Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

44 – Lettre du 11 thermidor an ii

Texte intégral

1L'important délai entre cette lettre et la précédente a différentes causes. D'une part, Pierre Dubreuil Chambardel durant le mois d'avril a rendu visite à ses enfants, ce qui a bien entendu interrompu leur correspondance. D'autre part, il s'est probablement querellé avec son fils à propos de la gestion des domaines puisque la lettre qui suit son retour à Paris est ponctuée de réprimandes implicites. Les lettres suivantes, non reproduites ici, se bornent donc à des règlements gestionnaires. Celle-ci constitue une rupture : le député fait largement référence aux événements des 8 et 9 thermidor qui ont entraîné la chute de Robespierre et de ses partisans.

  • 1 B Benoit. op. cit., p 63.
  • 2 A Soboul, la Révolution Française, op. cit., p 361-p 381.
  • 3 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 271.
  • 4 J Godechot, la Révolution française Chronologie…, op. cit., p 163.

2Pour la comprendre, il nous faut rappeler le contexte des trois derniers mois. Après l'élimination des Hébertistes et des Indulgents, Robespierre s'affirme toujours davantage au sein du Comité de Salut Public et en devient le véritable dirigeant. Parallèlement, la mésentente s'accentue au sein du gouvernement révolutionnaire. Le Comité de Sûreté Générale qui constitue une sorte de police politique voient ses prérogatives de plus en plus entamées par le Comité de Salut Public. Par une loi du 27 germinal An II (16 avril 1794), ce dernier crée son propre bureau de police détenant le droit d'arrestation1. La rivalité latente qui existait entre les deux comités devient alors manifeste, et les membres du Comité de Sûreté Générale se révèlent être des opposants acharnés à la politique de Robespierre. Le Comité de Salut Public, fort de ses nouvelles attributions, intensifie le processus terroriste et multiplie les arrestations et condamnations. En effet, la loi du 22 prairial (10 juin), votée sur un rapport de Couthon dont seul Robespierre, président de la Convention depuis le 4, aurait eu connaissance, institue l'accélération de la procédure judiciaire, ce qui supprime toute garantie pour les accusés qui déjà n'en avaient guère. C'est le début de la Grande Terreur. Du 22 prairial au 9 thermidor (27 juillet), le tribunal révolutionnaire prononce 1376 condamnations à mort, alors que, depuis sa création (6 avril 1793) jusqu'au 10 juin, il avait envoyé à l'échafaud 1251 prisonniers2. Aux yeux de l'opinion publique, cette répression devient de moins en moins justifiée puisque les révoltes internes sont matées et que les armées républicaines sont partout victorieuses. En effet, la victoire de Fleurus le 8 messidor (26 juin) permet la libération de la frontière du Nord, la réoccupation de la Belgique et de la rive gauche du Rhin. Dans les Pyrénées, la Catalogne et San Sebastian sont occupées par l'armée française tandis que, dans les Alpes, l'invasion de l'Italie semble imminente3. Cette réprobation populaire s'amplifie lorsque le 17 messidor (5 juillet), la Commune de Paris établit un nouveau maximum des salaires qui mécontente les ouvriers dont le pouvoir d'achat diminue4. Robespierre devient peu à peu la cible des critiques. Or, en messidor, irrité des oppositions qu'il rencontre, tant au Comité de Sûteté Générale qu'au Comité de Salut Public, il se retire quelque temps. Ses ennemis vont en profiter pour rallier les indécis et constituer une majorité susceptible de le renverser. Celle-ci est hétéroclite, elle comprend des députés de la Plaine opposés à la politique sociale du gouvernement craignant pour leur vie et leurs propriétés, des hommes corrompus et terroristes exacerbés qui savent que leurs exactions et fraudes une fois découvertes leur vaudront l'échafaud, et enfin ceux qui voient en Robespierre un dictateur. Ces derniers font référence à la fête de l'Etre Suprême du 20 prairial (8 juin) qu'ils interprètent comme un hymne à la gloire du chef montagnard. Certains aussi, athées militants dénoncent l'idéologie résolument déiste de Robespierre qui a fait décréter par la Convention, le 18 floréal (7 mai), que le peuple français "reconnaît l'existence de l'Etre suprême et de l'immortalité de l'âme". La crise qui entraîne la chute de "l'Incorruptible" est brève. Le 8 thermidor, il paraît à la Convention où, dans un long discours, il se disculpe, dénonce sans citer de noms les fauteurs de troubles (maladresse qui fait craindre à beaucoup de faire partie de la prochaine fournée de condamnés à mort), et termine par une tentative désespérée de conciliation. Le lendemain, dans un tumulte général, il ne parvient pas à prendre la parole afin de répondre à ses accusateurs Tallien et Collot d'Herbois. En moins d'une heure, Son "procès" est terminé, le décret d'arrestation est alors prononcé contre lui, ainsi que contre son frère Robespierre le jeune, Couthon, St Just et Lebas. La Commune dans un suprême effort tente de réagir et de rallier les sections mais seulement seize répondent à l'appel. La Convention met la Commune hors la loi ainsi que ceux qui assistent à la réunion. Ce décret est lu à la Mairie., ce qui provoque un sauve-qui-peut général. Barras à la tête de détachements de gendarmes, investit la maison commune. C'est alors que retentit un coup de feu. Robespierre a la mâchoire fracassée. Les historiens sont toujours partagés pour savoir s'il s'agit d'une tentative de suicide ou d'un attentat perpétré par le gendarme Méda qui s'en est vanté.

