Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

26 – Lettre du 5 fevrier 1793

Texte intégral

  • 1 A. Soboul, Le procès…op. cit., p 212-224.
  • 2 A. Mathiez, op. cit., p 197.

1Depuis le 15 janvier 1793, Pierre Dubreuil Chambardel a continué d'écrire régulièrement à ses enfants, mais il est resté étonnamment silencieux sur la suite du procès de Louis XVI et son issue. Du 16 au 21 janvier, les Conventionnels siègent pourtant sans interruption. Le système de vote par appel nominal entraîne des séances interminables. Ainsi, le 16 janvier, chaque député monte à la tribune pour répondre à la question "Quelle peine, Louis, ci-devant roi des Français, a-t-il encourue ?"1 et explique son choix. Le vote se termine le lendemain 17 janvier à 8 heures du soir et Vergniaud, alors président de l'assemblée, annonce le résultat : 387 voix pour la peine de mort, 334 contre et 28 absents ou non votants. Face à la Gironde hésitante et divisée, la Montagne l'emporte donc. Mais sur 387 votants pour la peine, 26 se sont prononcés pour le sursis. Le 19 janvier, la séance devant débattre de cette question, s'ouvre à 10 heures sous la présidence de Barère et se termine le 20 à 3 heures du matin. Le sursis est rejeté par 380 voix contre 310, et le même jour, le jugement est notifié au roi par le Conseil Exécutif. Quelques heures plus tard, le député de l'Yonne, Le Peletier de Saint-Fargeau, est assassiné dans un café du Palais Royal par un ancien garde du corps, Paris, devenant ainsi le premier "martyr de la Révolution". Le 21 janvier, Louis XVI est guillotiné Place de la Révolution. Son exécution accentue la division au sein des Girondins dont certains membres démissionnent tels Roland, de son poste de ministre de l'intérieur, mais, à l'inverse, fait naître un sentiment de solidarité au sein de ceux qui ont voté la mort. La réaction européenne est très vive. La Cour de Londres prend le deuil tandis que les tensions entre la France et l'Angleterre s'exacerbent. Pitt ayant rappelé son ambassadeur, la Convention déclare la guerre au roi d'Angleterre et au stathouder de Hollande le 1er février 17932. On peut s'étonner que Pierre Dubreuil-Chambardel ne fasse aucune allusion à ces événements de premier ordre. Peut-être a-t-il envoyé, depuis l'exécution du roi, une lettre qui n'aurait pas été conservée. Dans cette courte missive, il se borne à envoyer à son fils le bulletin de la Convention, ne prenant pas la peine de répéter ce qui y est écrit.

Paris ce 5 février 1793

Mon cher Chambardel[,] comme je mefais un vrai plèsir de procurer ànostre ami lecitoyen Ferruyau deux foix parsemaine lebultin dela Convantion qui nous est touts les jours distribué lequel bultin anonce les nouvelle sur lesquelle lon puisse conter, tous les autre papier cetrouvant ajusté auvile des rédacteur[.] Dans cet envoys jeyai mis une condiction que tous les huitjours onte les remettra àcettefins de teprocurer les nouvelle et àmoi de les conservé persuadé de ton attantion à lesconservé et nepas les laisser perdre lordre deleure datte pour quelle cesuive[.]

Letamps mafait écrire pour te demandé quil faut nécésairemans lui envoyé deux homme pour lui aider àffaires les bailarge, nemanque doncpas de lui envoyé touts desuitte cart il ajoute quil ne peut entrouvé, je conte sur ton exatitude, le tamps presse de letrouver[.] Adieu je vous embrasse tous les trois crois moi ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Paris est acé tranquille pour le momant.

  • 3 Le Général Beurnonville qui prit une part importante aux batailles de Valmy et Jemappes. Il devient (...)
  • 4 Ministre de la guerre du 3 octobre 1792 au 4 février 1793, il indisposa les généraux, en particulie (...)

Hier aune grande majoritté le général citoyen Burnonville3 fut nommé par la Convantion ministre delaguère aulieux et place du citoyen Pache4 ce dernier étant reconnus navoir pas les tallans suffisants pour remplir un poste ci important, lon va renouveller touts ce nouveau ministère.

Notes

1 A. Soboul, Le procès…op. cit., p 212-224.

2 A. Mathiez, op. cit., p 197.

3 Le Général Beurnonville qui prit une part importante aux batailles de Valmy et Jemappes. Il devient ministre de la guerre le 4 février 1793, en remplacement de Pache. (Dictionnaire hist. de la R. F., "Ministres").

4 Ministre de la guerre du 3 octobre 1792 au 4 février 1793, il indisposa les généraux, en particulier Dumouriez en menant une politique de contrôle des armées et de centralisation. Les Girondins menèrent une véritable cabale contre lui, car il avait rompu avec Roland pour se tourner vers la Montagne. Pierre Dubreuil Chambardel reproduit ici le discours dominant.. (R Monnier in Dictionnaire hist. de la R. F.,"Pache").

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540