Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

34 – Lettre du 1er juin 1793

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, La Révolution…op. cit., p 238-241.

1Pierre Dubreuil Chambardel dans ses précédentes lettres s'était justement inquiété de l'hostilité croissante qui fait rage entre la Montagne et la Gironde. Il relate ici la phase finale de cette montée des antagonismes. L'insurrection du 31 mai constitue en effet l'acte premier du drame tragique qui va entraîner la chute des Girondins et par là même la victoire décisive de leurs opposants. Voulant répondre aux attaques montagnardes par la répression, les Girondins par le biais de la Commission des Douze font arrêter Hébert pour un article du Père Duchesne, et l'enragé Varlet. Deux jours plus tard, Dobsen, président de la section de la Cité et juge au Tribunal Révolutionnaire est lui aussi interpellé1. Ces mesures ont pour conséquence de hâter le dénouement de la crise qui s'est aggravée depuis la trahison de Dumouriez. Le 25 mai, des représentants de la Commune venus à la barre pour réclamer la libération d'Hébert, se voient opposer un refus violent accompagné de menaces dignes du manifeste de Brunswick, proférées par le président girondin Isnard. Cette attitude maladroite déclenche l'insurrection appelée par Robespierre qui propose un décret d'accusation contre les chefs de la Gironde. Le Comité de l'Evêché où se réunissent les délégués des sections, prépare la journée du 31. C'est au bruit du tocsin et de la générale que se réunit la Convention. Alors qu'une foule menaçante encercle les Tuileries, les pétitionnaires des sections et de la Commune paraissent à la barre et exposent un vaste programme de défense révolutionnaire et de mesures sociales. Ils réclament l'arrestation de vingt-deux "appelants" girondins, des douze de la Commission ainsi que des ministre Clavière et Lebrun. Ils demandent aussi la création d'une armée de sans-culottes, une taxe sur les riches et le pain à trois sous la livre. Mais la majorité s'en tient à voter la cassation de la Commission des Douze. Cette journée s'achève donc dans la déception pour les sans-culottes.

Paris ce le juin 1793

  • 2 Allusion probable à la pétition présentée le 15 avril 1793 à la Convention par 35 sections parisien (...)

Mon cher Chambardel[.] je nai que ce petit momans pour tedire que hier lorage qui cefaisoit sourdemant santir dudepuis plusieurs jour[,] aéclaté dunnent fasson à effraié tous ceux qui naurai pas esté décidé àtous évènemant[.] A deux heure dumatin le tocsin a partout sonné[,] les barière on esté fermé et lecanon dalarme atiré[.] Aujuge dumouvemant et de linquétude de tous Paris[ !] Chacuns ce demandais[ :"] quiy atil[ ?"] Les un dizai[ : "] La Convantion est plène detrdittere il faut sans assurer["] les autre dizai[ :"] ily enâ 120 departy decette nuit["], dautre quily en avoit daresté dans Iheure fuitte, tous ces faut nefaisai que inquétté[.] Chacuns ces randu àsonposte, mon premier mouvemant miafait voiler, mais que derèflection macompagniè sur les malheur de nostre pauvre patrie que tout parais voulloir détruire[ !], Cette inzurection paraîsoit estre le sinistre présage dun jour où le sans devoit couller[.] Touttes laforce armée étoit surpieds et contre latante lejour a esté acécalme, des patrouille considérable et une garde immance qui entouroit la Convantion amintenu lordre et nous aprocuré la tranquilitté que lon nedevoit pas espérer le matin,[.] Tous lejour a esté pour incidire passé à la Convantion àentandre des pétittion des hautoritté concetitué qui demandais lasupresion du Comitté des Douze etque ces manbres fusse envoié autribunal révolutionnaire[.] On a égallemant demandé undécret dacusasion contre vingt deux manbres delaConvantion conregarde comme sucepect dinteligeance et procequerit ilya déjà lontamps2[.] Voilà le motifs qui adonné lieux à cette inresuction[.]

  • 3 Louis Viger, avocat angevin admis à la Convention le 27 avril 1793 en remplacement de Mr de Houlièr (...)
  • 4 Après la perte de Fontenay le Comte le 25 mai, les troupes républicaines se replient sur Niort qui (...)

La Convantion asuprimé ce comittè et renvoyé au Comité de Salut Publique pour lesurplus et dans faire son raport, un des manbres dece Comitté des Douze avoit esté envoié àlAbaïe pour estre sucepect dinteligeance avec les révolté de laVandé3, point de doute quilya des traîttere dans laConvantion et que les plus grand denos meaux son là,[.] Aujourdhui la Convantion doit envoyé une proclamation par des courier extraordinaire àtous les départemant et lesarmée pour les prévenir decequi cest passé hier,[.] Jespère que lejour cera assé tranquille, Paris est mintenant sans mouvemant cequi anonce cette tranquilitté, il faule espérer que cette mesme tranquilitté passera jusque dans laConvantion qui ena grand besoin dudepuis plusieurs jours, il samble que plusieurs mauvaize teste veulle tous perdere[.] En quelle sittuation este vous mintenant[ ?] Niort est til pris ou asiégé par les ennemi cequeje crin4[ ?] Jattant avec grande inquètude le courier daujourdhui pour savoir la vrai situation des chose, hier je Jus informé que un corps de 8 à 10 mille homme savansoit ausecour deNiort, mais cela nemetire pas dinquétude sur lesort de nos frères, quoique par les mesure prize il niait point de doute affaires surladestruction entière des révolté,[.] Adieu mon ami embrasse pour moi tafamme et tes enfans et me croit ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Mathiez, La Révolution…op. cit., p 238-241.

2 Allusion probable à la pétition présentée le 15 avril 1793 à la Convention par 35 sections parisiennes qui demandait l'arrestation de 22 députés girondins.

3 Louis Viger, avocat angevin admis à la Convention le 27 avril 1793 en remplacement de Mr de Houlières, démissionnaire. Auparavant, il servait comme simple grenadier en Vendée dans le deuxième bataillon de volontaires du Maine et Loire, ce qui explique l'accusation proférée contre lui. Il sera condamné à mort avec les autres membres girondins le 30 octobre 1793 (Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire, Angers, 1965-1978 ; cf aussi Cl Petitfrère, Les Bleus d'Anjou (1789-1792), Paris, CTHS, 1985, p 202.)

4 Après la perte de Fontenay le Comte le 25 mai, les troupes républicaines se replient sur Niort qui n'est pas prise par les insurgés vendéens.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable