Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

6 – Lettre du 7 juillet 1792

Texte intégral

  • 1 M Reinhard. op. cit., p 330-350.

1Depuis la journée du 20 juin, sans résultat mais décisive car, selon la phrase de Roederer," le trône était encore debout mais le peuple s'y était assis, en avait pris la mesure"1. Paris, comme l'écrit notre député, "est dans la plus grande fermantation". Les événements du 20 ont donné naissance, dans l'opinion nationale, à l'Assemblée et dans les clubs, à des clivages entre ceux qui y voient une atteinte à la personne royale et à la monarchie constitutionnelle, et ceux qui, dénonçant les tergiversations du roi, applaudissent à l'initiative populaire. La Législative, profondément divisée, oscille entre ces deux attitudes tandis que dans les rues, le peuple s'agite. Des incidents mettent parfois aux prises Fayettistes et Jacobins. Aussi Pétion, maire de la ville, fait afficher un avis pour recommander le calme ainsi que le respect du roi.

2La situation militaire accentue encore la confusion. Les mauvaises nouvelles provenant des frontières arrivent journellement à Paris et l'opinion met rapidement en cause la probité des généraux. La Fayette est le premier visé puisque, le 29 juin, profitant d'un passage en revue de la Garde Nationale par le roi, il pensait tenter un coup de force et marcher sur les Jacobins. Seule l'hostilité de Marie-Antoinette fit échouer le projet. Le climat dans la capitale comme en province paraît donc assez explosif. Ce n'est qu'au début du mois de juillet que l'Assemblée abandonne ses hésitations pour passer aux actes. Le 3 juillet, l'orateur girondin Vergniaud propose à la tribune un large plan d'action, appelant le roi à se rallier à l'Assemblée et surtout énonçant l'idée de déclarer la patrie en danger. Pierre Dubreuil Chambardel dans cette lettre y fait largement référence, mêlant comme à son habitude, grands événements politiques et gestion de ses biens.

Paris ce 7 juillet 1792.

  • 2 Lieux situés au sud d'Avon.
  • 3 Les assignats, obligations portant intérêts avant d'être papier monnaie, furent crées en Décembre 1 (...)
  • 4 Il s'agit de Pierre Jean né le 22 mars 1754. Nous ignorons la cause de ce détour par le grand port (...)
  • 5 Il s'agit des gardes nationaux convoqués par l'Assemblée Législative dans son décret du 8 juin, cré (...)
  • 6 Le décret déclarant la patrie en danger ne fut votée que le 11 juillet mais dès les 4 et 5 juillet, (...)
  • 7 La Prusse liée à l'Autriche par un traité secret que les Français ignoraient, entre en guerre. Ses (...)
  • 8 Un discours prononcé par Vergniaud le 3 juillet, préconise 1'envoi d'un message au roi afin de le r (...)

Jay recu talettre mon cher Chambardel[,] laquelle manonce que tu afait marché pour faire levé mais foin[.] Tu mobligera deme faire informer de ce quil peu àpeu près avoir eu de foin à Bougon et dans la Rabaudière2, tu manonce égallemant quel destination je veux donner àlargent que Mr Cardel Chamard taconté lorsque Perot aura payé la bailarge rantré[.] Tume le marquera et pour lors je tant marquerai la destination[.] Tume demende dete faire passer de petitte coupure dassigniat3, elle neson point encorre en émission aussy tost quelle le seront je tant ferai passer[.] Ton frère Dubreuil est icy de hier venant de Lisle ayant passer par Nante4,[.] Paris est dans la plus grande fermantation[.] Lon crin que le sans necoulle[,] à tous momant il cireculle que lintantion des mal veillant est dé gorgé tous les bonpatriote de lAssemblée[.] Je ne suis nullemant effraié de ces bruit[,] décidé à lamort plustost que dambandonner mon poste[ ;] lorage est grand[,] jusquà quel point yratil premier davoir le calme[ ?] On ensoit rien inci que duravage quil fera, touttes lempire est levé qui veux la Constitution ou lamort, il arive journellemant des garde nantionalle5 detouttes les partie de lampire[.] LAssemblée par un décret a invitté tous les boncitoins àsarmer pour la défance de sa liberté6[.] La Fédération qui cefera le 14 du courant cera immance[.] Larmé du roi depruce arive tous les jours7[.] LAssemblée doit envoier auroi un message de soixante de ces mambre8 pourlui représanter cest obligation et les droits delanation,[.]

Adieu je vous embrasse tous et suis ton véritable ami.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 M Reinhard. op. cit., p 330-350.

2 Lieux situés au sud d'Avon.

3 Les assignats, obligations portant intérêts avant d'être papier monnaie, furent crées en Décembre 1789. La Constituante émis d'abord de grosses coupures, puis en raison des besoins de numéraires, les Assemblées créèrent des coupures de plus en plus petites : le 17 décembre 1791,1a Législative décida l'émission d'assignats de 25, 10 et 5 livres puis de 10, 15, 25, et 50 sous, ce qui accentue la dépréciation des assignats. (J Godechot, op. cit., p 180-186).

4 Il s'agit de Pierre Jean né le 22 mars 1754. Nous ignorons la cause de ce détour par le grand port de l'Atlantique.

5 Il s'agit des gardes nationaux convoqués par l'Assemblée Législative dans son décret du 8 juin, créant un camp de 20 000 Fédérés pour protéger Paris ; décret auquel le roi a opposé son veto. (J Godechot, op. cit., p 128 ; C Petitfrère, "Fédérations" in Dictionnaire hist. de la R. F, PUF, 1989, p 439-440.).

6 Le décret déclarant la patrie en danger ne fut votée que le 11 juillet mais dès les 4 et 5 juillet, l'Assemblée avait défini les mesures qui suivraient l'éventuelle proclamation de la patrie en danger. (M Reinhard. op. cit., p 356).

7 La Prusse liée à l'Autriche par un traité secret que les Français ignoraient, entre en guerre. Ses troupes commandées par Brunswick menacent directement le territoire.

8 Un discours prononcé par Vergniaud le 3 juillet, préconise 1'envoi d'un message au roi afin de le rallier à la cause révolutionnaire et de faire cesser l'utilisation du veto qui entrave trop souvent à son gré la politique de l'Assemblée.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540