Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

32 – Lettre du 22 avril 1793

Texte intégral

  • 1 A Soboul, La Révolution Française, op cit, p 285.
  • 2 J Godechot, La Contre Révolution 1789-1804, PUF, Paris 1984, p 232.

1Pierre Dubreuil Chambardel évoque en termes très forts le combat implacable entre la Gironde et la Montagne en le liant à la situation tant intérieure qu'extérieure. Il est à noter que son optimisme absolu et sa confiance presque aveugle dans les troupes révolutionnaires sont loin de refléter la réalité. En effet, la défaite désastreuse de Neerwinden le 18 mars, entraîne le retrait des troupes de Custine et la perte de la rive gauche du Rhin. Ainsi, en avril 1793, il ne reste des conquêtes de la fin de l'année 1792, que la place de Mayence durement assiégée. Parallèlement, les pays coalisés s'organisent. Le 9 avril, ils se réunissent à Anvers pour se partager les territoires reconquis et pour préparer l'assaut1. La lutte commune sur terre et sur mer est alors décidée afin d'assaillir l'ennemi sur tous les fronts. Heureusement, les objectifs de chaque Etat ne sont pas identiques. Pour l'Autriche et la Prusse, il s'agit d'une guerre politique dont le but est d'écraser une France aux idées dangereusement subversives. L'Angleterre défend davantage ses intérêts économiques et y voit le moyen d'affirmer sa suprématie coloniale. L'optimisme du député peut néanmoins s'expliquer par l'absence d'offensives durant le moins d'avril. A l'inverse dans l'Ouest, la défense républicaine s'organise et remporte quelques succès. Trois armées sont mises en place pour lutter contre l'insurrection. Une première sous le commandement du général Berruyer dans la région d'Angers, une seconde sous le commandement du général Boulard qui doit agir depuis les Sables d'Olonne, une troisième sous les ordres du général Beysser à Nantes. Boulard prend l'offensive avec des bataillons de volontaires et remporte des succès sur la bande commandée par le chirurgien Joly qui est tué. Cela lui permet de reprendre Saint-Gilles Croix de Vie et d'obliger Charette à évacuer Challans le 12 avril. Parallèlement, Beysser progresse de Nantes vers Machecoul, où il entre le 20 avril. Par contre, en Anjou et en Poitou, l'action des Républicains se solde par de cuisants échecs. Le 11 avril, Berruyer est battu à Chemillé et le 22 à Beaupréau, il se replie alors sur Angers. Son subordonné, le lieutenant colonnel Quétineau, confronté aux troupes de La Rochejaquelein doit lui aussi reculer devant les Aubiers le 13 avril2. Les propos de Pierre Dubreuil Chambardel doivent donc être largement nuancés.

Paris ce 22 avril 1793 lan 2e dela République

Citoyen et chère fillie

  • 3 Attaque visant les "appelants" donc une partie des Girondins.
  • 4 Allusion au duc d'Orléans, Philippe Egalité qui, de par sa naissance et son nom, fut toujours soupç (...)
  • 5 Accusation classique qui fait partie des fantasmes révolutionnaires et relève davantage du ragot co (...)
  • 6 Dumouriez n'a pas été emprisonné après sa "trahison", contrairement à Lafayette en 1792.

