Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

27 – Lettre du 5 mars 1793

Texte intégral

1Pierre Dubreuil Chambardel aborde ici deux questions primordiales qui, en ce début de mois de mars, agitent l'opinion et au-delà, la Convention. Il s'agit du problème de la hausse des prix qui le touche directement et celui de la guerre.

  • 1 B. Benoit, Les Grandes Dates de la Révolution Française, op. cit., p 129.
  • 2 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Payot, 1927, p 146.

2Cette cherté des produits de première nécéssité n'est pas nouvelle et dès l'automne 1792, des troubles sont déjà apparus à Paris et en province où la population réclame la taxation des denrées. Aucune mesure n'est prise dans ce sens. Au contraire, le 8 décembre 1792, les Girondins réaffirment leur attachement au libéralisme économique1. Dans le même mois, l'abbé Jacques Roux et Jean Varlet (les Enragés) mènent une propagande pour la taxation et contre la Convention accusée de protéger les accapareurs. L'inertie de l'Assemblée face aux revendications populaires maintes fois réitérées conduit inévitablement à des troubles plus graves, auxquels Pierre Dubreuil Chambardel fait ici allusion. Le 25 février 1793, des bandes de femmes d'abord, d'hommes ensuite, se présentent dans les épiceries vers 10 heures et taxent eux-mêmes des produits tels que le savon, le sucre ou la chandelle, puis face à la résistance des épiciers, pillent les boutiques2. L'ordre est cependant rétabli dans les jours suivants. Si les Enragés n'ont pu imposer la taxation par l'émeute, les événements politiques et économiques travaillent pour eux car la crise n'est en rien résolue.

  • 3 JP Bertaud, op. cit., p 190-192.

3A ces problèmes lourds de conséquence vient s'ajouter celui de la guerre extérieure, de plus en plus préoccupante. Pierre Dubreuil Chambardel suit le discours officiel en affirmant que les peuples conquis s'unissent à la République dans l'enthousiasme. En fait il n'en est rien : une adresse de l'administrateur du Hainaut du 21 décembre 1792 qui dénonce le pouvoir révolutionnaire comme" un pouvoir usurpé, le pouvoir de la force" nous le prouve. La résistance est quasi unanime et si, ville par ville, les réunions à la République se font, c'est par la force des baïonnettes. La France vit de plus ses dernières victoires. L'armée de Dumouriez pénètre en Hollande le 17 février et s'empare de Bréda le 25. Mais le 1er mars, l'armée autrichienne contre-attaque et les Français doivent évacuer Aix la Chapelle. Dès le 3 mars, les Autrichiens atteignent Liège. Conscients des dangers qui menacent l'armée républicaine, les Conventionnels se décident à prendre des mesures et le 24 février votent l'amalgame des bataillons de volontaires et de ceux de la ligne, plus aguerris, au sein de demi-brigades, afin de renforcer l'armée. Les troupes se révèlent insuffisantes en nombre car, au cours de l'hiver, de nombreux volontaires, estimant la campagne terminée ont rejoint leur foyer. Les effectifs sont en effet estimés à 200000 soldats alors que les besoins s'élèveraient à 50 000. C'est pourquoi, les 23 et 24 février 1793, la Convention vote la levée de 30 000 hommes, et établit le nombre de volontaires que chaque département doit fournir3. Dans le cas où le volontariat ne fournirait pas assez de soldats, on aura recours à des moyens expéditifs tels que l'élection ou le tirage au sort. Cette façon détournée d'instaurer la conscription provoque de nombreuses résistances voire une opposition ouverte. Elle constitue surtout l'étincelle qui provoque le déclenchement de la " guerre de Vendée ".

Paris le 5 mars 1793 lan 2e dela République

  • 4 Il faut émettre des réserves puisque les troupes françaises reculent devant la contre-offensive aut (...)
  • 5 Dubois-Crancé et Robespierre accusèrent les Enragés d'être des contre-révolutionnaires, agents de P (...)
  • 6 Il espère que sa belle-fille enceinte accouchera d'une fille d'où l'appellation de "petite gouverna (...)
  • 7 Allusion à une lettre du 19 février 1793 où il répond favorablement à la demande de son petit-fils (...)

