Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

16 – Lettre du 22 septembre 1792

Texte intégral

1Deux évènements majeurs marquent cette lettre : le réunion de la Convention et le face à face franco-prussien de Valmy. Il y a tout lieu de croire qu'à cette date, la victoire décisive du 20 septembre n'est pas encore connue à Paris puisque Pierre Dubreuil Chambardel en nourrit l'espoir et ne consacre à la bataille en préparation qu'un post-scriptum.

  • 1 A Mathiez. op. cit., p 99-101

2A l'inverse, tout son intérêt se porte sur ce qui le touche au premier chef : la réunion de la nouvelle assemblée. La Convention s'est réunie le 21 Septembre 1792 après s'être constituée dès le 20. Composée de 749 députés, elle se divise en différents groupes : la Gironde, la Montagne et entre elles, la Plaine avec ses députés acquis à la Révolution mais qui penchant pour la Gironde ou la Montagne font et défont les majorités. A ses débuts la Convention est dominée par les Girondins qui nomment pour président Pétion1. Dès la première séance, la Convention adopte trois décrets significatifs qui enthousiasment notre député poitevin. Elle déclare qu"il ne peut y avoir de Constitution que celle qui est acceptée par le peuple" et que "les personnes et les propriétés sont sous la sauvegarde de la nation". Enfin la royauté est abolie à l'unanimité au milieu des effusions de joie. Dès le lendemain, les actes officiels sont datés de l'an I de la République.

  • 2 Moniteur Universel, tome XIII, p 726 ; tome XIV, p 254-297-437 et tome XVIII, p 631.

3Un troisième évenement est aussi largement relaté : le vol du garde-meuble dans la nuit du 16 au 17 septembre. Les voleurs au nombre d'environ quarante (et non huit cents !) ont réussi à s'échapper après avoir brisé les vitres et s'être emparé de nombreux bijoux en particulier les diamants de la couronne et le fameux hochet du Dauphin. Seulement deux des cambrioleurs ont été arrêtés. Selon Roland, ils apparaissaient comme "des gens qui ont reçu de l'éducation et qui tenaient à ce qu'on appelait autrefois des personnes au dessus du commun". Au moment où Pierre Dubreuil Chambardel écrit cette lettre, tout est mis en oeuvre pour retrouver les bijoux. Mais à l'inverse de ce qu'il affirme, aucun n'a été encore retrouvé. Ils le seront en partie le 24 Septembre et surtout le 20 octobre où un million deux cent mille livres de bijou sont récupérés sur un toit. C'est le 20 frimaire an II (10 décembre 1793) que sera découvert sous la charpente d'un grenier, le diamant Le Régent estimé en 1791 à douze millions de livres. Quant aux voleurs, treize furent condamnés à mort mais un seul fut exécuté le 8 novembre 17932

4Malgré cet épisode fâcheux, l'enthousiasme est général et Pierre Dubreuil Chambardel nourrit les plus profonds espoirs dans cette Assemblée où l'esprit de discorde est, selon lui, absent. Malheureusement, il sera vite démenti puisque les divisions latentes ne vont pas tarder à se faire jour.

Le 22 7bre 1792.

Mon cher Chambardel[,] je vient derecevoir une lettres de Mr Huile qui manonce que tuaeux quatre accais defièvre très violant et quil estime que tu encera dégagé àce prix ce queje suette detous moncoeur, donne mois detes nouvelle pour metirer de lapeine oùjesuis deta santé[.] Madernière ta anoncé que javez fais passer audistric ma réclamation[.] Ne pert point de vue cette affaires et demanvoier un homme à StHillaire[.] Informe moi comme vates affaires avec les hérittiers Rémot[,] marque moi leprix du grain etci la récolte est bonne[.] Vous etprouvé sans doute le mesme tamps qui ci il plut tous les jours.

Dimanche dernier il cest levé icy unterible orage qui amis tous les esprits dans laplus grande fermantation et consternation[.] huit cent brigand oncommancé par voiler tous les diamant delacouronne et onfait fragturé. Surlechamp les barière onesté fermé[,] on en apris plusieurs et retrouvé [une] partie duvol, mais lon assure que tous ces brigant étoi composé delaricetocracie mourante mais que premier demourir lheure principalle intantion estoit dampaiché laConvantion devivre en empaichand les députté darivé àParis et dégorger tous ceux réellu[,] dampaiché la formation ducamp sous les mur deParis[,] ensuitte depiller cette capitalle et linsandier[.] Jugé de limpression qua fait pandant quatrejours tous ces bruits, lassamblée acoservé touttes safermeté etson énergie[,] son décret […] sous peine demort àrétablir lordre et ramené lecalme.

  • 3 Il faut entendre par Souverain ou Souveraineté.une allusion au peuple.

La convantion nantionalle cest constitué hier[.] Elle est composé de grand homme, elle a commancé par randre trois décret qui on fait lademiration de tous lemonde[.] Le premier est quil ni aura point deconstitution quelle nesoit approuvé par lepeuple réuny en assemblé primaire[,] le segond quetous les citoins et les proprétté sonsous lasauvegarde delanation et le troicième que la roiauté est abolie enFrance[.] Letout a esté décidé àla majoritté absolue, voilà leplus beaujours qui nepeut jamais paraistre enFrance et lasouveraineté dupeuple reconnu àlui seul. Il ya lieux decroire que tous neformeron que le mesme esprit[,] lemesme coeur et lamesme volonté pour former ce grand édiffice qui doit faire le bonneur detous et que lesprit departi et decaballe ce touvera par cemoïns déjoué puisque cette sainte Constitution doit estre sanctionné par la souveraineté3[.] Adieu mon ami embrasse tafamme et ton fils pour moi et suis tousàtoi ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

  • 4 Référence à la fameuse bataille de Valmy (JP Bertaud, Valmy la démocratie en armes, Paris, Gallimar (...)

Nos armée son réunie àcelle de Monsieur Dumourié qui est maintenant enface de lennemi4 donc nous espérons tous lesucsai par le patrioticeme et lavalleur des généraux et des soldats, tous les chemain soncouver debrave volontaire qui voile aufrontière. Nos force ceront ci imposante que lennemi cerepantira davoir auzé souillié laterre dela libertéj[.] Deux généraux ennemi on esté tué tous les petits combat qui on eux lieux onesté ànostre avantage.

Notes

1 A Mathiez. op. cit., p 99-101

2 Moniteur Universel, tome XIII, p 726 ; tome XIV, p 254-297-437 et tome XVIII, p 631.

3 Il faut entendre par Souverain ou Souveraineté.une allusion au peuple.

4 Référence à la fameuse bataille de Valmy (JP Bertaud, Valmy la démocratie en armes, Paris, Gallimard coll Archives, 1989, p 42).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540