Jai recu votre lettres don les expresion tandre et sansible me pénettre jusque aufond de lâme[.] Linthérest prticulier que vous paraissé prandre àmon égard justifie tous les sentimants que jai concu pour vous, ne soié donc point inquète àmon sujets[ ;] quelque grand que soit les dangé il ne minquète point étant résinié àtouts[.] Cest chère fillie[,] deceréuny votre tandre solicitude àmais voeux en faveur de nostre patterie, premier devoir detous coeur généreux et sensible,[.] Lacepet imposants où cetrouve maintenant nos toupe qui on tous les jours quelque avantage sur lennemi est un assurance sertaine que nous navons rien àcrindre deux[.] Les révolté du dedans sonpartouts battu, mais les ennemi dudedans énottamant ceux qui son dans la Convantion son les seul dangereux[.] Deux faction dans la Convantion continuellemant enoposition rande nos séance citumultueuze que nous resamblon plustost àune troupe de brigand qui veulle santredétruire plus tost quà des législateur[.] A que les hommes pur qui neveulle que lebiens général son àplindre de chiéger avec detel homme qui vouderai tous sacrifié pour satisfaire Iheure aveugle passion, mais tous ces infidelle mandataire du souverain3 ceron déjoué de Iheure perfide dessins[.] Ces deux faction journellemant sacuze[.] ceprovoque[,] ceméprize et cedéteste[.] Des liste deprocecription etdécrets dacusation cedemende et cefond entandre journellemant à latribune[.] Les un atribue au autre davoir concepiré avec le lâche Dumourier pour rétablir la roiauté[,] ceux si atribue au autre destre de la faction dOrléans4 et voulloir sanparer detouttes lhautoritté, sinputte réciproquemant de recevoir lor des puissance étrangère5[.] Jugé des débats que cela ocationne. Lorage est grand lepéril parais évidant mais le génie qui veillie sur la République saura bien la conserver[,] il cerit de tous les feble humain, il faut que lesdécrets dela providance sois remplis[,] il nest pas dela puissance des hommes decioposer, jusque icy la liberté et la République onsuivi des chemin inconnus[.] Feble humain[ !] Elle sauront suivre leure direction et cejoué detous les obcetacle que lon opozera à lheure marche[.] La Convantion vient destre informé que le monstre Dumourier a esté mis les fers aupieds et aumains en prison par les Pruciens6[.] Le voilà cemonstre que lanfer avos mis[,] liveré àces remort, qui pouvais jouer unsibeau rôlle et donner la pais àtouttes lUrope[.] Espéront que tous ces forfaits feront connaistre aupuissance étrangère touttes nos resource et combien il est dangereux datacquer une grande nattion libre et généreuze[.] Lon assure que le général autrichien cest officier et soldats parle ànos garde avancé depaix, lon dit égallemant quiy a mésinteligeance entre les puissance étrangère, ce laméritte confirmation mais ce quily a desertain cest que lon est fâché davoir donner protection auémigré et son méprizé[.]

Je ne saurai vous exprimé[,] chère fillie[.] combien minquette la situation de votre mari[.] Japrand avec satisfaction que votre mère ces désidé aller demeurer avec vous[ ;] nayant que vous ces leseul parti quelle pouvoit prandre[.] Si je suis acé heureux comme je lespère [ ;] devoir ma rantré[,] cecera une vrai satisfaction pour moi dela trouver chez vous, je suis sensible àson resouvenir[,] dittelui mille chose honneste dema part, vous meparlé cije veux vandre monfoin[,] il doit valloir de largent[ ;] ditte àvotre mari quil fera ce quil voudera. Donné moi de vos nouvelles le plus souvant quil vous cera posible[,] elle meson dunnent vrai satisfaction[.] Je vous embrasse tous et suis votre véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Soboul, La Révolution Française, op cit, p 285.

2 J Godechot, La Contre Révolution 1789-1804, PUF, Paris 1984, p 232.

3 Attaque visant les "appelants" donc une partie des Girondins.

4 Allusion au duc d'Orléans, Philippe Egalité qui, de par sa naissance et son nom, fut toujours soupçonné de vouloir rétablir la royauté à son profit. Il fut mis en accusation lorsque son fils Louis Philippe fuit avec Dumouriez.

5 Accusation classique qui fait partie des fantasmes révolutionnaires et relève davantage du ragot colporté par l'un ou l'autre camp que de la réalité historique.

6 Dumouriez n'a pas été emprisonné après sa "trahison", contrairement à Lafayette en 1792.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540