Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

21 – Lettre du 17 novembre 1792

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, op. cit., p 141.

1Les troupes françaises étant désormais sur la voie de la victoire, les esprits se préoccupent d'une question dont dépend le sort même de la Révolution : le jugement de Louis XVI auquel Pierre Dubreuil Chambardel fait largement allusion. L'opposition entre Girondins et Montagnards s'est faite de plus en plus violente mais incontestablement, le procès de "Louis Capet" va la porter à son paroxysme. Après le 10 août, la Gironde, maîtresse de l'Assemblée, n'engage aucune procédure d'instruction et continue après la réunion de la Convention, à rester dans une position ambiguë d'attentisme prudent. Elle louvoie, contourne le problème et se réfugie dans des habiletés procédurières. Néanmoins le 16 octobre, le comité de législation est saisi et doit étudier la question de la procédure à suivre pour juger Louis XVI ; une longue réflexion aboutit au rapport présenté par Mailhe que l'on dit favorable aux Montagnards. La Gironde voulant le devancer et éviter un jugement par la Convention présente un rapport le 6 novembre, mais il apparaît hâtif et mal argumenté sur les crimes du roi1. Pétion lui-même estime qu'il est insuffisant et l'Assemblée partage son avis. A l'inverse, celui présenté le lendemain par Mailhe est solide et clair. Il conclut sur la nécessité pour la Convention de nommer trois commissaires chargés de recueillir les preuves des crimes imputés à Louis XVI et de dresser l'acte d'accusation.

  • 2 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 182.
  • 3 A Mathiez, op. cit., p 136.

2Le 13 novembre, les débats s'ouvrent donc et mettent aux prises Montagnards et Girondins. Ces derniers évitent de s'engager, en particulier sur la question de l'inviolabilité du souverain. C'est un jeune député de l'Aisne, inconnu jusqu'alors, Saint-Just, qui, par un discours devenu célèbre, place le débat sur le plan politique, en affirmant que le roi "doit régner ou mourir [car] on ne peut régner innocemment"2. Indubitablement, la Gironde voit son influence diminuer et le 15 novembre, elle perd la présidence de l'Assemblée qui revient à un député appartenant au "tiers parti " : l'abbé Grégoire3. La Gironde, piégée par son rôle équivoque au cours du procès, achève de se discréditer, ce qui lui sera fatal.

Paris ce 17 9bre 1792 lan premier dela République

  • 4 La rente d'intérêt correspond à la rente foncière qui doit être acquittée au propriétaire, en l'occ (...)
  • 5 Exemple d'une application concrète des décrets des 20 et 25 août 1792.
  • 6 La hausse énorme du prix du blé à l'automne 1792 n'est pas dûe à une mauvaise récolte mais à la rét (...)
  • 7 Allusion probable à l'élevage de mules pratiqué dans la région poitevine et revendue ensuite en Esp (...)

Moncher Chambardel[,] jai reçu une lettre de M Dubreuil dela Mothe qui manonce tavoir vu pour les rante dintérê4 et que tu estoit décidé àpayé pourcet anné[.] Neti trompe pas[,] je les croit touttes nobles parconséquand point depayement sans la reprèsantation dutittre primordial de concession defond, il fauls ceconsilier avec M Dubreuil qui enconnai sûremant lanature,[.] Je lui ay écrit de tecommuniquer malettre[.] La tienne mafait un vrai plesir [,] en aprenant ta sortie jamprésume ta convalaisance[.] Tu dois tesouvenir queje tavai écrit dans les tamps deprévenir tous mais gens denepoint payé sans lareprésantation du tittre primorial5 queje regarde comme imposible[.] Paris commance à estre unpeu plus tranquille[.] Tous les esprit son tandeu sur lagrande question de savoir si lon jugera Louis XVI oui ounon[.] Le comitté de législation afait un raport sur cette question qui adéjà été discuté et continura de lestre jusquà le jugemant detous les manbres qui vouderont parlé pour et contre[,] Comme ceraport est delaplus haute considération je te lefaits passer, [.] Nos armées continue journellemant àgagnié des bataillies, faire des prisonniers et prandre des villes[.] La Flandre hautrichienne est touttes bientost libre[.] Ily a lieux decroire que lereinie des despost est passé et que laliberté ci naturelle à lhomme vacepropager dans touttes lUrope[.] Donne moi devos nouvelles et citu a veù M Riche, inci que leprix de blé qui est très cher patouts6[.] Resouvient toi quil cera peutestre dangereux de cecharger de mulace7 cette année [,]les Espagniol ne pouvant entirer[.] Adieu je vous embrasse tous les trois et suis ton véritable amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Faitmoi part oùtu en nai avec les hérittiers Raimot et dimille chose honneste dema part à Mde Raumot queje soètte demeurante avec vous.

Notes

1 A Mathiez, op. cit., p 141.

2 JP Bertaud, Initiation…, op. cit., p 182.

3 A Mathiez, op. cit., p 136.

4 La rente d'intérêt correspond à la rente foncière qui doit être acquittée au propriétaire, en l'occurence ici, Mr Dubreuil. Il y a ici contestation sur la nature de la rente due par Pierre Dubreuil Chambardel. Celui-ci prétend qu'il s'agit d'une rente féodale, qu'il n'a point à payer désormais.

5 Exemple d'une application concrète des décrets des 20 et 25 août 1792.

6 La hausse énorme du prix du blé à l'automne 1792 n'est pas dûe à une mauvaise récolte mais à la réticence des propriétaires et des fermiers à porter sur le marché des grains vendus contre des assignats dépréciés. (A Mathiez, op. cit., p 160).

7 Allusion probable à l'élevage de mules pratiqué dans la région poitevine et revendue ensuite en Espagne. Or la France risque de s'opposer à l'Espagne dans une guerre qui sera effectivement déclarée le 7 mars 1793 d'où la prudence de Pierre Dubreuil Chambardel.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540