Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

31 – Lettre du 15 avril 1793

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, La Révolution… op. cit., p 211-230.
  • 2 Dictionnaire hist. de la R. F., op. cit., ("Ministres").

1Le défaites successives des Pays-Bas et du Rhin, la trahison de Dumouriez et l'insurrection vendéenne échauffent particulièrement les esprits et exaspèrent la lutte entre la Gironde et la Montagne. Pierre Dubreuil Chambardel s'inquiète de cette opposition violente qui va en s'accroissant, les deux groupes "sacusant réciproquemant de traizon", et craint "quil nan résulte quelque chose defacheux". Il est vrai que les débats à la Convention sont tumultueux ; les membres de chaque camp dénoncent les autres comme traîtres à la patrie. Dès le 1er avril, Danton est la cible du député girondin Lasource qui l'accuse de complicité avec Dumouriez1 Après cette attaque très vive, les Montagnards rétorquent. D'une part, ils réussissent à placer des hommes qui leur sont acquis aux postes clé. Ainsi en est-il de Bouchotte qui remplace Beurnonville à la Guerre le 4 avril, ou de Dalbarade ami de Danton à la Marine le 10 avril2. Néanmoins, Lebrun et Clavière conservent leur place aux Affaires Etrangères et aux Finances, tandis que les Girondins sont toujours influents à l'Assemblée. La Montagne doit donc frapper très fort. Le 3 avril, Robespierre dénonce Brissot et ses amis pour leur complaisance envers Dumouriez, et surtout le 5 avril, les Jacobins demandent par pétition la destitution des "appelants" à savoir les députés ayant voté l'appel au peuple pour sauver le roi de l'échafaud, donc en majorité des Girondins. Mais le 12 avril, Guadet contre-attaque. Au nom de la Gironde, il donne lecture de cette pétition devant l'assemblée et réclame un décret d'accusation contre Marat, qui l'a signée en tant que président du club des Jacobins. Le lendemain, dans une atmosphère survoltée, la mise en accusation est votée par 226 voix contre 93 et 47 abstentions.

Paris ce 15 avril 1793 lan 2e dela République.

Mon cher Chambardel jai recu ta lettre laquelle manonce les risque que tu a couru dans levoiage que tua fait pour moi à Beauvais et mefais entrevoir quesans la bonté deton cheval que tu courai les évènemant malheureux deperdre lavie,[.] Je tavoûe que ta lettres mapénéttré de la plus vive amertume de ton accidant dautant plus que le dangé que tu acouru nétait aucasionné que par un voiage fais pour moi, tire moi dinquétude sur les suitte que cetriste évènemant a eu[.] Tu manonce avoir vandu deux boeufs, a tu réservé le prix ou remis à Lestant[ ?] Fauderatil les ramplacer oui ounon[ ?] Son ce les deux venant de Messe qui son van du ou les deux rouge et noir[ ?] Jai écris à Dambas pour accepter ces offres surmapaillie nan ayant nullemant besoin qui vraisemblablemant nauroit pas produit grande chose

  • 3 Allusion aux journées des 9 et 10 mars menées par les sans-culottes parfois poussés par les Enragés (...)
  • 4 Le premier décret est voté le 13 avril et institue la peine de mort pour tout suspect royaliste. Le (...)

La traizon dulâche Dumourier ce découvre tous les jours[,] grand nombres deces complice son découvert, ily amesme lieux de grindere quil enavoit jusques dans la Convantion,[.] La liberté et la République on couru de grand dangé, il faute espérer que tous les traîttere ceront déjoué et la patrie sauvé[.] Les seine du 10 mars3 qui avais pour but dégorger partie de la Convantion paraisse encorre ce renouveller[.] Deux parti en forte oposition dans la Convantion sacusant réciproquemant de traizon fonbeaucoup crindere quil nan résulte quelque chose defâcheux pour lintérest général,[.] Lamajoritté est pure et seine et a les meilleur intantion, mais les traîttere et les intrigant qui nevois que leure inthérest personnel peuve faire beaucoup demal, tous les gens debiens qui non que lamour dela patrie envüe sondans laplus cruelle alternative surtous nos meaux, cruelle position pour des hommes debiens destre continuellemant obligé de lutter contre lintrigue et lambition[ ;] pour moi je te lavoüe franchemant[,] je suis audessu de touttes crinte, mon courage ne manbandonnera pas quelquesoits les évènemants mais je nepeut pas siafiremativemant conter sur mais force qui cépuisse par lâge, lamertume et le travail de laConvantion qui est de 14 heure parjours, enfins jamploirai touts ce qui est enmoi pour rester fidelle àma patrie[.] Deux décrets vienne destre rendeu4[.] Le premier porte peine demort contre quiconque propozera laroiauté et de disoudre laConvantion, le segond que largent nest plus marchandize et porte penne desix année defer contre ceux qui le vanderon et lachèteron[.] Cest deux loix doive estre sévèremant exécutté, ici un particuliera esté guiliotiné pour avoir parlé de rétablir laroiauté[.] Embrace pour moi [,] mon ami[,] tafamme et tes enfans je crin que cette douce jouissance nesoit pas pour moi, je suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A Mathiez, La Révolution… op. cit., p 211-230.

2 Dictionnaire hist. de la R. F., op. cit., ("Ministres").

3 Allusion aux journées des 9 et 10 mars menées par les sans-culottes parfois poussés par les Enragés comme Varlet, qui attaquent violemment les Girondins. La journée aurait pu tourner à l'émeute insurrectionnelle si les Jacobins s'y étaient joints. Or, ils sont restés passifs.

4 Le premier décret est voté le 13 avril et institue la peine de mort pour tout suspect royaliste. Le second est voté entre le 8 et le 11 avril. Il institue le cours forcé de l'assignat dont la dépréciation atteint 70 % et interdit la vente de numéraire.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540