Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

17 – Lettre du 29 septembre 1792

Texte intégral

1Après la "trêve de trois jours" qui illustre pour un court moment l'entente entre Girondins et Montagnards, la Convention se voit secouée par des déchirements internes qui inquiètent Pierre Dubreuil Chambardel. Lucide, il espère de cette Assemblée, "tout le bien que lonpeut attandre des amis dela liberté[…] ci lesprit departi ne les divize pas". L'espoir est toujours vivace mais quelque peu terni par l'effervescence des séances qui, depuis le 24 Septembre, sont de plus en plus houleuses.

2Pourtant, les victoires militaires françaises devraient sceller une réconciliation définitive En effet, Valmy a ouvert une série de succès militaires : le 24 Septembre, le général Montesquiou et ses troupes entrent à Chambéry, capitale de la Savoie alors sous l'autorité du roi de Sardaigne. Le 28 Septembre, une lettre de Montesquiou parvient à la Convention. Elle annonce la volonté des Savoisiens de former le 84ème département de la République française. Cela provoque de vifs remous parmi les députés, certains observant qu'un tel acte irait à l'encontre du décret de la Constituante renonçant à toute conquête, Camille Desmoulins ajoutant : "craignons de ressembler aux rois en enchaînant la Savoie à la République". Néanmoins, le 27 novembre 1792, la Convention décidera la réunion de la Savoie sous le nom de département du Mont-Blanc. Ce n'est que le 15 mai 1796, que le souverain sarde, par le traité de Paris renoncera à ses droits sur la Savoie.

  • 1 JP Bertaud, Initiation…, op. cit. p 179.

3Le 25 septembre, Spire tombe aux mains du général Custine ; tandis que le 29 Nice est occupée par l'armée du général d'Anselme. Toutes les offensives françaises tant sur le Rhin que dans les Alpes sont donc victorieuses1 Après la victoire française de Valmy, des négociations sont même menées avec la Prusse par l'intermédiaire d'un prisonnier de guerre, Lombard le propre secrétaire du roi de Prusse. Bien que les Prussiens aient demandé à négocier avec le roi de France, c'est Dumouriez et le ministre de la guerre Pache qui mènent les discussions. Elles laissent le temps aux Prussiens de regagner, sans être attaqués, la Lorraine puis l'Allemagne. Aucune paix n'est signée car les exigences de part et d'autre sont trop élevées. La France demande en effet à la Prusse la reconnaissance de la République contre son alliance, et à l'Autriche la paix moyennant le troc de la Bavière contre les Pays-Bas et le démantèlement du Luxembourg. Le 1er novembre, Frédéric-Guillaume fait savoir qu'il exige avant toute négociation, l'évacuation par les Français des territoires de l'Empire, et des garanties sur le sort de Louis XVI et sa famille. Quant aux exigences autrichiennes, elles sont inconcevables pour les révolutionnaires français.

4Pourquoi, alors que les menaces extérieures qui mettaient en péril la France révolutionnaire sont bravement repoussées, les députés n'arrivent-ils pas à trouver un terrain d'entente ? En fait, ce sont ces mêmes victoires qui fournissent le point de discorde entre eux. Comme nous l'avons vu, le statut à accorder aux territoires conquis pose problème, les uns étant partisan d'une annexion, les autres et parmi eux, beaucoup de Montagnards y étant farouchement opposés. La Convention adopte alors une attitude hésitante, ce qui augure mal de l'avenir.

Paris le 29 Septembre 1792, lan 1er de la République..

  • 2 Le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume II et l'Empereur François II.
  • 3 Montesquiou, commandant de l'armée des Alpes, entre en Savoie dans la nuit du 21 au 22 Septembre. I (...)

