Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

25 – Lettre du 15 janvier 1793

Texte intégral

  • 1 A. Soboul, Le Procès…, op. cit., p 172, 202 à 212.

1Les débats sur le procès du roi reprennent le 14 janvier 17931. A la Convention, l'atmosphère est particulièrement enfiévrée, les députés étant constamment soumis à des pressions diverses, voire à des menaces explicites. Les tentatives de corruption se multiplient : la plus connue est celle entreprise par Danton, en relation avec Pitt et le chevalier d'Ocariz chargé des Affaires d'Espagne en France. Ce dernier participe à une large intrigue dont le but est d'acheter le vote des Conventionnels afin que ceux-ci optent pour l'appel au peuple. Sur les conseils de Danton et avec l'assentiment de son gouvernement, il aurait ainsi distribué plus de deux millions de livres,,ce que confirment d'ailleurs certains députés tels que Chabot lors du procès des Girondins le 26 octobre 1793. D'un autre côté, les relations franco-anglaises ont atteint le point de rupture après l'avancée des troupes françaises en Belgique et l'ouverture par deux décrets de la Convention des 10 et 15 novembre des bouches de l'Escault, fermées depuis le traité de Munster (1648). L'Angleterre ne peut tolérer qu'Anvers aux mains des Français, menace directement Londres. Le climat diplomatique se détériore donc et le 12 janvier 1793, c'est un véritable ultimatum que Brissot propose d'envoyer à l'Angleterre. Les débats sur le sort du roi s'ouvrent dans un climat d'excitation poussée à l'extrême. Il s'agit d'abord de savoir sur quelles questions précises votera l'Assemblée et dans quel ordre elles seront formulées. Pierre Dubreuil Chambardel, qui s'intéresse ici surtout à des problèmes domaniaux, fait allusion aux "Deux party tellament Echauffé pour savoir par lequel des deux lon doit commencé !". Les Girondins veulent en effet donner la priorité à l'appel au peuple avant le vote de la peine. Finalement, le premier appel nominal porte sur la culpabilité, le second sur l'appel au peuple, et le troisième sur la peine. Les deux premiers votes ont lieu le 15 janvier 1793 et scellent la défaite des Girondins puisque la culpabilité fait l'unanimité avec seulement 27 abstentions et surtout l'appel au peuple est rejeté par 424 voix contre 287 seulement. Le vote décisif sur la peine est reporté au lendemain mais ce premier succès montagnard diminue incontestablement les chances d'une décision finale d'indulgence.

Paris ce 15 Janv 1793 lan 2e dela République.

  • 2 Selon "Le Patriote Français" de Brissot, le 13 janvier, Legendre, aurait proposé aux Jacobins de co (...)

Mon cher Chambardel[,] je taidit samedy dernier par un mot, que jeté réponderai aujourdhui, jai apris avec une vrai satisfaction lerétablicemant total deta chère moitié[.] Jaurai biensoètté que tu mut assuré que les fièvre lon laissé, je suis sensible au veux que vous faitte lun et lautre pourmoi, les miens nesonpas moins sincère àvos égard, vous metémoignie le dézire que jesois auprès devous, il faut que lamour delapatrie soit aussy profondémant gravé dans moncoeur pour suporter tous les dé goux que Ion esuie dans cette malheureuze ville oùla narchie rainie àun telpoint quetouttes les hautoritté constitué sonméconnue et les loix enfreinte[.] Lon neparle que de sans et de poiniart2, juge demavie qui cepasse touts entière à la Convantion parmi letumulte etdans machambre ramplis deces réfflection[.] Combien les hommes son malheureux deconcourir euxmesme àlheure propre perte aulieux deleure véritable honneur[ !] Voilà masituation, quand finira telle [ ?] Je nansai rien, je nai que des grâce àrandre auciel qui mefavorize dassédeforce pour nerien crindre et nevoir que mon devoir qui melaisse toujours lespoir devous revoir avec lapure sarisfaction de lavoir ramplis.

  • 3 Voici un exemple tout à fait typique de l'effet du décret du 25 août 1792. L'article 5 supprime tou (...)

Tume témoignies delinquétude sur nos partage[,] sois tranquille dececosté là, ci lamort meravis lavie celui que tu mafait passé cetrouvera enrègle, deplus tu sai quil sans trouvera un après moi[.] Tu crin que lon tinquète surlavantage que tua relativemant à labolition des devoirs féodaux, lon nepouvois ceprévaloir deces avantage[,] ce nest que sur lavalleur réelle des choses à lépoques des partage[.], Tous les droits aboli son enfaveur dupropriétaire3, le fermier obligé dans faire conte comme il ceparai par laloi du 15 au 25 Aoust qui les atous aboli à lexception des droits rachetable, enconséquance préviens tous mais gens quil faut quil, me les paye[.] Tache de teles faire payé, sil veulle queje sois contant deux, il faudroit aussy réglé avec lecitoyen Dause[.] Paye mois à Mr Garand ce quil demande, àM Guillion les quatre charge fromant queje dois pour la Chapelle faisant just 80 boisseau mesure de Poitou[.] M Guillion teferai remize duncart pour laretenue parcoséquand cela necera que trois charge àlui payé[.] Tupeu faire les deux échange que tumepropose pour vu que cela sois pour mais petit morceau de lAirable, et dans lecas où léchange aura lieux avec leboiteux tupeu faire araché les épines et abatre les focé qui cépare, mais resouvient toit toujours àconserver le tairin pour le[…] aubout duchamp du boiteux il cerai mesme àpropos de prandre letairin à ajuster just aucoin dupré de la Bouchète ducosté delà[…],,[.] Je tavais demandé deme fairefaire des soullier jan suis précé[.] Voilà donc ma malheureuze affaires àsoncommancemant, invitte donc le citoyen Riché sil est encorre mon ami dagir defason àmetirè dece mauvais pas, jespère quil voudera bien medonner cette preuve damitié[.] Tu minformeraci tuafait lavante deniais grin comme je te lavais marqué, jetefais passé quelque opinion sur le jugemant de Louis seize qui jepence devoir tefaire plesirs, adieu mais cher enfans je vous embrasse detous mon coeur et me croié votre véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Resouvient toi quil me faut un homme pour St Hillaire aucommancemant defévrier qui sache cemmer[.] Je joint létats actuel dela ville de Paris conte randu à la Convantion par le maire.

  • 4 Il s'agit ici de la contraction de "Ah ! Foutus gueux !"

Hier lundy ladiscution cest ouverte sur lejugemant de Louis àdix heure et na fini quà 9 heure un cart ranvoyé à aujourdhui[.] Touttes laséance qui a esté de 11 heure a roullé sur deux objets auquel on doit décrété[ :] le premier est savoir ci Louis est condamnable et ci lon recoura ausouverain pour sanctionner les deux party tellemant échauffé pour savoir par lequel des deux lon doit commancé[.] juge delà confusion[…] le peu de bonnefoix des malintantioné àla sortie dune telle séance[.] Plus de cent vois criè à haute teste["] afgf[ !]4 il faut vous égorger[. !"] Quel cepectacle pour des âme[…] etsansible qui non que lebiens en vûe[ !].

Notes

1 A. Soboul, Le Procès…, op. cit., p 172, 202 à 212.

2 Selon "Le Patriote Français" de Brissot, le 13 janvier, Legendre, aurait proposé aux Jacobins de couper le roi "en 84 quartiers, pour en envoyer une pièce à chaque département". A l'inverse, certains députés monatagnards sont menacés de mort ou d'assassinat d'un membre de leur famille. (A Soboul, Le Procès…. op. cit., p 194-195).

3 Voici un exemple tout à fait typique de l'effet du décret du 25 août 1792. L'article 5 supprime tous les droits seigneuriaux sans indemnité. Mais l'article 14 étend aux droits ainsi supprimés la clause de l'article 1 du décret du 10 avril 1791 concernant la dîme. Champarts, tarages et autres droits semblables sont désormais versés aux propriétaires "en sus du prix du bail". (A. Soboul, Problèmes Paysans de la Révolution 1789-1848, p 150). Sur le possible impact de ces problèmes sur le mécontentement paysan dans l'Ouest, cf C Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou, op. cit., p 342-343.

4 Il s'agit ici de la contraction de "Ah ! Foutus gueux !"

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540