Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ouverture de l’Europe vers l’est

 | 
Gabriel Poulalion

Chapitre V. Les nouvelles multinationales : l'investissement direct étranger sortant des économies en transition postcommuniste

Wladimir Andreff

Texte intégral

1Au cours des dernières années du xxe siècle est apparu un phénomène nouveau en économie internationale, dont le développement s'est accéléré depuis 1995 : il s'agit de l'investissement direct étranger (IDE) sortant des économies en transition postcommuniste. A vrai dire, l'apparente nouveauté du phénomène est accentuée par le fait que le recensement des données concernant l'IDE sortant de ces pays par la CNUCED (UNCTAD 1998 à 2001) n'est vraiment devenu systématique qu'à partir de 1998, après avoir été épisodique (UNTCMD 1992) : la transition est aussi partiellement statistique en ce domaine. On ne s'étonnera donc pas que la littérature économique ne comporte, pour l'heure, guère plus d'une dizaine de références sur l'IDE sortant des économies postcommunistes depuis qu'elles sont en transition. Ceci explique bien évidemment que l'analyse présentée ici contienne avant tout un effort de repérage empirique de cette nouvelle réalité émergeant dans l'économie mondiale. Néanmoins, on entame l'exploration d'hypothèses et de variables explicatives de l'apparition de nouvelles firmes multinationales (FMN) à l'Est. Le recours aux analyses cherchant à expliquer naguère l'émergence des FMN originaires des pays du Tiers Monde, en particulier des nouveaux pays industriels, peut s'avérer utile. De leur comparaison avec les FMN des pays en transition, on dégage une analyse généralisée du développement des multinationales émergentes.

2Cependant, il faut s'assurer d'abord que l'on est bien en présence de nouvelles multinationales originaires des pays en transition (PET). En effet, une littérature plus ancienne fait état de l'existence d'IDE sortant des pays de l'ancien CAEM dès les années soixante-dix. En la parcourant brièvement (1 infra), on peut déceler que les IDE sortant aujourd'hui des PET ne se réduisent pas -il s'en faut de beaucoup - à un prolongement du développement de ce l'on a appelé autrefois les « multinationales rouges ». D'autre part, le repérage macroéconomique du stock d'IDE sortant des PET permet certes d'enregistrer l'accélération récente de sa croissance, mais soulève un problème : les données collectées retracent-elles de l'investissement direct à l'étranger uniquement, ou bien contiennent-elles également une part d'investissement indirect à l'étranger ? On entend par cette dernière expression (Varblane et al. 2001), un investissement à l'étranger réalisé par une filiale de firme étrangère (par ex. française) préalablement implantée dans un PET (par ex. la Roumanie). Dans ce cas, le flux sortant en question peut être considéré comme un IDE français indirect plutôt que comme un IDE roumain direct, selon les conventions adoptées quant aux seuils de contrôle du capital des filiales par les sociétés mères. Notre repérage macroéconomique (2) ne permet pas de distinguer nettement l'investissement indirect de l'investissement direct à l'étranger. Il convient alors de faire descendre l'étude empirique au niveau microéconomique (3) pour s'assurer de ce que la totalité du stock enregistré comme IDE sortant des PET n'est pas entièrement le fait des filiales de FMN occidentales préalablement localisées dans ces pays, c'est-à-dire un investissement indirect à l'étranger. Au niveau de l'étude des firmes, on repère en effet nombre d'entreprises ex-socialistes qui sont devenues des FMN, notamment dans les années quatre-vingt-dix, ainsi que quelques aspects de leurs stratégies, qui se différencient de celles des anciennes multinationales rouges.

3La dernière étape de notre travail (4) consiste à examiner quelques facteurs susceptibles d'expliquer analytiquement l'expansion de ces nouvelles multinationales. Les PET n'étant pas (encore) des économies de marché post-industrielles très développées, ni des pays en développement à dominante agricole, on est tenté de se tourner vers les nouveaux pays industriels (NPI) ou pays émergents, dont les firmes les plus performantes ont commencé à se multinationaliser vers la fin des années soixante-dix, pour rechercher des variables explicatives similaires à appliquer aux nouvelles multinationales des PET. On propose ainsi un cade d'analyse intégré, rassemblant des variables explicatives de l'expansion de l'ensemble des multinationales émergentes, originaires à la fois de l'Est (PET) et du Sud (NPI). Notre étude porte principalement sur l'IDE sortant et les FMN originaires de 26 économies en transition résultant de la dissolution de l'ex-CAEM, de l'ex-URSS, de l'ex-Yougoslavie et de l'ex-Tchécoslovaquie, plus l'Albanie ; c'est-à-dire de pays géographiquement contigus et situés en Europe de l'Est et du Sud Est (Balkans), dans le Caucase et en Asie centrale. Ces derniers sont ensuite resitués dans un échantillon plus vaste de 176 pays, PET, pays en développement (PVD et pays développés. L'étude couvre également l'IDE sortant de Chine pour deux raisons : son expansion a commencé dès 1979 et a littéralement explosé en 1987, bien avant celui des autres PET d'une part ; d'autre part, les FMN chinoises se situent au cœur d'une analyse intégrée des multinationales émergentes, la Chine présentant à la fois les caractéristiques d'une économie sortant (doucement) du système communiste (PET) et d'un pays en voie d'industrialisation rapide (NPI de la deuxième vague).

I. AUTREFOIS LES « MULTINATIONALES ROUGES »

4Des entreprises socialistes, soviétiques et est-européennes, ont commencé à investir à l'étranger vers la fin des années soixante (Hamilton 1986), à l'issue de la vague des réformes économiques brejneviennes ouvrant davantage les pays de l'Est aux échanges extra-CAEM. L'intérêt pour ces entités s'est accru peu après, avec le début des négociations d'un code de conduite sur les multinationales aux Nations Unies, dans les années soixante-dix. Parmi les missions confiées à la Commission des Nations Unies sur les Firmes Transnationales, créée en 1974, figurait la recherche d'informations relatives à d'éventuels IDE sortant des pays du CAEM, ces derniers opposant à l'époque les plus fermes et officielles dénégations doctrinales quant à la possible existence de FMN socialistes. Par ailleurs, un ouvrage provocateur (Levinson 1977), dans un sous-chapitre intitulé « la communisation de l'économie de marché », décrivait des IDE sortant de l'URSS et des pays de l'Est dans le secteur bancaire et les assurances, la distribution, l'import-export, mais aussi dans l'industrie pétrolière, gazière et chimique, les transports, la sidérurgie, les travaux publics, l'ingénierie et l'exploitation minière. L'auteur soutenait que les entreprises socialistes réalisant des IDE devenaient indépendantes de la planification, détenaient une autonomie administrative et un réel pouvoir de décision. Leur existence même était l'un des éléments venant étayer sa thèse d'une convergence négative entre les deux systèmes économiques, capitaliste et socialiste.

  • 1 Notamment Lavigne (1977), Macmillan (1979), Wilczynski (1976), Zurawicki (1979), puis Zalecki (1983 (...)

5On doit au débat né à l'époque une quantité de travaux1, assez disproportionnée par rapport à l'importance réelle des IDE sortant des pays du CAEM. Ces derniers n'ont jamais dépassé 1,5 milliard de dollars, selon l'estimation la plus élevée, soit moins de 1 % de la valeur du stock d'IDE sortant des États-Unis à la même époque (Andreff 1982). Des estimations considérées comme réalistes évaluaient le stock d'IDE sortant des pays du CAEM à 724 millions de dollars en 1978 (Zaleski 1983), sans compter les investissements dans le secteur bancaire (environ 325 millions de dollars). Ceux-ci inclus, le stock d'IDE sortant s'élevait donc à 1.050 millions de dollars, soit 0,3 % du stock d'IDE mondial en 1978 (Andreff 1987). Parmi les dernières estimations connues, pour l'année 1990, celle réalisée par C. McMillan pour l'ONU (UNTCMD 1992), donne 1.226 millions de dollars, non compris les IDE sortant de Yougoslavie, et celle de la CNUCED est de 1.483 millions de dollars, IDE sortant de Slovénie inclus, soit 0,1 % du stock d'IDE mondial en 1990. Ce dernier pourcentage, comparé à celui de 1978, montre que l'IDE sortant des pays du CAEM a été peu dynamique dans les années quatre-vingt. En 1990, sa valeur est plus faible, d'un tiers, que celle du stock d'IDE sortant de Chine (Tableau 1). Alors que ce dernier continue de croître après 1990, le stock d'IDE sortant des pays est-européens se rétrécit dans les premières années de la transition, même si le chiffre de 0,03 % du stock d'IDE mondial en 1993, figurant au Tableau 1, est sans doute une sous-estimation de sa valeur effective.

Tableau 1 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est avant 1994 (millions de dollars)

Tableau 1 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est avant 1994 (millions de dollars)
  • 1 Rapporté au stock d'investissement direct étranger sortant de tous les pays du monde.
  • 2 Non significatif par défaut d'information.
  • 3 Le total est partiel en ce que certains pays ne sont pas renseignés (dont la RDA) chaque année
  • 4 En 1980
  • 5 En 1985

Note *1
Note **2
Note (a)3
Note (b)4
Note (c)5

Sources : Centre on Transnational Corporations (ONU) puis CNUCED (UNCTAD) ; pour 1983 : McMillan (1987) ; pour 1987 : East-West Project, Carleton University.

6Avant la transition, les sociétés mères à l'origine des IDE sortant des pays de l'Est étaient des entreprises d'État, souvent des organisations (centrales) de commerce extérieur. Les implantations étrangères de ces FMN socialistes étaient plus nombreuses dans les pays développés à économie de marché que dans les pays en développement (PVD), selon toutes les estimations faites pour les années 1977 à 1990. Les secteurs d'implantation privilégiés dans les pays développés étaient le commerce (surtout l'import-export), puis la banque-finance et d'autres activités tertiaires. En PVD, les FMN socialistes étaient beaucoup plus présentes dans l'industrie et en particulier dans les industries extractives et énergétiques. Selon la dernière estimation disponible, les FMN socialistes disposaient en 1990 de 863 filiales dans les pays développés (UNTCMD 1992), dont la répartition par pays d'origine figure au Tableau 2. Certaines FMN socialistes étaient présentes dans une trentaine de pays étrangers. Trente des plus multinationalisées d'entre elles détenaient ensemble 461 filiales étrangères (Tableau 2). Les filiales des FMN socialistes, implantées dans les pays développés en 1990, étaient avant tout présentes en Allemagne (190), puis en Autriche (100), au Royaume Uni (94), aux États-Unis (76), en France (64), en Italie (63) et en Suisse (40). La dernière estimation du nombre des implantations des FMN socialistes dans les PVD date de 1984 (McMillan 1987), soit 236 filiales, 54 roumaines, 44 hongroises, 38 tchécoslovaques, 37 polonaises, 34 bulgares, 27 soviétiques, et 2 est-allemandes. En fait, à cette date, 23 filiales ne fonctionnaient déjà plus, réalité qui s'est amplifiée à partir de 1984, lorsque les pays du CAEM ont entamé un désengagement hors des PVD. Parmi ces implantations dans le Tiers Monde, 102 étaient localisées en Afrique, 52 en Amérique latine, 46 au Moyen Orient et 36 en Asie.

7La doctrine officielle des pays du CAEM récusait l'assimilation de ces implantations étrangères à la preuve que des firmes socialistes se comportaient comme de véritables FMN. L'argumentaire officiel s'appuyait sur les faits suivants : a/ ces implantations étaient tournées vers une activité de commerce extérieur du pays d'origine ; b/ la taille des filiales étrangères était petite ; c/ elles étaient concentrées dans le tertiaire et non dans l'industrie en pays développés ; d/ la faible rentabilité -voire les déficits - des filiales étrangères était la règle ; e/ l'objectif de la société mère était la quête de devises pour financer le déficit commercial et les importations du pays d'origine plutôt que la recherche du profit. On notera cependant que les filiales des firmes est-européennes implantées à l'étranger employaient pour l'essentiel une main-d'œuvre locale placée sous l'autorité de dirigeants expatriés d'URSS, de Bulgarie, de Hongrie, etc., et souvent avec un contrôle majoritaire ou total du capital de la filiale par la société mère (Andreff 1982) ; comme dans bien des FMN occidentales. Les FMN soviétiques contrôlaient en général leurs filiales à 100 % (Liuhto 2001a). Une proportion non négligeable des 80 000 FMN - a fortiori de leurs 700 000 filiales étrangères - existant à ce jour sont des entreprises de taille moyenne ou petite. Quant au secteur tertiaire, il accueille 55 % de l'IDE sortant mondial en 1999 (UNCTAD 2001), ce qui ne confère guère de spécificité aux FMN socialistes sur ce point. Enfin, que l'IDE sortant soit lié à l'expansion du commerce extérieur du pays d'origine, il y a longtemps que des économistes, japonais en particulier (Kojima 1978, Ozawa 1979), ont montré qu'il s'agissait là d'un modèle de multinationalisation des firmes, peut-être plus efficace que celui des FMN américaines. De ces contre-arguments, on peut sans doute retenir l'idée que l'IDE sortant des pays de l'Est était bien le résultat de décision de firmes d'État à la stratégie multinationale avérée.

