Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

42 – Lettre du 22 février 1794

Texte intégral

  • 1 J Godechot, La Contre Révolution. op. cit., p 262.
  • 2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 43 à 48.
  • 3 B Benoit, op. cit., p 61.

1Durant les trois mois qui nous séparent de la précédente lettre de Pierre Dubreuil Chambardel, les événements se sont précipités. Les Républicains sont venus à bout des révoltes internes. Le 18 décembre 1793, le général Dugommier reprend Toulon aux Anglais. Il est assisté d'un capitaine d'artillerie à l'avenir prometteur : Napoléon Bonaparte. La ville est alors baptisée "Port La Montagne"1. Après leur défaite devant Cholet, les Vendéens avaient tracersé la Loire et entrepris la "Virée de Galerne", long exode vers la côtç normande où ils espéraient recevoir le secours des Anglais. Ayant échoué devant Granville (14-15 novembre 1793), ils prennent le chemin du retour dans des conditions difficiles, le froid, la faim et la dysenterie se faisant sentir journellement. Alors vont se succéder divers échec fatals. Les 3-4 décembre, les insurgés sont repoussés à Angers et ne peuvent franchir la Loire. Ils se replient sur Le Mans où les 12-13 décembre, une terrible bataille se termine en carnage. Les survivants de l'armée vendéenne tentent de trouver un point de passage sur la Loire mais le 23 décembre, se font massacrer dans les marais de Savenay. Seuls quelques uns comme la Rochejaquelein ou Stofflet réussissent à traverser le fleuve2. Dès lors une répression impitoyable s'abat sur le pays, elle est menée, à partir du 21 janvier 1793, par le général Turreau dont les colonnes infernales ont pour mission de faire de la Vendée un "cimetière national"3.

2Mais la Terreur n'est pas seulement militaire, elle est aussi politique. A Paris, le mois d'octobre est marqué par le jugement et l'exécution de la reine Marie-Antoinette et de 21 députés girondins. Parallèlement, la terreur idéologique s'accentue par une déchristianisation de plus en plus systématique, qui est parfaitement illustrée par l'adoption, le 5 octobre, du calendrier révolutionnaire. Elle s'accompagne aussi de fermeture d'églises et de pillages d'objets de culte. La Terreur ne fait pourtant pas l'unanimité au sein même de la Montagne. Danton, voyant certains de ses amis impliqués dans l'affaire de la Compagnie des Indes, prêche la modération dès novembre. Il réussit à réunir autour de lui ceux que l'on appelle les "Indulgents" dont l'organe est le journal de Camille Desmoulins paru le 5 décembre 1793 : "Le vieux Cordelier".

3En février 1794, la situation économique s'aggrave : Paris ne reçoit plus que le quart du bétail qui lui est nécessaire. Pour pallier cette pénurie les conventionnels ont songé à instaurer un carême civique c'est-à-dire la fermeture des boucheries pendant un temps donné. Pierre Dubreuil Chambardel nous apprend qu'un jeûne a même été envisagé. Dans ce contexte, des tensions politiques très vives naissent. Elles mettent aux prises les Indulgents et les Hébertistes ou "Exagérés" ultrarévolutionnaires. Robespierre et ses partisans tiennent quant à eux, une position d'arbitre et sont taxés "d'endormeurs" par Hébert. C'est donc sur ce nouvel échiquier que le jeu politique va se dérouler, l'erreur tactique d'une " faction " étant immédiatement sanctionnée par la guillotine.

  • 4 22 février 1794.

Paris le 4 Vantôse lan 2e dela République4

Mon cher Chambardel[,] tadernière macuze la réception dela procuration queje tai fait passer pour terminer avec lecitoyen Daussi[.] Aussy tost larivé de Dubreuil il faute terminer avec lui[,] jespère que tu mincetruira dutout lorsque ces deux affaires ceront fnie[.] Comme je prévois que marantré necera pas sitost queje laurai déziré et que mon intantion pour masatisfaction ceroit défaire un plantation en espalier depoirié dans les deux planches en antier de dernier auguemantation démon jardins[,] cegonde donc je teprie[,] mais vue en faisant remplir ces deux planche dujardin de poirié et defaire attantion quil faute les planter de six pieds ensix pieds pour quil forme des halle[.] Tupeu en faire faire les trou par avance et lorsque tufera planter il faute avoir lattantion démettre du teraut delamare[.] En plantant les aute il faute faire attantion aies placer defasson pour que leure direction soit naturèle pour lexpalier[.] Donne moi des novelles de lestat de Pin Perdu et ci tula ambandonné ce qui me facheroit puisque elle doit estre maresource àmon retour sil alieu[.] Je conte cepandant dans lecourant dAvril avoir le Plèsir devousvoir cije pei obtenir un congé[.]

  • 5 Le 3 ventôse an 11(21 février 1794), la commission des subsistances créée le 27 octobre 1792, publi (...)

Paris est dans linquétude, la malveillance met tout en oeuvre pour travaillier les esprit[.] La viande manque onnepeut en avoir[,] tout est dun prix excessif et malheureuzemant encorre on nepeu en avoir[.] Queje suis heureux destre sobre sans estre déliquat[ !] Hier la Convantion adécrété un nouveaux mot demaximum conformémant à un nouvel tableau dérigé sur lepieds que chaques chose valloit dans les distic à 1790 enyajoutant untiers ensus et leprix dubénéfice pour lemarchand avec leprix de voiture et transport5[.] Il est question dun jeûne général pourtouttes laRépublique il est question dandèterminer les époque. Sans cette difficulté il auroit esté décrété hier[.] Resouvient toi que devrai républicain doive faire tou sacrifiée pour les inthèrai généraux delapattrie[.] Ceux qui ennon lamour dans lecoeur doive[…] laviandepour nosfrères qui combatte […] généreuzemant pour la liberté[.] Nous quis[…] dans lintérieur du pain doit nous suffir pandant ces tamps malheureux,[.] Lhomme qui dézire la liberté doit avoir la cetrique économie pour son existance, les Amériquin nous en nonfoumi la généreuze examble[.] Adieu mon ami je vous embrace tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 J Godechot, La Contre Révolution. op. cit., p 262.

2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 43 à 48.

3 B Benoit, op. cit., p 61.

4 22 février 1794.

5 Le 3 ventôse an 11(21 février 1794), la commission des subsistances créée le 27 octobre 1792, publie le tarif général de toutes les denrées sous forme de grands tableaux. Les prix sont fixés au prix moyens de 1790 augmenté d'un tiers, plus 5 ou 10 % qui correspondent au bénéfice du grossiste et du détaillant et au coût du transport, ce qui entraîne des inégalités régionales. (A Mathiez, La vie chère…, op. cit., p 562).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540