Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

33 – Lettre du 18 mai 1793

Texte intégral

  • 1 A Mathiez. op. cit., p 222-223.
  • 2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 35.

1Pierre Dubreuil Chambardel apparaît ici essentiellement préoccupé par l'insurrection vendéenne, ce qui est compréhensible de la part d'un député originaire d'un des quatre départements insurgés. Pourtant, la situation parisienne n'est pas moins inquiétante. La lutte entre la Gironde et la Montagne gravit encore quelque échelons lorsque le 24 avril, Marat est acquitté par le Tribunal Révolutionnaire et porté en triomphe à la Convention où il reprend sa place. Cet échec politique girondin est accentué par une défaite économique : les Montagnards qui se rapprochent de plus en plus des sans-culottes voire des Enragés, parviennent à faire voter le 4 mai la taxation du prix du grain ou le premier "maximum" vivement revendiqué par le petit peuple des villes. Mais la Gironde prend sa revanche quand le 18 mai, elle fait décréter par la Convention installée aux Tuileries depuis le 10 mai, la création d'une Commission des Douze chargée d'enquêter sur les actes de la Commune de Paris, soutenue par la Montagne. Cette décision exaspère encore l'hostilité entre les deux groupes. Pourtant, la situation intérieure ne se prête guère aux divisions et les troupes républicaines sont fort malmenées par les insurgés vendéens. En effet, depuis le mois de mars, la révolte n'a cessé de s'étendre. La situation est d'autant plus catastrophique qu'après avoir abandonné les Aubiers et Bressuire aux Vendéens, Quétineau capitule à Thouars le 5 mai avec 3000 hommes, 4000 fusils et 10 canons1. Un témoin affirme qu'il prit lui-même l'initiative d'arborer un morceau de drap blanc malgré le refus des volontaires marseillais, pour éviter un massacre2. Par la suite, il paiera de sa tête cette capitulation bien qu'il ait toujours nié avoir agi de la sorte. Néanmoins, la perte de Thouars entraîne celle de Parthenay le 10 mai et de la Châtaigneraie le 13 ; elles seront toutefois reprises par les Républicains.Le Conseil Exécutif prend conscience de la gravité de la situation. Il décide d'envoyer dans l'Ouest des troupes régulières : d'abord la légion du Nord commandée par Westermann, puis des bataillons spéciaux formés d'un prélèvement de six hommes par compagnie, opéré dans toutes les armées. Deux corps sont alors organisés : l'armée des Côtes de Brest au nord de la Loire sous le général Canclaux, et celle des Côtes de la Rochelle, au sud, sous le général Biron. Ces nouvelles que Pierre Dubreuil Chambardel envoie à son fils ont pour but de calmer son inquiétude car la prise de Thouars, rapprochant les troubles de leur région, a entraîné une véritable panique dans les populations poitevines.

Paris ce 18 mai 1793.

  • 3 Le chiffre est très exagéré. Un tableau général des forces armées en Vendée, du 15 au 24 mai 1793, (...)

Je nai recu que dehier mon cher Chamdardel[,] ta lettres datté delaMothe laquelle meconfirme les dangé dans les quels vous este par la traizon dulâche Quétinaut sans laquelle les révolté naurai pas pris Partenai,[.] Je me plais àcroire que lecivisme et la bravoure denos concitoiens les aura tous réunis pour empaiché lennemi depasser outre jusque aumomant que les grande force qui son enchemin sois arivé, elle ceront siconsidérable quelle formeron une armée aumoins de quatre vingt mille hommes3[.] Ci maintenant lennemi napas pénéttré jusquà StMaixant ilnia point àdouter desaretraitte pronte et sertaine, nostre canton cera àcouvert de linvasion de ces hommes fanatizé conduit par des brigand qui nepeuve manquer destre vinqus et puny detous Iheure forfait[.] Instruis moi chaques courier devotre situation[.]Donne moi des nouvelles ducitoyens Pairault je suis inquet sur son compte,[.] Paris est toujours dans la fermantation[.] Adieu je suis presé je vous embrasse tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Dit aucityen Tenesit que jai suspandu mon envois mais que aussy tost que je serai sertain de la libre […].

Notes

1 A Mathiez. op. cit., p 222-223.

2 C Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 35.

3 Le chiffre est très exagéré. Un tableau général des forces armées en Vendée, du 15 au 24 mai 1793, donne un total de 28904 hommes. (Archives du Service Historique de l'Armée de Terre, B 54)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540