Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

18 – Lettre du 6 octobre 1792

Texte intégral

  • 1 JP Bertaud, Initition… op. cit., p 38-40.
  • 2 A Mathiez, op. cit., p 172.

1Passant de la défense à l'attaque, les armées de la République sont partout victorieuses, ce qui enthousiasme Pierre Dubreuil Chambardel qui consacre une grande partie de sa lettre à relater les exploits militaires des généraux français. Revenant sur la victoire de Valmy, il explique à son fils la tactique de Dumouriez ne tarissant pas d'éloges à son propos. Ce premier succès républicain après la série noire des défaites successives, a un effet dynamisant sur le moral des troupes. Alors que les Prussiens se sentent selon Goethe "dans une situation humiliante et désespérée"1, les combattants français reprennent confiance et Valmy semble avoir décuplé leurs forces. Ainsi s'exprime vingt jours plus tard, un sergent du bataillon de Volontaires du Théâtre Français : "Nous brûlons tous d'aller combattre l'ennemi et sommes désolés de rester à battre le pavé". Après la bataille de Valmy qui a permis aux Français de bloquer un axe important pour le ravitaillement des adversaires, les Prussiens ont battu en retraite et évacué le territoire national. Cependant Dumouriez se refuse à poursuivre l'ennemi estimant ses forces insuffisantes. Il préfère attendre les renforts des troupes de Reims et Châlons et laisser les Prussiens s'embourber sur les routes ; à l'encontre de ce qu'affirme Pierre Dubreuil Chambardel. D'autres troupes ne sont pas restées inactives, en particulier celles du général Custine. Posté à Landau, voyant les Autrichiens et les Prussiens engagés dans l'Argonne ; il se met en marche vers Spire avec 14 300 hommes dont les deux-tiers sont volontaires. Le 25 Septembre, après un combat assez vif, les troupes républicaines s'emparent de la ville rhénane faisant environ 3000 prisonniers et confisquant un butin considérable2.

2La situation devient grave pour les Austo-prussiens, et l'Empereur exige le 30 Septembre, la dispersion des émigrés, rendus responsables de ces échecs. Pierre Dubreuil Chambardel, visiblement bien informé puisqu'il ponctue son récit de nombreux détails, fait allusion à cette dénonciation des émigrés français.

Paris le 6 8bre 1792, lan 1er de la République.

Japrand avec amertume mon cher Chambardel[,] par ta dernière que lafièvre te continue[.] Fait attantion à tecéparer delle par lévacuation cart ceseroit une mauvaize voisine pour Ihivert[.] Tum anonce que ma réclamation nes pas rédigée dans la forme convenable, et que le distric larejette, et que Mr Riche te fourniroit la forme comme quoi il faut quelle soit construitte[.] Ne perpas de vue dete presser et de me la faire passer desuite àcettefins de me pourvoir, cest une affaires deladernière importance qui exige touttes nostre attantion[.] Tu dois avoir veux par madernière àtafamme quil nest plus question de rante noble àmoin conproduize le tittre primordial de concession dufond[.] Paris paratssoit acé tranquille dudepuis quelquejours mais il celève encorre un nouvel orage[.] Des instigateur soudoiant lepeuple lefond fermanté, des écrit insandière y contribue beaucoup Enfms la tranquillité en souffre, on dit hautemant que lon en veux à beaucoup de députté sans les nommer[.] Chacun est ferme à son poste et tous brave ces cris du malheur qui cefond retantir jusquà la tribune.

  • 3 Jean-Nicolas Pache élu par la Convention le 3 octobre 1792 avec 90 % des suffrages, en remplacement (...)
  • 4 Biron a été successivement commandant en chef de l'armée du Rhin, puis de celle des Vosges à partir (...)
  • 5 ) Sous la Législative, le comte de Custine remplaça le vieux général Luckner à la tête de l'armée d (...)
  • 6 Il s'agit de Spire, capitale de la principauté-du Palatinat.
  • 7 Il faut sans doute lire "ravin"
  • 8 Théobald Dillon, maréchal de camp en garnison à Valenciennes puis à Lille où il sert dans l'armée d (...)

