Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Publication introduite et annotée des lettres

2 – Lettre du 9 decembre 1791

Texte intégral

  • 1 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, Paris, PUF, 1989, p 192-1 (...)
  • 2 A Soboul, Problèmes paysans de la Révolution 1789-1848, Paris, Maspéro, 1976, p 148.
  • 3 A Soboul, op. cit., p 149.

1Pierre Dubreuil Chambardel s'intéresse ici à des questions de pure gestion. De Paris, il continue à gérer ses domaines, en donnant à son fds maints conseils qu'il a pour ordre d'exécuter scrupuleusement. Ainsi fait-il une allusion très intéressante sur l'affermage d'une de ses terres. La dîme étant en principe abolie depuis le décret du 11 août 17891, il estime qu'en conséquence, le fermage doit augmenter et passer de vingt-sept boisseaux de froment à trente ; en chargeant en plus le fermier "de payer toutes les impositions". Cette remarque nous informe donc sur l'application pratique de l'abolition de la dîme. Si dans l'enthousiasme de la nuit du 4 août, celle-ci fut effectivement abolie, très vite des mesures restrictives vont être prises. La loi du 22 avril 1790 précise que la dîme cesse d'être perçue à compter du 1er janvier 1791. Mais la loi du 10 décembre 1790, constitue une restriction de taille puisqu'elle stipule que "les fermiers […] seront tenus de payer à compter des récoltes de 1791, aux propriétaires la valeur de la dîme qu'ils acquittaient"2. Seul le paysan propriétaire est libéré, le fermier ou le métayer restent assujettis à cette néodîme. Pour compléter la législation, un décret du 11 mars 1791 établit que la valeur de la dîme de chaque fermage est fixée à l'amiable ou à dire d'expert. Elle doit être acquittée au propriétaire tous les ans, à la même époque et dans les mêmes proportions que le prix de ferme3. La loi est donc claire et Pierre Dubreuil Chambardel l'applique ici attentivement. Si l'abolition de la dîme ecclésiastique est réelle, elle n'est totale que pour le propriétaire. Pour les locataires, la charge demeure identique. Cela explique en partie les troubles agraires qui, de 1791 à 1793, vont secouer les campagnes, les paysans estimant n'avoir rien gagné à la Révolution.

  • 4 lieu-dit Le Breuil de Chenay, au sud d'Avon.
  • 5 Pierre Dubreuil Chambardel possède une borderie à Chenay.
  • 6 Endroit où Pierre Dubreuil Chambardel possède une borderie.
  • 7 Il s'agit de son petit-fils, Pierre, né le 29 octobre 1791.

Jay recu mon cher Chambardel[,] ta dernière[.] Je contai te répondre lorsque jeu leplèsir décrire àton èspouzef[.] Il neme fut paposible ayant pour incidire deux séance parjour ce qui melaisse peu de tamps àmoi lequel il faut que je prène sur mon repos ayant plusieurs réponce affaires sur les différente lettre que je recois dela province,[.] Tu me dizai parta lettre que le meunier du moulins de Breuil4 estoit venu tevoir pour mai terre de Chenai5[.] Tu peu lui affermé[ ;] elle son affermé 27 boisseau de fromant mais aujourdhui nayant point de dîme[,] cela fait une auguemation qui méritte attantion[,] Je croit quelle doivent aumoins valloir 30 boisseau en chargeant le fermier depayer touttes les impositions àquoi je pouvai estre imposé[.] Tupeu faire une demande plus forte et nepasser bail que pour trois ans, demande pour podevin 24" en suffrage six canard,[,] Je ne sai cy tu aréglé avec Mr Richard pour mais huit charge bailargef[.] Je te réponderai à location de[…], met une affiche pour Bourleuf6, tu minformera deceux qui ceprésenteron et je teferai part demais réflection ace sujet[.] Faits moi part dece que vaux le blé et si tes froment on bonne minne et son bien nés[.] Jespère bien tost des nouvelle demon droite7 et desa mère, je les embrasse tous les deux du meillieur demon coeur[.] Je les croit in séparable je veux dire que la mère le noury[.]

adieu man amy je suis tout atoi ton véritable amy

Paris à 11 heure dusoir ce 9 décembre 1791.

Pierre Dubreuil Chambardel

Notes

1 J Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, Paris, PUF, 1989, p 192-193.

2 A Soboul, Problèmes paysans de la Révolution 1789-1848, Paris, Maspéro, 1976, p 148.

3 A Soboul, op. cit., p 149.

4 lieu-dit Le Breuil de Chenay, au sud d'Avon.

5 Pierre Dubreuil Chambardel possède une borderie à Chenay.

6 Endroit où Pierre Dubreuil Chambardel possède une borderie.

7 Il s'agit de son petit-fils, Pierre, né le 29 octobre 1791.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540