Jai recu tadernière mon cher Chambardel[,] laquelle manonce que les bestiau son hors deprix et que tucrin denracheter, cette auguemantation nedevoit point tesurprandre[,] le grand nombre de chevaux quil faut pour les armées afait cette auguemantation dans touttes les parties de la République, chacuns voullant ramplacer enjeunesse[.] Ce prix excesifs nest donc aucasionné quepar laguère, ci nous avons le bonneur de voir lapaix les choses retourneron auprix oùelle doive estre[.] La guère est sur unpied oùil faut que cette compagnie déside dusort de IhUrope, lambrazemant est dans touttes ces partie, les peuples veulle partouts la liberté[.] Le Ainaux, les Brabancon et les Liègois sonjournellemant réuny à la République[.] Ily a lieux decroire que la Hollande flamande le cera sous peu dejours[.] Enfins nos armées son partout victorieuze etfond des prograis cirapide que la liberté cepropage partout4[.] Le rainie des tirand dècepot est passé, il faut quil périsse et que la liberté triomphe par touts,[.] Nos plus cruel ennemy son dans nostre propre sins il mette tous en oeuvre pour nous écrazé mais il ceront déjoué[.] La nouvelle seine arivé àParis où tous les épicié on esté pillié est une maneuvre detous ces lâche intrigant5[.] Plusieurs son aresté, cette maneuvre étoit conserté avec celle de Lion qui estoit encontre Révolution, mais les patriotes ceson réuny et les ondéjoué,[.] Paris paraît maintenant acétranquille on parle cepandant toujours de poniart et de disoudre la Convantion, les vrais amy dubiens public nesonpoint effraié, aucontraire fermemant décidé àrester à lheureposte[.] Juge demapropre situation aumillieux detamps dorage et combien mon amour pour lintérest général en souffre, nul inthérest particulier ne mafecte éttant décidé avec fermetté à tous les évènemant, quelque cinistre con les présante,[.] Je contai avoir leplèsir devous voir dans cemoi mais il faut faire les sacrifice les plus cher pour cedévouer tout entier àsa patrie[,] je cerai donc privé devous voir[.] Le sacrifice est grand mais ilnya qeun lâche qui puisse embandonner son poste quand sapatrie est endanger[.] Voilà lavante des boeufs arive[,] comme jenepeut metrouvé pour vandre ceux quejai àSt Hillaire, il faut bien que tu tancharge et que tu vois ceux que je peu vandre, tupeu en acomoder M labbé et prandre des arangemant pour lepayemant aumois dAoust,[.] Dans le cas oùtupourai faire affaires avec lui il fauderoit langager àce transporter àSt Hillaire[.] Dans lecas oùil ne les achèterait pas de te quadere avec Letamps pour ceux quil faut vandre ou garder, cart ilfaut toujours avoir saprovizion[.] Dans lecas devante, il faudera racheter pour estre ennéta de faire louvrage comme il convient[.] Jai reçu une lettres de Mr Dubreuil quime demande à acheter des pierres à[…], je lui écrit que aulieux delui envandre que jemeferai un plésir delui endonner quand conséquance je tant écrirai pour voir celle que tu poura donner ; ces bien entandu que cela neportera pas préjudice ànos besoin et que les pierre detaillie ceront réservé[.] Tupeu donc levoir àcesujet et disposé ensafaveur dece que tu jugera àpropos[.] Donnemoi devos nouvelles et de lestats detachère moitié et si elle remplira mais veux enmedonnant une petitte gouvernante6[.] Ne moublie pas auprès demon marchand deveaux7, adieu je vous embrace tous et me croie ton véritable amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Noublie pas devoir lecitoyen FerruyaufJ tu trouvera les bulletin très intéressant, pour touttes les réunion qui sonfaitte.

Notes

1 B. Benoit, Les Grandes Dates de la Révolution Française, op. cit., p 129.

2 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Payot, 1927, p 146.

3 JP Bertaud, op. cit., p 190-192.

4 Il faut émettre des réserves puisque les troupes françaises reculent devant la contre-offensive autrichienne. (J Godechot, La Révolution Française Chronologie commentée 1787-1799, p 129).

5 Dubois-Crancé et Robespierre accusèrent les Enragés d'être des contre-révolutionnaires, agents de Pitt, au sein desquels se cacheraient des émigrés "déguisés en sans-culotte" et poussant "le peuple de Paris à des excès sous le prétexte de la disette des subsistances". (A. Mathiez, La vie chère…, op. cit., p 154-155).

6 Il espère que sa belle-fille enceinte accouchera d'une fille d'où l'appellation de "petite gouvernante".

7 Allusion à une lettre du 19 février 1793 où il répond favorablement à la demande de son petit-fils qui désire lui acheter un veau né d'une de ses vaches.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable