1966, 2 vol., rééd. sous le titre : Pénitents et Francs-Maçons de l'ancienne Provence, Paris, 1968 ; id., Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d'une mutation de sociabilité, Paris, 1977, où l'auteur observe que « la sociabilité, chez certains auteurs, tend presque à devenir le mot commode pour accueillir, en un grand fourre-tout, les formes élémentaires de la vie collective, diverses mais omniprésentes. Un mot nouveau, en somme, pour désigner les réalités classiques que l'on étiquetait naguère « vie quotidienne », « civilisation » ou « histoire des mœurs ».
Pour un premier bilan de la recherche historique sur les formes de socialisation, entre la famille, d'un côté, et l'État de l'autre, voir Étienne François (dir.), Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, 1750-1850, Travaux et mémoires de la mission historique française en Allemagne (Göttingen), Paris, 1986 ; Etienne François et Rolf Rcichardt, « Les formes de sociabilité en France du milieu du 18e siècle au milieu du 19siècle », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1987, p. 453-472.
La fécondité de la notion paraît si grande qu'elle s'impose y compris pour comprendre l'histoire de la vie privée, ramenée « à un changement dans la sociabilité, disons, en gros, au remplacement d'une sociabilité anonyme, celle de la rue, de la cour du château, de la place, de la communauté, par une sociabilité restreinte qui se confond avec la famille, ou, encore, avec l'individu lui-même » (Philippe Ariès, « Pour une histoire de la vie privée », dans P. Ariès et Georges Duby (éd.), Histoire de la vie privée, t. 3, De la Renaissance aux Lumières, vol. dirige par Roger Chartier, Paris, 1999 (1985), p. 7-22 ; citation p. 17. Pour une illustration de l'usage extensif – et routinisé – de la notion, voir le colloque organisé à Rouen en 1994, La Rue, lieu de sociabilité ? Rencontres de la rue, Alain Leménorel éd., Rouen, 1997, où le terme « sociabilité » est un autre mot pour « vie sociale ».

4 Strukturwandel des Öffentlichkeit, Neuwied, 1962, trad, française L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1986.

5 Dans cette prolifique historiographie, outre les travaux devenus « classiques » de Keith Michael Baker, « Public opinion as Political Invention », Inventing the French Revolution. Essays on French Political Culture in the Eighteenth Century, Cambridge, 1990 ; Mona Ozouf, « L'opinion publique», dans K.M. Baker (dir.), The Political Culture of the Old Regime, volume I, The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Oxford, 1987, p. 419-434 ; Arlette Farge, Dire et mal dire : l'opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992 ; Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres dans la France prérévolutionnaire, Paris, 1997 (trad, de l'éd. américaine, 1993), on peut citer quelques études plus récentes qui s'inscrivent dans ce questionnement, comme Jon Cowans, To Speak for the People. Public Opinion and the Problem of Legitimacy in the French Revolution, New-York & London, 2001 ; Harvey Chisick, « Public opinion and political culture in France during the second half of the eighteenth-century », English Historical Review, Oxford University Press, cxvii-470, février 2002, p. 48-77.

6 Colin Jones, « Great Chain of Buying : Medical Advertisement, the Bourgeois Public Sphere and the Origins of the French Revolution», American Historical Review, 101-1, février 1996, p. 13-40 ; id., « Pulling teeth in Eighteenth-Century Paris », Past & Present, 166, février 2000, p. 100-145 ; Jennifer Jones, « Coquettes and Grisettes : Women Buying and Selling in Ancien Regime Paris », dans Victoria De Grazia (ed.), The Sex of Things : Gender and Consumption in Historical Perspective, Berkeley, 1996, p. 25-53.

7 Sur la discussion autour des salons, entre élément de la sphère publique bourgeoise et institution culturelle conservatrice des valeurs aristocratiques, voir Dena Goodman, The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca, 1994 ; Steven D. Kale, « Women, the Public Sphere, and the Persistance of Salons », French Historical Studies, 25-1, 2002, p. 115-148 ; Jolanta T. Pekacs, Conservative Tradition in Pre-Revolutionary France. Parisian Salon Women, New York, 1999.

8 Comme le rappelle Roger Chartier («Opinion publique», dans Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l'Ancien Régime, Paris, 1996, p. 929-930), « pour les hommes des Lumières, de Malesherbes à Condorcet ou Kant, c'est l'imprimerie qui a rendu possible la constitution d'un public homogène à partir d'individus dispersés. Grâce à la large diffusion de l'écrit que permet l'imprimerie, chaque lecteur en son particulier peut participer à l'exercice public du jugement, de la critique et du raisonnement. », Dans cette brève notice, l'historien appelle pourtant - avec une insistance nouvelle par rapport à sa synthèse antérieure (Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, 1990) - à articuler « les diverses formes des discours critiques et les différents lieux où se forge l'opinion publique », car, « définie comme une entité abstraite, celle-ci n'a pourtant de pouvoir qu'en s'incarnant dans les sociabilités qui rassemblent ses porte-parole et qui inquiètent les autorités », telles que les jardins publics, les tavernes, les cafés, les salons, les sociétés de lecture, les sociétés littéraires.

9 Voir, par exemple, dans le domaine des beaux-arts, la classique étude de Thomas E. Craw, La peinture et son public à Paris au dix-huitième siècle, Paris, 2000 (1985), ou, dans celui du théâtre, celle de Jeffrey Revel, The Contested Parterre. Public Theater and French Political Culture, 1680-1791, Ithaca, 1999.

10 En 1995, Bernard Lepetit faisait des « identités urbaines» le paradigme actuel de la recherche urbaine, tout en appelant de ses vœux l'affirmation du « sens du territoire » : se félicitant du renouvellement de l'analyse institutionnelle, désormais sociale, il en regrettait le coût : l'oubli des lieux, « La ville moderne en France. Essai d'histoire immédiate », dans Jean-Louis Biget et Jean-Claude Hervé, Panoramas urbains. Situation de l'histoire des villes, Fontenay-Saint-Cloud, 1995, p. 173-207.

Auteurs

Maître de conférences

Doctorant ATER Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540