  • 5 J Godechot, La Révolution Française…, op. cit., p 167.

3La défaite des Montagnards est patente et, accompagné de 21 de ses comparses, Robespierre est guillotiné le 10 thermidor à 20 heures. Les exécutions continueront les 11 et 12 faisant au total 108 victimes5.

  • 6 29 juillet 1794.

Paris le 11 thermidor 6 heure dumatin6

Jai reçu ta lettres laquelle manonce que le citoyen Sauzeau percisette dans cest idée[.] Tu doit en avoir reçu une demoi où jantre dans undétail àjustifier quil cécarte des vrai principe cart il doit lui estre fort indifférent davoir affaires àmoi ou àlanation[.] Il lui faule toujours remplir ces obligation envert elle part conséquand envert moi telle quil mon esté cédée[.] Jai recu les pièces et mémoire que tu mafait passer de nostre ami Sardin[,] je les ai communiqué àdifférants collègue qui son tout davis que le jugemant randu est bien fondé et suivant la loi et quil nepeuy avoir lieus àcasasion dabort que la loi nan na pas souffert[.] Dans cette question il nest point question dubien delà mère mais decelui dufils réclama par Lombart, aupréjudice du père Dstouche[.] Le mort nayant pas defrère nisoeur son hérittier le plus près doit reculir sa sucession[.] Point dedoute affaires entre le père et loncle, par conséquand les arbittre onjugé suivant la loi[.] Je te renvois les pièces pour les remettre ànostre ami et lui dire mille chose honneste demapartf.f Je commance à rècepirer après avoir passé les deux dernier nuits une des plus grande conjuration qui devoit éclater hier qui avoit pour but dégorgé la Convantion etfaire périr Paris[.] Les conjurateurs dans la nuit onesté déjoué[,] pris, hier vingt deux des principaux onesté conduit à la guiliotine[.] Jamais la Convantion namontré tant de fermetté et de grandeur aumillieux du fer des assasin[.] tout étai décidé àlamort[.] Que les Parisien on montré deforce et dénergie pour conserver le dépôt sacré qui leure aesté confier[ !] Que la nuit du 9 au 10 qui semblait devoir tout anéantir a esté belle puisque elle aconservé la liberté et puni les traîttere[ !] Maintenant Paris est tranquille après avoir esté debout pandant deux jours[.] Aussy tost la distribution qui doit estre faitte duraport qui prouve les perfidie des[…] je te le ferai passé[.] Je me mais aulit jambrace ta famme et tais enfans et suis ton ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 B Benoit. op. cit., p 63.

2 A Soboul, la Révolution Française, op. cit., p 361-p 381.

3 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 271.

4 J Godechot, la Révolution française Chronologie…, op. cit., p 163.

5 J Godechot, La Révolution Française…, op. cit., p 167.

6 29 juillet 1794.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540