Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

24 – Lettre du 29 décembre 1792

Texte intégral

  • 1 A. Soboul, Le Procès…, op. cit., pl35 à 138.
  • 2 A. Mathiez, op. cit., p 150.

1Dans cette lettre écrite à sa belle-fille, Pierre Dubreuil Chambardel se réjouit de son prompt rétablissement et saisit l'occasion pour lui expliquer les différentes prises de position des Conventionnels à propos du jugement de Louis XVI. En cette fin de mois de décembre, les débats de l'Assemblée sont secoués par des discours où chacun défend avec force son avis. La première comparution du roi a eu lieu le 11 décembre et si, d'un côté, son calme apparent et sa dignité ont fait impression, de l'autre son système maladroit de défense - il affirme souvent n'avoir eu aucune connaissance des faits qu'on lui reproche - a pu faire douter de sa bonne foi. Le 26 décembre, Louis XVI comparaît une seconde fois, défendu par l'un de ses trois avocats, le comte de Sèze. Dans une plaidoirie soignée, celui-ci s'attache à démontrer le caractère exceptionnel et illégal du procès, et tente de mettre à couvert la responsabilité personnelle du souverain1. Après le retrait du roi, le débat apparaît très confus et toutes les propositions tendant à différer l'appel nominal sont rejetées. Parallèlement, la Convention décrète qu'elle s'occupera du jugement sans discontinuer jusqu'au verdict. Les trois premières prises de position énumérées par Pierre Dubreuil Chambardel, à savoir le bannissement, la prison à vie et l'appel au peuple, sont défendues par les Girondins qui essaient de sauver le roi. En effet, le 16 décembre, Buzot propose de bannir tous les Bourbons, ce qui touche également Philippe Egalité, député de la Convention. Le 27 décembre, les Girondins engagent le débat sur un autre terrain. Vergniaud propose de faire appel au peuple tandis que Salle expose les dangers de la réaction extérieure dans le cas d'une condamnation à mort de Louis XVI. Le lendemain, le ministre des Affaires Etrangères, Lebrun, approuve Salle en annonçant la neutralité certaine de l'Espagne à condition que le sort du roi déchu soit garanti2. Leurs adversaires partisans de la mort sans appel réagissent vivement : Robespierre affirme que la consultation des assemblées primaires serait dangereuse et conduirait à la guerre civile. Faute d'un compromis, le débat est reporté au 14 janvier 1793.

Paris le 29 xbre 1792 lan 1er de la République.

Citoyenne et chère fillie[,] votre lettres remet lecalme dans mais crinte et dicipe mais inquiétude sur votre estats, votre convalaisance que vous manoncé medonne unepure et vrai satisfaction devous savoir hors de tous dangé, jugé combien je vous dézire unprons rétablissemant[.] Pour que masatisfaction fut complète[,] il faudroit que japris leparfait rétablissemant de votre mary, il faut espérer quecela viendra avec duménagemant et de lasobriété, soié je vous prie exate àme donner de vos nouvelle[,] pourpeu que mon repos vous intéresse vous rampliré mais dézir,[.] Votre mari doit avoir recu dejeudy madernière par laquelle je leprie deme faire passer des soullier, que celasois leplus tost quil poura[,] jan suis précé,[.] Ladisention sur. lejugemant deLouis seize continue[.] Différants orateur sonpartagé dans leure avis[,] les un sonpour le banicemant[,] les autre pour leranfermé àvie[,] dautre de lecondamné àmort et par appel àla souverèneté dupeuple réuni en Assemblée primaire et dautre dele condamner àmort sans apel, la majoritté necefait point encorre connaistre sur leparti qui cerapris[,] chacun réservant pour lui sonopinion[.] Touts Paris attant avec impasiance ce jugemant et les sentimant fort partagé[.] La fermantation continue de estre toujours trè grande il est àcrindre que la malveillance nous entraîne dans lanarchie et peutestre à ladisolution dela Convantion ci les factieux et les agitateurs neson pas déjoué flans leure perfide dessins[.] Adieu citoyenne et chère filie[,] je vous embrasse tous les trois et me croie votre véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 A. Soboul, Le Procès…, op. cit., pl35 à 138.

2 A. Mathiez, op. cit., p 150.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540