8En revanche, quelques caractéristiques ne permettent pas d'identifier totalement les FMN rouges à l'ensemble des autres FMN avant la transition postcommuniste. Un premier indice est le manque de dynamisme, repéré dans les années quatre-vingt, de leur IDE à l'étranger. Il renvoie à l'évidence aux obstacles systémiques qu'opposait l'économie planifiée socialiste à l'expansion de ses firmes à l'étranger par voie d'IDE : opposition idéologique des dirigeants politiques, restrictions du commerce avec l'Ouest jusqu'aux réformes de la fin des années quatre-vingt, pénurie de devises étrangères, faible qualité des produits exportables fabriqués dans le CAEM, interférences administratives centrales dans les décisions d'investir des firmes et obligation de remplir le plan de l'économie nationale avant d'envisager toute expansion d'activité à l'étranger. On comprend alors que les filiales étrangères visaient avant tout à se procurer des devises et des importations cruciales, à fort contenu technologique. Les performances financières médiocres des filiales étrangères se comprennent dans un tel contexte, la réalisation des indicateurs planifiés l'emportant habituellement sur la recherche du profit parmi les objectifs prioritaires d'une société mère localisée dans les pays du CAEM. Pas plus que n'importe quelle entreprise socialiste, une FMN socialiste n'était soumise à une contrainte budgétaire dure ou à une exigence de solvabilité ou à une menace de faillite en cas de déficit récurrent, et ceci même si ses filiales étrangères étaient affrontées à un environnement de marché dans leurs pays d'accueil. La question est donc de savoir si les nouvelles multinationales qui se développent ces dernières années dans les PET se différencient des anciennes FMN socialistes ou, ce qui revient au même, si elles deviennent en tout point semblables aux autres FMN, notamment celles originaires des pays émergents.

Tableau 2 - 30 multinationales est-européennes en 1990 et 15 chinoises en 1994

Tableau 2 - 30 multinationales est-européennes en 1990 et 15 chinoises en 1994
  • 6 Nombre de filiales étrangères du pays d'origine ;
  • 7 de la firme ; UNTCMD (1992), J.X. Zhan (1995).

Note *6
Note **7

9Les premières années (1990-1993) de la transition postcommuniste semblent avoir été marquées par la crise et le déclin des FMN socialistes, bien qu'il n'existe pour l'heure aucune étude spécifiquement consacrée à ce sujet. Les données - bien qu'incomplètes - du Tableau 1 vont dans ce sens. Mais, surtout, les anciennes FMN socialistes et leurs filiales étrangères ont dû faire face, à partir de 1990 (1992 dans l'ex-URSS), à de nombreuses contraintes tarissant leur capacité de financer des activités à l'étranger et, pour certaines d'entre elles, conduisant à la faillite ou à la reprise par un investisseur privé (local) ou étranger. Ces contraintes sont, au niveau macroéconomique, la récession transformationnelle des premières années de la transition, la perte des marchés du CAEM, le rationnement du crédit résultant de la politique de stabilisation, la pénurie de devises étrangères destinées en priorité à stabiliser le change et à servir la dette extérieure, et la désorganisation (restructuration) du système intérieur de production et de distribution. Au niveau microéconomique, diverses réformes ont cherché à durcir la contrainte budgétaire des firmes sortant de l'économie planifiée, telles que la libération des prix, la suppression des subventions étatiques, la mise en place de procédures de liquidation des entreprises insolvables, l'adoption d'une législation sur les faillites, la réforme du système bancaire de façon à ce que les banques refusent de financer des firmes insolvables.

10Même si ces réformes ont inégalement abouti, d'un PET à l'autre, elles ont contraint les anciennes FMN socialistes, comme toute firme de l'économie en transition, à se préoccuper d'améliorer leur efficacité économique et, si possible, leur rentabilité, plutôt que de continuer à soutenir leurs filiales non rentables à l'étranger. En effet, la fermeture ou la mise en sommeil de ces dernières avaient déjà commencé avant le début de la transition, pour nombre de filiales situées en PVD et pour 89 filiales localisées dans les pays développés (UNCTMD 1992). En outre, ces filiales étaient souvent sous-capitalisées et largement soutenues financièrement par des crédits (quasi-gratuits) attribués par les sociétés mères, crédit gratuit qui est devenu quasiment impossible entre 1990 et 1993. Ou encore, les filiales étrangères se finançaient sur les marchés des capitaux des pays d'accueil, ce que la forte dégradation du risque-pays de la plupart des PET, au début de la transition, a rendu extrêmement ardu. Pour finir, certaines FMN socialistes ont fait faillite, ont été réorganisées et restructurées, ou ont simplement été rachetées par des investisseurs étrangers, ainsi Skoda par Volkswagen, Ganz Arammérô par Schlumberger ou Lehel par Electrolux. Donc, dans les premières années de la transition, les firmes des pays de l'Est ont fortement ralenti, et le plus souvent interrompu, leurs investissements à l'étranger, ce qui est clairement vérifié dans le cas des firmes slovènes (Svetlicic 1997) dont l'IDE sortant n'a repris qu'en 1995.

11Au contraire de l'évolution constatée pour les firmes est-européennes, l'IDE sortant de Chine est resté dynamique jusqu'en 1992, puis de nouveau après 1995. Il est largement dominé par des entreprises d'État et il est fortement lié à l'expansion du commerce chinois (Wu, Chen 2001). En revanche, au moins jusqu'en 1994, sa structure sectorielle est demeurée très voisine de celle de l'IDE sortant des PET, avec une concentration (60 % du total) dans les services, en premier lieu dans l'import-export, puis dans la banque-assurance, la construction, l'immobilier et les communications (Zhan 1995). L'exploitation des ressources naturelles, surtout minières et forestières, représente 25 % de l'IDE sortant et l'industrie manufacturière seulement 15 %.

II. L'INVESTISSEMENT DIRECT DES ÉCONOMIES EN TRANSITION À L'ÉTRANGER

12Ce dont nous cherchons à rendre compte, à présent, est la présence de l'investissement direct russe, hongrois, polonais, etc., à l'étranger et non de la fluctuation annuelle des flux d'IDE sortant de Russie, de Hongrie et de Pologne. Dans ce but, on utilise des données relatives au stock en fin d'année (et non au flux annuel) d'IDE sortant des PET, malgré l'imperfection des statistiques collectées (le stock d'IDE est calculé par la CNUCED comme le cumul des flux d'IDE annuels successifs pour certains PET). Le premier constat est que la valeur du stock d'IDE sortant des PET est multiplié par six en 1995 par rapport à 1994, puis encore par plus de deux entre 1996 et 1997, et encore par presque deux entre 1997 et 2000, date à laquelle elle dépasse 20 milliards de dollars (Tableau 3). Si les chiffres d'avant 1995 peuvent être soupçonnés d'incomplétude (UNCTAD 1998), laquelle peut expliquer le « bond » de 1995, il n'en va plus de même ensuite. L'expansion de l'IDE originaire des PET est due à un double mouvement, d'une part la forte croissance du stock d'IDE sortant de quelques pays investisseurs significatifs, tels la Russie, la Hongrie et la Pologne, d'autre part l'émergence de nouveaux PET investisseurs mineurs, ce qui est avéré, par exemple entre 1997 et 1999, pour les derniers venus, tels l'Arménie, la Bélarus, la Bosnie-Herzégovine, le Kazakhstan, la Lituanie, la Macédoine, le Tadjikistan et le Turkménistan.

Tableau 3 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est, 1994-2000 (millions de dollars)

Tableau 3 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est, 1994-2000 (millions de dollars)
  • 8 Sous-estimation, par manque de pays renseignés.

Note *8

Source : UNCTAD (2001) et années précédentes.

  • 2 Non compris l'Afrique du Sud, mais en tenant compte des pays d'Afrique du Nord (Algérie, Égypte, Li (...)

13De la sorte, l'IDE sortant des PET remonte à 0,23 % de la valeur du stock d'IDE mondial en 1995 et, depuis 1997, il est au-dessus de 0,30 % (et même 0,38 % pour le flux d'IDE sortant en 2000). Et ceci malgré les effets de la crise russe qui a quelque peu freiné les flux sortants d'IDE, en 1998 et 1999. En 2000, le stock d'IDE sortant des PET a vu sa valeur se rapprocher nettement de celle du stock d'IDE sortant de Chine, et les PET tous ensemble ont nettement dépassé, en cette année record pour eux, la Chine pour ce qui est du flux annuel d'IDE sortant. Avec 20,3 milliards de dollars, le stock d'IDE sortant des PET en 2000, a déjà dépassé la valeur de celui sortant de l'ensemble des pays africains2 (19,4 milliards de dollars), mais ne s'èlève encore qu'à 18 % du stock d'IDE sortant des pays d'Amérique latine (111,1 milliards de dollars) et à 3,5 % de celui sortant des pays asiatiques (577,9 milliards de dollars). On note aussi que l'ensemble des PET forment un investisseur à l'étranger d'une importance comparable à l'Argentine (20,2 milliards de dollars) ou à l'Autriche (21,1 milliards de dollars). L'un des PET se distingue par l'importance relative de son IDE sortant - et cela ne saurait surprendre -, à savoir la Russie. Elle représente 46 % du stock total d'IDE sortant des PET en 1995, 53 % en 1998 et 57 % en 2000. La Hongrie pèse 10 % de ce total en 2000, la Pologne 7 %, la Croatie 5 %, la République tchèque 4 %, la Slovénie et l'Azerbaïdjan 3 % chacun.

Tableau 4 - Répartition géographique de l'IDE sortant de quelques pays en transition (en %)

Tableau 4 - Répartition géographique de l'IDE sortant de quelques pays en transition (en %)

Sources : UNCTAD (2000, 2001) et Liuhto, Junçponen (2001b).

14L'information relative à la destination géographique des IDE sortant des PET est encore assez peu détaillée. On observe (Tableau 4) que, sauf dans le cas de la Lettonie, le stock d'IDE sortant est concentré sur une zone d'accueil privilégiée qui est l'Europe centrale et orientale. Autrement dit, l'essentiel de l'IDE des PET est un investissement régional, croisé, entre économies en transition est-européennes. Loin derrière vient l'Union européenne comme zone d'attraction de l'IDE des PET. Enfin, l'ensemble des pays développés et des pays en transition ne laisse qu'une fraction infime aux pays en développement qui accueillent entre 2 et 4 % de l'IDE sortant des PET, à l'exception notoire des investissements lettons à l'étranger. L'IDE de proximité est prépondérant comme on le voit pour les IDE hongrois en Slovaquie et en Roumanie, les investissements tchèques en Slovaquie et en Pologne, les investissements slovaques en Hongrie, en République tchèque et en Ukraine, les IDE estoniens en Lettonie et en Lituanie ou encore, ce qui n'est pas visible dans le Tableau 4, les investissements croates et slovènes dans les autres pays de l'ex-Yougoslavie.

15On a très peu d'indications sur la répartition sectorielle des IDE sortant des PET. Par exemple, les IDE hongrois à destination des PECO sont concentrés dans l'industrie manufacturière, alors qu'ils sont beaucoup plus implantés dans le secteur commercial (comme avant la transition) dans les pays occidentaux (UNCTAD 1997). Le stock d'IDE sortant d'Estonie en juin 2001 a la répartition sectorielle suivante : 40,4 % dans le secteur bancaire et financier, 23,5 % dans l'immobilier, 15,9 % dans l'industrie manufacturière, 13,6 % dans le transport et les communications, 4,8 % dans le commerce et 0,8 % dans la construction (Varblane et al. 2001). Selon l'UNCTAD (1999), les 25 principales FMN non-financières originaires des PET, en 1998, avaient réalisé leurs IDE dans les transports pour 5 d'entre elles, 5 autres les avaient implanté dans la chimie-pharmacie, 4 dans le secteur minier et pétrolier, 2 dans l'agro-alimentaire, 2 dans la sidérurgie, 2 dans la construction mécanique, 2 dans des industries manufacturières diverses, 2 dans le commerce, une dans la construction et une dans les services aux entreprises. L'appartenance sectorielle de 38 des plus grandes FMN d'Europe centrale et orientale en 1997-1999 est donnée au Tableau 6.

