Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

5 – Lettre du 1er juillet 1792

Texte intégral

  • 1 M Reinhard, La chute de la Royauté, Paris, Gallimard, 1969, p 278 à 280.
  • 2 JP Bertaud, op. cit., p 147.

1Entre la déclaration de guerre du 20 avril et la présente lettre, de nombreux évènements ont bouleversé une France déjà fort malmenée. Pierre Dubreuil Chambardel, dans le ton qu'il donne à cette lettre, traduit bien l'effervescence dans laquelle est plongée l'Assemblée Législative "où il il faut aumoins passer dix heure par jours". C'est aussi la première fois qu'apparaît le thème du complot qui va hanter l'esprit des députés. Il est vrai que le contexte s'y prête largement. Le début des opérations militaires s'est soldé par de cuisants échecs, pour des troupes françaises désorganisées et dirigées par des généraux pusillanimes. Ainsi, le 29 avril, la colonne partie de Lille pour prendre Tournai se replie en désordre et massacre son général, le ci-devant Dillon accusé de trahison1. Ces défaites amènent les Girondins, au pouvoir depuis le 15 mars, à adopter différentes mesures. Le 27 mai, l'Assemblée vote la déportation de tout prêtre réfractaire sur simple demande de vingt citoyens actifs. Le 29 mai, c'est la garde constitutionnelle du roi, composée de 6000 hommes qui est licenciée. Enfin, le 8 juin est décrétée la levée dans les département de 20000 gardes nationaux volontaires, pour assister à la fête de la Fédération puis former un camp protégeant la capitale2.

2La partie de bras de fer entre le roi et l'Assemblée commence alors. Le 11 juin, Louis XVI oppose son veto aux décrets du 27 mai et du 8 juin et congédie les ministres girondins. Les Parisiens s'agitent et manifestent aux cris de "Un seul maître : la loi". Le 20 juin enfin, les sans-culottes des faubourgs St-Antoine et St-Marcel, envahissent les Tuileries et somment vainement le roi de retirer son véto.

3En ce début du mois de juillet Pierre Dubreuil Chambardel se trouve donc plongé au coeur d'un Paris plus tumultueux que jamais. Il exprime ici à la fois ses craintes quant à l'avenir de la Nation et ses espoirs dans la ferveur patriotique.

Paris, ce 1er juillet 1792

  • 3 Expression fréquente de l'époque pour désigner le Royaume de France.
  • 4 Allusion aux bruits de complots et de trahison parfois fondés. La Fayette a secrètement proposé à l (...)
  • 5 "premier" : avant.

Jay recu ma chère fillie votre lettre ensamble vos reproche sur mon si lance et votre inquiétude sur ma santé,[.] Je suis sansible autant queje le doit sur lintérêt que vous medémontré prandre à ma santé qui nest pas totallemant dans sa situation ordinaire[.] Mon silance ne doit point estre interprété à un déffaule doubli vous assurant que vous maite toujours présante et que cest le sentimants leplus doux queje puisse éprouvé ; soie en donc convaique ou vous me ferié injustice[.] Je doit tous mon tamps à lAssemblée où il faut aumoins passer dix heure par jours,[.] La grande fermantation et la triste position oùcetrouve lampire3 ne peut laisser un seul momans libre àtous ceux qui on lebien public envue[.] L'orage est grand ma chère fillie [,]le volquand prest à esquelater[.] Quel en seron les effaits[ ?] Lon nansait rien, il ne peut y avoir que la fermette et l'obèisance à la loi qui puisse sauver lempire[.] Tous bon citoins doit cetenir àson poste et préféré la mort à lesclavage[.] Voilà ma résiniation, je nesuis nullement effraie des bruits de dissoudre lAssemblée et dégorger les vrai patriotes4,[.] A que desans quil fauderoit quil coula premier5 que ces dessins fussent exécuté [ !] Les lâche qui veulle détruire tout périron ou il randeron désert le plus beau royaume de lunivers,[.] Je suis sansible au resouvenir demadame votre mère[,] je vous prie delui dire mille chose honneste de mapart[.]

Adieu ma chère fillie, je vous embrasse tous les trois et mecroié votre sincère amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Je conte écrire à votre mari pour mardy nayant pas le tamps pour aujourdhui ; quil fasse voir alaposte vandredi.

Notes

1 M Reinhard, La chute de la Royauté, Paris, Gallimard, 1969, p 278 à 280.

2 JP Bertaud, op. cit., p 147.

3 Expression fréquente de l'époque pour désigner le Royaume de France.

4 Allusion aux bruits de complots et de trahison parfois fondés. La Fayette a secrètement proposé à l'ambassadeur autrichien une suspension d'armes qui lui permettrait de retourner son armée contre Paris et d'y établir un pouvoir fort. (M Reinhard, op. cit., p 309).

5 "premier" : avant.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540