Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

13 – Lettre du 28 aout 1792

Texte intégral

  • 1 A Mathiez, op. cit., p 14-21.

1Le climat déjà extrêmement tendu au lendemain du 10 août se détériore encore à Paris. Les informations alarmantes en provenance des frontières font naître un sentiment d'inquiétude et de peur mêlées, qui échauffe les esprits. Le 23 août, Longwy est tombée aux mains des Prussiens ; défaite désastreuse que les Parisiens apprennent trois jours après. La rumeur va vite, on accuse les généraux, on ressort le vieux thème du complot aristocratique et ce d'autant que la contre-révolution intérieure se réveille. On apprend en effet que les royalistes du district de Châtillon dans les Deux-Sèvres se sont insurgés les 22 et 24 août. Les patriotes ont dû leur livrer bataille pour les repousser au prix de lourdes pertes dans les deux camps. On parle même d'une vaste conspiration royàliste dans le Dauphiné et en Bretagne, entraînant la crainte d'un soulèvement clérical et nobiliaire1. En réaction la Commune traque avec une ardeur décuplée les éventuels suspects. Ainsi dès le 27 août, elle ordonne des visites domiciliaires chez les citoyens douteux pour leur enlever leurs armes et en munir les patriotes prêts à la défense.

2Pierre Dubreuil Chambardel se fait l'écho de cette effervescence, revenant sur les évènements du 10 août et menaçant les traîtres d'une vengeance exemplaire. Son ton devient plus véhément, voire violent lorsqu'il explique à son fils la prise de Longwy et l'organisation de la défense qui s'effectue dans un contexte électoral puisque les Assemblées primaires ont été réunies le 26 août.

Paris ce 28 Aoust 1792.

  • 2 C'est-à-dire le 27 août. C'est une confirmation puisque la nouvelle est connue à Paris le 26 août.
  • 3 Longwy s'est rendu après un bombardement de quinze heures. On a soupçonné le commandant de la place (...)
  • 4 Cette décision a été votée le 26 août.
  • 5 C'est un camp de réserve. En juin 1792, il fut prévu que 42 bataillons de gardes nationaux y camper (...)
  • 6 A Paris, plus de 3 000 suspects furent arrêtés et emprisonnés.Mais peu d'exécutions furent prononcé (...)

Jay recu mon cher Chambardel[,] tadernière du 15 courant laquelle manonce touttes vos inquétude sur les événement du dix[,] événement àjamais mémorable, et terible par lesans qui acoullé[.] Les perfide ci leure dessin euce réussi contai ceporter sur lassamblée et égorger tous les amis du bien public, il ne peut estre douteux quejaurai esté dunombre des victime[.] Jai toujours esté décidé àrépandre jusquà la dernière goûte demon sans pour la liberté dema patrie[.] Tu doit meconnai rampli decest sentimants quil cera toujours plus glorieux demourir en homme libre que devivre en esclave[.] Lassamblé aconservé lecalme et touttes lafermetté aumilieu descoup decanon et cest éllevé auniveaux où elle devait estre,[.] Mon coeur naéprouvé aucunnent peine relativement àmon inthérest particulier mais il est remplis de laplus vive douleur detous les maux qui aflige nostre malheureuze patrie, tous les traîttre périron et lapatrie saura cevanger[.] Hier2 àminuit un courrier amalheureuzement confirmé laprize de Longouit qui na soutenu l'ataque que quinze heure qui pouvois lefaire six semaine bien aprovizionné et une garnison de 2 300 hommes[.] Avec tous ces avantage le lâche et traîttre commandant3 cest randu auroi de Pruce qui commandai[.] Cette nouvelle aindignié tous les esprit[,] il a esté décrété que Paris et les départemant voisin ferai desuitte un corps de trante mille homme pour voiler aufrontière4, quarante sept compagnies de cannonier vollontaire dans Paris doive camper sous ces murs pour ceformer et exercer àla maneure ducanon et ceront touts disposé de ce réunir aucamps de Soisson5, ci les ennemy son acétéméraire pour pénéttré dans le roiaume ceque les politique désire le regardant comme a vantageux, parceque il cetrouverai enfasse des force ynonbrable et nos deux armés derière par coséquand envelopé detouttes part[.] La nation est levé[.] Un cri général cefait entandre de touttes part[ !] ["] La liberté oulamort[ !]["]. La Convantion nantionalle va avoir lieux le 20 etpoque oùdoit cetrouver les nouveau représentant[.] Que Dieu vieille que les assamblées éllectorales aye fait un choix dignies de lampire cart il auront de grande chose affaires et bien des obcetaquele àsurmonter,[.] Jespère donc devous voir à lafins dumois[,] je conte partir aussy tost que la nouvelle assamblée cera formé[.] Je pranderai des arangemant pour teporter de petits assigniats[.] Il cefait tous les jours des exécution des traîttre delà journée du dix6[.] Paris commance àredevenir calme surce grand événement[.] Javais fait passer à Mr Huile deux lettre pour le prié de te les faire remettre desuitte par crinte de leure retard à laposte, par tes plinte elle justifie quil na pas ramplis mais vue et manque ace quil nous doit àtous les deux[.] Je connais montort demiestre confié[.] Jambrasse ton espouze et ton fils detous mon coeur et suis tout àtoi ton véritable ami[.]

Pierre Dubreuil Chambardel

  • 7 La femme de ce personnage, revient souvent dans les lettres de Pierre Dubreuil Chambardel. Il nous (...)

Je naurai pas esté faché que tumudis quelque chose de vos affaires avec Mr Raimot7[.] Donne moi detes nouvelles et ci tuma envoyé un homme àSt Hillaire.

Notes

1 A Mathiez, op. cit., p 14-21.

2 C'est-à-dire le 27 août. C'est une confirmation puisque la nouvelle est connue à Paris le 26 août.

3 Longwy s'est rendu après un bombardement de quinze heures. On a soupçonné le commandant de la place, Lavergne, d'avoir trahi car après le combat les Prussiens lui ont laissé la liberté (A Mathiez. op. cit., p 20.).

4 Cette décision a été votée le 26 août.

5 C'est un camp de réserve. En juin 1792, il fut prévu que 42 bataillons de gardes nationaux y camperaient et que les Fédérés, après la fête de la Fédération devraient s'y rendre. (M Reinhard. op. cit., p 364).

6 A Paris, plus de 3 000 suspects furent arrêtés et emprisonnés.Mais peu d'exécutions furent prononcées par le Tribunal Criminel : du 17 au 26 août, seulement trois condamnations à mort (JP Bertaud, op. cit., p 167).

7 La femme de ce personnage, revient souvent dans les lettres de Pierre Dubreuil Chambardel. Il nous a été impossible de découvrir qui elle est, et la teneur de ses liens avec la famille Dubreuil- Chambardel.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540