Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

37 – Lettre du 24 juin 1793

Texte intégral

  • 1 J Godechot, Les institutions…, op. cit., p 282.
  • 2 A Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op cit, p 213 à 215.

1Les deux questions principales abordées par Pierre Dubreuil Chambardel concernent la guerre civile et la constitution. Cette dernière adoptée le jour-même reprend dans ses grandes lignes le texte de la Déclaration des Droits de l'Homme votée le 29 mai 1793, réaffirmant l'égalité des hommes "par la nature et devant la loi" qui passe avant la liberté, la sûreté et la propriété. Elle innove par son caractère profondément démocratique puisqu'elle instaure le suffrage universel masculin et s'efforce de limiter le pouvoir exécutif, strictement subordonné à l'assemblée1. Parallèlement, les Enragés menés par Jacques Roux et Varlet tentent d'imposer leurs vues et exigent que la nouvelle constitution réprime l'agiotage et les accapareurs mais ces propositions sont repoussées par la Convention le 23 juin2.

2Pierre Dubreuil Chambardel se préoccupe davantage des troubles internes qui secouent la République et s'enthousiasme en énumérant les forces qui sont désormais opposées aux rebelles. Les Vendéens continuent toujours leur avance victorieuse vers Nantes, avec le 18 juin, la prise d'Angers qui n'a certes opposé aucune résistance. Mais ce sont là les derniers succès de l'Armée Catholique et Royale qui va connaître différents revers propres à la déstabiliser. Il est certain que la création d'une Armée de l'Ouest plus structurée sous l'égide du général Biron, contribue largement à un renversement de situation encore incertain mais prometteur pour la République.

Paris ce 24 juin 1793

  • 3 Il est très difficile de donner des chiffres sûrs. A leur création, les trois armées de Biron, Canc (...)

Mon cher Chambardel[,] je resoit une lettres ducitoyen Lambert de Niort parlaquelle il manonce quil veux ce libérer envert moi dunne sommes de 4 600" quil medoit et que javez laissé entre ces mains[.] Donne toi lapeine dete transporter àNiort pourla touché, tu passera encompte ce que lon aura pu payé pour moi[.] Je prie aussy lecitoyens Lambert de teremettre une quittance dureceveur dudistric deNiort qui est pour le payemant que jai fait icy pour lacquittemant de lamaitèrie de St Hillaire[.] Cette quittance doit estre de huit mille livres passant[.] La constitution est enfins finie[.] Paris parais acécalme, on est très sérieuzemant ocupé delaguaire civille de la Bertagnie et denos départemant delà Vandé et Deux Sèvres,[.] Cest les seul dangé qui nous menace aujourdhui, il son grand mais il faute espérer quil finiron[.] Le général Biron est enmouvemant avec 25 mille homme et combine avec larmée deLoire qui est de 25 mille homme et celle dugénéral Landos qui [est de] dix mille homme[.] Ces trois armées formant soixante mille homme3 agiron deconsert pour tomber sur lennemi[.] Liste fait partir un corps de douze mille homme pour ci réunir[,] joint ce que fait partir Paris et les départemant environnant il cetouvera une force cyimposante quily a lieux decroire que ces révoltés ceron détruit dans les point quil aucupe,[.] Mais juste ciel[ !] Que desans qui acoullé et qui vacouller[.] Cest lesans des Français et qui santredéchire entre eux, voilà les effaits que des monstre et mesme delà Convantion onfermanté[.] Au homme malheureux que lemasque de la perfidie ne tombe til pour vous faire voir clair[ !] Adieu mon ami je vous embrasse touts et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

ilya lieux decroire que la constitution adopté, que notre mission cera remplie et que une nouvelle législature nous ramplacera[.] Les assamblées primaires instruite par lexample ceron plus délicate dans leure choix et sauron ce prémunir contre lintrigue[.]. Jattant cet heureux momant sil arive avec impasiance et ladouce satisfaction davoir fait mon devoir parmi les poniart et les plus grand dangé.

Notes

1 J Godechot, Les institutions…, op. cit., p 282.

2 A Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op cit, p 213 à 215.

3 Il est très difficile de donner des chiffres sûrs. A leur création, les trois armées de Biron, Canclaux (et non "Landos") et de Wimpfen sont composées d'éléments disparates estimés à la fin de l'année 1793 à environ 75000 hommes. Mais ces chiffres ne garantissent pas la quantité de soldats effectivement disponibles. Des états des troupes dressés en juin 1793, il apparaît que sur les 50000 hommes recencés, Niort en compte 16 à 17000, Saumur et Doué 12000, Thouars 6000 et Nantes une dizaine de milliers. On est donc bien loind du compte. (JC Martin, La Vendée et la France, Paris, Seuil, 1987., p 133-134).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540