Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

14 – Lettre du 1er septembre 1792

Texte intégral

1Si Pierre Dubreuil Chambardel a daté cette lettre adressée à sa belle-fille, du 1er Septembre, elle fait référence à des évènements postérieurs en particulier aux massacres du début du mois. L'oubli de la poster à temps lui a en effet permis de rajouter un post-scriptum détaillé à ce sujet.

  • 1 A Mathiez, op. cit., p 21 -27.

2Le cours des évènements se précipite tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Comme l'annonce notre député, c'est le deux Septembre au matin que la nouvelle du siège de Verdun par les Prussiens est annoncée à Paris. Cela provoque un vif émoi dans la population, Verdun étant la dernière place forte entre Paris et les frontières. De plus, tous les Parisiens ont en mémoire les menaces professées par Brunswick un mois auparavant. Bref, la peur gagne la capitale, certains députés girondins songent même à la quitter pour installer le gouvernement sur les bords de Loire1. La Commune, qui n'a pas obtempéré à la décision de la dissoudre prise par la Législative le 30 août, organise la défense, appelle les Parisiens à prendre les armes afin de former une armée de 60000 hommes

3Mais en même temps que les patriotes se mobilisent, la hantise des traîtres présents à l'intérieur même de Paris, grandit. Avant de partir pour la frontière, on pense qu'il faut purger les prisons parisiennes des comploteurs et des contre-révolutionnaires qui y sont enfermés. Dès le 30 août la Commune organise des visites domiciliaires qui durent deux jours sans désemparer. Trois mille suspects furent conduits en prison. Du 2 au 5 Septembre les sans-culottes se livrent à de multiples massacres, organisant la justice expéditive et vindicative que la Législative n'a pas pu ou voulu leur donner. Pierre Dubreuil Chambardel retranscrit la thèse officielle de conspiration des prisons qui traduit parfaitement la crainte qu'avaient les Parisiens de voir les prisonniers s'allier avec les Prussiens, aux portes de Paris, pour rétablir la monarchie. Cette angoisse était entretenue par la publication de pamphlets, articles de journaux et adresses dont ceux de Marat, qui faute d'une violence légale en appelait à une Terreur populaire. Les jugements sommaires organisés dans la cour des prisons ne laissaient aucune chance aux aristocrates et prêtres réfractaires considérés comme les plus dangereux. Le chiffre de 1100 à 1400 morts dont 200 ecclésiastiques a été avancé. Cela représente environ 40 à 50 % des détenus. Le premier massacre eut lieu sur la route de l'Abbaye alors que des prêtres réfractaires y étaient conduits. Les Carmes furent ensuite visitées puis ce fut l'escalade : l'Abbaye, La Force le 3 Septembre de même que la Conciergerie ; la Tour Saint Bernard, le Châtelet, Saint Firmin, la Salpêtrière, le lendemain et enfin Bicêtre qui conclut cet itinéraire macabre.

4Parallèlement, le député informe ses enfants des derniers décrets pris par l'Assemblée et de la triste situation dans laquelle se trouvent les armées révolutionnaires.

Paris premier 7bre 1792.

  • 2 Les différents documents découverts lors de la prise des Tuileries, tels que la liste civile attest (...)
  • 3 Il s'agit de Lebrun-Tondu, girondin nommé ministre des affaires étrangères au sein du Conseil Exécu (...)
  • 4 Il s'agit de Victor-Amédée III.
  • 5 Le divorce n'est décrété que par la loi des 20-25 Septembre 1792, instituant parallèlement l'état c (...)
  • 6 Il ne peut s'agir que de discussions, puisque le décret relatif à la vente des biens des émigrés es (...)

