Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

36 – Lettre du 15 juin 1793

Texte intégral

  • 1 JP Bertaud, Initiation à la Révolution Française, op cit, p 202.
  • 2 A Mathiez, La Révolution française, Tome III, Denoël Médiation, 1985, p 10.

1Alors que les territoires occupés par la France, sont envahis par les troupes des coalisés, les révoltes intérieures se multiplient. A la mi-juin, environ 60 départements sont en rébellion plus ou moins ouverte contre la Convention montagnarde1. Il est certains que la fuite de certains Girondins tels Buzot, réfugié dans l'Eure, permet à l'agitation fédéraliste de s'organiser. Ainsi, dès le 7 juin, Buzot décide la levée de 4000 hommes. Le Calvados suit cet exemple le 92. Ses administrateurs arrêtent et emprisonnent du 10 juin au 29 juillet deux députés montagnards : Romme et Prieur Duvernois dit Prieur de la Côte d'Or, envoyés auprès de l'armée des côtes de Cherbourg, ce qui indigne Pierre Dubreuil Chambardel. Les départements bretons se fédèrent avec leurs voisins normands et Caen devient la capitale de l'Ouest girondin. Cette révolte est d'autant plus puissante que Félix Wimpfen, commandant de l'armée des côtes de Cherbourg passe à l'insurrection avec deux régiments de cavalerie et prend la tête de l'armée fédéraliste. Parallèlement à l'insurrection fédéraliste, les insurgés vendéens avancent et prennent Saumur, siège de l'état major républicain le 9 juin. De là, ils auraient pu marcher sur Paris mais préfèrent se retourner vers l'ouest et marcher sur Nantes. L'Armée Catholique et Royale est alors au faîte de sa gloire n'ayant jusqu'ici subit aucun échec significatif si ce n'est l'impossibilité d'accéder à un port. Par ailleurs, Bordeaux et Marseille lèvent des troupes et la cité phocéenne tente une jonction avec les insurgés lyonnais. Bref, au lendemain de leur victoire parlementaire, les Montagnards se trouvent confrontés à de multiples forces centrifuges dont le but est le renversement du pouvoir parisien. La Montagne comprend rapidement qu'elle doit absolument rallier le peuple pour assurer sa sauvegarde. Elle fait alors voter deux lois pour rassurer les masses paysannes. L'une ordonne la division en petites parcelles des biens des émigrés et l'autre autorise le partage des communaux. Dans le domaine politique, la Montagne fait rédiger et voter en trois semaines une constitution démocratique. Elle sera ratifiée par référendum populaire mais ne sera jamais appliquée.

Paris ce 15 juin 1793 lan 2e dela République

Jai recu mon cher Chambardel[,] ta lettres qui me rasure sur limpresion quavet fait sur moi la lettres deta famme enmedépainiant lestats fâcheux où tu estai tombé,[.] Te voilà donc tiré daffaires[,] janresant une vrai satisfaction[.] Nais point dinquétude sur monconte je suis audessus detous les dangé, rien ne peut affecté moninthérest individuel ; je nai des yeux et un coeur quepour voir les inthérest et tous les maux denostre malheureuze patrie[.] Elle est déchiré dans plusieurs poin par la guaire civille[.] Par tous, les traîttere et lintrigue mette tous enoeuvre pour ouvrir leprécipice qui doit engloutir la liberté[.] Périratelle[ ?] Non[,] les malveillant ceron déjoué et puni de tant de forfaits.

  • 3 Brissot a été arrêté à Moulins le 10 juin 1793 (Suzanne d'Huart, Brissot, la Gironde au pouvoir, Pa (...)
  • 4 On peut voir ici une référence à l'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1793 (...)
  • 5 "De la représentation nationale" est le titre exact d'une partie de la constitution, comprenant les (...)

Larestation de trante manbres dela Convantion chez eux, fait connaistre degrand progais perfide, plusieurs ceson sauvé, Brissot a esté aresté àMoulain3 porteur dun faux passeport oùil avoit caché son non[.] Hier il a esté randu undécret dacusation contre Buzot, maintenant dans le Calvados où les administrateur du départemant on viollé la représantation nantionalle enfaisant mettre en estats darestation deux denos colègue envoyé à larmée de Cherbour[.] Plusieurs lâche députté on embandonné leure poste[,] les unpar lapeur et les autre pour excitter la guaire civille dans leure départemant[.] Aujourdhui lapel nominal doit cefaire par un décrets, […] deconnaistre ceux qui on lâchemant[…] leure poste après avoir[…] de le quitter[.] Voilà les brave dans les péril oùce trouve la patrie [ !] Paris commance àrantré dans lecalme après trois jours desuitte du plus terible orage, qui cest terminé parle déjouemant encorre une foix de lintrigue[.] Le Comitté de Salut Public viens defaire leraport dun projet de constitution qui doit faire lebonneur detous les ami du biens public4. Cette constitution est regardé comme le plus grand remède que lon puisse aujourdhui apliquer àtant demaux[.] La discution en est ouverte et cecontinura tous les jours jusquà son achèvemant sans interuption[.] Elle cera vraisemblablemant fini pour leplus tart à lafin dumois et cera envoyé desuitte au souverain réuny en assamblé primaire pour lacepté ou la regretter[.] Plusieurs article en son décrété, eny comprenant le chappître six en antier["]Dela représantation nantionalle["]5[.] Tusan quil onesté parla discution modifié ou auguemanté, je te fais passer cegrand ouvrage qui justifie cibiens les Droits de lHomme et sa souverènetté,[.] Tume parle demais pré je man suis expliqué avec ton espouze par madernière[,] donc jete laisse le maître comme tu voudra[.] Adieu mon cher Chambardel[,] je vous embrasse tous et me croit ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 JP Bertaud, Initiation à la Révolution Française, op cit, p 202.

2 A Mathiez, La Révolution française, Tome III, Denoël Médiation, 1985, p 10.

3 Brissot a été arrêté à Moulins le 10 juin 1793 (Suzanne d'Huart, Brissot, la Gironde au pouvoir, Paris, Laffont, 1986, p 206).

4 On peut voir ici une référence à l'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1793 qui affirme que le but de la société est le "bonheur commun" (J Godechot, Les Constitutions de la France depuis 1789, Paris, Garnier Flammarion, 1970, p 80).

5 "De la représentation nationale" est le titre exact d'une partie de la constitution, comprenant les articles 21 à 36. Ce chapitre institue le mode des élections et leur fonctionnement (J Godechot. op. cit., p 84-85).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable