Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

40 – Lettre du 11 septembre 1793

Texte intégral

  • 1 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 38-39.

1En août 1793, la République affaiblie, par les révoltes internes et mise en danger par les agressions externes, doit faire face. Pour sauver la patrie, les Conventionnels adoptent des mesures exceptionnelles. Le 1er août, la guerre totale est décidée contre les rebelles vendéens avec l'envoi de troupes d'expérience, celles commandées par Kléber et Aubert-Dumayet qui ont combattu à Mayence. Le décret est particulièrement sévère et met en place une nouvelle tactique : celle de la "terre brûlée", détruisant forêts, récoltes, bestiaux, c'est-à-dire tous les moyens de subsistance des insurgés1. Parallèlement, la situation sur la frontière Nord s'aggrave, les troupes françaises reculent régulièrement et le 7 août atteignent Arras, ce qui laisse ouverte la route de Paris.

  • 2 JP Bertaud, Initiation à la Révolution Française, op. cit, p 212.
  • 3 A Mathiez, La Révolution, op. cit., p 47-56.

2Le 23 août, les Anglais somment Dunkerque de se rendre mais la ville continue de résister. Le même jour, la Convention poussée par les sans-culottes vote la levée en masse de tous les citoyens. Tous les Français, des vieillards qui doivent "prêcher la haine des rois et l'unité de la République" aux enfants qui "mettront le vieux linge en charpie" sont en réquisition permanente pour le service des armées2. Les jeunes gens de 18 à 25 ans non mariés ou veufs sans enfants sont appelés à s'enrôler. Bref, toutes les ressources, toutes les énergies de la nation sont mobilisées. Selon le mot de Barère, la République n'est plus qu"'une grande ville assiégée, un vaste camp"3.

  • 4 J Godechot, La Contre-Révolution, op. cit., p 261.

3Ces mesures d'ordre militaire et économique sont aussi politiques, puisque le Comité de Salut Public voit ses pouvoirs s'élargir. Il gouverne et même administre en s'adjoignant pour cela le 14 août des techniciens tels que Carnot et Prieur de la Côte d'Or. Ce souci de défense acharnée donne des résultat que Pierre Dubreuil Chambardel s'empresse de relater. En effet, le 25 août, marseille est reprise par les troupes du Général Carteaux qui la rebaptise la "ville sans nom"4. Cependant, les fédéralistes parviennent à s'enfuir pour Toulon qui le 26 se livre aux Anglais. Lorsque la nouvelle est connue à Paris le 2 Septembre, elle suscite de vifs remous et n'est pas sans incidence sur l'action des sans-culottes qui viennent manifester à la Convention le 5 Septembre. Ils réclament un maximum général des denrées, une armée révolutionnaire de 6 000 hommes et surtout, l'arrestation des suspects et l'épuration des comités révolutionnaires chargés de les juger. Dès lors, la Terreur est mise à l'ordre du jour.

Paris ce 11 7bre 1793 lan 2e dela République

  • 5 Il est question après ratification populaire de mettre en application la nouvelle constitution mais (...)
  • 6 Affirmation fantaisiste de Pierre Dubreuil Chambardel. Le siège de Lyon a débuté le 8 août et le bo (...)
  • 7 La colonne de Couthon partie du Puy de Dôme avec 15000 hommes (et non 25000) arrivera à Lyon le 23 (...)
  • 8 Plusieurs possibilités : Le 23 août 1793, les Républicains se sont emparés de la Roche-sur-Yon ; et (...)
  • 9 Peut être s'agit-il de Jérôme Pétion, le girondin. Dans ce cas, il s'agirait d'une fausse nouvelle  (...)

Mon cher Chambardel[,] àmon arivé hier on maremis tes deux lettres[.] Jey voit avec une vrai satisfaction que vousjouissé tous dunnent bonne santé[,] pour lamienne est mintenant acé pasable après avoir éprouvé où jétai encommission pandant les chaleur ma cruelle colique pandant plusieurs jours les quels on esté suivi detrois acsais de fièvre qui ne cesond point resanti à lefebesse prest et quelque tournemant de teste,[.] Mevoilà donc encorre frusté delespérance que javez que les assamhlées primaires pourvoirai ànostre ranplacemant5 par le corps légiscelatifs[.] Tous les vrai patriotte paraisse ceréuny et navoir que un mesme voeux en déclarant[ :"] vous avez sauvé lapatrie elle est encorre endangé votre mission nest pas remplie resté donc àvotre poste vous seul pouvé lasauvé vous déjouré lintrigue et les malvaillant qui conte sur votre renouvellemant[".] Quelque satisfaction quejai deme raproché de vous[,] Je met tous dangé tous inthérest personnel touttes satisfaction à lécart, pour nevoir que les inthérest généraux de la République[.] Cest ledevoir duvéritable citoyen[,] je leramplirai dutil mancouter plusieurs vie cije les avez[.] Lexamples detant desélérats ne vous feron jamais rougi destre les enfans dun père qui a trai ces devoir[.] Ciil a fait peu aumoins atilfait touts ce quil apu par conséquand rempli samissive, jattenderai avec pasiance et fermette que le Ciel nous donne lecalme que nous avons cigrand besoin[.] Laville demarseillie areconnu ces erreur et est rantré dans ledevoir, tous les lâche concepirateur son diceparu[.] Toulon vient decommettre le plus grand de touts les forfaits en livrant son port aux Englais et les recevant dans son seing, les départemant environnant en sontelmant indignié ceson levé enmasse et joint àla petitte armée du général Cartaul qui est parcemoiens composé de quarante mille homme qui maintenant bonbarde cette ville rebelle qui sûremant surportera lapeine deson forfaits, et tous les tatttere détruis,[.] La superbe ville deLion est mintenant réduitte ensandre6[ ;] 25 mille homme du Puis Dhomme son parti7 avec des provision pour quatre jours pour ceréunir avec larmée qui les bonbarde et finir de les détruire[.] Nous avons apris hier que quatre mille homme de larmée de la Vandé abattu quinze mille des révolté8, deux mille onaresté sur lechamps de bataillie[.] Ily a lieux decroire que cemalheureux pais cera bientost purgé detous cesbrigant[.] Voilà bien dusans quil encoûte mais quelque effort que fasse tous les traîtere la République va sontrain[.] Le lâche Petiot9 aesté aresté en Bretagnie et conduit icy poury recevoir lejuste prix detous ces fotfaits,[.] Hier est icy arivé cinq voiture àquatre chevaux chargé de lingot dor et dargent aresté proche Lisle comme elle voulai passé chez létrangé, lon dit que ces lingot vienne de lEspagnie[.] Paris est assé tranquille quoique touttes chose isoit dun prix excessifs, par madernière je tavais écris quil me faloit deux homme pour St Hillaire ci tunapas fait ma commission ne lapert pas deviie[,] je ne peut manpasser et les envoie leplustost que faire cepoura, je vous embrasse tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 38-39.

2 JP Bertaud, Initiation à la Révolution Française, op. cit, p 212.

3 A Mathiez, La Révolution, op. cit., p 47-56.

4 J Godechot, La Contre-Révolution, op. cit., p 261.

5 Il est question après ratification populaire de mettre en application la nouvelle constitution mais les Fédérés et les Jacobins exigent de la Convention qu'elle reste à son poste jusqu'à la paix afin de déjouer les modérés. (A Mathiez. op. cit., p 44-45).

6 Affirmation fantaisiste de Pierre Dubreuil Chambardel. Le siège de Lyon a débuté le 8 août et le bombardement commence le 22 août grâce à l'action des troupes de Doppet et de Dubois-Crancé. Mais la ville tiendra encore jusqu'au 9 octobre. (JR Suratteau in Dictionnaire hist. de la R. F., "Lyon", p 688-696).

7 La colonne de Couthon partie du Puy de Dôme avec 15000 hommes (et non 25000) arrivera à Lyon le 23 Septembre. (Dictionnaire hist. de la R. F., "Plan", p 692).

8 Plusieurs possibilités : Le 23 août 1793, les Républicains se sont emparés de la Roche-sur-Yon ; et le 10 Septembre, Kléber et ses Mayençais remportent une victoire à Saint-Léger. Mais dans les deux cas, les chiffres avancés par Pierre Dubreuil Chambardel sont démesurés. (A Montagnon. op. cit., p 107 -114).

9 Peut être s'agit-il de Jérôme Pétion, le girondin. Dans ce cas, il s'agirait d'une fausse nouvelle : après s'être réfugié à Caen, Pétion se cacha à Saint-Emilion avec Buzot et Barbaroux, et il se suicida le 30 prairial an II (18 juin 1794) (Dictionnaire hist. de la R. F, " Pétion ", p 839)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540