Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

50 – Lettre du 25 vendémiaire an iv

Texte intégral

1Après avoir expliqué à son fils ses conditions pour l'achat d'un domaine national, Pierre Dubreuil Chambardel fait largement référence dans cette lettre à la journée du 13 vendémiaire (5 octobre 1795). La mort de Louis XVII, le 20 prairial an III (8 juin 1795), et la proclamation de Vérone, le 6 messidor (24 juin) dans laquelle Louis XVIII promet un rétablissement quasi intégral de l'Ancien Régime, ont troublé les divers courants royalistes. Les absolutistes, partisans de la monarchie de droit divin, ayant échoué à Quiberon, les constitutionnels tentent un coup de force à Paris. Ces monarchistes modérés espéraient beaucoup en la nouvelle constitution, estimant que le pouvoir exécutif confié à un directoire pourrait être aisément assuré par un roi, mais leurs espoirs avaient été anéantis par les "décrets des deux tiers". Furieux, les monarchiens décident d'employer la force pour amener l'assemblée à annuler ces décrets : ce sera la journée du 13 vendémiaire.

2Ce sont les sections modérées, en particulier celle de Le Peletier, la plus royaliste, qui dès le 4 vendémiaire (26 Septembre 1795), organisent l'assaut. La Convention, quant à elle, prépare sa défense en créant une commission extraordinaire de cinq membres dont Barras. Celui-ci fait appel à des généraux républicains. Il renvoie Menou, compromis avec les royalistes, et le remplace par Bonaparte. Ce dernier a sous ses ordres seulement 5 à 6 000 hommes mais une bonne artillerie, qui lui permet de faire des Tuileries un véritable camp retranché. Plus de 20000 manifestants cernent la Convention le 13 vendémiaire, mais ils sont refoulés grâce aux canons qui font dans leurs rangs environ 300 morts. La République sort donc victorieuse de cette journée, mais ne procède pas à une répression violente. La commotion a été rude, comme le laisse entendre Pierre Dubreuil Chambardel qui a dû passer "trois jours et trois nuit de suitte à (son) poste". C'est l'armée qui a sauvé le régime de la même manière qu'elle a permis la paix avec la Prusse et l'Espagne qui ont signé les deux traités de Bâle(avril-juillet 1795). Ce rôle grandissant des forces militaires sera une des caractéristiques du régime du Directoire auquel la Convention cède la place le 5 brumaire an IV (27 octobre 1795).

  • 1 17 octobre 1795.

Paris le 25 vendémiaire lan 4e dela République1

  • 2 Jean-Baptiste Saladin, député de la Convention, combattit les décrets des deux tiers. U fut soupçon (...)

Jai recu mon cher Chambardel te dernière par laquelle tu manonce touttes ton inquétude et tais crinte et les suitte qui peuve avoir lieux par les brigandage qui cecommette au environ detoi[.] Il faule espérer que tais crinte ceron malfondé[.] Jespère estre bientost où jacepire et te dégager de cequi parais cifortemant tinquetter. Dans lecas oùje cerais assé malheureux pour estre trompé dans mon affante comme tu parais me lanoncé je ferai ensorte detrouvé des moiens pour tedégager dans lefond que tua àmoi,[.] Tu mavais anoncé une affiche consernant lAngerie[,]jene voit rien cequi mefâche cart jaurai bien déziré devoir common les chose onesté ajusté, jaurai peu etje dézirerai cet objets dans le cas quil nauroit pas excédé les engagemant que je peu prandere, que je pourai porté jusquà trois cent mille livres[.] Les rantes faitte[,] cette affaires[,] et la vante demais grin et les fond que jepeu avoir pardevert moi ensamble les resource que je peu trouvé me permetterai de marché jusquà cepoint. Ci jenepeu aller aupais commeje le dézire et le soètte ardamant, et que tais vue decepéculation ne cetrouve point encontadiction avec lesmienne, tupeu travaillié pour mon conte[,] en observant de nepas excéder leprix de trois cent mille livres ne pouvant prandere dengagemant audelà[.] Il faule toujours faire attantion que lardeur des enchère nanporte pas audelà duvéritable but où ilfaule sareste,[.] Masanté est toujours mauvaize mon rume est ciabondant en matière queje sorte démon corps queje nesai où celameconduira[.] Dudepuis quatre àcinq jours jai un grand mal de coste [,] mais force son épuizé, estil surprenant la violante crize quivient de cepasser où jai passé trois jours et trois nuit de suitte àmon poste, non sertènemant pas rétablis masanté[.] Quil ma fallu de courage pour rester au poste où mon devoir et Ihonneur lexigeais[ !] Mais que lexample qua donné la Convantion étoit grand et beau quand autour delle le sans coulloit et lecanon tiroit[,] que chaques mambres juroit demourir àson poste plus tost que de lanbandonner[.] Les cocepirateurs on esté vinqus[.] Lheure dessinestoit[,] sil eusse vinqus[,] deponiarder touttes la Convantion et desuitte proclamer la roiauté mais ces lâche concepirateurs ont manqué leure coup, quoique il persiverre toujours dans la perfidie de leure dessin[.] Hier Saladin et Robert2[,] deux denos collègue onesté enestat darestation comme éttant bien prouvé quil agissait deconsert avec les concepirateur, il ceson sauvé enprenant la fuitte,[.] Au juge mon ami combien il en coûte aune âme généreuze et sansible qui naque lamour desa patrie dans le coeur devoir depareil déchiremant étant dinosant périr[.] Que les homme son malheureux defaire eux mesme leure

propre malheur[ !] Adieu je vous embrace tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 17 octobre 1795.

2 Jean-Baptiste Saladin, député de la Convention, combattit les décrets des deux tiers. U fut soupçonné d'avoir pris part au soulèvement royaliste, et fut décrété d'arrestation le 23 vendémiaire (15 octobre 1795). Il réussit à s'enfuir mais des citoyens l'arrêtèrent et le ramenèrent à la Convention où il apprît qu'il venait d'être élu au Conseil des Anciens. Le Conseil ordonnera sa mise en liberté le 11 brumaire An IV (2 novembre 1795) (A Kuscinsky. op. cit., p 554)

Pierre Robert fut effectivement conventionnel. Il faisait le commerce des denrées coloniales et fut accusé comme accapareur en 1793. Mais il n'est fait aucune mention d'une fuite après le 13 vendémiaire dans A Kuscinsky, op. cit..

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540