16Tous les IDE sortant des PET ont-ils été réalisés par d'anciennes firmes socialistes ou, au moins, par des firmes basées de longue date dans les PET considérés ? Autrement dit, s'agit-il véritablement d'investissements directs ? Car on notera, que ce mouvement d'expansion de l'IDE sortant des PET coïncide, mais avec un décalage de quelques années, avec la croissance de l'IDE entrant dans ces pays (M. & W. Andreff 1997, W. Andreff 1999, 2001). On peut donc légitimement se demander si un IDE sortant d'un PET n'est pas tout simplement un investissement réalisé à l'étranger par la filiale d'une FMN occidentale préalablement implantée dans ce PET, ou qui a préalablement fait l'acquisition d'une firme locale dans ce PET. Par exemple, étant donné la concentration régionale des IDE sortant sur les PECO, on peut aisément imaginer que des FMN pourraient avoir investi en Hongrie (ou racheté une firme hongroise) puis leurs filiales investisseraient en Roumanie, en Slovaquie ou en République tchèque. Et ainsi de suite à partir d'autres PECO d'implantation. On serait alors en présence d'un investissement indirect. Aucune donnée ne permet pour l'heure de le démontrer systématiquement, mais cette hypothèse ne peut être totalement écartée. L'IDE sortant des PET ne serait alors qu'une retombée de l'IDE qui a commencé à entrer dans ces pays quelques années auparavant.

17On peut avancer deux types d'indices en faveur de l'hypothèse d'un IDE indirect sortant des PET. Le premier consiste à invoquer le fait que l'IDE sortant de chaque PET est une fraction substantielle de l'IDE entrant qu'il a accueilli ; encore resterait-il à établir qu'il existe bien un lien entre ces deux mouvements d'IDE, y compris celui d'être entrepris par les mêmes firmes. L'autre indice serait de découvrir, par enquête auprès des firmes d'un PET qui investissent à l'étranger, qu'elles sont en majorité ou en totalité des filiales ou des firmes contrôlées par les capitaux de FMN étrangères à ce PET. Ce deuxième indice relève davantage d'une analyse micro-économique (3 infra).

18On note que le rapport entre le stock d'IDE sortant et le stock d'IDE entrant dans notre échantillon de 26 PET est relativement faible dans la plupart des pays (Tableau 5) : pour l'heure, ils sont davantage des pays investis que des pays investisseurs, comme l'étaient les nouveaux pays industriels il y a une vingtaine d'années. La seule exception nette est la Russie : il y a bien des multinationales russes derrière l'IDE sortant de Russie. Quant à l'hypothèse selon laquelle un PET serait un pays-relais (ou une plaque tournante) pour des FMN y investissant en vue d'investir ensuite dans d'autres pays de la région, elle serait validée par l'observation d'un ratio stock sortant / stock entrant d'IDE non négligeable et surtout croissant au fil du temps. Seules la Hongrie et l'Estonie (voire l'Azerbaïdjan) présentent une évolution du ratio de cette nature. Au contraire, la décroissance forte du ratio observé peut s'interpréter soit comme le fait que le PET est plus investi pour lui-même que comme une plaque tournante, soit comme le fait qu'en début de période il détenait un montant substantiel d'investissements à l'étranger (ou dans des zones devenues étrangères suite à la dissolution de l'URSS, de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie), mais ne l'a pas fait croître au même rythme que l'IDE entrant sur son territoire. Tel est le cas de la Belarus, de la Géorgie, de la Moldavie, de l'Ukraine, de la Bulgarie, de la Lettonie, de la Roumanie, de la Slovaquie, la Croatie illustrant ce cas jusqu'à la caricature. On peut donc affirmer, à ce stade de l'analyse, que l'investissement sortant des PET est principalement direct, sauf peut-être en Hongrie et en Estonie. Une approche micro-économique est nécessaire pour aller plus avant.

Tableau 5 - Ratio entre le stock d'investissement direct sortant et le stock d'investissement direct entrant dans les pays de l'Est, 1995-2000, en %

Tableau 5 - Ratio entre le stock d'investissement direct sortant et le stock d'investissement direct entrant dans les pays de l'Est, 1995-2000, en %

Source : calculé d'après UNCTAD (2001) et années précédentes.

III. L'EXPANSION MULTINATIONALE DES FIRMES ORIGINAIRES DES PAYS EN TRANSITION

19On entend vérifier ici que les investissements sortant des PET sont, au moins pour partie, directs et que leurs décideurs sont donc de véritables nouvelles multinationales.

1. Des firmes multinationales est-européennes contrôlées de l'étranger : l'existence d'investissements indirects

20Pour trouver une deuxième preuve que l'investissement sortant des PET est un investissement indirect, il faut disposer d'information sur la propriété des firmes qui investissent à l'étranger à partir de chaque PET. Une telle information n'est guère disponible pour l'heure, sauf de manière anecdotique. Toutefois, une récente étude estonienne, basée sur une enquête à laquelle ont répondu 70 (36 %) des 194 firmes enregistrées en Estonie qui ont investi à l'étranger, fait apparaître que 65 % d'entre elles sont des investisseurs indirects à l'étranger en ce sens qu'elles appartiennent en partie ou en totalité à des propriétaires étrangers ; ceux-ci sont dans 82 % des cas des actionnaires originaires des pays membres de l'UE (Varblane et al. 2001). Donc, en ce qui concerne l'Estonie, seul un tiers de l'IDE sortant doit être attribué à des FMN véritablement estoniennes, deux tiers étant vraisemblablement des investissements réalisés à partir de l'Estonie par des filiales de FMN (ou des firmes contrôlées par celles-ci) localisées et enregistrées sur le territoire estonien. Ceci est cohérent avec l'observation ci-dessus d'un ratio stock sortant / stock entrant d'IDE non négligeable et croissant au cours des dernières années, désignant l'Estonie comme une plaque tournante de l'IDE, notamment en direction des autres pays baltes (Tableau 4).

21Nul doute qu'une enquête similaire en Hongrie donnerait des résultats assez proches, attendu que 150 des 200 plus grandes firmes hongroises ont une participation significative de capitaux étrangers dans leur actif et que les principaux investisseurs hongrois à l'étranger figurent parmi les plus grandes firmes hongroises. Ainsi Graphisoft, l'une des grandes FMN hongroises, est en fait contrôlée par des capitaux hollandais ; Tungsram l'est par General Electric. Ou encore l'IDE hongrois en Macédoine, dû au rachat de 51 % de MakTel par Matav fin 2000, est indirect dans la mesure où Matav est sous contrôle majoritaire de Deutsche Telekom. De même, Dunapack (Hongrie) a investi en Roumanie, étant sous le contrôle d'intérêts austro-allemands. Cependant, la Hongrie et l'Estonie sont plutôt l'exception que la règle au vu du Tableau 5, ce qui est largement dû à leur totale ouverture à l'IDE entrant dès le début de leur transition.

2. Des multinationales par « naissance institutionnelle »

22Un dernier argument est éventuellement opposé à l'idée que des firmes des PET sont, sinon de nouvelles, du moins de véritables FMN. Il s'appuie sur un événement historique, la désintégration ou la scission d'anciens États nationaux, conduisant à une sorte de « naissance institutionnelle » des FMN, la même firme passant instantanément de la mono-appartenance institutionnelle à une nation à la multi-appartenance aux nations des États successoraux de l'État-nation qui vient de se désintégrer. Le caractère principalement croisé - intra-PET - de la majorité des IDE détenus par les firmes des économies en transition en serait le principal indice (Liuhto 2001b) : il serait le résultat mécanique et statistique de la dissolution d'anciens États tels l'URSS, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie. Ainsi, une firme tchécoslovaque ayant des implantations à la fois en Bohême et en Slovaquie, et sa société mère à Prague, avant 1993, devient le 1er janvier 1993, une FMN tchèque implantée en République de Slovaquie, du seul fait de la scission de la Tchécoslovaquie. L'exemple se démultiplie avec la désintégration de la Yougoslavie et de l'URSS en 1991. De ce fait, K. Liutho refuse de considérer une telle firme comme une véritable FMN. Tout dépend, à notre sens, de la stratégie suivie par les firmes après la scission (désintégration). Si la firme tchèque continue à investir et à développer ses marchés en Slovaquie, et a fortiori à les étendre vers la Hongrie, la Pologne et la Russie, on ne voit guère de raison de contester qu'elle est une des nouvelles multinationales qui nous intéressent ici. La plupart des indications rassemblées ci-dessous sur les stratégies des firmes des PET tendent à confirmer qu'elles sont devenues des FMN. Si le doute est permis pour certains IDE de proximité, l'IDE à distance, même dans d'autres PET, est le fait de vraies multinationales. Par exemple, l'IDE de la firme croate INA en Pologne - tout comme celui de Gazprom dans ce pays - est bien le résultat d'une stratégie multinationale.

3. De véritables stratégies de multinationalisation

23A l'inverse des IDE estoniens et hongrois à l'étranger, ceux de la Russie semblent bien être le fait principalement de FMN russes. Le nombre de filiales de firmes russes enregistrées à l'étranger est aujourd'hui de plusieurs milliers (Liuhto, Jumpponen 2001b) alors qu'elles n'étaient que 160 en 1990. Le Ministère de l'Economie russe tente de recueillir des données statistiques sur 2000 d'entre elles. A partir d'un échantillon de 22 FMN russes, ayant ensemble 80 filiales étrangères, on observe que 58 % d'entre elles sont localisées en Europe de l'Ouest où elles accompagnent largement le commerce, 8 % en Amérique du Nord, 19 % dans les PVD et seulement 15 % dans les PET - dont 6 % dans la CEI (Bulatov 1998). La plus grande filiale étrangère de l'échantillon est une joint venture russo-vietnamienne créée par l'entreprise minière russe ZNF. Le capital des filiales ne dépasse pas 100 000 dollars généralement. La plupart des filiales ont pour cadres dirigeants des citoyens russes. Cependant, 7 des 80 filiales étrangères n'ont aucun employé russe, y compris une filiale biélorusse et une filiale ukrainienne. A. Bulatov en conclut que les FMN russes n'en sont encore qu'à une première phase de transnationalisation. On revient ci-dessous (3.4) sur la multinationalisation des grandes firmes russes. Mais l'exemple ci-après d'une firme hongroise valide aussi bien l'existence des nouvelles FMN des PET.

24La firme pétrolière hongroise MOL, par exemple, dont la privatisation a débuté dès 1990, a 50,9 % de son capital détenu par de nombreux investisseurs internationaux au 31 décembre 1999. D'autre part, MOL a une filiale en Roumanie, une en Autriche et une en Slovaquie et, fin 2000, MOL a racheté, pour 270 millions de dollars, 36,2 % du capital de Slovnaft, la compagnie pétrolière slovaque. Ici, on est dans un cas limite entre l'IDE indirect et direct. Outre que 49,1 % du capital de MOL sont aux mains d'actionnaires hongrois (dont le principal actionnaire est l'État hongrois avec 25 % du capital, minorité de blocage), on voit se développer une véritable stratégie d'expansion multinationale de MOL, laquelle n'est la plaque tournante d'aucune FMN étrangère qui détiendrait une part appréciable de son capital (aucune n'a une minorité de blocage). Ajoutons que MOL a signé en décembre 1999 un accord avec la firme croate INA pour faire transiter du gaz russe vers la Croatie, et qu'elle a un moment envisagé de fusionner avec INA, projet aujourd'hui abandonné (Liuhto 2001b). D'autre part, MOL a acheté un champ pétrolifère en Tunisie en 1991, elle détient des réserves dans le delta du Nil en Égypte, elle a signé un accord de partenariat avec la FMN russe Yukos et elle désinvestit actuellement du Moyen Orient et d'Afrique du Nord pour se recentrer sur la Russie (sa principale source d'approvisionnement) et les PECO. MOL négocie avec PKN ORLEN son entrée sur le marché polonais de l'énergie et envisage de participer à la privatisation de Polish Rafineria Gdanska. Par conséquent, même si la Hongrie est probablement une plaque tournante de l'IDE dans les PET, l'exemple de MOL impose l'évidence d'une vraie FMN hongroise, impression que renforce sa concurrence frontale avec Gazprom. Les deux firmes s'opposent aujourd'hui pour le contrôle de TVK, Borsodchem ayant vendu à MOL, fin 2000, 15 % du capital de TVK qu'il détenait, alors que Gazprom souhaitait prendre le contrôle de TVK (c'était l'un des objectifs de Gazprom quand il a racheté Borsodchem, voir infra). Il en résulte que MOL, avec 32,9 % du capital de TVK, a une minorité de blocage opposable à tout autre actionnaire et, en mai 2001, elle a offert de racheter le capital restant de TVK. En outre, MOL a quatre des huit sièges au conseil d'administration de TVK. L'expansion des FMN des PET se réalise donc aussi bien par des stratégies de fusions-acquisitions que par geenfield investment.

25D'autres exemples pouraient être développés. Dans l'industrie pharmaceutique, la firme hongroise Richter Gedeon a implanté une usine d'emballage en Russie. Pharmavit est le premier investisseur hongrois en Roumanie. La firme croate Pliva Group, créée en 1921, n'a procédé à aucun IDE jusqu'en 1974. Cette année-là, elle a établi sa première filiale aux États-Unis et son premier bureau de représentation à Moscou. En 2001, elle dispose de 14 filiales et de 14 bureaux de représentation à l'étranger, principalement en Europe, y compris grâce au rachat d'unités de production en Allemagne, en France, en République tchèque et au Royaume Uni. Ou encore le producteur hongrois de céramique Zalakeramia a acquis une firme croate et a pris une part majoritaire dans le capital de Cesaron en Roumanie.

4. Les grandes multinationales russes

26La plus grande FMN russe, Gazprom, a réalisé des IDE en Allemagne (35 % de WinGas), en Finlande (25 % de Gasum), en Grèce (50 % de Prometheus Gas), en Hongrie (24,8 % de TVK), en Pologne (49 % d'Europol Gas), dans les pays baltes (31 % de Eesti Gaas et 18 % de Latvijas Gaze) et détient des participations dans tous les pays d'Asie centrale et dans tous les autres pays de la CEI. Gazprom est le troisième plus gros investisseur étranger en Pologne, avec 1,25 milliard de dollars, derrière Daewoo (1,55 milliard) et Fiat (1,54), et devant Vivendi (1,20). Gazprom a aussi formé des joint ventures, surtout pour la distribution et le transport du gaz, dont les principales l'associent à ÔMV (Autriche), Bulgargaz, Neste (Finlande), Gaz de France, Royal Dutch Shell, Wintershall-

27BASF, Daimler-Benz, Ruhrgas, DEPA (Grèce), MOL, SNAM (Italie), Edison, Heerema (Pays-Bas), PGNiG (Pologne), Kovinotenica (Slovénie), SPP (Slovaquie), Romgaz (Roumanie), British Gas et à la firme turque Botas (Locatelli 1998). Ces filiales communes sont complétées par un réseau de partenariats stratégiques avec des firmes occidentales pour accéder à de nouveaux marchés et à de nouvelles sources de financement (Heinrichs 2000). En Chine, Gazprom a ouvert un bureau de représentation et envisage de créer une joint venture. Possédant 70 % des réserves de gaz de la Russie (soit un tiers des réserves mondiales) et contrôlant la quasi-totalité du réseau russe de 150 000 kilomètres de gazoducs (Liuhto 2001a), on est tenté d'appliquer à cette FMN russe un slogan bien connu ailleurs : « ce qui est bon pour Gazprom est bon pour la Russie ».

28Gazprom n'a rien à envier non plus aux FMN occidentales en ce qui concerne sa stratégie d'investissement à l'étranger par acquisition plutôt que par greenfield investment. Ainsi, Gazprom a acquis 24,8 % du capital de Borsodchem (Hongrie) en septembre 2000 (UNCTAD 2001) ce qui, compte tenu des intérêts détenus par les alliés de Gazprom dans Borsodchem, assure à la FMN russe un contrôle majoritaire sur Borsodchem, et pourrait faire à terme de TVK (principal producteur centre-européen de chlorure de polyvinyl) une filiale de second rang de Gazprom, étant donné la participation de Borsodchem dans TVK (jusqu'à fin 2000, voir supra). Suite au rachat d'actions TVK par MOL à Borsodchem, Gazprom envisage d'acheter Oriana, une firme ukrainienne mise en privatisation, et qui est l'un des plus importants fournisseurs de TVK. Le problème est que la stratégie de Gazprom se heurte à celle d'une autre grande FMN russe, LUKoil, également désireuse d'acquérir Oriana, avec qui elle a déjà créé une joint venture, LUKor, et qui, début 2001, avait la préférence du gouvernement ukrainien.

29LUKoil, la plus grande firme pétrolière russe, détient près des trois-quarts de ses réserves à l'étranger et elle a, en particulier, acheté des champs pétrolifères dans la région de la Caspienne et en Irak. Pour l'heure, sa production de pétrole à l'étranger ne se développe encore qu'en Azerbaïdjan et au Kazakhstan. LUKoil a formé une joint venture avec AGIP pour exploiter le champ pétrolifère de Meleya en Égypte. La FMN russe contrôle le capital de raffineries en Bulgarie, en Roumanie (part majoritaire dans Petrotel achetée en 1998) et en Ukraine. En novembre 2000, LUKoil a fait l'acquisition de 60 % de Getty Petroleum Marketing, une FMN importante dans la distribution du pétrole sur le marché américain. En juillet 2001, elle a racheté la FMN canadienne Bitech Petroleum qui dispose de filiales d'exploration et de production en Russie, en Égypte, au Maroc, en Tunisie et en Colombie. LUKoil a également tenté de prendre le contrôle de Mazeikiu Nafta en Lituanie, sans succès, laissant le champ libre à Yukos. Actuellement LUKoil est intéressée à prendre 70 % du capital d'une raffinerie tchèque à Paramo. Dans la distribution du pétrole, la FMN russe dispose de filiales en Bulgarie, en Lettonie et en Moldavie et a une joint venture avec INA en Croatie.

30Une autre FMN pétrolière russe, Yukos, a étendu ses opérations de forage au Pérou en 1995. Elle a des filiales dans les pays baltes et aux États-Unis ; sa filiale lituanienne a racheté en 2001 26,9 % de la raffinerie locale Mazeikiu Nafta. TNK, une firme pétrolière appartenant à Renova et au groupe Alfa, a passé un accord de coopération stratégique avec Texaco, les deux partenaires envisageant à présent de créer une joint venture et des stations service dans les régions de Moscou et de Kiev. Même Rosneft, le trust pétrolier d'État, s'internationalise en signant un accord de partenariat pour l'extraction de pétrole avec Ecopetrol (Colombie), en ayant un accord de co-production avec Sonatrach (Algérie) et en étendant ses opérations en Azerbaïdjan, au Kazakhstan, en Irak et au Vietnam (au Kazakhstan grâce à une entreprise conjointe avec une FMN originaire de Floride). Slavneft détient, conjointement avec Rosneft, des réseaux de distribution en Bulgarie et en Roumanie. Tatneft vient de s'implanter (forage) en Irak en 2001. Même la firme RAO UES (« l'EDF russe ») a étendu sa production en Moldavie, ses ventes en Belarus, en Finlande, en Géorgie, au Kazakhstan, en Lettonie, en Turquie et en Ukraine, et prépare la création de joint ventures en Géorgie, au Kazakhstan, au Khirgizstan et au Tadjikistan.

31Pour des raisons évidentes, le secteur énergétique est la principale base d'expansion des FMN russes. Il n'est pas le seul. Le producteur de diamants Alrosa a des succursales en Angola, en Belgique, en Israèl et au Royaume Uni. Il détient une part du capital de la mine de diamants de Catoca en Angola et a passé, fin 2001, un accord de partenariat avec la FMN sud-africaine De Beers, leader mondial dans ce secteur. Norilsk Nickel a créé une joint venture avec Sogem (Belgique) et une autre est en cours avec Argosy Minerals Inc. (Canada). Russkiy Aluminiy est propriétaire d'unités de production en Arménie, en Ukraine (détient 75 % du capital de Mykolayiv), d'une mine en Guinée, d'une raffinerie en Roumanie, et envisage le rachat d'usines en République tchèque et en Yougoslavie et de mines de bauxite en Italie et au Vénézuela. AvtoVAZ, le premier constructeur russe d'automobiles a des succursales de vente dans 70 pays. Dans le secteur bancaire, Alfa Bank a des filiales ou des succursales aux États-Unis, au Kazakhstan, au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Royaume Uni et en Ukraine où elle a récemment absorbé la Kievinvestbank, alors que la Vneshtorgbank est présente en Autriche, en Chine, à Chypre, en Italie, au Luxembourg et en Suisse. Une centaine de firmes russes avaient un IDE en Finlande à la fin de 2000 (Liuhto 2001a). Ces exemples suffisent à montrer que les firmes russes ont de réelles stratégies d'expansion multinationale et que la Russie n'est certainement pas une plaque tournante d'IDE occidentaux orientés vers d'autres PET. Les participations minoritaires de Ruhrgaz (5 %) au capital de Gazprom et de BP Amoco-Arco à celui de LUKoil ne sauraient modifier cette conclusion pour l'instant.

  • 3 Selon le Ministère de l'Intérieur de la Russie, des citoyens russes auraient enregistré environ 60  (...)

32Certes, l'interprétation de l'IDE sortant de Russie comme n'étant que l'effet des stratégies des nouvelles FMN russes serait excessive. Plusieurs de ces firmes - dont Gazprom - étaient implantées sur tout le territoire soviétique et la désintégration de l'URSS a déclenché leur multinationalisation accélérée. D'autres avaient déjà des intérêts à l'étranger avant la transition. Enfin, une part non négligeable de sorties de capitaux de Russie (aussi d'Ukraine par exemple) est une fuite de capitaux en raison du mauvais climat d'investissement intérieur. Selon Liuhto et Jumpponen (2001b), l'IDE sortant de Russie n'a représenté que 0,7 % du montant de la fuite des capitaux en 1994, 5,3 % en 1995, 3,1 % en 1996, 23,6 % en 1997 et 4,8 % en 1998, y compris vers des pays à fiscalité clémente. L'évasion fiscale3 et le blanchiment des capitaux apparaissent en effet comme les principaux déterminants des mouvements de capitaux quittant la Russie (Bradshaw 2000). Une partie de ces capitaux reviennent d'ailleurs ensuite - une sorte d'IDE inversé - vers le pays d'origine, comme on le constate avec le fait que 4 % du stock d'IDE entrant en Russie en 1999 proviennent de Chypre (UNCTAD 2000) - mais sont financés par des capitaux russes expatriés - et 9,3 % du stock d'IDE entrant en Ukraine proviennent aussi de Chypre (Denysyuk 2001), financés par des capitaux ukrainiens et russes.

5. Des multinationales originaires de petits pays en transition

  • 4 Faute d'avoir pu obtenir les informations requises à son questionnaire envoyé à Gazprom, l'UNCTAD ( (...)

33On notera enfin (Tableau 6) que parmi les plus grandes FMN des PET4 figurent d'assez nombreuses firmes originaires de petits (Croatie, Lituanie, Moldavie) ou de très petits pays (Estonie, Lettonie, Macédoine, Slovénie), le premier groupe ayant moins de 5 millions d'habitants et les très petits pays en ayant moins de 2,5 millions. Certaines de ces FMN ont un indice de transnationalité élevé, telles que Latvian Shipping (Latvijas Kuinieciba), Podravka, Gorenje, Pliva Group, Atlantska Plovidba, Krka, Adria Airways, Croatia Airlines ou Lifosa. Une telle évidence suggère que la petite taille d'un pays peut expliquer l'expansion multinationale de ses firmes au-delà des limites d'un marché intérieur exigu, soit un facteur souvent invoqué pour expliquer le dynamisme des FMN autrichiennes, belges, danoises, luxembourgeoises, néérlandaises, etc. Les FMN estoniennes sont d'ailleurs quelque peu sous-représentées dans le Tableau 6 qui classe les firmes selon l'importance des actifs, car en 2000 plus de 60 % de l'IDE sortant d'Estonie se situe dans la banque-finance et l'immobilier (Kilvits, Purju 2001), secteurs non couverts par le classement de l'UNCTAD. En outre, les principales banques estoniennes sont désormais sous contrôle étranger - Hansapank est la propriété de la banque suédoise Swedbank et Ûhispank d'une autre banque suédoise SEB -, ce qui renvoit à la question de l'investissement indirect déjà discutée.

Tableau 6. Les plus grandes multinationales non-financières d'Europe centrale et orientale, 1997-99

Tableau 6. Les plus grandes multinationales non-financières d'Europe centrale et orientale, 1997-99
  • 9 IT : indice de transnationalité = moyenne des trois ratios actifs étrangers / actifs totaux ventes (...)
  • 10 Actifs à l'étranger et ventes à l'étranger, en millions de dollars, et nombre d'employés à l'étrang (...)

Note *9
Note **10

Source: UNCTAD (1999, 2000, 2001).

