Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

47 – Lettre du 7 frimaire an iii

Texte intégral

  • 1 A Soboul, La Révolution Française, op. cit., p 404.
  • 2 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, op. cit., p 418.
  • 3 J Godechot, La Révolution française Chronologie commentée, op. cit., p 176.-178

1Cet envoi daté de la fin novembre contient en fait deux lettres, une première qui régie un problème de créance et une seconde écrite rapidement qui informe son destinataire de la mise en circulation de faux assignats de 2 500 livres. La monnaie est à ce moment en pleine dépréciation car le retour graduel au commerce libre engendre une inflation galopante et l'effondrement de l'assignat. Ainsi, le papier-monnaie qui était pris en juillet 1794 à 31 % de sa valeur nominale n'en représente plus que 20 % en décembre1. Le retour à la liberté économique ne s'est pourtant pas effectué brutalement. La Convention renforce même la réglementation du maximum en l'appliquant aux graines oléagineuses, qui jusque là étaient restées en vente libre. Mais l'opposition à toute contrainte économique ne cesse de croître et le commerce libre est réclamé un peu partout. Sensible à ces appels, l'assemblée entreprend une première démarche exigeant le 14 brumaire An III (4 novembre 1794), un rapport sur les "inconvénients du maximum". Remis le 19 frimaire (9 décembre), il conclura à l'abolition du maximum qui sera votée le 4 nivôse An III (24 décembre 1794)2. Cette rupture très nette avec la politique économique du gouvernement montagnard s'accompagne de répression à l'égard des Jacobins. Prenant prétexte de l'agitation muscadine, qui dans les jours précédents s'était illustrée par des expéditions punitives contre le club, la Convention ordonne sa fermeture le 22 brumaire An III (12 novembre 1794)3.

  • 4 B Benoit, op. cit., p 69.

2Dans le même temps, les victoires républicaines affermissent le gouvernement thermidorien. Après la victoire de la Montagne Noire sur les Espagnols le 17 novembre, le général républicain Pérignon reçoit la capitulation espagnole à Figueras en Catalogne, le 274. Parallèlement le 22 novembre, un émissaire du roi de Prusse arrive à Bâle pour y traiter de la paix avec la France. La coalition commence donc à se disloquer et laisse espérer au gouvernement une victoire finale qui l'imposerait définitivement à la tête du pays.

  • 5 27 novembre 1794.

Paris le 7 frimaire lan 3e dela République5

Jai recu mon ami une lettres du gendere ducitoyen Andraule qui manonce quil a esté à St Maixant pour celiquider dela créance que jai acquis sur lui mais que le citoyen Garand lavoit prévenu que jannétai le propriétaire[.] Il manonce avoir réglé avec le citoyen Garand quil mais deü tanemprincipal que inthérest la somme de 10929"3S 5D[.] Comme rien nest plus just que deceprêté àtous honneste homme aceleure procurer les moiens de celiquider, jai répondu aucitoyen Andraule quil pouvoit sadresser àtoi pour celiquider[,] que la quittance lui serviroit de touttes assurance et ma lettres daprobation[.] Aussy tost que cette affaires cera finie tu mandonnera avis pour que je prène denouveaux arangemant pour nanpas perdere les inthérest,[.] Masanté est toujours très fèble mais force son lante àrevenir, je suis sans fièvre et nesouffre aucunne douleur que les pieds qui manfle jusque aupoint que dans la Convantion je suis forcé deles avoir hors demais sabeau, il faute souffrir pour faire les premier cent pas pour manretourner,[.]Je suis forcé pour faire les différante commission qui meson donné de différante partie deprandre une voiture ce qui devient dicepandieux et dézagréable, je vous embrace tous dumeillieur démon coeur et suis ton ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Paris le 7 frimaire lan 3e dela République

Mon ami [,] dans cemomant que je suis aucomitté des assignat et monnais lon vient de déclarer quil étoit entré dans la sirculation grande quatitté dassignats fauls de 250". Comme la chose est très inthéresante resouvient toi que si tu en resoit quil ne faul point cefier àsa connaissance il son siparfaittemant contrefait que les plus abille ni connaisse rien[.] Jècetime quil est dela prudance davoir précaution de les faire signié par ceux qui les donne[.] Sil vous lais la refuzé il founirai location denepas les accepter, parle moiens de lasignature, elle justifiroit de qui on lauroit recu[.] Ne pert pas devue lavis queje tedonne il méritte touttesattantion de ta part et surtout garde lesilance dans lavis que je te donne[.] Adieu ton ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Soboul, La Révolution Française, op. cit., p 404.

2 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, op. cit., p 418.

3 J Godechot, La Révolution française Chronologie commentée, op. cit., p 176.-178

4 B Benoit, op. cit., p 69.

5 27 novembre 1794.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540