Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

41 – Lettre du 12 octobre 1793

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, La Révolution Française. op. cit., p 68-71.

1La situation de la République n'est pas aussi brillante que Pierre Dubreuil Chambardel le montre dans cette lettre. Certes, quelques victoires militaires ont permis de relever le moral des troupes. A la bataille de Hondshoote, entre le 6 et 8 Septembre 1793, le vieux général Houchard a remporté la victoire mais n'a pas su l'exploiter. C'est pourquoi le Comité de Salut Public décide de remplacer les anciens généraux souvent nobles, considérés comme suspects, et parfois incompétents, par de jeunes officiers autodidactes qui doivent tout à la Révolution. Jourdan et Pichegru sont nommés les 24 et 28 Septembre, le premier au commandement de l'Armée du Nord, le second à celui de l'Armée du Rhin1. Une amélioration de la situation aux frontières peut donc être espérée.

  • 2 JR Suratteau in Dictionnaire hist. de la R..F., "Lyon", p 688-696.

2A l'intérieur, la révolte lyonnaise est écrasée le 9 octobre et notre député s'en félicite largement. La ville à bout de forces n'a plus de vivres et doit cesser la résistance. Cependant, le royaliste Precy à la tête de la cité, s'enfuit et parvient à passer en Suisse. La répression s'abat alors sur Lyon qui est rayée de la liste des villes de France et prend le nom de "Ville-Affranchie"2. Mais Toulon résiste toujours pendant que les révoltés vendéens défont l'armée de Mayence, "de fayence" disent-ils ironiquement, à Torfou le 19 Septembre. La République est donc toujours sur la défensive.

  • 3 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 39 à 41.
  • 4 J Godechot, La Révolution Française Chronologie…, op. cit., p 148-149.

3Des mesures extrêmes sont prises alors pour relever le pays tant militairement qu'économiquement. Le 1er octobre, à la suite d'un discours fameux par lequel Barère exige la destruction de la Vendée, la Convention donne à l'Armée de l'Ouest, l'ordre d'en finir avant le 20 de ce mois. Si les Républicains ne respectent pas le délai, du moins parviendront-ils le 17 octobre à mettre en déroute complète l'Armée Catholique et Royale devant Cholet3. Parallèlement, la terreur politique prend forme par le vote de la loi des suspects le 17 Septembre. Elle est suivie d'une terreur économique mise en place le 29 Septembre avec l'adoption du maximum général des denrées et des marchandises de première nécéssité et du maximum des salaires4. Le Comité de Salut Public et la Convention s'orientent donc de plus en plus vers une politique extrême, certes exigée par les dangers externes et internes, et par la disette quasi-permanente. Cependant, ils auront beaucoup de mal à la canaliser et à en fixer les limites.

Paris ce 12 8bre 1793

  • 5 Allusion à la loi du 3 Septembre 1793 qui revoit les modalités de l'emprunt forcé décidé le 20 mai (...)
  • 6 Pierre Dubreuil Chambardel peut évoquer deux victoires : le 6 octobre, les Vendéens de dElbée et Bo (...)
  • 7 27 décembre.

Mon cher Chambardel[,] je vois part talettres tous lambaras dans lequel tutetrouve part déffaule de bras pour faire ton ouvrage[.] Nous sommes dans des tamps bien malheureux[,] je crin bien que mais blé nereste àsemer à St Hillaire par lamesme raison[ ;] étant sans resource de ce costé il nemereste que celle de ton activité ày pourvoir[,] faits donc ton posible poury envoier quelque un[.] Tu meparle dema bailarge[,] tu peu en dis poser[.] Tu a bien fait dens faire autant de mais fond[ ;] je soètte quil teprocure tout la vantage que tupeu déziré[.] Suivant ce que tumemarque il ne tereste que une somme de huit cent livres en assignat à fasse royalle[,] dans quelque toujours je tant indiquerai lamplois avec ceux que je pourai te faire passer[.] Noublie pas demefaire passer leplus prontemant quil teceras posible lestats àquoi son estimé dans chaques municipalitté les biens que jey pocède àcette fins deme conformer à laloi5[..] Hier la Convantion aesté informé que Lion est pris[.] point de doute que tant detraîttere pairiron[.] Cest une grande ville perdeue, tout aura lemesme sort[.] Ilya eu une affaires dans laVandé dans laquelle les rebelle on esté battu et mis dans une déroute complète[.] Ilont perdu deux mille homme avec un de leure généraux6 mais cette malheureuze guaire necefini point[,] La mal vallance cherchant àlaprolongé[.] nous sommes partout traï[.] Lon cherche à laprolongé mais margré lasélératresse elle finira[,] les traltère périr on et laRépublique triomphera[.] Atufait bonne viné[ ?] Jespère emboire ver la St Jean7[,] époque àpeuprès demarantre jespère[.] Que depeine[ !] Que dinquétude[ !] Que de risque peustre àcourir premier cetamps [ !] Jespère que le courage et la fermette mefera braver tous les évènemant commeje les faits jusquà cejour [ ;] ma carrière finie [,] jespère la douce satisfaction davoir remplis mon devoir envrai républicain[.]Adieu mon ami je vous embrace tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Mathiez, La Révolution Française. op. cit., p 68-71.

2 JR Suratteau in Dictionnaire hist. de la R..F., "Lyon", p 688-696.

3 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 39 à 41.

4 J Godechot, La Révolution Française Chronologie…, op. cit., p 148-149.

5 Allusion à la loi du 3 Septembre 1793 qui revoit les modalités de l'emprunt forcé décidé le 20 mai 1793. Chaque citoyen ayant plus de 6000 livres de revenu doit faire une déclaration examinée par les municipalités qui peuvent la doubler. (J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, op. cit. p 393).

6 Pierre Dubreuil Chambardel peut évoquer deux victoires : le 6 octobre, les Vendéens de dElbée et Bonchamps ont été défaits dans la région de St Symphorien par les républicains de Canclaux et de Kléber. Le 9 octobre, les insurgés sont battus au Bois-aux-chênes, ce qui permettra à la colonne de Westermann de s'emparer de Châtillon le 14 ; mais dans les deux cas les chiffres sont grossis. (A Montagnon, op. cit., p 120 à 122).

7 27 décembre.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540