Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

35 – Lettre du 8 juin 1793

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, op. cit., p 244.

1Le mouvement du 31 mai s'est soldé par un demi échec mais ses protagonistes ne désarment pas. Dans la nuit du 31 mai au 1er juin, le Comité insurrectionnel ordonne de faire arrêter les suspects. Manon Roland est arrêtée mais son mari réussit à s'enfuir. Les députés se refusant à voter les mesures présentées le 31 mai, une nouvelle insurrection est préparée. Elle a lieu le 2 juin, un dimanche, ce qui permet à de nombreux ouvriers de répondre à l'appel du chef des gardes nationales, Hanriot. Celui-ci parvient à grouper autour des Tuileries 80 000 hommes puissamment armés1. Au cours de l'après-midi, une trentaine de députés tentent une sortie mais se trouvent confrontés aux 150 canons postés autour du château. Ils réintègrent donc la salle des Machines. Prisonnière, la Convention n'a d'autre solution que de décréter l'accusation de 29 députés girondins et des ministres Lebrun et Clavière.Une partie des députés girondins se sont enfuis en province, contribuant à déclencher les révoltes "fédéralistes". Vingt-et-un des principaux Girondins seront condamnés à mort le 30 octobre 1793 par le Tribunal Révolutionnaire et exécutés le lendemain. Cette victoire de la force armée sur l'action parlementaire est lourde de conséquences et annonce déjà la dictature.

  • 2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op cit, p 35.
  • 3 J Godechot, La Contre-Révolution, op cit, p 254-255.
  • 4 J Godechot, La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986, p 181-183).

2La situation politique est encore aggravée par les séditions internes qui deviennent plus inquiétantes que jamais et dont Pierre Dubreuil' Chambardel se soucie ici. En Vendée, les zones insurgées s'étendent. Le 25 mai, les révoltés ont pris le chef-lieu du département de la Vendée, Fontenay le Peuple et y créent le Conseil Supérieur, première administration embryonnaire des territoires conquis, qui se déplacera ensuite à Châtillon sur Sèvre2. Les départements du sud du Massif Central, de la Haute-Loire à l'Aveyron, connaissent une chouannerie. En Lozère, Marjevols tombe aux mains des troupes de Charrier qui menace Mende. Enfin, à Lyon, les sections royalistes et girondines se sont emparées de l'Hôtel de Ville et le 30 mai, Châlier, figure de proue du mouvement sans-culotte, est arrêté ainsi qu'un certain nombre de Montagnards3. Châlier sera exécuté le 17 juillet et figurera au sein de la triade montagnarde des martyrs de la liberté avec Le Peletier de Saint-Fargeau et Marat. L'éviction des Girondins ne fait qu'accentuer ces oppositions. Certains départements ou grandes villes s'insurgent contre les Montagnards parisiens. Ainsi en est-il du Calvados, de Bordeaux, ou Marseille. L'attitude de Toulouse, point stratégique entre marseille et Bordeaux, est déterminante. Pierre Dubreuil Chambardel l'implique certes avec un certain doute dans les villes fédéralistes : dès l'annonce de la chute des Girondins connue à Toulouse, une protestation est envoyée à la Convention. Deux comités s'opposent au sein de la ville, et heureusement pour les Jacobins, c'est celui de leur club qui l'emporte auprès des autorités locales.4

3Mais l'insurrection fédéraliste s'étend largement, encouragée par les Girondins exclus.

Paris ce 8 juin 1793 lan 2e dela République

Citoyenne chère fillie

  • 5 Le Cantal fut relativement épargné par les révoltes royalistes et fédéralistes puisque Saint-Flour (...)
  • 6 Petite erreur de chiffre : 29 députés girondins furent déclarés d'arrestation.

Votre lettres manonce toujours la triste sittuation où cetrouve votre mari, lamertume don moncoeur est rempli empranderoit de lacroicemant sil povoit encontenir davantage,[.] Que Dieusois loué et lerétablice prontemant [ !] Nous sommes biens dans des tamps bien malheureux, chère fillie[.] La guaire civille parais voulloir touts dévorer et anéantir[.] Nostre propre pais nest pas leseul qui cetrouve ravagé parceflèau decetructifs du janre humain[.] La ville de Lion et le Cantal5 et prouve lemesme fléau[,] marseillie est fortemant a gitté[,] on parle égallemant de Toulouze[.] Icy pandant trois jours tous Paris a esté dans laplus grande fermantation[,] la force armée debout on crainiat que lesans necoulla, les choses ceson passé sans sans répandre[.] Cette grande inzurection ces terminée par la restation de trante manbres6 de la Convantion[.] Tous les bons esprits crainie que cela ne fasse un mauvais effaits dans les départemant[.] Tous ces manbres demande à estre jugé, sontil criminel ou inosant[ ?] Ces ceque letamps nous a prandera mais icy touts est dans la consternation[.] Jugé dema propre sittuation, nayant que lamour dubiens public envue obligé destre continuellemant engarde contre lintrigue qui vouderoit tout détruire[.] Au patrie[ !] Malheureuze patrie qui renferme dans ton sein tant desélérats qui vouderai tanéantir, que netepurje tu detous ces monstre dévastateur[ !] Vous meparlé demais pré[,] que votre mari enfasse ce quil voudera ou les prène pourson conte nous enrégleron leprix àmon retour sil arive, ceque je nepeut pas meflaté maintenant dans lordre oùson les choses[.] Mon esprit nesans trouve point affecté meliverant touts antier à linthérest général[.] Cest ledevoir dun bon citoyens[,] je nimanquerai jamais[,] nulle crinte nemefera embandonnée mon poste[.] Voilà ma résination[,] mais enfans nauront jamais àrougi demonnon et destre les enfans dun lâche, tralttere àsa patrie[.] Adieu chère fillie[,] embracé votre mari et vos enfans[.] Jespère que votre première lettre maprandera le rétablicemant devotre mari, croié moi votre véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Je joint icy un écrit répandu avec profusion contre les arestés[…].

Notes

1 A Mathiez, op. cit., p 244.

2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op cit, p 35.

3 J Godechot, La Contre-Révolution, op cit, p 254-255.

4 J Godechot, La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986, p 181-183).

5 Le Cantal fut relativement épargné par les révoltes royalistes et fédéralistes puisque Saint-Flour resta républicaine. Tel ne fut pas le cas de l'Ardèche de la Lozère et de l'Aveyron.

6 Petite erreur de chiffre : 29 députés girondins furent déclarés d'arrestation.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540