Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

10 – Lettre du 11 aout 1792

Texte intégral

1Pierre Dubreuil Chambardel est plus que jamais un témoin privilégié d'un fait historique sans précédent en France : la chute de la royauté, le 10 août 1792. Au coeur de l'événement puisqu'il écrit de l'Assemblée, il relate sur le vif, les principaux épisodes de la prise des Tuileries.

  • 1 M Reinhard. op. cit., p 378-390.

2Depuis quelques temps, les préparatifs en vue d'une insurrection étaient de plus en plus nets et se faisaient au grand jour. Ainsi, le 4 août, l'Assemblée est saisie d'un ultimatum émanant de la section des Quinze-Vingt : si les députés ne se décident pas à voter la déchéance, les citoyens se réuniront en armes le 9 août à minuit. Or, ce même jour, la Législative se sépare à 19 heures sans avoir pris aucune décision1. Les dés sont alors jetés et les sectionnaires comme les Fédérés se préparent à l'attaque. Si les sans-culottes sont prêts à marcher, l'organisation et la coordination n'est pas parfaite et l'incertitude quant à l'issue du combat reste entière. Ce n'est que vers 5 heures du matin, le 10 août, que les sections se mettent d'accord. Santerre et les sans-culottes du faubourg St Antoine longeront la rive droite, Alexandre avec ses hommes la rive gauche ; tous deux accompagnés des Fédérés marseillais et bretons. La jonction se fait sur le Pont Neuf et les insurgés envahissent la place du Carrousel.

  • 2 Le commandant de la garde nationale, Mandat, venant d'être destitué et assassiné.(JP Bertaud, op. c (...)
  • 3 M Reinhard, op. cit., p 395.

3Dans le même temps, Santerre est réclamé à l'Hôtel de Ville où s'est constituée une Commune Insurrectionnelle. Il devient alors chef de la garde nationale parisienne qui désormais ne soutient plus le roi2. Vers dix heures et demie, celui-ci se réfugie avec sa famille à l'Assemblée, alors que les premiers manifestants mal armés se ruent sur les Tuileries où une fusillade déclenchée par les Suisses fait plusieurs centaines de morts et de blessés. L' arrivée en force des Fédérés renverse la situation et la foule persuadée d'avoir été entraînée dans un piège, massacre les défenseurs du château. Dès lors celui-ci est pris et pillé, la victoire populaire est incontestable. Dans l'après midi, l'Assemblée qui siège depuis le neuf à 23 heures3 et dont l'effectif est réduit, vote la suspension provisoire du roi et son internement. Une page est tournée, c'est la fin de la monarchie constitutionnelle, voulue par le peuple de Paris dont le rôle devint prépondérant.

4Outre l'intérêt d'un témoignage "à chaud" que nous fournit cette lettre, elle nous donne une information nouvelle et importante sur la situation de la famille royale, si du moins Dubreuil-Chambardel ne s'est pas trompé. Placés dès leur arrivée dans une loge derrière le fauteuil du président, le roi et sa famille y sont encore vers 18 heures. Or Pierre Dubreuil Chambardel nous informe qu'à deux heures du matin le 11 août, ils n'ont toujours pas été transférés. On imagine la tension qu'une telle présence pouvait susciter parmi les députés ! L'Assemblée Législative comptait les installer au Palais du Luxembourg disponible depuis l'émigration du comte de Provence. Mais la Commune exigera le 13 août leur transfert à la Tour du Temple sous sa surveillance.

A lAsamblé à 2 heure dumatin, samedi 11 Aoust 1792.

  • 4 Chiffre inexact mais qui montre combien cette bataille des Tuileries parut meurtrière aux contempor (...)
  • 5 Il s'agit des forces armées chargées de la défense des Tuileries. Les Suisses dévoués au roi, armés (...)
  • 6 Il s'agit de D'Abancourt nommé depuis le 20 juillet 1792 (Dict hist de la R F, Art "Ministres" p 74 (...)

Mon cher Chambardel[,] nous sommes dans laplus grande fermantation[.] Hier vandredy àminuit la général et le tosquin ce faisoit entandre dans tous les quartier de Paris,[.] Lorage grosisants toujours[,] àdix heure levolcans cest ouvert, la comotion terible[.] Il est mort encinq minutte plus de quatre mille homme4[.] Cette senne a esté commancé par les Suice[,] les anciens garde duroi et les chevallier dupoiniart5 qui ons commancé àtirer les canons chargé àcartouche, qui onbeaucoup fait demal[.] Ce feu aesté terible[,] touts Paris acouru aux arme et ausecour[.] Dans le premier momans les ennemy renfermer auTuilerie aunombre de quinze cent qui on esté passé aufil de lépée[.] Premier ce feuf[,] leroi qui santoit le dangé est venu ce réfugier avec safamillie dans leseing de lasamblèe et dans ce momant ily son encorre[.] Le feu afait grand domage auchâteau[.] Lassamblée vient desuspandre le roi[,] ramplace tous les ministre[.] Celui de laguère6 [,] il vient davoir contre lui un décret dacusation[.] Cette terible journée duvandredy 10 Aoust don touttes laville a esté dans la plus terrible agitation[.] Dans cemomans[,] àdeux heure[,] des commissaire viennent nous anoncé que le calme commance àce faire santir[.] Je tefais part des principaux faits, ci les ennemi navez pas esté prévenu leure intantion estait dece porter à lassamblée pour égorger tous les patrotes, il enons suporter lapeine parla pertte de leure vie[.]

Adieu mon ami[,] je nepeut tant dire davantage[.] Je suis toujours ton amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Jambrasse ta famme et ton fils[.] Jay reçu talettre sans lavoir vue[.] Je técrirai mardy[,]fait voir àla poste samedy.

Notes

1 M Reinhard. op. cit., p 378-390.

2 Le commandant de la garde nationale, Mandat, venant d'être destitué et assassiné.(JP Bertaud, op. cit., p 158).

3 M Reinhard, op. cit., p 395.

4 Chiffre inexact mais qui montre combien cette bataille des Tuileries parut meurtrière aux contemporains. Le nombre total des victimes, morts ou blessés.aurait été d'environ un millier dont 600 du côté des défenseurs et moins de 400 chez les insurgés, certaines sections telles celle des Quinze Vingt ayant été durement touchée.(JP Bertaud. op. cit., p 159 et M Reinhard. op. cit., p 409).

5 Il s'agit des forces armées chargées de la défense des Tuileries. Les Suisses dévoués au roi, armés et disciplinés, sont près d'un millier. Des bataillons de gardes nationaux sont aussi présents mais leur soutien au roi n'est pas sûr. Enfin, l'entourage du roi avait lancé près de 2 000 convocations à d'anciens gardes du corps, à des nobles dévoués ou à de vieux serviteurs de la royauté. Seulement deux à troix cents d'entre eux répondirent à l'appel.En dehors des gardes nationaux qui se révélèrent peu sûrs et des Suisses qui payèrent un lourd tribut, les Tuileries étaient défendues par deux à trois cents gentilshommes notamment d'anciens membres de la garde constitutionnelle dissoute par le décret du 29 mai 1792. Ce sont eux qui sont appelés ici les "chevaliers du poignard", nom qui, dans le vocabulaire des patriotes, désigne les courtisans armés du roi, depuis la journée de Vincennes le 28 février 1791 durant laquelle les nobles avaient tenté d'enlever le roi aux Tuileries. (JP Bertaud. op. cit., p 156.).

6 Il s'agit de D'Abancourt nommé depuis le 20 juillet 1792 (Dict hist de la R F, Art "Ministres" p 748).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540