Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

49 – Lettre du 3ème jour complémentaire de l'an iii

Texte intégral

  • 1 B Benoit, op. cit., p 72.
  • 2 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 277.

1Durand le printemps 1795, la Convention thermidorienne a dû faire face à deux périls : celui dû à la conjoncture économique et sociale allumant de nouvelles émeutes violentes qui seront les dernières journées sans-culottes de la Révolution, au point de mettre en danger la position même du gouvernement et de l'Assemblée ; et celui né de l'insurrection royaliste, qui dans l'Ouest tente un nouveau coup de force. Le 12 germinal an III (1er avril 1795), la foule parisienne affamée marche sur la Convention aux cris de "Du pain !", et l'envahit en début d'après-midi. Les manifestants sont dispersés par une garde nationale fidèle. La Convention s'en prend aux "crêtois"c'est-à-dire aux Montagnards, les tenant pour responsables de la manifestation1. La même scène se reproduit le 1er prairial an III (20 mai 1795). La Convention est investie et aux revendications frumentaires s'ajoutent celles de l'application de la constitution démocratique de 1793, toujours pas mise en oeuvre. Le sang coule mais la Convention tergiverse et cherche à gagner du temps. Elle laisse les derniers députés montagnards se compromettre avec les insurgés. De nouveau, la garde nationale vient à bout des sans-culottes et une terrible répression s'abat sur les Montagnards. D'avril à juillet 1795, 74 Conventionnels proches de la Montagne sont éliminés. Ils deviennent ainsi les "martyrs de prairial"2. Pierre Dubreuil Chambardel reste silencieux sur ces événements du fait d'un séjour au pays. Dans une lettre de ventôse, il parle d'un congé pour le 25 mars et nous ne possédons aucune trace de correspondance de germinal à thermidor 1795.

2Le péril royaliste, quant à lui, est écarté grâce à l'action du général Hoche, qui le 21 juillet à Quiberon, écrase les Anglo-émigrés, débarqués le 26 juin. C'est une victoire totale. Si les Chouans y prenant part sont épargnés, 748 émigrés conformément à la loi sont exécutés. Mais l'agitation dans l'Ouest n'est pas éteinte pour autant et Pierre Dubreuil Chambardel fait référence aux "brigands" qui inquiètent son fils.

  • 3 D Woronoff. op. cit., p 40.

3Les sans-culottes bâillonnés et les royalistes affaiblis, la Convention peut se consacrer durant l'été 1795, au vote d'une nouvelle constitution, celle de l'an I étant taxée de "code d'anarchie"3. Le texte en est adopté le 22 août 1795. La nouvelle constitution est nettement moins démocratique que celle de l'an I. D'une part, elle institue un régime faiblement censitaire, d'autre part, elle confie le pouvoir législatif non plus à une seule assemblée, mais à deux conseils, celui des Anciens et celui des Cinq Cents, tandis que le pouvoir exécutif est aux mains d'un directoire formé de cinq membres nommés par les Anciens, sur proposition des Cinq Cents. Soumis à la ratification populaire, ce texte qui constitue une "voie moyenne entre la royauté et la démagogie" selon Thibaudeau est ratifié par référendum, dont les résultats sont proclamés le 1er vendémiaire an IV (23 Septembre 1795) et institue donc un nouveau régime. Pour éviter que les nouveaux conseils ne soient dominés par des "monarchiens", c'est-à-dire des députés modérés favorables à la monarchie constitutionnelle et qui ont le vent en poupe depuis l'écrasement des sans-culotte, les décrets des 5 et 13 fructidor (22 et 30 août 1795) stipulaient que les deux tiers des nouveaux députés devraient être choisis parmi les conventionnels sortants. Mais Pierre Dubreuil Chambardel, las des "quatre années toujours sous lefer des assasin" espère ne pas être réélu par les assemblées primaires.

  • 4 19 Septembre 1795.

Paris le 3e jour supplémantaire de lan 34

  • 5 Théoriquement, toute réquisition aurait dû disparaître avec la loi du 24 décembre 1794. Mais elles (...)

Mon cher Chambardel[,] cest avec bien de la peine que je répon àtais deux dernière[.] Un gros rume qui medonne la fièvre émépuize, les matière qui mesorte ducorps son ciabondante que jai cru pandant quelque jours que javez un dépost dans le corps suitte demachute[.] Cepandant je commance àme trouver un peu mieux quoique obligé de garder la chambres[.] Japrand avec une vrai satisfaction lerétablicemant deton espouze[.] Je suis surpris des difficulté que ceux àqui je doit fond de recevoir[.] Il faule attandere marantré que jespère quicera pronte, cart jai tout lieux decroire que les éllecteur nauron pas devue sur moi[.] Dans le cas oùil pourai en avoir jespère écrire àceux de nostre caton pour représanté àlassamblée éllectoralle que mon grand âge et quatre années toujours sous lefer des assasin on tellemant épuisé mais faculté ficique et morale, que jene peut estre propre pour estre nommé aucorps législatifs[.] Il ceparais que les brigand vous inquette puisque tumedit quil on paru aJazeneuil, ilya lieux decroire quil neceporteron que dans les lieux connus[.] Il est toujours delasagesse comme tuledit de prandre desage précaution,[.] Je ne voit pas trop pourquoi tume dit que lAngerie necera point vandu, nepert point devue ceux qui ceront en vante qui nous avoizine, comme par example le Petit Javersai échaudé, cartil faudera bien faire ensorte pour placer lepapier, les Daudé ne manqueron pas den faire[.] Jespère comme touttes réquizition étant levé5 que je trouverai àmon retour mais prix deferme intacquete enblé et que jaurai la liberté dans diceposer àmongré[.] Ne pert pas devùes jete prie de me donner avis des objets qui ceron envante[.] Je nesai ci le citoyen Detouche fera mon arpantemant[.] Adieu je vous embrace tous et suis ton véritable 'ami.

Pierre Dubreuil Chambarde !

Notes

1 B Benoit, op. cit., p 72.

2 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 277.

3 D Woronoff. op. cit., p 40.

4 19 Septembre 1795.

5 Théoriquement, toute réquisition aurait dû disparaître avec la loi du 24 décembre 1794. Mais elles furent parfois maintenues localement à cause de la disette.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable