Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

23 – Lettre du 21 décembre 1792

Texte intégral

  • 1 JP Bertaud. op. cit., p 176-177.

1Les préoccupations de Pierre Dubreuil Chambardel portent essentiellement sur des questions d'administration de ses terres. Il répond largement à son fils au sujet de propositions d'échanges de parcelles et nous laisse ainsi entrevoir toutes les difficultés posées par de telles tentatives. Mais ses intérêts de propriétaire ne sont pas seuls en cause et dans la dernière partie de sa lettre, il exprime largement ses inquiétudes sur le climat politique parisien de plus en plus tendu. Il évoque les divisions internes de la Convention où "trois parti qui Santre Choque avec violance" mettent en péril la bonne marche des affaires politiques. Il fait bien sûr allusion aux dissensions aiguës qui opposent, non pas des partis structurés au sens moderne du terme, mais des groupes au sein desquels les députés évoluent et peuvent passer de l'un à l'autre au gré des questions débattues. Bien qu'il faille se garder de caricaturer les origines sociales des uns et des autres, on peut dire que les Girondins, partisans de la légalité, représentent plutôt la bourgeoisie possédante, commerçante et manufacturière qui entend défendre la propriété et la liberté économique. A l'inverse, les Montagnards sont surtout les représentants de la bourgeoisie moyenne et ne veulent pas se couper des couches populaires : artisans, boutiquiers. Celles-ci souffrent de la guerre et de ses conséquences : vie chère et insuffisance des salaires. Entre ces deux grands mouvements, le centre de la Convention est formé d'une masse flottante qui constitue "le Marais ou la Plaine". Ce sont eux qui forment en novembre 1792, le "tiers-parti" qui se ralliera à la Montagne1. L'antagonisme entre Girondins et Montagnards se révèle à propos de la guerre mais le procès du roi ouvert depuis le 11 décembre l'a transformé en une lutte acharnée propre à inquiéter Pierre Dubreuil Chambardel. Ses soucis sont à peine atténués par l'annonce de nouvelles victoires remportées par les troupes de Dumouriez. Elles prennent Bruxelles le 14 novembre, Liège le 28, Anvers le 30 et enfin Namur le 2 décembre, refoulant ainsi les Autrichiens hors de Belgique. Ces victoires posent le problème des territoires conquis ; or, les 19 novembre et 5 décembre, la Convention vote deux décrets : le premier accorde protection aux peuples qui voudront recouvrer leur liberté, le second met en place dans tout pays occupé, des administrations soumises aux généraux français.

Paris ce 21 xbre 1792 lan prx de laRépublique.

  • 2 Autrement dit recouvert de brousailles.
  • 3 Gendre de Pierre Dubreuil Chambardel, il s'est marié avec sa fille Suzanne Victoire en 1787.
  • 4 Il y a deux types de biens nationaux : les biens du clergé mis à la disposition de la nation en nov (...)
  • 5 Erreur de calcul de la part de Pierre Dubreuil Chambardel.