Jay recu machère fillie votre lettre avec une pure satisfaction, les sentimants de sansibilitté que vous medémontré, mepenettre dela plus vive reconnaissance[.] Le dangé est passé[,] Paris parais rantré dans le calme pour leprésent, la fermetté et lintrépidité des Pariciens on prévenus les dessin sanguinaire des malintantioné sur lasamblée[.] La journée àjamais mémorable mais terible parlesans qui acoullé ne céfassera jamais dema mémoire, je ne peut ipencé sans frémir dhorreur[.] Aque les homme son malheureux de méconnaîstre leure vrai bonneur[ !] Les traître veulle nous ravir nostre liberté[,] il cetromperon et il pairiron parle fer et la loi[.] Journellemant il sans exécutte icy quelqueun et toujours quelque autre pris. Enfins les concepirateur son dévoillé et il est ci évidamant reconnu et prouvé que le civenant roi et lareine son les chef decette grande concepiration2[.] A quil son malheureux destre ci justemant le mépris dunnent grande nation qui les avoit éllevé auplus beau trône de luniver[ !] Lheure actions et Iheure indignie dessinpervert Iheure afait méritter aujuste tittre touttes lindignation delanation[.] Nos armés soncomme dans linaction par la traizon de plusieurs traîtere comme LaFaiettef[.]Il ceson sauvé pour évitter lajuste peine de leure crime[.] Le gouverneur de Longvoit qui aci lâchemant livré cette place vien destre aresté[.] Ily a lieux decroire quil paira de sateste cest forfaits[.] Le ministre des affaires étrangère3 nous démontra par sacorespondance mercredy que leroi de Sardaine4 ne nous feroit point la guère et quil ne le pouvoit. Lassamblée dans ce grand orage conserve touttes sa fermetté etson intrépidité[,] chacun des vrai ami dela liberté décidé à la mort plus tost que de souffrir lamoindre alletération à la Constitution et dela remettre entre les mains de nos successeur telle que nous lavon trouvé cest àdire avec touttes sapureté[.] Voilà lemomant qui aproche que la Convantion nantionalle meprocura lasatisfaction de rantré dans mais foié avec la douce satisfaction davoir rampli mais devoir[,] nul intérest particulier nemayant affecté méttan toujours livré tous entier à lintérest général, ilmais donc permis deme livrer aujourdhui àlidé de reprandre mais encienne abitude[.] Jugé ma chère fillie dema satisfaction àvous revoir, [ !] Lassamblée ahier décrété le divorce5, elle a aussy décrété lavante des biens des émigré6[.] Il jugeront parlà combien nous les crénion[ !] Il ruinè la nation mais il faut quil lesois les premier et paye enmpartie par Iheure bien tous Iheure forfaits[.] Votre mari aura bien pencé à manvoié un homme àSaint Hillaire survenant,[.] Japrand que madame votre mère ces décidé àdonner saprocuration à votre mari pour traitter avec les hérittiers de feu Mr Raimot[.] Cest le meillieur parti quelle pouvoit prandre[.] Je soète àmon arivé latrouver demeurante avec vous[.] Présenté lui mon recepets, jambrasse votre mari et votre fils et me croie tout àvous votre véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

  • 7 Le début du siège de Verdun a commencé le 30 août. Le 2 Septembre, la municipalité capitule malgré (...)
  • 8 En 1774, cette aristocrate savoyarde devint surintendante de la maison de la reine Marie-Antoinette (...)

Loubli demettre malettre àlaposte mardi ocationné par les événement arivé icy le deux et letrois[.] Le deux un courier a anoncé que Verdun estoit pris7[.] Cette facheuze nouvelle aulieux dabattre le courage lauroit renouvellé syl estoit posible. La généralle le tocsin et le canon dalarme cest fait entandre partous les cartier de Paris pour invitter tous bon citoins àvoller aufrontière[.] Il est incroiable de lardeur que chacun montre pour, partir[.] On regarde quil ya au moins huitcent mille homme armé pour repoucer lennemi[.] Un grande concepiration que lon assure avoir pour objets denlever le cidevant roi et dambraser Paris[,] que tous les prisonnier en grand nombre con assure étoit de quinze mille devais ceréuny au concepirateur en iheure ouvrant les porte atellemant chauffé le peuple que premier de partir il avoullu assurer Paris desa tranquilitté et pureger la prison de touttes laristocrasie quily a voit dans les maison de force et prison[.] Le peuple ci est porté ettout a péris[,] Le sans acoullé pandant ledimanche et lelundy[.] Lon conte parimi les mort trois cent tant prestre que évêques[.] Laci devant princesse de Lamballe8 aeu sateste promené[.] Jugé combien cest événement rande Paris tranquille, loncrin pour le 20 quelque nouvelle seine.

Notes

1 A Mathiez, op. cit., p 21 -27.

2 Les différents documents découverts lors de la prise des Tuileries, tels que la liste civile attestant que Louis XVI continuait à verser une solde à ses anciens gardes, alimentent largement la propagande antimonarchique.

3 Il s'agit de Lebrun-Tondu, girondin nommé ministre des affaires étrangères au sein du Conseil Exécutif Provisoire. (Dictionnaire hist. de la R. F, op. cit., (" Ministres ") p 747.).

4 Il s'agit de Victor-Amédée III.

5 Le divorce n'est décrété que par la loi des 20-25 Septembre 1792, instituant parallèlement l'état civil (Moniteur Universel, tome XV, p 578.).

6 Il ne peut s'agir que de discussions, puisque le décret relatif à la vente des biens des émigrés est voté le 6 Septembre 1792.

7 Le début du siège de Verdun a commencé le 30 août. Le 2 Septembre, la municipalité capitule malgré le refus du commandant Beaurepaire qui se suicide (JP Bertaud in Dictionnaire hist. de la R.F., op. cit., ("Beaurepaire"), p 103. Voir aussi C Fetitirère, Les Bleus d'Anjou (1789-1792), Paris, CTHS, 1985, p 178-181).

8 En 1774, cette aristocrate savoyarde devint surintendante de la maison de la reine Marie-Antoinette, dont elle était l'amie dévouée. C'est lors de son internement à la Force qu'elle fut victime des massacres. Son corps mutilé fut promené dans Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable