Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

12 – Lettre du 22 aout 1792

Texte intégral

  • 1 A Mathiez. op. cit., p 17.
  • 2 JP Bertaud. op. cit., p 166.
  • 3 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, p 196-197.

1La dernière quinzaine du mois d'août est marquée par une lutte d'influence et de pouvoir entre la Législative qui reste dans une attitude timorée, et la Commune qui entend régler ses comptes promptement. Ainsi le 17 août, celle-ci obtient de l'Assemblée, d'abord réticente, le renouvellement du Tribunal Criminel dont les membres furent élus par les sections, pour juger les contre-révolutionnaires du 10 août1. La Commune a donc le droit d'incarcérer des suspects et d'effectuer des visites domiciliaires. C'est pourquoi Pierre Dubreuil Chambardel remarque que "touts les jours lon areste quelque nouveau concepirateur". Dans les jours qui suivent le 10 août, environ 600 suspects sont arrêtés et incarcérés dans un climat de vengeance et d'inquiétude2. Si le peuple a gagné à Paris, il doit encore faire face aux menaces extérieures. Dès le 19 août, les troupes prussiennes franchissent la frontière et avancent rapidement. Pour mobiliser le peuple et en particulier celui des campagnes, il faut lui donner des satisfactions. L'Assemblée en est consciente et par deux décrets, des 20 et 25 août, abolit et sans rachat pratiquement tous les droits féodaux. Pierre Dubreuil Chambardel s'empresse d'annoncer cette nouvelle à son fils et de s'en réjouir. Auparavant ces droits étaient rachetables par le paysan mais dans des conditions si difficiles, que ce rachat était pratiquement impossible. C'est donc une décision essentielle qu'a prise l'Assemblée et l'on peut suivre Jacques Godechot lorsqu'il affirme :"ce fut la journée du 10 août 1792, bien plus que la nuit du 4 août 1789, qui abolit le régime féodal"3.

Paris ce 22 aoust 1792.

  • 4 La loi du 17 juillet 1793, abolira définitivement la féodalité, en ordonnant le brûlement des titre (...)
  • 5 Il s'agit en fait de l'acensement féodal qui est un bail perpétuel ou à longue durée liant le tenan (...)
  • 6 Le 14 août, La Fayette alors à Sedan tente vainement d'entraîner son armée à marcher sur Paris et f (...)
  • 7 Il s'agit des prêtres réfractaires. La législation anticléricale s'est accentuée après le 10 août. (...)
  • 8 Letans est probablement le fermier occupant les terres de St Hilaire.
  • 9 La St Martin correspond au 11 novembre.

Je nai cun petit mo man àmoi[,] mon cher Chambardel après avoir passé la nuit à lasamblée[,] pour te dire que tous les droits féodeau son aboli sous quelque dénomination que ce puisse estre[,] à la réserve deceux qui ceront justifié par le tittre primorial de concession defond qui son rachetable4, justification queje regarde comme imposible àmoins que cela nesoit des moderne àsancemant5[.] Le sans ne coulle plus àParis[,] le calme renaît, touts les jours lon areste quelque nouveau concepirateur[.] On a anoncé hier le traître LaFayette aresté àCedant6[.] Lanuit du 20 ona aresté 28 non asermanté7, tous ces traître puregeron enfins le roiaume de Iheure y niquité[.] Je nai point encorre peu travaillier àmon affaires,[.] Japrand de St Hillaire que Letans8 est malade[.] Fait donc tous les effort pour lui envoier un homme qui sache cemmé jusque vert la St Martin9 et sil est posible dele faire partir desuitte cart je crin que mon ouvrage reste ensoufrance[.] Jambrasse ton espouze et ton fils du meillieur démon coeur et espère les embrasser devive voie à la St Michel aussy tost mon ramplacemant[.] Je suis tout àtoi ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Jay lieux decroire que Mr Huile àqui je dit mille chose honneste inci quà sachère espouze netrouvera pas mauvais que je meserve deson adresse pour leprié de faire passer desuitte laprésente àmon fis.

Notes

1 A Mathiez. op. cit., p 17.

2 JP Bertaud. op. cit., p 166.

3 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, p 196-197.

4 La loi du 17 juillet 1793, abolira définitivement la féodalité, en ordonnant le brûlement des titres féodaux rachetables, sauf si le seigneur peut fournir le titre primitif et faire ainsi la preuve qu'il ne les a pas usurpés, chose fort difficile.

5 Il s'agit en fait de l'acensement féodal qui est un bail perpétuel ou à longue durée liant le tenancier(qui se considère en fait comme pleinement propriétaire) au seigneur dans l'étendue des terres de sa "directe", moyennant le versement d'une redevance, en général faible, en argent ou en nature : le cens. (G Cabourdin et G Viard, Lexique historique de la France d'Ancien Régime, Paris, A Colin, 1978.).

6 Le 14 août, La Fayette alors à Sedan tente vainement d'entraîner son armée à marcher sur Paris et fait arrêter les commissaires envoyés par la Législative. Mais il ne fut pas arrêté et réussit à fuir à l'étranger le 19 août, avec à sa suite une partie de son état major (F Gendron in Dict historique de la R F, Art "La Fayette", p 625).

7 Il s'agit des prêtres réfractaires. La législation anticléricale s'est accentuée après le 10 août. Ainsi le 14 août, l'Assemblée décrète que fonctionnaires et prêtres devront prêter le serment de maintenir la liberté et l'égalité, sous peine de déportation en Guyane (A Mathiez, op. cit., p 39.).Ne pas confondre avec le serment de fidélité à la constitution voté le 27 novembre 1790 par la Constituante

8 Letans est probablement le fermier occupant les terres de St Hilaire.

9 La St Martin correspond au 11 novembre.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable