Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

45 – Lettre du 9 fructidor an ii

Texte intégral

1Les préoccupations de Pierre Dubreuil Chambardel sont ici essentiellement d'ordre alimentaire et domestique. Il demande à son fils de lui envoyer un lièvre ainsi que les prix de diverses denrées telles que le beurre, les poulets, les canards ou la chandelle car ils varient dans de fortes proportions d'une région à l'autre. Les problèmes d'approvisionnement ne sont donc pas toujours résolus. Si la chute de Robespierre sur laquelle revient d'ailleurs Pierre Dubreuil Chambardel a transformé le contexte politique, la situation demeure gravissime. Après le 9 thermidor, s'ouvre la période dite de "la Convention Thermidorienne" car celle-ci est dominée par les "thermidoriens" c'est-à-dire les ennemis et vainqueurs de Robespierre tels Tallien ou Fouché qui deviennent prépondérants. Dès l'élimination des Montagnards, ils remettent en cause l'omnipotence du "Grand Comité". Ainsi, le 11 thermidor (29 juillet), les comités sont renouvelés et devront l'être chaque mois par quart. Toute possibilité de dictature d'un comité sur l'autre est donc écartée. Le 14 thermidor (1er août), la loi du 22 prairial, responsable de la "Grande Terreur" est abolie et l'accusateur public Fouquier-Tinville est arrêté. Les jours suivants, les suspects détenus sans motif précis, sont libérés.

2Mais, jusqu'en décembre 1794, il n'y a pas de rupture brutale. Le gouvernement révolutionnaire reste en place, subordonné à la Convention qui est le centre du pouvoir. Le Tribunal Révolutionnaire fonctionne toujours et les structures du régime précédent demeurent. En outre, les Thermidoriens poursuivent la lutte contre les ennemis de la République. Le 15 août (28 thermidor), la garnison autrichienne du Quesnoy capitule et Paris l'apprend en une heure grâce au télégraphe de Chappe. Le 21 août (4 fructidor), le général Hoche, libéré de prison, prend le commandement de l'armée des côtes de Cherbourg qui combat les rebelles de l'Ouest qui continuent leur guérilla. Depuis l'écrasement de l'Armée Catholique et Royale à Savenay le 23 décembre 1793, la révolte vendéenne est en effet réduite à une guerre d'embuscades très semblable à la chouannerie du nord de la Loire.

  • 1 26 août 1794.

Paris le 9 fructidor lan 2e dela République1

  • 2 Louis Jacques Ferruyau, ancien trésorier de France au Bureau des Finances de la généralité de Poiti (...)
  • 3 Un nouveau maximun fixé en thermidor An II instaura des prix plus élevés que ceux de l'ancien. (A M (...)
  • 4 La carte de viande permet de toucher une demi-livre de viande par tête à un prix raisonnable. (A Ma (...)