Jai reçu hier mon cher Chambardel[,] ta lettre qui metire de la grande inquétude où jétai sur lestats de ma pauvre fillie[.] Cest avec une pure satisfaction queje recoit lassurance que tumedonne quelle est hors de dangé[.] Jaurai bien déziré que tu mentapris la parfaitte guérison mais comme tume lanonce ily a lieux decroire que la fièvre necessera que aux beautamp, sobriété dans lemangé est leseul remède avec lapasiance quil faut emploie àces terible fièvre cart la médesine ya toujours perdu sonlatin[.] Tu manonce que lepetit Collon te propose des échange[,] tu peu les faire pourpeu que celasoit pour les trois ouquatre petits morceau quison dans laPlaine de lAirable cart tusan bien quil nest pas question dechanger celui qui est sous lavignie duPin Perdu avec letertre qui est aubas[.] Vous pouvé faire vos échange verballemant, àmon retour nous empasseront acte dechange,[.] Tu mepropose égallemant unéchange avec lecitoyen Richard pour son petit morceau deterre embrouce2 avec lechamps qui lui touche, pour mon champs des GrandMoreau. La chose nais pas posible cart monchamps vaux aumoins trois cent livres deplus que cequil voudroit donner, mais tupeu luiproposer lestrois boicelle qui son surlechemain de Lusinian cest àdire au Gros Buisson qui vaux sertènement mieux que son tairin et feroit son avantage, cart il nest point question dautre pasage quecelui qui lui aesté acordé jusquà cejour par bon voizinage et tolérance,[.] Tu peu représanté que lemarché avoit esté fait et commencé autre foix avec feu M Richard père à 72" pour labrouce par covantion sur un retrait queje voullai exercé surlui comme fermier de Pamprou. En conséquance il[…] lacté et la mort de M Richard empaicha lexécution deces convantion cequi est à laconnaissance de Letans et ducitoyen Richard fils etpropriétaire, qui mavoit lui mesme promis demelecédé mais, comme mon successeur dans la ferme dExoudun, il cest imaginé queje lui en voullai, cequi vraisemblablemant a empalché nostre raprochemant[.] Je soètte que ces trois boisselle puisse lui convenir qui sertènemant valle mieux que son champs et sabrouce[.] Ji suis dautant plus porté par la bonne envie de conservé lebon voisinage[,] que cela pouvait nous entraîné dans un procès,[.] Jai bien recu le partage que tu me demande de signié[,] je concourai toujours atouts ce qui peut tefaire plaisir mais je ne voit oùtupeu en avoir besoin pour agir avec Grandchamp3, ni nepeut prévoir les motifs qui vous divize ensamble, tout ceci ne povoit estre que très déagréable pour moi de voir mon non compromis dans une affaires entre vous deux[.] Faits égallemant attantion que cette acte ne peut estre siniffié sans lefaire enregistré cequi entraîneroit des droits très considérable[.] Je me suis mesme apersus dès ilya dutamp par une lettres de Granchamp dicté par lanvie quil existe entre vous deux des sentimants que des hommes raisonnable ne deuvrai point avoir, ma réponce en démontrant mon mécontantemant a interrompu entre nous touttes conrecepondance[.] Pèsse ces raison et ma propretranquilitté qui mon empaiché détend envoyé ce partage signié demoi. Ci tu en abesoin je suis prest àte lefaire passer tel que jelai recu[.] Ma propre tranquilité lexigeant, je suis persuadé que tu nejugera que du boncosté mon refus et que tes véritable inthérest lamporteront toujours sur les miens[.] Je teprie de faire lavante detous mais prix deferme en grin tant fromant que bailarge, et de mefaire passer une vante delannée dernière et enmesme tant lestats dumoulint et de lemploie quetuafait, à cette fins que je sache àquoi mantenir pour me dégager de mais engagemant de St Maixant pour les domaines nantioneaux que geai aquis4[.] Par ta lettre tunemacuze navoir reçu que pour cinquante livres de petitte coupure de 10 et 15 sols, je tant naifait un segond envois égallemant de 50 " cequiforme entout six cent livres5 que tu gardera jusque à lamploi que jete dézinerai[.]

Lorsque il fut aupais le cordonnier de Pamprou devais menvoyé une paire dececarpin queje lui paye àmon retour[.] Fait moi leplèsir delui commandé une paire de soullier avec une paire dececarpin ce qui en formera trois paire entout que tumefiera leplèsir demanvoyé envelopé dun gros drap qui servira enveloper mon paquet àmon retour ciil a lieux. Tu poura envoyé cepetit paquet àDubreuil pour lemettre à lamessagerie et deman donner avis[.]

Paris est dans la plus grande fermantation[,] lorage est violant sur lepoint déclater[.] Lon en crin les effaits funècete, de lâche agitateur mette touts enmouvemant[,] tous les esprit divizé nerespirants que vangeance et tous prest àsantrégorger, tous les bonesprit dans la plus grande consternation, la Convantion divizè entrois parti qui santrechoque avec violance[.] Enfins que Dieu soit louéf[ !] Ci nous avons touts les avantages audehors nous couron ànostre perte au dedans[.] Quelque évènemant quil en résulte, je les attanderai avec fermette et assurance[.] Il ya déjà long tamps que ma résignation en est fait, et que je ne suis pas un seul instant affecté pour mon inthérest personnel mais mon coeur est pénéttré delaplus vive douleur devoir la sittuation où cetrouve nostre patrie par la lâchté de lintrigue[.] Adieu mon ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

  • 6 La loi des 16-24 août 1790 qui a pour but d'organiser la justice, met en place deux sortes de juges (...)

Jambrasse detous moncoeur lamère et son fils[,]que lanière que aussy tost quellepoura écrire medonne de cest nouvelle[.] Jé crit à M Riché presse ledonc dans mon affaires denella pas perdre devüe elle est de la dernière concéquance[.] Marque moi cile juge de paix a esté réellu, on madit que Sardin avait esté nommé juge du tribunal siville de St Maixant je serai bien aize dele savoir6.

Notes

1 JP Bertaud. op. cit., p 176-177.

2 Autrement dit recouvert de brousailles.

3 Gendre de Pierre Dubreuil Chambardel, il s'est marié avec sa fille Suzanne Victoire en 1787.

4 Il y a deux types de biens nationaux : les biens du clergé mis à la disposition de la nation en novembre 1789 et les biens de seconde origine, c'est-à-dire ceux des émigrés dont le décret du 2 Septembre 1792 fixe les modalités de ventes qui commencent en octobre 1792.

5 Erreur de calcul de la part de Pierre Dubreuil Chambardel.

6 La loi des 16-24 août 1790 qui a pour but d'organiser la justice, met en place deux sortes de juges : les juges de paix (au moins un par canton et élus par les assemblées primaires) et les juges des tribunaux de district. (J. Godechot, les Institutions…, op. cit., p 147-148).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540