Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

7 – Lettre du 17 juillet 1792

Texte intégral

  • 1 M Reinhard. op. cit., p 360-365.

1Juillet 1792 apparaît véritablement comme le mois de tous les dangers. Les contemporains en ont eu vivement conscience puisque le 11 juillet, l'Assemblée a voté un décret déclarant la patrie en danger. Il est vrai que l'avancée des troupes prussiennes de Brunswick et des émigrés se fait de plus en plus menaçante. Parallèlement, l'arrivée des Fédérés dans la capitale a accéléré le processus révolutionnaire qui aboutira à la journée du 10 août. En effet, dès le 12 juillet, les Fédérés inscrivent à leur programme la nécessité de suspendre le roi avant leur départ pour les frontières1. Malgré l'absence de nombreux Fédérés tels que les Marseillais qui n'arriveront qu'à la fin du mois, la fête du 14 juillet est un succès avec selon les journaux de l'époque, plus de 500 000 assistants et participants. La présence à Paris de ces hommes armés, ardents défenseurs de la cause révolutionnaire ne contribue guère à apaiser le climat politique. Pierre Dubreuil Chambardel en témoigne ici, déplorant "le déffaule dinteligence dans lasamblée" c'est-à-dire l'absence de concensus et "loposition de sentimants". L'enjeu immense des questions soulevées à l'Assemblée, telles que la suspension du roi ou le recours au peuple pour une nouvelle insurrection, font apparaître des clivages très nets et entraînent des débats tumultueux. Pierre Dubreuil Chambardel est tout à la fois critique et inquiet pour l'avenir du pays qu'il ressent assez justement comme étant au bord du chaos.

Paris ce 17 Juillets 1792.

  • 2 Ami de Pierre Dubreuil Chambardel qui fut un de ses électeurs.
  • 3 Il s'agit de la contribution foncière, un des trois impôts nouveaux (avec la mobilière et la patent (...)
  • 4 Il s'agit de Bourgneuf et de Javersais.

Jay recu mon cher Chambardel[,] une lettre de Mr Riche2 qui manonce létats dimposition3 à laquelle je suis imposé dans les paroisse de Bougon et d'Avon[.] Cette imposition monte dans ces deux paroisse à près de douze cent livres [,]taxe ci exorbitante quil faut denécésitté que je porte ma plinte devant les hotoritté constituée[.] Pour y parvenir, il faut leplus prontemant quil tecera posible me faire passer un estats deèstimation bien sirconstancié que les deux municipalitté onfait pour les pré Binot et La Courance entre les deux municipallité de Bougon et Avon, faire attantion ci lobjets de Bourleuf et de Javersai4 est compris dans lestimation généralle[.] Comme je peut avoir besoin du bail de Piedmorinf[,]je te ranvoys lacoppie que tu mavez envoié à cette fins de la recoppier ente conformant de retranché touts ce que jay raié comme tu levèra. Cela étant entre toi et moi tu aura soin de signier cart je présume que jaurai besoin dans faire représentation, faits moi passer letouts leplus tost quil tecera posible,[.] Les ennemi dudehors savance [,]ceux dudedans lève hautement lateste[.] Enfin[,] nous voilà dans les plus grand danger[ ;] quand résultera til[ ?] Je nan sait rien ci cènest queje regarde lempire à deux doits de saperte, par le déffaule dinteligence dans lAssamblée[.] Différente nouvelle plus affligente lesune que les autre ce sucède et présente dans lassamblée des séance si orageuze par loposition de sentimants quil samble que chacuns oublie ce quil est, adieu mon amy croit moi ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Aussy tost que les petitte coupure dassignats ceron en sirculation et que je pourai enavoir[,] je tant ferai passer[.] Dans lecas où lon vous refuzera devous paier les rentes[,] je vous conseillie de vous pour voir par devant le juge depaix pour assurer votre indamenitté.

Notes

1 M Reinhard. op. cit., p 360-365.

2 Ami de Pierre Dubreuil Chambardel qui fut un de ses électeurs.

3 Il s'agit de la contribution foncière, un des trois impôts nouveaux (avec la mobilière et la patente). Comme la taille ou la capitation d'Ancien Régime, la foncière est un impôt de répartition : chaque année une somme fixée par l'Assemblée, doit être répartie entre les départements, puis les contribuables au prorata des revenus nets de chaque propriété évaluée par les municipalités, d'où les plaintes du député.

4 Il s'agit de Bourgneuf et de Javersais.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540