Je tai écrit pour teprévenir quil mai toit du parla succesion du malheureux Ferruyau2 une somme de 760" 10. La veuve ma marqué dans les tamps quelle en avoit fait déclaration et que cette somme avoit été portée à linvantaire qui a esté fait, dudepuis elle mamarqué quil faloit chargé quelque un defaire pourmoi[ ;] enconséquance je tavais écrit[.] Je ne sai ci malettres parlaquelle je técrivais de teprésanté audistric aura esté suffisante ci il ne tauroit poins fallu uneprocuration autantique, informe moi donc où enson les chose[.] Comme je prévoit que cette sommes fera sûremant plèsirs àcette maïheureuze veuve[,] je lui ai écrit de ce coinscher avec toi et dete communiquer malettres àcette fins quelle peut cecharger decette sommes qui sûremant luifera plaisir[.] Sur les besoin où elle mavoit témoignié estre, et sur lasincère envie que javez de lobligé[,] javez écrit à St Saur delui conter ce quil pouvoit medevoir[.] Suivant le conte quil ma fait passer il lui aconté une sommes de 800'[.] Cest deux sommes réunie formeron celle 1760" 10 S que cette famme maïheureuze me deuvra, et donc je pranderai des arangemant avec elle lorsque elle cera icy comme ces facheuze affaire liapelle[.] Tu poura lasurer combien très sinsèremant je minthéresse àson malheureux sord[.] Voici letamps de la cource arivé[,] je me rapelle que toi et Laspir mavez témoignié avoir envie davoir mais chien[ ;] pour peu que cet amuzemant vous fiate vous auré de quoi vous satisfaire cart ceson les deux meillieur quejai eu surtout lechien raportant, esplique toi, cart sil voufond plaisir gi metterai une petitte condiction qui sûremant vous fera plaisir,[.] Lavoici[ :] comme les vivre sonici très rare et dun prix excesif3 tous les quinze jours lorsque les fraîcheur ceron venue[,] demefaire passer un lièvre que je indiqueras de la fasson de lacomoder bien attandu que cenecera pas lièvre cera àmais frais,[.] Je cerai bien aize de savoir ceque vaux le beure la livres, les canart, les poullets, le […] et le cochon pour savoir cije pourai entirer cart je prévoit quil cera très diffidile de ceprocuerer la vie honneste[.] Mon estomac est tellemant ramplis de légume quil enregorge nayant tous les dix jours que une livres demauvaize viande4[.] La volialle est bien assé commune mais elle est à un tel prix quelle force à estre saubre[.] Tu en tant bien sûremant mefaire lajustice decroire que je nanta pas détourner la destination demais souffrage et duproduit delavache qui doive estre àton profit,[.] Je nantant tirer quecequi peu sacheter, je cerai bien aussy bien aize desavoir ceque vaux lachadelle et sil ceroit posible danavoir quinze àvingt livres, répon moi sur tous ces article à cette fins deprandere des arangemant pour meprocurer le néséssaires[.] Paris commance àrantré dans le calme après avoir éprouvé les plus terible orage, la Convantion atouché aumomant décevoir détruitte ce qui auroit infaliblemant entraîné celle de Paris et celle dela République toutentière[.] Le monstre de Robercepière qui nul et navez dégal voulloir tout faire périr pour samparer dècepothétiquemant dupouvoir[ ;] lui et tous ces lâche complice onsurporté des peine mille foix trop douce pour tant dephorfait, il est incompréensible tous les inosant qui onpéri par larage de ces indignies conjurateurs[.] Tout estoit donc perdu ci le génie qui aveillé à la conjuration dela liberté nut pas déjoué cette grande conjuration qui nut jamais dégalle, et ce quilya eu de plus ademirable cest quil nan na pas coûté ungoute desans, dans une nuit qui devoit tout détruire[.] Adieu mille chose honneste àla citoyenne Raimot, jambrace ton espouze et tais enfans et suis ton ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 26 août 1794.

2 Louis Jacques Ferruyau, ancien trésorier de France au Bureau des Finances de la généralité de Poitiers.Parent et ami avec Pierre Dubreuil Chambardel, il eut un différent avec son menuisier Tenneguis qui le dénonça. Il fut incarcéré à St Maixent et accusé "de conspiration contre la sûreté et la liberté du peuple". Jugé à Paris par le Tribunal Révolutionnaire, il fut condamné à la peine de mort et fut guillotiné le 30 mai 1794, malgré les tentatives de Pierre Dubreuil Chambardel pour le sauver de l'échafaud. (J Richard, "Promenade historique dans le département des Deux-Sèvres" in Revue de l'Ouest, du 14 Novembre 1843).

3 Un nouveau maximun fixé en thermidor An II instaura des prix plus élevés que ceux de l'ancien. (A Mathiez, La vie chère.et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., p 575).

4 La carte de viande permet de toucher une demi-livre de viande par tête à un prix raisonnable. (A Mathiez, La vie chère…, op. cit. p 503).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable