Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

8 – Lettre du 21 juillet 1792

Texte intégral

  • 1 M Reinhard. op. cit., p 364-366.

1Après l'appel au peuple lancé par l'Assemblée le 11 juillet et repris par Louis XVI dans des termes très patriotiques, les Français se mobilisent. Une première levée de volontaires nationaux, tirés des gardes nationales avait été faite dans l'été 1791, en vertu du décret du 21 juin. Le 12 juillet 1792 l'Assemblée décide de constituer 42 nouveaux bataillons de volontaires. Chaque jour, des volontaires affluent vers les bureaux de recrutement pour s'enrôler et défendre la nation. On en compte plus de 4000 en trois jours1.Ils suivent en cela les bataillons de Fédérés qui arrivent toujours plus nombreux dans la capitale. Les 2500 présents au 14 juillet voient leurs effectifs gonfler pour atteindre 2900 le 18, 3600 le 23. Les sections parisiennes, elles aussi s'organisent et font entendre de façon toujours plus véhémente leurs revendications. Celles-ci rejoignent sur de nombreux points celles des Fédérés, à savoir la déchéance du roi et de certains généraux, et la convocation d'une Convention. Le 17 juillet, les Fédérés présentent une pétition rédigée par Robespierre contre La Fayette, contre l'état-major de l'armée et surtout contre le roi dont la suspension est demandée.

2Les troubles vont donc croissants et Pierre Dubreuil Chambardel en est un témoin privilégié. Il nous relate la violence des événements parisiens en même temps que les discussions toujours agitées de l'Assemblée, en particulier sur les biens des émigrés. Enfin, l'armée est mise en cause à travers une critique très nette de La Fayette qui apparaît comme l'homme à abattre. Comment expliquer la situation de l'ancien héros de l'indépendance américaine dont la popularité était si grande ? En fait depuis le 17 juillet 1791, date de la fusillade du Champ de Mars dont il fut l'instigateur, La Fayette, devenu général de l'armée du Nord, a fait preuve d'une attitude équivoque. Il n'hésite pas à jouer un double jeu dangereux. Dès le 3 juillet il est vivement attaqué à la tribune de l'Assemblée par le girondin Vergniaud. Rejeté par le couple royal, dicrédité aux yeux de nombreux députés, il est à la fin du mois de juillet accusé, non sans raison, de trahison.

Paris ce 21 juillet 1792.

  • 2 Ami de Pierre Dubreuil Chambardel, qui occupe comme lui la fonction de fermier général de domaines.
  • 3 Droit seigneurial prélevé lors des achats de biens fonciers.La loi du 15 mars 1790 fixant les modal (...)
  • 4 Il est question de la matrice du rôle foncier constituée par les autorités locales, comportant tous (...)

Jay recu mon cher Chambardel[,]ta lettres qui manonce mauvaize récolte enfoin et des pluie considérable qui leure on porté préjudice[.] plusieurs départemant anonce les mesme effaits[.] Tu memarque que Mr Fouquet2 a obtenu une santance par déffaule pour des lots et vante3 [,]il doit connaistre la loi ilfaut lalaisser aller son train[.] Monsieur Guillion doit avoir une lettres par laquelle je lui dit avoir payé àMr Garand ceque je doit cequi est facille àvérifier, voile enconséquance[.] Vraisamblablemant ta dernière a croizé lamienne par laquelle je te demende de mefaire passer lestimation quon faits les municipalitté dAvon et Bougon et à quoi je suis imposé[,] il mefaut tous les article tel quil son incéré dans lamatrice durolle4[.] Noublie point de me sirconstancier letouts, tuy comprandera Bourleuf et le Petit Javarsai et touts ce quejay dans les deux municipalitté[.] Surtouts noublie pas les estimation telle quelle onesté faitte, tume fera égalemant passer comme je te le demende nostre bail ente conformant àma lettre, le touts leplus tost quil tecera posible[.]

  • 5 Allusion à un incident assez vif qui a éclaté aux Tuileries entre patriotes et familiers de la cour (...)
  • 6 On ne trouve trace de cet incident ni dans les archives parlementaires, ni dans les ouvrages concer (...)
  • 7 Terrasse des Feuillants qui se situe entre la salle du Manège où siège la Législative, et les Tuile (...)
  • 8 Erreur, à cette date, l'Assemblée discute du décret relatif aux biens et revenus des émigrés ne ser (...)

Tu me demende des nouvelle dece qui cepasse icy[.] La fermantation continue destre toujours grande àParis, tous les esprit son divizé pres à sans trégorger[.] Des mal intantionné cherche à divizer lepeuple et larmer lun contre lautre àcette fins defaire tous périr[.] Hier un rassemblement5 immance avoit pour objet deceporter à lasamblée et chez le roi mais la prudance et lasagesse de la municipalitté active et surveillante asu lediciper, le jour a esté acé calme après une matinné aussy aurageuze, le tocsin et la général cétant fait antandre dans tous les cartier deParis,[.] Cette effraiante cène cest terminé par lamort de Monsieur Dumiéni6 mambre de lasamblée constituante qui a esté assasignié[.] Son dessin étoit emprovoquand le peuple de le faire poniarder avec la garde nantionalle, parla commencer la guère civille dans Paris[.] Le peuple a eu acé de force pour résiterà cette provocation et prévoir les indignie provocation et insinuation de Mr Dumieni don le dessin pervert a eu une fins ci dézavantageuse pour lui,[.] Cette malheureuze cènne cest passé sous les yeux de lasemblée sur latérace qui lacépare des Tuilerie7[.] Tout traiys lanattion[,] cest plus grand ennemi[ :] la cour et partie de lassamblée, mille foix plus dangereux queceux dudehors[.] Que lorage est grand[ !] Quel encera le résulta[ ?]Je ligniore mais bien décidé à lamort plus tost que dans bandonner mon poste et manquer àtous ce queje doit àmais commettant[.] Voilant mon ami ma résiniation[.] Jatribue tes conseils à latachemant que tu a pourmoi et tes crinte à la sansibilité de toncoeur, neme croit pas assé lâche dambandonner mon poste par la crinte delamort. ma fermetté et ma constance justifirons àmais commettant queje suis dignie du choix quil onfait demoi enme confiant le dépost sacré de la Constitution, toi mesme naura jamais àrougir destre lefils dun homme qui a trais ces devoirs etceux deces comettans[.] Un grand nombres demanbres son dans lamesme résolution et il faut espérer que la fermetté et lénergie delasamblée lafera parvenir aupoint de touts réduire[,] cest ennemi ant du dehors que dudedans,[.] elle vient de randre un décret pour vandre tous les biens des émigré8 au proffit delanation en dé domagement des frais immance que la guère ocationne[.] Nos armés sonseulemant sur la déffancive[,] lon parle très mal et lon regarde comme un traître M deLa Faiette[.] A que les homme entande mal leure propre intérest[ !] Lui qui pouvait jouer un cibeau rolle ciil eut voullu, mais lambision laperdu,[.] Je ne méritte point les reproche de tonespouze[.] Je lambrasse de tous mon coeur et son fils et suis tous àtoi ton véritable amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Je nai pas unseul momant àmoi[.] Touts les jours il faut passer douze heure à lAssamblée[.] Mais yeux sontoujours mal[.] Quelque députté cézi par lapeur son acélâche pour partir et laisser inci leure poste.

Notes

1 M Reinhard. op. cit., p 364-366.

2 Ami de Pierre Dubreuil Chambardel, qui occupe comme lui la fonction de fermier général de domaines.

3 Droit seigneurial prélevé lors des achats de biens fonciers.La loi du 15 mars 1790 fixant les modalités d'abolition de la féodalité, en fait un droit rachetable. Mais dans beaucoup de familles, la terre passait aux enfants et ces droits n'étaient jamais payés. En conséquence, les paysans eurent souvent recours aux tribunaux pour éviter de racheter un droit qu'ils n'acquittaient pas auparavant. (J Godechot, op. cit., p 195.)

4 Il est question de la matrice du rôle foncier constituée par les autorités locales, comportant tous les biens imposables de la commune. (J Godechot. op. cit., p 165).

5 Allusion à un incident assez vif qui a éclaté aux Tuileries entre patriotes et familiers de la cour.(M Reinhard. op. cit., p 366).

6 On ne trouve trace de cet incident ni dans les archives parlementaires, ni dans les ouvrages concernant cette période. D'après la liste donnée par Edna Hindie Lemay, il n'y a aucun constituant de ce nom. Peut-être s'agit-il d'un récit de propagande ou d'une fausse rumeur que le député accrédite sans hésitation.

7 Terrasse des Feuillants qui se situe entre la salle du Manège où siège la Législative, et les Tuileries.

8 Erreur, à cette date, l'Assemblée discute du décret relatif aux biens et revenus des émigrés ne sera voté que le 28 juillet 1792.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540