34La plus grande FMN de ces petits PET est Latvian Shipping (Lasco dans la suite). Elle a été créée comme conséquence de la désintégration de l'URSS pour gérer la flotte de 90 navires soviétiques alors remis au nouvel État letton. K. Liuhto (2001c) se fonde sur cette réalité pour soutenir que Lasco est « née internationale » et pour étayer l'hypothèse de la « naissance institutionnelle » à la multinationalité plutôt que celle du développement de véritables FMN des PET. Il n'est pas certain que les activités de Lasco dans les années quatre-vingt-dix lui donnent raison. Le processus de privatisation de Lasco a démarré en 1996, mais n'est pas encore achevé, malgré une quatrième tentative de privatisation fin 2000 ouvrant 68 % du capital de Lasco à un investisseur stratégique, car l'État letton s'oppose pour l'heure à son rachat par un repreneur russe (LUKoil Arctic Tanker fit une offre en 1999). Lasco a en effet réduit sa flotte à 58 navires et recentré ses activités sur le transport maritime du pétrole et est le troisième transporteur mondial derrière les firmes russes Novorossiysk et UNICOM. Ses navires bénficient désormais de pavillons de complaisance au Libéria (principalement), à Chypre et à Malte. Elle a deux sociétés holdings au Libéria et à Chypre, ce qui explique largement l'étrange répartition des IDE sortant de Lettonie, concentrés sur le Tiers Monde (Libéria). Une telle stratégie est extrêmement caractéristique des FMN de ce secteur et ne dépend en rien de la désintégration de l'ex-URSS. La holding Latmar Holdings Corporation, basée au Libéria, contrôle quatre filiales localisées au Libéria, lesquelles disposent de 50 succursales. Par sa holding cypriote, Lasco contrôle deux compagnies maritimes (dont une cypriote) et une société financière. Enfin, Lasco contrôle une compagnie maritime balto-nééerlandaise, basée aux Pays-Bas, la compagnie d'assurances Kristaps aux Bermudes et a une participation minoritaire dans Inmarsat Holdings Ltd (Royaume Uni) et dans Morbank (Russie). Lasco a délocalisé 98 % de ses actifs hors de Lettonie et réalise aujourd'hui 100 % de ses ventes à l'étranger. Tout le contraire d'une multinationalité due à la désintégration d'un ancien État-nation.

IV. UNE ANALYSE ECONOMIQUE DES MULTINATIONALES EMERGENTES, A L'EST ET AU SUD

35Les nouvelles multinationales de l'Est (PET) présentent des caractéristiques qui les font ressembler aux multinationales du Sud (NPI, PVD), en particulier dans les premières phases

36de développement de celles-ci. Par conséquent, les facteurs explicatifs mobilisés dans la littérature pour rendre compte de l'expansion des FMN du Tiers Monde sont du plus haut intérêt pour tenter une première esquisse d'analyse des FMN émergentes à l'Est. Une fois sélectionnée la liste de ces facteurs explicatifs, en fonction des données existantes, on propose le test d'un modèle de logit ordonné rassemblant des variables susceptibles de fournir une explication intégrée du développement des FMN de l'Est et du Sud.

1. Quelques ressemblances entre les multinationales chinoises et russes

37Une différence profonde persiste pour l'heure entre les FMN chinoises et la majorité des FMN russes : les premières sont des firmes d'État pour la plupart, les secondes sont privatisées. Pour le reste, elles se ressemblent. Leur secteur de prédilection est l'exploitation des ressources naturelles. China Metallurgical Imp. & Exp. Corp. a investi 180 millions de dollars dans Channar Mine en Australie. China International Trust and Investment Corp. (CITIC) et China National Nonferrous Metal Industrial Corp. ont investi ensemble 120 millions de dollars dans la firme australienne Portland Aluminum Smelter. Shougang Corp. a acquis Hierro Peru Mining Ltd. Shougang a 41 joint ventures à l'étranger, y compris une part de 70 % dans le capital de Masta Engineering aux États-Unis, et coordonne ce réseau de filiales à partir de deux sociétés holdings basées à Hong Kong, où elle a par ailleurs racheté Tung Wing Steel en 1992. China Petroleum and Natural Gas Corp. explore et exploite des champs de pétrole en Papouasie Nouvelle Guinée. CITIC a investi dans l'activité forestière de l'État de Washington (USA). Des firmes chinoises ont 60 joint ventures dans le secteur de la pêche de 20 pays. Mais, de même que Gazprom, LUKoil, Yukos, Rosneft, etc., n'ont pas l'exclusivité de l'IDE sortant de Russie, des FMN chinoises se développent dans les industries manufacturières où leur IDE est présent dans 130 pays, souvent avec des projets de petite taille et des technologies adaptées aux conditions locales (Zhan 1995). Outre Shougang, plusieurs FMN chinoises (y compris provinciales) utilisent Hong Kong comme base stratégique : Fujian Enterprise contrôle à partir de Hong Kong ses filiales en Argentine, en Australie, au Canada, aux États-Unis, au Japon, au Pérou et en Thaïlande, Guangdong Enterprise en fait de même pour ses filiales en Allemagne, en Australie, au Canada, aux États-Unis, en France, au Royaume Uni et en Thaïlande.

38Des firmes chinoises s'internationalisent dans le secteur des services, autant que les FMN d'autres PET, et plus que les FMN russes. Ainsi, CITIC a acquis naguère la Ka Wah Bank (Hong Kong) alors que China Merchant Holdings a racheté la Union Bank dans ce pays. CITIC a pris une participation de 12,5 % au capital de Cathay Pacific Airlines. Les compagnies d'assurances chinoises ont plus de 60 filiales étrangères, non seulement à Macao et à Hong Kong, mais aussi en Allemagne, aux États-Unis, au Royaume Uni et à Singapour. Même l'immersion des IDE sortants dans une vague plus importante de fuite des capitaux caractérise presque autant la Chine (Wu, Chen 2001) que la Russie. On observe également une sorte d'IDE inversé vers la Chine continentale à partir des FMN chinoises établies à Hong Kong - bien plus conséquent que l'IDE russe entrant en Russie à partir de Chypre. Par exemple, China Space Industrial Corp. a acquis Congli Investment (Hong Kong) en 1992 ; elle a ensuite levé des capitaux à Hong Kong pour investir dans une usine automobile à Guizhou, des laboratoires à Huizhou et des projets immobiliers à Shanghai. Ces flux de capitaux circulaires (round tripping) entre les filiales étrangères des FMN chinoises et la Chine leur permet de bénéficier des dégrèvements fiscaux accordés aux investisseurs étrangers. Ces flux circulaires étaient estimés à un quart de l'IDE entrant en Chine en 1992.

2. Quelques traits communs aux multinationales émergentes à l'Est et au Sud

  • 5 L'essentiel de cette littérature est empirique, mais quelques références proposent une explication (...)

39L'apparition des FMN originaires du Tiers Monde date des années soixante dix, sauf en Argentine dont les firmes se sont internationalisées dès 1890. Cette apparition a fait l'objet à l'époque d'une série de publications décrivant les caractéristiques de ces FMN émergeant en pays sous-développés5. Les nouvelles FMN des PET apparaissent dans les années quatre-vingt-dix. La recherche de traits communs est donc à effectuer entre ces dernières et les FMN du Sud vingt ans auparavant. En effet, des firmes telles que Daewoo, Petrobras, Hyundai, Embraer, Samsung, Tatung, etc. (voir la liste des 50 premières FMN originaires des PVD dans UNCTAD), sont aujourd'hui des multinationales accomplies, souvent comparables à celles du Nord. Elles sont dans une phase de multinationalisation postérieure à celle que traversent les FMN des PET. On en voudra pour preuve l'indice de transnationalité plus faible des 25 premières FMN des PET, qui est de 32 % en 1999, contre 39 % pour les 50 premières FMN du Tiers Monde et 53 % pour les 100 premières FMN mondiales (UNCTAD 2001). Par le montant de ses actifs à l'étranger, une seule des FMN des PET (Tableau 6), à savoir LUKoil, pourrait appartenir à la liste des 50 premières FMN du Tiers Monde, où elle serait en quinzième position, derrière Petrobras. Latvian Shipping, avec 459 millions de dollars d'actifs à l'étranger est encore assez loin de la cinquantième FMN du Tiers Monde, Natsteel Limited (Singapour), qui détient 585 millions de dollars à l'étranger. La première FMN du Tiers Monde en 1998, Petroleos de Venezuela, par le montant de ses actifs étrangers (7.926 millions de dollars) est « 16 fois plus multinationale » que Latvian Shipping la même année et « 2,5 fois plus » que ne l'est LUKoil en 1999. Or, sur le même critère, LUKoil est 202 fois plus internationalisée que Intereuropa, la 25e FMN des PET en 1999. Enfin, en 1997, les actifs étrangers cumulés des 25 premières FMN du Tiers Monde représentaient 1,4 % du PIB total du Tiers Monde, alors que les actifs étrangers cumulés des 25 premières FMN des PET ne représentaient que 0,5 % du PIB agrégé de leurs pays d'origine (UNCTAD 1999). La conclusion selon laquelle les firmes de l'Est sont dans une phase d'internationalisation naissante est donc généralement admise. De fait, en comparant les nouvelles FMN de l'Est aujourd'hui à celles du Sud il y a vingt ans, on découvre plusieurs traits communs.

40Au début des années quatre-vingt, les FMN du Sud sont de taille modeste, comparées aux FMN des pays développés. Leurs filiales étrangères sont de petite taille, relativement moins nombreuses que celles des FMN occidentales, et peu dispersées si l'on en juge au nombre (assez faible) de leurs pays d'accueil. Traits communs avec les FMN des PET. Cependant, il existe quelques grands groupes industriels du Tiers Monde engagés dans l'IDE. Or, on a décrit ci-dessus l'internationalisation de quelques grands groupes russes, hongrois, letton. Pour l'essentiel, les FMN des PVD vers 1980 réalisent des IDE croisés Sud-Sud de proximité, dans la même région (Asie ou Amérique latine) que leur pays d'origine, tout comme les FMN des PET investissent avant tout dans les économies voisines en transition.

41En Amérique latine, la petite taille de l'économie et du marché intérieur des PVD d'origine est un facteur qui pousse les firmes de ces pays à investir à l'étranger pour élargir leurs débouchés (Chudnovsky, Lopez 2000). L'IDE indien (Agarwal 1985) est lié aux marchés d'exportation, indiquant que les FMN situent leurs IDE dans une stratégie de marché (market-seeking). Selon Lall (1983), les IDE des principaux PVD sont en effet entrepris pour desservir des marchés étrangers. Dans le cas de l'IDE sortant de Hongrie, l'UNCTAD (1997) suggère qu'il est déterminé par la petite taille de l'économie hongroise qui pousse les firmes à investir à l'étranger, et par leur bonne connaissance des conditions prévalant sur les marchés des autres PET. La petite taille du marché intérieur pousse à l'internationalisation des plus grandes firmes baltes (Liuhto, Jumpponen 2001a), ainsi que la proximité de marchés plus vastes vers lesquels elles orientent un IDE market seeking. Dans l'enquête sur l'IDE sortant d'Estonie (Varblane et al. 2001), l'étroitesse du marché intérieur est mentionnée par les banques et les firmes comme un important motif pour investir hors d'Estonie ; les IDE estoniens sont aussi market-seeking. Selon une enquête auprès des principales firmes slovènes, le motif prédominant de leur IDE est la recherche de nouveaux marchés, en particulier dans les PET (Svetlicic 1997). La principale motivation des IDE sortant de Chine est aussi la recherche de nouveaux marchés à l'étranger (Zhan 1995, Wu, Chen 2001). De plus, Lall (1983) évoque le fait que les pressions de la concurrence sur le marché intérieur augmentent avec la croissance de l'IDE entrant - exactement le cas des PECO - et repoussent les firmes locales vers l'extérieur (IDE sortant).

  • 6 Le pourcentage correspondant est de 51,5 % pour les 100 plus grandes FMN du monde.

42Dans l'enquête citée, un second motif de leur IDE est mentionné par les firmes slovènes : l'accès à une main-d'œuvre bon marché. Ceci constitue une exception slovène, la Slovénie ayant de très loin des coûts unitaires du travail plus élevés que les autres PET. Le rôle des coûts du travail ne jouent pas un rôle déterminant de l'IDE des firmes estoniennes, selon l'enquête de Varblane, en particulier pour leur majeure partie qui est réalisée dans les services. Confirmant que les FMN des PET n'ont sans doute pas pour principale stratégie la délocalisation de la production dans des activités de main-d'œuvre vers des pays d'accueil où celle-ci est bon marché, on note que les 25 plus grandes d'entre elles ont peu d'employés à l'étranger, encore moins que celles des PVD : 4,3 % de leur emploi total contre 27,8 % pour les 50 premières FMN du Tiers Monde6 (UNCTAD 2000). La recherche d'efficacité (efficiency seeking) à l'aide d'IDE minimisant les coûts de production grâce à une délocalisation n'est pas non plus une motivation des firmes chinoises, puisque la Chine dispose d'une offre abondante de main-d'œuvre à bon marché (Zhan 1995). Sur l'échantillon de FMN enregistrées en Estonie, on observe enfin qu'elles n'engagent que 1 % à 2 % de leurs recettes en dépenses de R&D, moins que les FMN des pays développés, mais assez pour développer localement des compétences technologiques spécifiques.

43Beaucoup d'IDE sortant d'Amérique latine sont réalisés par l'acquisition de firmes existantes dans le pays d'accueil ; on a vu que c'est une modalité d'expansion à l'étranger très répandue parmi les FMN russes et est-européennes. D'autre part, les politiques macro-économiques qui ont stabilisé les économies intérieures et augmenté leurs réserves en devises, ont facilité le financement de leur IDE sortant. D'autres facteurs ont également joué tels que des perspectives de croissance limitée du marché intérieur ou encore le fait que des firmes latino-américaines aient déjà acquis des positions dominantes sur leur marché intérieur. L'IDE sortant d'Estonie est dynamique depuis la période de reprise de la croissance économique (Varblane et al. 2001), mais la même évidence s'impose pour la plupart des PET, l'accélération de l'IDE après le milieu de la décennie 90 coïncidant avec le retour à la croissance intérieure. Quant à la concentration de l'offre, situation générale des pays quittant l'économie planifiée, elle est à l'origine de positions dominantes des firmes locales sur les marchés intérieurs des PET, en particulier en Russie. La comparaison avec les firmes latino­américaines peut même être étendue au fait que la privatisation, la restructuration et la modernisation industrielle de celles-ci ont souvent précédé et permis leur multinationalisation, comme pour nombre de firmes des PET. La privatisation et l'assainissement financier des firmes a clairement déclenché l'IDE sortant de Hongrie (UNCTAD 1997). On attribue aussi l'expansion des FMN chinoises aux changements structurels et au développement industriel et technologique du pays (Zhan 1995).

44En Inde (Agarwal 1985), l'IDE sortant a surtout été poussé par des facteurs qui dissuadent les firmes indiennes d'investir dans leurs pays : stagnation de la demande, coûts de production élevés, faible taux de croissance économique de l'Inde, restrictions administratives qui accroissent le coût de l'investissement intérieur et incitent à l'IDE, contrôle des changes et accès limité aux devises (l'IDE permettant après coup d'y accéder), espoir de profits plus élevés à l'étranger qu'en Inde, niveau de la fiscalité intérieure. Le parallèle s'établit ici avec les IDE sortant de Russie en raison de son mauvais climat d'investissement intérieur (UNCTAD 1999). L'enquête sur 22 FMN russes (Bulatov 1998) révèle que leurs principaux motifs d'investir à l'étranger sont les aspects négatifs du climat d'investissement intérieur, une trop forte taxation, l'instabilité politique et l'inflation en Russie, ainsi que l'origine illégale du capital auquel elles peuvent accéder facilement dans leur pays, la volonté d'être présentes sur les marchés étrangers par la voie de l'IDE, dont la rentabilité est supérieure à celle des exportations (par ailleurs soumises à quotas et restrictions) et est obtenue en devises. Liuhto (2001a) mentionne aussi que les grandes firmes russes s'internationalisent pour contourner les quotas d'exportation et rechercher des clients solvables à l'étranger. Les différences de prix des matières premières et la stratégie d'approvisionnement (resource seeking) des FMN russes sont également décisives dans le secteur énergétique. Pour ce qui est des firmes chinoises, on retrouve dans leurs motivations à l'IDE, l'accès aux devises, une rentabilité supérieure à celle des investissements intérieurs, l'approvisionnement en ressources naturelles (pour résoudre certaines pénuries intérieures), ainsi que l'accès à la technologie et aux méthodes de gestion étrangères. Donc, s'agissant des firmes chinoises, ce sont souvent des facteurs intérieurs au pays d'origine, y rendant l'investissement moins avantageux, qui les poussent à faire des IDE (Wu, Chen

452001).

46Au total, ce sont beaucoup plus des facteurs (ou des motifs) tenant aux pays d'origine, plutôt qu'à leurs pays d'accueil, qui participent à l'explication de l'IDE sortant des PVD. Il semble que c'est aussi dans les PET eux-mêmes qu'il faut rechercher les déterminants essentiels de l'expansion de leurs nouvelles multinationales.

3. Le cadre analytique : la multinationalisation dépend du niveau de développement

47En 1960, la valeur du stock d'IDE sortant des PVD s'élève à 1 % de celle du stock d'IDE mondial, et en 1978 à 3,2 % (Andreff 1987). En 2000, le pourcentage correspondant est de 11,9 %, les PET (0,34 %) étant comptés avec les PVD. Le développement des FMN du Tiers Monde s'est déroulé en trois vagues (Dunning, Narula 1998, Chudnovsky, Lopez 2000). La première vague part d'Amérique latine, dans les années soixante-dix, avec surtout des FMN argentines, mexicaines et chiliennes, puis brésiliennes, colombiennes et vénézueliennes (Andreff 1987) ; elle est contemporaine d'une stratégie d'industrialisation par substitution d'importation. Les FMN latino-américaines se développent sur la base de la croissance de leurs marchés intérieurs et des produits qui y rencontrent une forte demande. L'IDE sortant se dirige surtout vers d'autres PVD, géographiquement proches, et où un niveau de développement voisin stimule la demande pour des produits semblables. Ceci encourage la création de filiales de taille modeste tournées vers le marché intérieur des pays d'accueil. Une seconde vague est marquée par la prédominance des FMN asiatiques dans les années quatre-vingt, notamment originaires de Corée du Sud, de Taïwan, de Hong Kong, de Singapour, puis de Malaisie, de Thaïlande, de Chine, d'Inde et des Philippines, et par le relatif recul des FMN latino-américaines. L'IDE sortant des NPI d'Asie accompagne leur stratégie de promotion des exportations. Les FMN asiatiques se développent en direction des marchés extérieurs à forte croissance, y compris dans les pays développés ; mais elles investissent aussi dans des PVD moins développés que leur pays d'origine pour profiter d'une main-d'œuvre moins chère. La troisième vague, des années quatre-vingt-dix, présente une double caractéristique. D'une part, on note une nette reprise des IDE sortant d'Amérique latine, dans un contexte de globalisation de la concurrence dans tous les secteurs industriels et de services. D'autre part, les plus grandes FMN asiatiques deviennent comparables et compétitives des FMN occidentales et investissent au Nord, alors même que certains de leurs pays d'origine (Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan) deviennent exportateurs nets d'IDE, position réservée jusque là aux pays développés. Un tel schéma semble donner quelques fondements à l'idée d'un cycle ou d'un chemin de développement de l'IDE (investment developement path de Dunning, ci-dessous).

  • 7 Exemples souvent mentionnés : la fabrication du papier journal à partir de la bagasse de canne à su (...)

48Quatre analyses explicatives de l'IDE sortant des PVD se sont succédées dans la littérature. La première (Lecraw 1977, Wells 1977, 1983, Agarwal 1985) soutient que les FMN du Sud dérivent leur avantage spécifique de l'utilisation de technologies intenses en travail et d'une production à petite échelle, leur permettant d'être compétitives sur les marchés des pays développés pour des produits standardisés livrés à bas prix. Cet avantage correspond aussi aux conditions de leurs pays d'origine où la main d'œuvre est bon marché, les firmes sont plus petites et les coûts d'organisation et de gestion sont inférieurs à ceux des pays développés. A l'inverse, une seconde analyse (Lall 1983) affirme que les FMN du Tiers Monde tirent leurs avantages compétitifs de leurs connaisances technologiques, productives et commerciales spécifiques : une technologie et des produits plus adaptés aux conditions de prix et de qualité des PVD, des techniques de production plus efficaces à petite échelle que celles des FMN des pays développés7, des produits différenciés de ceux des grandes FMN mondiales, et une capacité plus grande à opérer dans l'environnement des PVD en raison de facteurs culturels, ethniques et linguistiques. Ces avantages sont certes renforcés par l'accès des FMN des PVD à une main-d'œuvre bon marché dans leur propre pays d'origine, mais à l'opposé de Wells, Lall conteste que les FMN du Tiers Monde aient une intensité en capital moindre que les autres FMN. Leur avantage ne réside pas dans une technologie plus ancienne (plus travaillistique) mais dans les changements qu'elles lui ont apportés grâce à leur base technologique nationale. Pour l'essentiel, ce sont donc des facteurs caractérisant leur pays d'origine qui poussent les firmes du Sud à investir à l'étranger, plutôt que des facteurs avantageux dans les pays d'accueil qui attirent leurs IDE. La troisième thèse (Tolentino 1993), adaptée pour expliquer l'IDE de FMN du Sud plus avancées dans leur internationalisation (firmes asiatiques), repose sur l'amélioration de la structure industrielle des NPI qui résulte d'une accumulation de compétences technologiques que les firmes de ces pays acquièrent au fur et à mesure de la croissance de leurs IDE. Les FMN asiatiques sont souvent indépendantes de la technologie étrangère et leurs compétences dépendent de leur expérience d'apprentissage. De plus, dans cette vision schumpeterienne et évolutionniste des sentiers technologiques, l'activité innovatrice des FMN du Sud repose aussi sur les progrès du développement industriel et technologique de leur pays d'origine, favorables à un effort de R&D interne à chaque firme, ce qui lui permet de maîtriser et développer ses propres technologies.

49La quatrième approche tente une synthèse des précédentes, tout en l'intégrant dans un essai de théorie générale (valable pour toutes les FMN du monde), sous le nom de modèle du (cycle ou du) chemin de développement de l'investissement direct à l'étranger - soit le modèle CDI (Dunning 1986, 1988, Tolentino 1993, Dunning, Narula 1998, Chudnovsky, Lopez 2000). La thèse centrale est que l'IDE sortant (et entrant) d'un pays est une fonction de son niveau de développement (mesuré par son PIB par habitant) et qu'un pays parcourt des phases prévisibles d'internationalisation de sa production à mesure qu'il se développe. Dans une phase 1, un pays non développé n'attire aucun IDE entrant et n'engage aucun IDE sortant. Dans une phase 2, où commence son industrialisation, son marché intérieur s'élargit et il commence à attirer des IDE entrants ; quelques (rares) IDE sortants peuvent déjà apparaître. En une phase 3, ses capacités technologiques s'améliorent, sa demande intérieure de biens de qualité augmente et ses avantages comparés pour les activités intenses en main-d'œuvre s'érodent ; non seulement il devient très attractif pour l'IDE entrant, mais encore un IDE sortant significatif se développe sur la base de ses spécialisations internationales spécifiques et de ses propres innovations. Les phases 4 et 5 concernent les pays développés, lorsque s'instaure un certain équilibre entre l'IDE entrant et sortant (le ratio IDE sortant / IDE entrant se rapproche de 1 puis dépasse cette valeur) ; la Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan rejoignent à cet égard les pays développés. C'est ce modèle CDI qui forme le cadre analytique du modèle de logit ordonné estimé plus loin, avec l'hypothèse implicite que les PET les plus investisseurs à l'étranger pourraient être aujourd'hui en phase 2 ou 3 d'internationalisation de leur production. Il justifie que la principale variable explicative testée pour expliquer l'IDE sortant des PET et des PVD est leur PIB par habitant. Toutefois, pour mieux rendre compte de l'état de développement économique des pays d'origine de l'IDE, nous lui adjoignons la structure sectorielle de ceux-ci. Etant donné l'importance du niveau technologique et de la taille du pays d'origine dans l'analyse des FMN du Tiers Monde, nous en tiendrons compte également pour celles des PET.

4. Les facteurs explicatifs des IDE sortant des pays émergents et en transition : un premier essai de vérification empirique

50Pour l'heure, il est impossible de renseigner dans le détail des variables concernant les pays qui accueillent les IDE sortant des PET, puisque l'on connaît encore mal la répartition géographique précise de ces IDE. Par conséquent, on ne peut en rechercher une explication en termes d'avantages (ou de coûts) comparés entre pays d'origine et pays d'accueil de l'IDE, pas plus qu'on ne peut élaborer une analyse basée sur l'attractivité des pays d'accueil de l'IDE sortant des PET, qui serait symétrique de celle proposée pour les IDE entrants dans les PET (M. & W. Andreff 1997). On ne peut donc retenir que des variables explicatives observées dans les pays d'origine des nouvelles multinationales. Ceci paraît d'ailleurs être la démarche la plus adaptée par rapport aux principaux facteurs déterminant (et aux principales motivations) de l'IDE sortant des IDE que nous avons passés en revue ci-dessus, ceux-ci étant surtout des facteurs internes aux pays d'origine. Quant au modèle CDI, il peut se satisfaire, à titre provisoire et partiel, dans les limites de ce texte, d'un test sur le seul IDE sortant.