Passon à quelquechose deplus flateur[ :] le général Dumourier aforcé les Prussiens dans bandonnée Iheure camp ily on laissé huit mille malades[.] Ce général avoit cibien pris ces dimantion quil heure avoit cuper les vivre et on esté six jours sans pain[.] La reconnaissance con a fait ducamp dans lequel on atrouvé trois cens chevaux mort moitié mangé par les soldats, ce camp a plustost lair dun cimetière par le grand nombre deceux conia entairé[.] Le général poursuit civivement cest Prussien dans Iheure retraitte quil non pas lemoment de relache[.] Il déclare ne les embandonnée quaprès avoir tous détruitf.] Hier uncolonel arivé chez leministre dela guère3 adit que le général Dumourier continuoit depressé civivement lennemi quil luy faisoit beaucoup demort deprisonnier et lui prenoit des ville et lesuivoit avec une telle activitté quil ny a point dedoute affaires que le roi de Pruce cerepans davoir ozé attaquer et souillié la terre dela liberté[.] Les émigré son regardé par lEmpereur et leroi de Prusse avec mépris comme les ayant trompé[.] Le général Biron4 a fait passer auministre la lettre que lui aécrit le général Custine5 qui anonce que suivant cequil étai convenus il soit posté devant Cepire capitalle de laprincipautté6[,] que là il avoit trouvé un corps de quatre mille hautrichien rangé en bataillie un arvain7 entre eux[,] quil navoit pas balancé ales atacquer sur lechamps, et quil les avoit suivi et que ayant voullu ouvrir les porte àcoup de canon que les soldats avais montré tant dardeur onles avoit ouvert àcoup de hache[.] Les autrichien non peu résistter à tant devalleur et dardeur il on embandonné laplace on les asuivi de ciprès con les a acullé sur lebort du Rhin[.] Trois mille on mis bas les arme le surplus aperi[…] régiman de dragon qui suivoit Mr le brave Custine arancontré un régimant de troupe àchevai et afait quatre cent prisonnier[.] Le général Custine dit quaprès vingt deux heure demarche et combat il est rantré dans Cepire oùil atrouvé des magasin immance de provizion de guère et bouche et que touttes satroupe adémontré laplus grande obéisance, la fermette dun soldats invinsible et quil a eu la douce satisfaction que lesoldat napasfait aucunne action à le faire rougir[.] Le général Montequiou a anoncé quil avoit finy de balaié la Savois[.] Nous voilà donc enfin aupoint defaire connaistre à tous lunivert ce que peut un peuple libre qui a ozé abolir la roiauté et purger la République des monstre qui linfectait[.] La Convantion vient derandre un décret dacusation contre le traîttre qui commande dans Liste8, nous espéron que les autrichien cerepantiron de[…]. Adieu mon ami je suis tousàtoi ton ami[,] jambrasse de tous mon coeur la mère et lanfans je sais Iheure rume passé.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 JP Bertaud, Initition… op. cit., p 38-40.

2 A Mathiez, op. cit., p 172.

3 Jean-Nicolas Pache élu par la Convention le 3 octobre 1792 avec 90 % des suffrages, en remplacement de Servan (R Monnier in Dictionnaire hist. de la R. F, op. cit., ("Tache"), p 805-806).

4 Biron a été successivement commandant en chef de l'armée du Rhin, puis de celle des Vosges à partir de Septembre. (A Crépin in Dictionnaire hist. de la R. F., op. cit., ("Biron"), p 124).

5 ) Sous la Législative, le comte de Custine remplaça le vieux général Luckner à la tête de l'armée du Rhin, et y remporte de foudroyants succès. Félicité par la Convention, il est nommé chef de l'armée du Nord. Il y mène une politique indépendante qui le fera soupçonner de se créer un réseau d'intelligence avec l'ennemi. Accusé de trahison, il sera guillotiné en août 1794 (JP Bertaud in Dictionnaire hist. de la R. F., op. cit., ("Custine"), p 316-317).

6 Il s'agit de Spire, capitale de la principauté-du Palatinat.

7 Il faut sans doute lire "ravin"

8 Théobald Dillon, maréchal de camp en garnison à Valenciennes puis à Lille où il sert dans l'armée du Nord. Chef du détachement envoyé de Lille sur Tournai, il est mis en déroute à Baisieux. Il entreprend une retraite rapide ce qui entraîne ses soldats à l'accuser de trahison et à le massacrer le 29 avril 1792. C'est donc un décret d'accusation post-mortem (A Crépin in Dictionnaire hist. de la R. F, op. cit. ("Dillon"), p 353).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540