Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

20 – Lettre du 10 novembre 1792

Texte intégral

1Ce mot écrit rapidement par Pierre Dubreuil Chambardel à sa belle-fille a pour objet essentiel d'annoncer à ses enfants la victoire du général Dumouriez à Jemappes, le 6 novembre 1792.

  • 1 A Soboul, La Révolution…, op. cit., p 215.
  • 2 A Mathiez, op. cit., p 174.

2Après la fameuse bataille de Valmy qui lui vaut d'être félicité par la Convention le 11 octobre, il entre dans les Pays-Bas le 27 octobre avec une des meilleures armées de la République, composée surtout de troupes de ligne. Il se heurte dès le 6 novembre aux Autrichiens menés par les généraux Clerfayt et Saxe-Teschen. Leurs troupes se sont fortifiées devant Möns à l'aide de redoutes élevées à la hâte sur des collines boisées. Mais le rapport de force est inégal puisque les Autrichiens sont moins nombreux que les Français, au nombre d'environ 400001. La bataille est âprement disputée surtout autour du village de Jemappes. Les Autrichiens ont du mal à résister et se retirent, laissant sur le champ de bataille 4000 morts et treize canons2. Dumouriez ne les poursuivant pas, leur défaite ne se change pas en désastre. Il n'en reste pas moins que cette nouvelle victoire des troupes républicaines fait grosse impression en France et en Europe, d'autant que la progression de l'armée du Nord continue après la prise de Möns qui suit la bataille.

  • 3 Idem, p 141.

3Si les opérations militaires occupent beaucoup les esprits, les députés continuent néanmoins à débattre des grands problèmes tels que le sort de Louis XVI. Ainsi le 7 novembre, un député de la Haute-Garonne, Mailhe, présente son rapport préliminaire sur le procès du souverain déchu. Il conclut que le roi peut être jugé par la Convention3. C'est donc cette question qui durant les mois à venir va dominer les débats de l'Assemblée.

Paris ce 10 9bre 1792 lan prx dela République.

  • 4 Mons en Belgique.
  • 5 Les Pays-Bas autrichiens depuis 1714, peuvent être considérés à la rigueur comme partie de " l'Além (...)

Je nai machère fillie[,] que un montant àmoi pour vous dire que jay apris par votre lettre avec une vrai satisfaction que votre mari cetrouve unpeu mieux[.] Je lui soitte un pronrétablicemant[.] Je vous faits par que hier le général Dumourier fit annoncer àla Convantion quil avoit le six[,] ramporté une victoire complète sur les hautrichien et que cette victoire avoit été suivie dela prize deMonce4 qui cetrouve avoir deuxcent canon pour sadéffance[.] Les hautrichien onperdu quatre mille homme[,] Lheure armée totalemant en déroutte[.] Nous avons perdeu trois cent homme et six cent blécé[.] Voilà lAlémanie5 sur lepoint deestre touttes libre[.] Nostre position est tellemant imposante quetons les despots coalizé tramble et crinnie que Iheure reinie nesoit surle point définir et devoir la liberté cepropager par touttes lUrope,[.] La tranquilité commance àrenaistre àParis[.] Adieu je ni voit plus [(] il est 11 heure[)], ayant toujours mal auyeux[.] Je vous embrasse tous les trois, donné moi je vous prie devos nouvelle[,] cest laplus pure satisfaction queje puisse avoir[,] votre véritable ami

Pierre Dubreuil Chambardel

Recueillir Mr Riche dans monaffaires.

Notes

1 A Soboul, La Révolution…, op. cit., p 215.

2 A Mathiez, op. cit., p 174.

3 Idem, p 141.

4 Mons en Belgique.

5 Les Pays-Bas autrichiens depuis 1714, peuvent être considérés à la rigueur comme partie de " l'Alémanie ".

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540