Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

48 – Lettre du 15 ventôse an iii

Texte intégral

  • 1 A Soboul, La Révolution Française, op cit, p 405.
  • 2 D Woronoff, La République Bourgeoise de thermidor à brumaire 1794-1799, Paris, Points Seuil, 1972, (...)

1En ces débuts du mois de mars 1795, la situation économique de la France est désastreuse. L'hiver a été si rigoureux que les loups rôdent en banlieue parisienne. De plus, la récolte de 1794 a été mauvaise par l'action conjuguée de conditions climatiques déplorables et du manque de main d'oeuvre dû à la levée en masse. Les denrées sont donc rares, ou hors de prix car la libération du commerce a entraîné une inflation vertigineuse. Alors qu'en décembre 1794 la livre de viande vaut 34 sous à Paris, elle atteint 7 livres en avril 17951. En outre, le terrible hiver en prenant rivières et fleuves dans les glaces empêche la circulation des marchandises d'une région à l'autre. Pierre Dubreuil Chambardel supporte cette situation grâce aux envois réguliers de vivres que lui font son fils et sa belle-fille. Mais la misère est le lot du plus grand nombre, le taux de mortalité s'est brutalement accru, doublant même dans une ville telle que Rouen2. Les plus pauvres sont les plus durement touchés, ce qui renforce encore les antagonismes sociaux. Le mécontentement populaire progresse avec la pénurie, et les appels à l'émeute se font de plus en plus fréquents.

  • 3 B Benoit, op. cit., p 70.

2Ces troubles sont doublés d'une vive agitation politique. La réaction anti-révolutionnaire s'exprime à travers divers actes. Le premier est sans aucun doute, le vote le 18 frimaire An III (8 décembre 1794) du retour des 75 députés girondins exclus après le 2 juin 1793, qui viennent grossir les rangs des modérés à la Convention3. Parallèlement, les vexations contre les Jacobins se multiplient et prennent dans certaines régions le caractère d'une "terreur blanche". L'Assemblée ayant permis le retour de certains émigrés, et dans le même temps assigné à résidence les terroristes, les conditions des représailles sont réunies. Elles sont particulièrement sanglantes dans le sud-est où, de février à juin 1795, des prisonniers jacobins sont régulièrement massacrés à Lyon ou à marseille. Cette réaction se traduit aussi par des actions symboliques : les bustes des héros républicains sont brisés, et les députés eux-mêmes font enlever de la Convention, le tableau de David en l'honneur de Marat.

3Mais la situation n'est pas partout aussi troublée et Pierre Dubreuil Chambardel se félicite dans cette lettre de la fin de "la guaire de la Vandé". Il est vrai que les accords de La Jaunaye, signés entre le chef vendéen Charette et la Convention, le 29 pluviôse An III (17 février 1795) stipulent que la Vendée serait indemnisée, les villages détruits seraient reconstruits, et surtout la liberté du culte assurée. Cependant, ils ne mettent pas totalement fin à la guerre car Stofflet n'acceptera de faire la paix, à Varades, que le 2 mai. Surtout, ils ne constituent qu'une trêve puisque Charette reprendra les armes après le débarquement de Quiberon en juin. D'autre part, l'avancée des troupes républicaines en Hollande et la fondation de la République batave, la première des "républiques soeurs", le 3 février 1795, amènent les coalisés à négocier la paix. Tandis que les pourparlers se poursuivent à Bâle entre la France et la Prusse, le grand duc de Toscane, Ferdinand III, conclut la paix à Paris le 21 pluviôse An III (9 février 1795). Mais Pierre Dubreuil Chambardel est loin de ces préoccupations internationales. Il se soucie davantage du faussaire en assignats ddnt a été victime son fils, et de l'achat d'un domaine auquel il propose de participer.

  • 4 5 mars 1795.

Paris le 15 Vantôse lan 3e dela République4

Jai recu ta lettres mon cher Chambardel[,] laquelle manonce le malheur que tua éprouvé dans les trois assignats que lon regarde comme faule, ne doute pas de linthérest que jeprand àla pertte[.] Je fus hier voir le vérificateur général qui est demais ami et lui demande ci le receveur du distric lui avoit fait passer ces trois assignats[.] Il fit chercher desuitte sur ces registre pour savoir ci lanvois lui enavoit esté fait, il cetrouve quil ne les apas encorre recu, je lui aidémontré tout linthérest que jey prand en lui déclarant que tuest monfils, il aparu ci inthèressè et mapromis décrire aujourdhui con lui fasse passer desuitte pour les vériffier[,] Aussy tost quil les aura recu il ma promis deme faire avertir[.] Jai bien recu le pot que vous mavez adressé[,] jannai remercié ton espouze éacusé lareception,[.] Tu doit avoir recu une lettres parlaquelle je parle demon pré[,] àmon arivé cest un marché affaires, ton acquisition de Bois grolier mocupe et mefait faire des réfection que je crin que lasuitte des tamps ne te gêne[.] Jai réfléchi que les fond qui meson ranteré et ceux que je pourai faire étant dècetiné àplacé[.] je peu trouvé des resource auproche dun ami que jai icy qui ma déjà àplusieurs foix fait des offres,[.] En les acceptant je pourai acquitter une partie deton acquisition, mais comme je ne veux prandere aucun engagemant sans savoir sil te feroit plèsirs que jaquis sur toi, quoique dans lasirconstance présante ilte ceroit plus avantageux davoir affaires àmoi et mesme nous pourion prandre des arangemant ensamble pour proffitter delavantage que présante la loi enfaveur de ceux qui paye contant[.] Répon moi desuitte àcette fin que je puisse recevoir ta lettres avant mon départ et que je puisse prandre des arangemant dans le cas oùmaiproposition te convienderon[.] Je tefais passer des instruction qui caratérize les faux assignats[.] Jambrace ton espouze et tes enfans mille chose honneste àla citoyenne Raimot[.] Tu aprandera sûremant avec plèsirs que la guaire delaVandé est finie[.] Dieu soit loué[ !] Cest une boucherie de où ila bien coullé dusans[.] Adieu ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Soboul, La Révolution Française, op cit, p 405.

2 D Woronoff, La République Bourgeoise de thermidor à brumaire 1794-1799, Paris, Points Seuil, 1972, p 23.

3 B Benoit, op. cit., p 70.

4 5 mars 1795.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540