51Nous avons donc retenu comme variable expliquée la valeur du stock d'IDE sortant des différents pays d'origine. L'échantillon contient les PET, la plupart des pays en développement et les pays développés, soit un échantillon de 176 pays, pour lesquels les données sur l'IDE sortant sont publiées par la CNUCED. Trois variables visent à rendre compte à la fois du niveau et du « modèle » de développement économique des pays d'origine de l'IDE. La première est évidemment le PIB par habitant. Une deuxième variable explicative entend saisir la taille du marché du pays d'origine, à savoir sa population. La troisième variable est qualitative et se veut représentative de la structure sectorielle de la production nationale des pays d'origine. On distingue pour cette variable : les PVD à agriculture prépondérante ; les PET à structure sectorielle héritée de l'économie planifiée (poids excessif de l'industrie, sous-développement des services) ; les pays rentiers et les paradis fiscaux (PRF) dans lesquels un élément exogène (ressources pétrolières ou autres, absence de fiscalité) surdétermine le modèle de développement ; les nouveaux pays industriels (NPI) ou pays émergents, à secteur industriel et tertiaire importants ; les pays post-industriels, i.e. les pays développés, à secteur tertiaire prépondérant. La quatrième variable est technologique et permet en outre de prendre en compte les arguments explicatifs de l'IDE sortant reposant sur cette dimension. On distingue les pays à faible niveau technologique, à niveau intermédiaire et à haut niveau technologique. Deux variables plus conjoncturelles sont enfin introduites, pour voir si la politique économique (stabilisation) et ses effets, ou un cycle de croissance (récession), dans le pays d'origine, sont de nature à influencer l'IDE sortant. Nous avons retenu la stabilité (ou non) du taux de change et le taux de croissance du PIB.

52Pour procéder à l'estimation d'un logit ordonné (Thomas 2000), les variables sont découpées en classes comme suit pour la variable expliquée (source UNCTAD) :

53Classe 1 : pour IDE sortant < 0,1 milliard de dollars ;
Classe 2 : pour IDE sortant : [0,1, 1[ milliard de dollars ;
Classe 3 : pour IDE sortant : [1, 50] milliards de dollars ;
Classe 4 : IDE sortant > 50 milliards de dollars.

54Cette variable est renseignée en 1998 et en 1999 (source UNCTAD).

55Les variables expliquées, renseignées pour 1998 sauf indication contraire, sont décomposées en classes de la façon suivante, en notant PIB/hab le PIB par habitant, POP la population, SECT la structure sectorielle de la production nationale, TECH le niveau technologique, g le taux de croissance du PIB et _T la variation du taux de change, soit en commençant par le PIB/hab (source : Banque mondiale) :

56Classe 1 : pour PIB/hab < 600 dollars ;
Classe 2 : pour PIB/hab : [600, 2.000[ dollars ;
Classe 3 ; pour PIB/hab : [2.000, 9.000] dollars ;
Classe 4 ; pour PIB/hab > 9.000 dollars.

57Pour la taille des pays, mesurée par leur population (source : Banque mondiale) :

58Classe 1 ; pour POP < 2 millions d'habitants ;
Classe 2 ; pour POP : [2, 29[ millions d'habitants ;
Classe 3 ; pour POP : [29, 100] millions d'habitants ;
Classe 4 : pour POP > 100 millions d'habitants.

59Pour la variable SECT, les observations (Banque mondiale) sont partitionnées comme suit :

60Classe 1 : PVD, pays en voie de développement à secteur agricole prépondérant (> 40 % du PIB) et à faible poids de la production industrielle dans le PIB (< 30 %) ;

61Classe 2 : PET, pays en transition, marqués par un très fort poids de l'industrie dans le PIB et un faible poids des services, structure héritée de l'économie planifiée (bien qu'elle ait nettement évolué en faveur du tertaire, aujourd'hui prépondérant en Slovénie et en Hongrie).

62Classe 3 : PRF, pays rentiers et paradis fiscaux où un facteur exogène biaise la structure sectorielle, notamment en faveur de l'IDE sortant, tel que le poids important du secteur pétrolier ou gazier, ou l'absence ou quasi-absence de fiscalité.

63Classe 4 : NPI, nouveaux pays industriels ou pays émergents, caractérisés par un secteur industriel important et un secteur tertiaire importants dans le PIB (> 40 % chacun).

64Classe 5 : PPI, pays post-industriels à secteur des services très prépondérant (> 60 % du PIB).

65La variable TECH fait l'objet d'un découpage en niveau (source : Banque mondiale), que l'on n'a pu renseigner que pour 1997, avec :

66Classe 1 : Faible niveau technologique, soit < 100 chercheurs par million d'habitants ou < 5 % d'exportations à haute technologie (dans les exportations totales) ou < 10 brevets déposés par des résidents ;

67Classe 3 : Haut niveau technologique, soit > 1 000 chercheurs par million d'habitants et > 20 % d'exportations à haute technologie et > 1 000 brevets déposés par des résidents ; Classe 2 : Niveau technologique intermédiaire entre les classes 1 et 3.

68S'agissant du taux de croissance du PIB, on distingue les pays en croissance forte des pays en stagnation ou croissance lente d'une part, et des pays en récession d'autre part :

69Classe 1 : Récession pour g < 0 % ; Classe 2 : Stagnation et croissance lente pour g : [ 0 %, 3 %] ; Classe 3 : Croissance forte pour g > 3 %.

70Quant au taux de change, on partitionne l'échantillon selon qu'il se déprécie en 1998, qu'il s'apprécie ou qu'il est relativement stable, soit :

71Classe 1 : Dépréciation pour T < - 2,5 % ; Classe 2 : Stabilité pour T : [- 2,5 %, 2,5 %] ; Classe 3 : Appréciation pour T > 2,5 %.

72La répartition des observations entre les classes pour les sept variables prises en compte dans le logit ordonné est donnée au Tableau 7.

Tableau 7 - Répartition des observations selon le découpage en classes des variables

Tableau 7 - Répartition des observations selon le découpage en classes des variables
  • 8 Nous avons testé le modèle en dichotomisant chacune de ces variables. Les résultats restent similai (...)

73Contrairement à la plupart de nos variables, qui sont ordonnées (bien que continues, elles sont mises en classes)8, la variable SECT n'a pas ces propriétés et doit donc être dichotomisée lors du test de logit ordonné. Dans ce cas, la classe 1 est choisie comme la classe de référence. D'autre part, nous procédons à deux tests, l'un où toutes les variables concernent la même année 1998, sauf SECT 1997 (Tableau 8a), l'autre où toutes les variables explicatives sont retardées d'un an par rapport à la variable expliquée, le stock d'IDE sortant en 1999 (Tableau 8b). Ici, l'hypothèse testée consiste à voir si les firmes investissant à l'étranger réagissent avec délai aux variations du taux de croissance et du taux de change (aux variables conjoncturelles), alors que l'on s'attend à ce que le décalage temporel ne change pas la significativité (ou non significativité) de la relation avec les variables plus structurelles (PIB/hab, POP, SECT, TECH).

Tableau 8a - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1998

Tableau 8a - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1998

Tableau 8b - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1999

Tableau 8b - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1999

74On note tout d'abord que les valeurs des « cuts » et leur significativité, dans les deux tests, confirment la pertinence du découpage en classes. Le principal résultat obtenu valide, pour l'IDE sortant, le modèle CDI. Les coefficients observés pour la variable PIB/hab indiquent que la probabilité pour un pays de passer dans une classe supérieure d'IDE sortant à mesure qu'augmente son niveau de développement (PIB par habitant) est très élevée. Cette relation est significative à moins de 1 % dans les deux tests. L'IDE sortant est bien une fonction du niveau de développement économique du pays d'origine, ce qui s'applique évidemment aux PET. La taille du pays d'origine influence aussi très fortement le stock d'IDE sortant. Les coefficients de POP, dans les deux tests, sont positifs et la relation est significative à 0 %. L'IDE sortant est fonction de la taille du (marché intérieur) du pays d'origine.

75En revanche, pour la variable SECT, la probabilité de passer dans une classe supérieure d'IDE sortant est élevée si un pays passe de la classe des PVD (de référence) dans la classe des PRF, dans la classe des NPI et dans la classe des PPI (la relation est signifcative à 0 % dans chaque cas). La structure sectorielle du pays d'origine est un déterminant de l'IDE sortant, du moins dans la comparaison entre PVD, PRF, NPI et PPI. En revanche, cette conclusion ne peut être retenue pour le passage de la classe des PVD à la classe des PET (la relation n'est pas significative au seuil habituel de 5 %, ni même à 10 %). Pour l'heure, on ne peut distinguer les pays en transition des pays en développement quant à leur avantage pour promouvoir des IDE sortants, du point de vue de leurs structures sectorielles respectives. Autrement dit, les PET sont au mieux en phase 2 d'internationalisation de la production, au sens du modèle CDI : ils commencent à attirer fortement l'IDE entrant, mais les IDE sortants y sont encore limités, ce que nous avons mis en évidence ci-dessus (faible ratio IDE sortant / IDE entrant). Pour intéressant qu'il soit, ce résultat doit être interprété, et il invite à des recherches futures.

76Il est clair que dans bien des PET ce n'est pas l'insuffisante industrialisation, comme en PVD, qui retarde ou freine l'IDE sortant, mais les structures industrielles héritées de l'économie planifiée (développement excessif des industries lourdes, sous-développement des services). D'autre part, le résultat obtenu peut aussi s'expliquer par la partition de l'échantillon créant une classe PET qui n'est pas vraiment homogène du point de vue de la variable SECT. En effet, bien qu'héritant tous des structures industrielles modelées par l'économie planifiée, certains PET ont déjà, en 1998, procédé à des restructurations telles que leur répartition du PIB par secteurs est très proche de celle des NPI (la plupart des PECO), voire de celle des PPI (Slovénie, Hongrie). Ils sont susceptibles d'aborder la phase 3 du modèle CDI et de se rapprocher ainsi des pays émergents (NPI) pour ce qui est de l'IDE sortant. A l'inverse, d'autres PET ont encore une structure sectorielle proche ou conforme à celle des PVD en 1998, notamment l'Albanie, le Kirghizstan, le Tadjikistan, et moins nettement l'Arménie, la Macédoine, la Moldavie, l'Ouzbékistan et le Turkménistan. Une recherche ultérieure pourrait donc partir d'un reclassement des PET entre les classes PVD, NPI et même PRF (Russie, Kazakhstan, Azrbaïdjan) qui, sans remettre en cause le modèle CDI, rendrait mieux compte des trajectoires de développement (et des structures sectorielles) nettement différenciées entre les PET depuis le début de la transition.

77Le niveau technologique n'apparaît pas comme explicatif de l'appartenance d'un pays à une classe d'IDE sortant, la relation n'étant pas significative. Ceci peut conduire à une réflexion quant au poids peut-être exagéré qui a été donné au rôle de la technologie (importée, adaptée, ou accumulée localement) dans les explications de l'IDE sortant des PVD. L'enseignement vaut certainement pour les PET, où un aspect important des restructurations en cours, ou à venir, est une mise à jour des technologies en usage, ce à quoi contribue l'apport croissant de l'IDE entrant (et le commerce).

78Quant aux variables conjoncturelles, taux de croissance et taux de change, elles ne sont pas significatives. L'IDE sortant ne paraît pas aussi influencé par les fluctuations de la monnaie nationale pendant l'année en cours que le soutient la thèse selon laquelle un taux de change fort incite à l'IDE sortant, notamment par voie d'acquisitions d'actifs à l'étranger (relation « significative » à 10 %). En revanche, et curieusement, la variation du taux de change au cours de l'année passée (Tableau 8b) est significative à 2 %. Les fluctuations du change en 1998 ont influencé l'IDE sortant en 1999, mais ceci est peut-être dû au fait que 1998 fut une année de crise financière perturbant les taux de change. Quant au taux de croissance, il n'est absolument pas significatif, contrairement aux dires de certains économistes que nous avons cités plus haut et aux déclarations dans les enquêtes auprès de certaines firmes ayant investi à l'étranger. On notera avec intérêt que le coefficient de cette variable est négatif. Si la relation avait été significative, on en aurait déduit que c'est la chute de la croissance qui accroît la probabilité d'un pays de passer dans une classe supérieure d'IDE sortant. Autrement dit, ce sont des difficultés de la croissance sur le marché intérieur qui poussent les firmes à investir à l'étranger et non, comme le supposent plusieurs auteurs cités, une croissance intérieure soutenue. Mais cette conclusion aurait été en contradiction avec la plupart des observations faites en PET, où l'IDE sortant coïncide avec le retour à la croissance. Fort heureusement, la relation n'est pas significative.

CONCLUSION

79Les principaux résultats de cette étude préliminaire de l'IDE sortant des PET sont les suivants. Les nouvelles multinationales de ces pays se différencient des anciennes « multinationales rouges ». Bien qu'une partie de cet investissement sortant soit indirect, réalisé par des filiales de firmes occidentales déjà localisées en PET, il existe bien aussi un investissement direct sortant. Cette conclusion est confirmée par des évidences monographiques faisant voir des stratégies typiquement multinationales de la part de firmes russes, hongroises, estoniennes, lettones, etc., et bien sûr chinoises. Les principales variables observées qui expliquent l'IDE des PET, dans une analyse généralisée aux PVD, aux pays émergents, aux pays rentiers et aux paradis fiscaux, sont d'abord le niveau de développement économique du pays d'origine et la taille de son marché intérieur, résultat qui valide le modèle de cycle d'IDE ou de phases d'internationalisation de la production de J.H. Dunning. La structure sectorielle du pays d'origine a aussi une influence sur l'IDE sortant, mais le résultat obtenu pour les pays en transition, qui les assimile aux pays en développement, suggère des prolongements à cette étude. Le niveau technologique du pays d'origine semble moins déterminant de l'IDE sortant que ne l'a supposé la littérature sur les multinationales du Tiers Monde et ne doit pas être retenu pour expliquer l'IDE des PET à l'étranger. Des variables plus conjoncturelles en pays d'origine, telles que le taux de croissance du PIB et les fluctuations du taux de change, sont sans effet sur l'IDE sortant. Ceci valide donc a contrario l'hypothèse selon laquelle l'IDE sortant est fortement lié aux caractéristiques structurelles du développement économique, y compris dans les pays en transition.

