Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

39 – Lettre du 1 aout 1793

Texte intégral

  • 1 B Benoit, op. cit., p 55-P 168.
  • 2 A Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., p 251-252.

1Cette lettre écrite rapidement par notre député avant un nouvel envoi en mission a pour but d'informer son fils d'un décret voté le 31 juillet, retirant de la circulation les assignats à face royale, c'est-à-dire ceux émis sous la monarchie. Désormais, il ne peuvent servir qu'à payer les impôts, les emprunts publics et les biens nationaux. Etant largement surcotés par rapport à ceux émis durant l'été 1793, dont le cours représente environ 2 % de la valeur d'émission, ils favorisaient l'agiotage et contribuaient par là même à la hausse des prix1. Cette mesure va dans le même sens que le décret du 26 juillet instituant une loi sur l'accaparement qui punit de la peine de mort tout commerçant qui ne ferait pas la déclaration de ses stocks et refuserait d'en afficher la liste à sa porte2. Ces lois sont dictées par une situation de pénurie importante, les départements rebelles de Vendée, Bretagne et Normandie ayant suspendu leurs envois de bétail vers Paris. La livre de veau subit par rapport à juin 1790 une augmentation de plus de 90 %, celle de bœuf de plus de 135 %. La disette règne et l'émeute menace d'où l'urgence des mesures.

  • 3 J Godechot, Les Institutions…, op. cit., p 400.

2Incontestablement, le Comité de Salut Public, quelque peu débordé par l'action des Enragés, a fait une concession aux sans-culottes. Cette politique sociale d'urgence s'applique aussi à la paysannerie puisqu'après les deux lois significatives des 3 et 10 juin, la Convention vote le 17 juillet, l'abolition des droits féodaux sans indemnité, même ceux fondés sur les titres primitifs3. Il est vrai que le gouvernement montagnard n'a d'autre solution pour sauver le régime, que de se rallier les masses populaires.

  • 4 A Soboul, la Révolution Française, op. cit., p 303.

3Il doit en effet faire face, non seulement à une guerre civile éprouvante, mais à des agressions extérieures de plus en plus précises. Sur la frontière nord, alors que les Anglais s'apprêtent, aidés des Hollandais, à faire le siège de Dunkerque, les Autrichiens prennent Condé le 10 juillet et Valenciennes le 28, se dirigeant ensuite sur Le Quesnoy et Maubeuge. Le 23 juillet, Mayence assiégée depuis quatre mois tombe aux mains des Prussiens. Sur les Alpes les troupes de Kellermann affaiblies par les corps détachés à Lyon et Toulon, tiennent à grand peine les passages de la Maurienne et de la Tarentaise, mais ne peuvent empêcher l'invasion de la Savoie. Enfin, sur les Pyrénées, les Espagnols forcent la frontière et s'avancent vers Perpignan et Bayonne4. Bref, la République est assaillie de toutes parts et pour sa défense, la Montagne ne tarde pas à s'engager dans une lutte où tous les moyens sont bons pour la sauvegarde de la Révolution.

Paris ce prx août 1793 lan 2e dela République

  • 5 Le 27 juillet, les rebelles vendéens s'emparent des Ponts-de-cé et menacent à nouveau Angers qui es (...)

Mon cher Chambardel[,] je vient derantré àParis après un mois dabsance ayant esté envoie encommission, et je repart le quatre pour tous lecourant dAoust,[.] Je tepréviens que hier il fut randu un décret quihaute de lasirculation et qui nauron plus decour tous les assignats àfasse roialle de deux cent livres et audessus[.] Il ceron seullemant recu enpaiemant debiens nantioneau[.] dams prun forcé et payemant dimposition[.] La Convantion a esté obligé derandre ce décret pour arester lagiotage qui sansfaisait[.] Il ganiai jusquà dix pourcent sur les aute, et on aucasionné une telle auguemantation àtouttes espèce de marchandize que Paris éprouve beaucoup depeine pour lavie[,] chacun criant quil faudera mourir defain[.] Ce décret fait beaucoup debruits, sûremant les malvaillant sans serviron pourservir Iheure perfide dessin[.] Nansois point éffraié, il faudera que ceux qui en sonporteur et qui les on acaparé sois déjoué de leure ville prétantion[.] Le général Custine[,] segond Dumourier est sur lepoint destre jugé incique plusieurs deces copérateur,[.] Il fut anoncé hier à la Convantion que les rebelle avez esté battu à Luçon et à Engé5, il avez eü dans cedernier des avantage laveillie[.] Resouvient toi quà la St Michel ou plustost pour St Hillaire, deux homme[.] Mille chose honneste demapart àmadame Raimot, jambrace ton espouce et tes enfans et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 B Benoit, op. cit., p 55-P 168.

2 A Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., p 251-252.

3 J Godechot, Les Institutions…, op. cit., p 400.

4 A Soboul, la Révolution Française, op. cit., p 303.

5 Le 27 juillet, les rebelles vendéens s'emparent des Ponts-de-cé et menacent à nouveau Angers qui est républicaine. De ce côté, on ne peut guère parler de victoire des armées "bleues"car elles sont sur la défensive. Par contre, menées par le général Truncq, elles remportent une première victoire à Luçon le 30 juillet suivie d'une seconde le 14 août. (A Montagnon. op. cit., p 108).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540