Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

29 – Lettre du 26 mars 1793

Texte intégral

  • 1 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, Paris, Gallimard Collection Archives, 1981, p 13.
  • 2 Cl Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou (1793), Paris, BN, 1981, p 283.
  • 3 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 33-34.
  • 4 Sur les thèses en présence concernant les causes de la guerre, cf. Cl. Petitfrère, Les Vendéens d'A (...)

1Outre un problème de vente de paille que Pierre Dubreuil Chambardel règle à distance, comme à son habitude, la lettre fait ici largement référence aux premiers troubles de l'insurrection vendéenne. L'adjectif est d'ailleurs inexact car administrativement, la zone insurgée ne comprend pas l'ensemble du département de la Vendée et par contre déborde sur les départements limitrophes : Deux-Sèvres, Maine et Loire, Loire Inférieure1. Ce mouvement, dont les conséquences se révèlent énormes sur le déroulement de la Révolution, débute à Cholet le 3 mars dès que la nouvelle de la levée des 300000 hommes décidée le 24 février est connue. Du 3 au 9 mars, de semblables incidents ont lieu à Clisson, Chemillé et dans l'ensemble des Mauges angevines. Puis, en moins de quinze jours, l'ensemble du territoire qui deviendra le théâtre de la guerre de Vendée s'embrase. Dans le Marais breton, la prise de Machecoul le 11 mars, est suivie du massacre de municipaux, prêtres assermentés, gardes nationaux ; au total plus de 500 victimes. Dans le Bocage, Montaigu et Mortagne sont prises le 13, Cholet, Challans et La Roche sur-Yon le 14, Clisson le 152. Bref, une véritable poudrière explose devant les yeux stupéfaits des Conventionnels. Ceux-ci prennent rapidement des mesures d'urgence : un décret voté à l'unanimité le 19 mars punit de mort et de confiscation de biens non seulement tous les rebelles pris les armes à la main mais les prêtres, nobles, brigands ainsi que leurs agents et domestiques3. La Convention adopte donc tout de suite la thèse du complot des nobles et des prêtres, que Pierre Dubreuil Chambardel prend à son compte, faisant apparaître le guerrier vendéen comme un dangereux " fanatique " qui se rallie autour de signes obscurs comme le sacré coeur.4

Paris ce 26 mars 1793 lan 2e dela République.

  • 5 Hommes chargés de faire les balles de paille.
  • 6 Chiffre exagéré. Au départ, on ne peut détacher en Vendée, qu'un régiment de cavalerie, un peu d'ar (...)
  • 7 Chiffre peu probable : à cette date, les victoires des insurgés sont incontestables.

Mon cher Chambardel[,] jai recu une lettres de Allexis Dambasf[,] negt[négociant] au port àNiort[.] par laquelle il me demande delui vandre touttes lapaillie defromant que jai à St Hillaire tant vieillie que nouvelle inci quecelle qui est àbattre,[.] Je lui répond par cecourier que je nesai point leprix quelle vaule, elle doit estre chère et rare[,] que connaissant saprobitté quil mauffre cequelle peu déjast valloir et que ci leprix meconvient je donnerai ordre delui livré mais comme tous ces déliais pourai entraîner trop detamps[,] donne toi lapeine deyaller ces feste et tinforme ce quelle vaule, il faule lavandre[.] Faits toi représanté ma lettre tuvèra les condiction que je yai mis pour les balleteur5 [ ;] jai oublié dans mettre une autre qui est celle de trois louis en argent effectifs que jaurai besoin que Ion me feroit passer desuitte enles mettant à lamessagerie, la vante doit estre favorable en ceque le cartier général delarmé doit estre àNiort[.] Cest une affaires malheureuze que nous a susisté tous ceslâche émigré et prestre déporté qui coûtera biens du sans[.] Nous auron plus cent mille homme6 dans ces pais malheureux,[.] La Convantion aprand avec satisfaction combien le patriotisme des départemant cemanifeste par le grand nombre des ami delà liberté qui voile aucecour denos frères malheureux, on a déjà fait plus de deux à trois mille prisonnier7 parmi lesquels son plusieurs chefs et prestre sur lesquels on trouve des boitte de ferblanc remplie docetie vrai semblablemant pour communier ces malheureux fanatizés,[.] Jespère que tu ora vu M labbé pour mais boeufs, donne moi des nouvelle detouts ce que tuora faits, je vous embrace tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Ne néglige pas cevoiage nilavante.

Notes

1 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, Paris, Gallimard Collection Archives, 1981, p 13.

2 Cl Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou (1793), Paris, BN, 1981, p 283.

3 Cl Petitfrère, La Vendée et les Vendéens, op. cit., p 33-34.

4 Sur les thèses en présence concernant les causes de la guerre, cf. Cl. Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou, op. cit., p 43-59.

5 Hommes chargés de faire les balles de paille.

6 Chiffre exagéré. Au départ, on ne peut détacher en Vendée, qu'un régiment de cavalerie, un peu d'artillerie et la 35ième légion de gendarmerie, au total 15 à 16000 hommes. Ce n'est qu'en mai que les deux armées sont organisées. (A. Mathiez, op. cit., p 222).

7 Chiffre peu probable : à cette date, les victoires des insurgés sont incontestables.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540