Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

9 – Lettre du 6 aout 1792

Texte intégral

  • 1 M Reinhard, op. cit., p 376.
  • 2 A Soboul, La Révolution française, Paris, Ed Sociales, 1983, p 243.
  • 3 M Reinhard. op. cit., p 377-378.

1Alors que l'on approche de la date fatidique du 10 août, cette lettre dont l'objet principal est le réglement d'un problème de succession, dépeint l'effervescence croissante dans laquelle est plongée la population parisienne. Arrivé à destination le 28 juillet et publié le 3 août, le manifeste du général autrichien Brunswick ne fait que précipiter les événements. Rédigé par un émigré, un certain Limon1, cet écrit violent et comminatoire, se révèle être une véritable provocation, menaçant les Parisiens d"'une vengeance exemplaire" s'il était fait le"moindre outrage à la famille royale"2. Cet acte maladroit n'entraîne pas le mouvement de panique escompté, mais au contraire un sursaut patriotique exemplaire. De plus, il compromet encore davantage le roi et sa famille sur lesquels pèsent toutes les suspicions. Un projet d'évasion est d'ailleurs dénoncé par Robespierre au Club des Jacobins au soir du 5 août. Dans la nuit du 5 au 6 août, Louis XVI et sa famille devaient s'enfuir pour Rouen où les attendait le duc de la Rochefoucauld. Cette fuite organisée par des royalistes constitutionnels n'eut pas lieu, le roi ne se décidant pas à suivre des gens qu'il détestait. Cela n'empêcha pas la foule de se masser aux Tuileries. Une note déclarant que le roi s'était enfui vers 2 heures du matin mais avait regagné le château après avoir été reconnu par une sentinelle, fut répandue. Pierre Dubreuil Chambardel nous faisant part ici de ce projet avorté a probablement eu connaissance de cette note. C'est pourquoi il remarque que "lon parle beaucoup de déchéance". En effet, le 3 août, 47 des 48 sections parisiennes envoient Pétion présenter à l'Assemblée une pétition réclamant la déchéance du roi et de la dynastie. Le débat étant ajourné au 9, l'agitation est à son comble. Les sections comme les Fédérés préparent l'insurrection que notre député préssent imminente puisque "atouts incetant lon crint que le sans ne coulle chacuns étant continuellemant sur le quivive". Désormais la thèse du complot aristocratique apparaît comme un fait démontré. Patriotes, mouvements sectionnaires et Fédérés se préparent à répondre aux nobles et aux Suisses postés aux Tuileries depuis le 4 août3.

Paris ce 6 Aoust 1792

  • 4 Il semble que cet homme fasse partie de la belle famille de son fils, mais aucun document ne l'atte (...)

Je resoit ta lettre mon cher Chambardel[,] laquelle maprand lafins sinistre de M Maisonneuve4[.] C'est lordre dela nature que tous finice mais que cette fins est malheureuze lors que elle est prématuré par des causes aussi funestes, tevoilà dans lambaras[.] Je croit que tu aura esté acésage pour voir Mr dela Salle pour tes intérest et ceux dela veuve que jestime de voir estre cecrupuleuzemant examiné[.] Autant queje peux lecroire, je pence pour tes inthérest que laveuve de veroit renoncer à la communauté et sans tenir àces droits, parce que sur cette mesme communauté tuy a une ipotèque prélivégier pour lereliquat duconte qui tes deù,[.] Quand suitte la veuve rapeleroit cest droits sur ce qui pouroit rester ce la tenuie et affecte pour la somme promize par ton contrat de mariage. Voilà ce que mais réflection me fournice[,] cest àtoi à les balancé avec ce qui compose cette mesme communauté et dete diriger toujours sur les conseil et la prudance de M de la Salle, qui tindiqeura le vrai chemain que tu doit tenir, communique lui malettre àcette fins depezer tous les inthérest,[.] Faits moi passer le plus tost quil tecera posible les estats queje tai demendé,[.] Paris continue toujours destre dans la plus grande fermantation[.] Atouts incetant lon crint que le sans necoulle chacuns étant continuellemant sur le quivive,[.] Le roi atanté la nuit du samedy au dimanche decévader[.] Il en a esté empaiché[,] cinq de ces complice on esté aresté, lon parle beaucoup de déchéance, enfins les esprit son monté àleure dernier période[.] Enfins quand résultera til[ ?] Je nan sai rien, je suis résinié àtous les événement et les attant avec fermetté,[.] Présente àmadame Maison neuve mille chose honneste dema part et lassure combien je suis vivement affecté des facheuze sirconstance oùelle cetrouve[.] Embrasse ton espouze et ton fils pour moi et mecroi ton véritable amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 M Reinhard, op. cit., p 376.

2 A Soboul, La Révolution française, Paris, Ed Sociales, 1983, p 243.

3 M Reinhard. op. cit., p 377-378.

4 Il semble que cet homme fasse partie de la belle famille de son fils, mais aucun document ne l'atteste avec certitude.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540