Bibliographie

REFERENCES :

Agarwal J.P. (1985), Pros and Cons of Third World Multinationals. A Case Study of India, Kieler Studien 195, Tùbingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck).

Agmon T., C.P. Kindleberger (1977), eds., Multinationals from Small Countries, Cambridge, Mass., MIT Press.

Andreff M., W. Andreff (1997), L'investissement direct étranger en Russie et dans les pays de la Communauté des États Indépendants : emploi et attractivité, dans J. de Melo, P. Guillaumont, Commerce Nord-Sud, migration et délocalisation : Conséquences pour les salaires et l'emploi, Paris, Economica.

Andreff W. (1982), Les multinationales hors la crise, Paris, Le Sycomore. Andreff W. (1987), Les multinationales, Paris, La Découverte.

Andreff W. (1999), The Global Strategy of Multinational Corporations and Their Assessment of Eastern European and C.I.S. Countries, dans V. Tikhomirov, ed., Anatomy of the 1998 Russian Crisis, Contemporary Europe Research Centre, The University of Melbourne.

Andreff W. (2001), L'investissement direct étranger dans le développement inégal des pays en transition, Nouveaux Cahiers de l'IUED, n° 12 (Du socialisme à l'économie de marché), Genève.

Bradshaw M. (2000), Russia's regions FDI, Business Russia, August, pp. 8-9. Bulatov A.S. (1998), Russian direct investment abroad : main motivations in the post-Soviet period, Transnational Corporations, 7 (1), April, 69-82.

Chudnovsky D., A. Lopez (2000), A third wave of FDI from developing countries : Latin

American TNCs in the 1990s, Transnational Corporations, 9 (2), August, 31-73.

Denysyuk V. (2001), L'ouverture ukrainienne à l'extérieur : la voie européenne, Mémoire de DEA, Université de Paris 1, octobre.

Diaz Alejandro C.F. (1977), Foreign Direct Investment by Latin Americans, dans T. Agmon, C.P. Kindleberger (1977).

Dunning J.H. (1986), The Investment Development Cycle and Third World Multinationals, dans K.M. Khan (1986).

Dunning J.H. (1988), Explaining International Production, London, Unwin Hyman.

Dunning J.H., R. Narula (1998), The investment development path revisited : some emerging issues, dans J. H. Dunning, R. Narula, eds., Foreign Direct Investment and Governments. Catalysts for Economic Restructuring, London, Routledge.

Gendarme R. (1981), Des sorcières dans l'économie : Les multinationales, Paris, Cujas. Grou P. (1989), Les multinationales socialistes, Paris, L'Harmattan.

Gutman P. (1990), Sociétés mixtes à l'Est et dynamique des flux réciproques d'investissements directs Est-Ouest : nouvelles perspectives, dans W. Andreff, dir., Réforme et échanges extérieurs dans les pays de l'Est, Paris, L'Harmattan.

Hamilton G. (1986), ed., Red Multinationals or Red Herrings ? The Activities of Enterprises from Socialist Countries in the West, London, Frances Pinter.

Heenan D.A., W. J. Keegan (1979), The Rise of Third World Multinationals, Harvard Business Review, 1, 101-109.

Heinrichs A. (2000), Globalization of the Energy Sector in Russia : The Case of Gazprom, VI ICCEES World Congress, Tampere, 29 July - 3 August.

Khan K.M. (1986), ed., Multinationals of the South, London, Frances Pinter.

Kilvits K., A. Purju (2001), Estonian direct investment abroad : sources, targets and adjustment to conditions, dans K. Liuhto, ed., East Goes West : The Internationalization of Eastern Enterprises, Lappeenranta, Lappeenranta University of Technology, pp. 233-264.

Kumar K., M.G. McLeod (1981), eds., Multinationals from Developing Countries, Lexington, D.C. Heath.

Kojima K. (1978), Direct Foreign Investment : A Japanese Model of Multinational Business Operations, London, Croom Helm.

Lall S. (1983), The New Multinationals. The Spread of Third World Enterprises, Chichester, John Wiley & Sons.

Lavigne M. (1977), Problématique de l'entreprise multinationale socialiste, Cahiers de l'I.S.M.E.A., série P, n° 24, février.

Lecraw D.T. (1977), Direct Investment by Firms from Less Developed Countries, Oxford Economic Papers, 442-457.

Levinson C. (1977), Vodka-Cola, Paris, Stock.

Liuhto K. (2001a), Russian Geants Go West - Operations of Gazprom and LUKoil Abroad, Research Report N°122, Department of Industrial Engineering and Management, Lappeenranta University of Technology.

Liuhto K. (2001b), MOL's Internationalization - A Hungarian Oil and Gas Company's Operations Abroad, Research Report N°123, Department of Industrial Engineering and Management, Lappeenranta University of Technology.

Liuhto K. (2001c), Born International - The Case of the Latvian Shipping Company, Research Report N°124, Department of Industrial Engineering and Management, Lappeenranta University of Technology.

Liuhto K. (2001d), Ex-Soviet Enterprises and Their Managers Facing The Challenges of The 21st Century, Studies in Industrial Engineering and Management, Lappeenranta University of Technology.

Liuhto K., J. Jumponnen (2001a), The Internationalization of the Largest Baltic Corporations, Research Report N°125, Department of Industrial Engineering and Management, Lappeenranta University of Technology.

Liuhto K., J. Jumponnen (2001b), Russian Direct Investment Abroad - Where Does Russian Business Expansion Abroad Lead ?, dans K. Liuhto, ed., Ten Years of Economie Transformation (vol. II : Markets, Companies and Foreign Business in Transition), Lappeenranta University of Technology.

Locatelli C. (1998), Energie et transition en Russie : Les nouveaux acteurs industriels, Paris, L'Harmattan.

McMillan C. H. (1979), Growth of External Investments by the Comecon Countries, The World Economy, 2 (3), September.

McMillan C. H. (1987), Multinationals from the Second World, London, Macmillan.

Okposin S.B. (1999), The Extent of Singapore's Investment Abroad, Aldershot, Ashgate.

Ozawa T. (1979), Multinationalism, Japanese Style, Princeton, Princeton University Press. Sokolov S. (1991), Sovetskiy kapital za rubezhom, Eknomika i Zhizn, 14, 1-15.

Svetlicic M. (1997), Outward foreign direct investment by Central European economies and restructuring, dans K. Macharzina, M.-J. Oesterle, J. Wolf, eds., Global Business in the Information Age, Proceedings of the 23rd Annual EIBA Conference, Brussels, European International Business Academy.

Thomas A. (2000), Econométrie des variables qualitatives, Paris, Dunod.

Tolentino P.E.E. (1993), Technological Innovation and Third World Multinationals, London & New York, Routledge.

UNCTAD (1997), World Investment Report. Transnational Corporations, Market Structure and Competition Policy, United Nations, Geneva and New York.

UNCTAD (1998), World Investment Report. Trends and Determinants, United Nations, Geneva and New York.

UNCTAD (1999), World Investment Report. Foreign Direct Investment and the Challenge of Development, United Nations, Geneva and New York.

UNCTAD (2000), World Investment Report. Cross-border Mergers and Acquisitions and Development, United Nations, Geneva and New York.

UNCTAD (2001), World Investment Report. Promoting Linkages, United Nations, Geneva and New York.

UNTCMD (1992), The East-West Business Directory 1991-1992, Transnational Corporations and Management Division, United Nations, New York.

Varblane U., T. Roolaht, E. Reiljan, R. Jùriado (2001), Estonian Outward Foreign Direct Investments, Working Paper Series, n°9/2001, Faculty of Economics and Business Administration, University of Tartu.

Wai-chung Yeung H. (1999), ed., The Globalization of Business Firms from Emerging Countries, Cheltenham, Edward Elgar. Wells L.T. (1977), The Internationalization of Firms from Developing Countries, dans T. Agmon, C. P. Kindleberger (1977).

Wells L.T. (1983), Third World Multinationals, Cambridge, MIT Press.

Wilczynski J. (1976), The Multinationals and East-West Relations, London, Macmillan.

Wu H.-L., C.-H. Chen (2001), An Assessment of Outward Foreign Direct Investment from China's Transitional Economy, Europe-Asia Studies, 53 (8), 1235-1254.

Zaleski E. (1983), Les multinationales des pays de l'Est, dans A. Cotta, M. Ghertman, dir., Les multinationales en mutation, Paris, Presses Universitaires de France.

Zhan J.X. (1995), Transnationalization and outward investment : the case of Chinese firms, Transnational Corporations, 4 (3), December, 67-100.

Zurawicki L. (1979), Multinational Enterprises in the East and West, Alphen aan den Rijn, Sijthoff & Noordhoff.

Notes

1 Notamment Lavigne (1977), Macmillan (1979), Wilczynski (1976), Zurawicki (1979), puis Zalecki (1983), Hamilton (1986), Macmillan (1987), Grou (1989), Gutman (1990) et Sokolov (1991).

2 Non compris l'Afrique du Sud, mais en tenant compte des pays d'Afrique du Nord (Algérie, Égypte, Libye, Maroc et Tunisie).

3 Selon le Ministère de l'Intérieur de la Russie, des citoyens russes auraient enregistré environ 60 000 sociétés dans les paradis fiscaux internationaux.

4 Faute d'avoir pu obtenir les informations requises à son questionnaire envoyé à Gazprom, l'UNCTAD (2001) n'a pu inclure cette firme dans la liste des plus grandes FMN des PET, alors qu'elle est de loin LA plus grande.

5 L'essentiel de cette littérature est empirique, mais quelques références proposent une explication analytique du phénomène. Parmi les apports les plus marquants : Agarwal (1985), Chudnovsky, Lopez (2000), Diaz Alejandro (1977), Dunning (1986, 1988), Dunning, Narula (1998), Heenan, Keegan (1979), Khan (1986), Kumar, McLeod (1981), Lall (1983), Lecraw (1977), Okposin (1999), Tolentino (1993), Wai-chung (1999), Wells (1977, 1983).

6 Le pourcentage correspondant est de 51,5 % pour les 100 plus grandes FMN du monde.

7 Exemples souvent mentionnés : la fabrication du papier journal à partir de la bagasse de canne à sucre, le moteur d'automobile à alcool, les échafaudages immobiliers en bambou, les petits motoculteurs sud-coréens.

8 Nous avons testé le modèle en dichotomisant chacune de ces variables. Les résultats restent similaires.

Notes de fin

1 Rapporté au stock d'investissement direct étranger sortant de tous les pays du monde.

2 Non significatif par défaut d'information.

3 Le total est partiel en ce que certains pays ne sont pas renseignés (dont la RDA) chaque année

4 En 1980

5 En 1985

6 Nombre de filiales étrangères du pays d'origine ;

7 de la firme ; UNTCMD (1992), J.X. Zhan (1995).

8 Sous-estimation, par manque de pays renseignés.

9 IT : indice de transnationalité = moyenne des trois ratios actifs étrangers / actifs totaux ventes à l'étranger / ventes totales et emploi à l'étranger / emploi total.

10 Actifs à l'étranger et ventes à l'étranger, en millions de dollars, et nombre d'employés à l'étranger.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est avant 1994 (millions de dollars)
Légende Note *1Note **2Note (a)3Note (b)4Note (c)5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2 - 30 multinationales est-européennes en 1990 et 15 chinoises en 1994
Légende Note *6Note **7
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Tableau 3 - Le stock d'investissement direct sortant des pays de l'Est, 1994-2000 (millions de dollars)
Légende Note *8
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tableau 4 - Répartition géographique de l'IDE sortant de quelques pays en transition (en %)
Légende Sources : UNCTAD (2000, 2001) et Liuhto, Junçponen (2001b).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 5 - Ratio entre le stock d'investissement direct sortant et le stock d'investissement direct entrant dans les pays de l'Est, 1995-2000, en %
Légende Source : calculé d'après UNCTAD (2001) et années précédentes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 6. Les plus grandes multinationales non-financières d'Europe centrale et orientale, 1997-99
Légende Note *9Note **10
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Tableau 7 - Répartition des observations selon le découpage en classes des variables
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 8a - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1998
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 8b - Logit ordonné : variable expliquée, stock d'IDE sortant en 1999
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1596/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Professeur à l'Université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne Directeur honoraire du ROSES (CNRS)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable