Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

4 – Lettre du 25 avril 1792

Texte intégral

  • 1 B Benoit, op. cit., p 35.
  • 2 JP Bertaud, Initiation à la Révolution française, Paris, Perrin, 1989, P 145.

1Durant les premiers mois de l'année 1792, l'agitation est grande tant dans l'ensemble du pays qu'à l'Assemblée. La guerre semble imminente. Aux frontières, la tension monte. Malgré la bonne volonté apparente de l'Electeur de Trêves, qui tente vainement de disperser les émigrés, ceux-ci restent groupés. L'Assemblée se prépare donc à la guerre votant dès décembre 1791, des crédits et nommant des généraux. En janvier Talleyrand est envoyé en mission à Londres pour tenter de trouver des appuis, sans succès1. Parallèlement, en France, les émeutes se multiplient, mêlant jacqueries pour l'abolition définitive et totale de la féodalité, pillages de boutiques et résistances religieuses. C'est donc dans une situation intérieure particulièrement troublée, qu'intervient un élément décisif. Le 1er mars 1792, l'Empereur Léopold II meurt laissant la succession à son fils : le belliqueux François II. Les événements s'enchaînent alors très vite. Le 25 mars, un ultimatum est remis au nouveau "Roi de Bohême et de Hongrie", imposant la dispersion immédiate des émigrés qui se maintiennent en Rhénanie2. L'ultimatum ayant été repoussé, le 20 avril 1792, l'Assemblée vote la déclaration de guerre, à une écrasante majorité (seulement douze voix contre). Pierre Dubreuil Chambardel revenu dans la capitale après un congé de trois semaines, informe ici son fils de cette nouvelle peu surprenante.

Paris ce 25 avril 1792

  • 3 Erreur de date de Pierre Dubreuil Chambardel. C'est le 20 avril et non le 21 que l'Assemblée ayant (...)
  • 4 Le roi de Hongrie et de Bohême à savoir François II.
  • 5 Allusion aux différentes révoltes qui ont eu lieu durant l'hiver 1791-92 et au printemps suivant, m (...)
  • 6 Il s'agit de la belle mère de son fils.

Mon cher Chambardel[,] je suis arivé desamedy dernier après avoir éprouvé trois jours de retard àPoitiers[.] Jay esté enroutte acé malheureux davoir éprouvé macolique qui necessera vraisamblablemant quà la mort[,] Je serai en acé bonne santé présantement ci cette mauvaize colique nece faisoit journellemant resantir, mais yeux son mieux sans estre totalemant guéri[.] Marque moi si tu a vandu monblé et réglé avec Mr Richard St Jean pour les huit charge bailarge de lannée dernière[.] La gellaie afait icy grand tort auvignie[.] Le samedi matin 213 [,] la guère est enfins décidé et déclaré auroi dongrie et de bouame4 ;on espère quelle aupèrera la tranquillité, les trouble duroiaume5 commance àce calmer[,] Paris jouit de la plus grande tranquilitté,[.] Jambrace detout moncoeur ton épouze et ton fils, ci mad Taisserault6 est cheztoi dis lui mille chose honeste dema part[.] Je suis tout àtoi ton véritable amy.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 B Benoit, op. cit., p 35.

2 JP Bertaud, Initiation à la Révolution française, Paris, Perrin, 1989, P 145.

3 Erreur de date de Pierre Dubreuil Chambardel. C'est le 20 avril et non le 21 que l'Assemblée ayant proposé de déclarer la guerre, Louis XVI vient annoncer que les hostilités sont ouvertes.

4 Le roi de Hongrie et de Bohême à savoir François II.

5 Allusion aux différentes révoltes qui ont eu lieu durant l'hiver 1791-92 et au printemps suivant, mouvements contre-révolutionnaires ou des émeutes frumentaires.

6 Il s'agit de la belle mère de son fils.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540