Jay bien recu votre lettre ma chère fillie[,] je suis des plus sansible ausantimants que vous metémoignié[.] Jaurai bien déziré mon retour, mais puije merefuzé desatisfaire auveüx que mondémontré mais concitoins en mohorant de menomer lundeleure représantant àla Convantion nantionalle[ ?] Je nepeus donc donner ma démission sans merandre indignie deces marque de cigrande considération, enfin il faut ce devoir tout entier àsa patrie[.] La Convantion est en activitté[,] elle est composé de grand homme[.] Ci lesprit departi ne les divize pas nousferont tous lebien que lonpeut attandre des amis dela liberté et légallité,[.] Paris commance àdevenir calme après les ruisseau de sans qui oncoullé[.] Lespoir derepousser les brigand nos ennemis commance àcefaire sans tir, nos armée maintenant sur un pieds imposants et purgé des traîttere nous donne lespoir defaire repantir lAmpire et laPruce destre venus soullie la terre de la liberté, les lâche émigré cerepantiron sûrement davoir lâchement trais Iheure patrie[.] Le roi dePruce et lAmpereur2 nagisse plus deconcer dans Iheure opération[.] On assure que ladizette devivre est dans larme duroi dePruce ; et quil son obligé demanger les chevaux con lheure tue et quily a dans les états deceroi une sourde et grande fermantation qui auguemante tous lesjours[.] Ceroi afait proposer aupouvoir exécutifs dentrer en négociations, qui lui afait répliqué nepouvoir entandre à aucune négociation que aupréalable touttes évacuation fut fait duteritoire français[.] Le ministre de la guère fit passer hier à la Convantion une lettre dugénéral Montesquiou3 qui anonce quil apris pocession de touttes laSavois aunom delaRépublique, quil a fait sonantré dans Chambéris la capitalle[,] que les officiers municipaux son venu audevant delui lui présenté lesclefs delheure ville layant recu enfrère etnon ennemis que lui et touttes sasuitte onsété régallé, et ne composait tous que une mesme famillie[.] Sur lechamps tous les abitans onpris la cocarde tricolore[.] Detouttes les partie il resoit des députation qui lui demande ces ordre aunom de la République,[.] Lennemi cest retiré avec un telle vitesse que malgré la villigence du général quil napeu lataindre[ ?] Lennemi a laissé beaucoup demunission de bouche et de guère derière lui que legénéral ces emparé[.] Que les Savoisins son heureux[ !] Il de vienderon libre sans quil Iheure encoute dusans[.] Il on proposé augénéral deprésantir la Convantion nantionalle pour les admettre pour le 84e départemant dela République[.] Le roi de Sardaignie cerepand sandoute et paira cher davoir protégé les émigré et antrepris denous faire laguère[,] il éprouve le premier ceque peut des esclave contre des homme libre[.]

  • 4 La taille n'existe plus. Pierre Dubreuil Chambardel fait ici référence à la contribution foncière c (...)

Je pence ma chère fillie que vous éprouvé comme icy des pluie qui vous feront remaittre abattre vos grin àlivert, cart il faut pas perdre letans pour cemme[.] Je croit comme vous leditte que vous aurié beaucoup de reguin il randeron toujours grand service enpacage[.] Votre mari doit avoir vu undécret qui abolit touttes les rante cidevant seignieurialle à la réserve decelle qui ceront jusrifié par letitre primordial deconcession defond, je croi que celle dintere pouvant cetrouvé dans lecas [,] quil ceconcilie avec Mr Dubreuil et quil recommande àtous mais gens dene point payé sans cette représantation que je crois très difflcille àfaire pour nepas dire impossible[.] Je conte que votre mari naura pasoublié demavoir envoyé un homme àSt Hillaire et desuivre mon affaire pour la taille4 et deminstruire de ce quil aura fait[.] Adieu ma chère filli[,] je vous embrasse tous les trois[,] mille chose honneste àmadame Raimot et mecroié avec tous les sentimants dun véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 JP Bertaud, Initiation…, op. cit. p 179.

2 Le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume II et l'Empereur François II.

3 Montesquiou, commandant de l'armée des Alpes, entre en Savoie dans la nuit du 21 au 22 Septembre. Il écrit effectivement à la Convention le 25 Septembre :" la marche de mon armée est un triomphe. Le peuple des campagnes, celui des villes accourent au-devant de nous, la cocarde tricolore est arborée partout" Mais refusant de suivre les ordres du Conseil Exécutif et d'entrer dans Genève.il préfère négocier, ce qui lui vaut d'être mis en accusation le 9 novembre mais il échappera à l'arrestation en émigrant (A Mathiez, op. cit., p 171-172).

4 La taille n'existe plus. Pierre Dubreuil Chambardel fait ici référence à la contribution foncière créée par les décrets des 23 novembre et 1er décembre 1790. Sur les décrets du 20 et 25 août 1792 qui ont aboli sans indemnités les droits seigneuriaux dont le seigneur ne pouvait produire le titre primitif, cf supra, la lettre du 22 août, p 55.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540