Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ouverture de l’Europe vers l’est

 | 
Gabriel Poulalion

Présentation

Gabriel Poulalion

Texte intégral

1Le mot Europe recouvre une réalité qui a de nombreuses dimensions.

2L’Europe, c’est une terre ; ce sont des hommes ; c’est une civilisation, ou, plus exactement, c’est une civilisation composée de plusieurs peuples.

3L’Europe est une terre, plus précisément un continent, placé de part et d’autre du 45e Parallèle, c’est-à-dire grosso modo à mi-distance entre le Pôle Nord et l’équateur. Ce continent, nous disent les géographes, a été peuplé tardivement après que la calotte glacière se soit réduite. Lorsque le climat est devenu tempéré, des flux migratoires venant de l’Asie du Sud-Est sont partis à la conquête de l’Europe.

  • 1 Le GERCIE (Groupe d’Études et de Recherches sur la Coopération Internationale et Européenne).
  • 2 Le LERAD (Laboratoire d’Étude des Réformes Administratives et de la Décentralisation).
  • 3 Le CERE (Centre d’Économie Régionale et Européenne).

4L’Europe, ce sont des hommes : ce sont les Européens. Derrière le mot Europe, nous ne pouvons oublier la réalité humaine qui s’y trouve. C’est la raison pour laquelle une place a été donnée à la démographie en ce début de colloque organisé par trois laboratoires de droit public1, de droit administratif2 et d’économie3. En fait, la place de l’homme est incontournable pour deux raisons : l’une est commune à toute les sciences humaines, l’autre est propre au thème du colloque.

  • 4 Was ist der Mensch ?

51°/ Si l’homme s’interroge depuis fort longtemps sur sa destinée, la réflexion sur lui-même, en tant qu’objet de sa curiosité scientifique, est relativement tardive et date essentiellement du xixe siècle, époque où se sont multipliées les sciences humaines et sociales. Certes, il est banal de rappeler qu’Aristote au ive siècle avant notre ère, que Ibn Khaldoun au xive siècle, que Hobbes, Pufendorff et Grotius au xviie siècle se sont interrogés sur les liens entre l’individu et la collectivité et sur la nature respective de l’un et de l’autre, mais l’homme n’apparaît pas encore véritablement comme un objet de science. Aussi l’inquiétude d’un Michel de Montaigne ne trouvera d’écho que plusieurs siècles plus tard avec le cri angoissé d’un Emmanuel Kant : « Qu’est-ce que l’homme ? »4. Et c’est sur des interrogations telles que celle-ci que l’homme est devenu une empiricité et que les sciences humaines ont trouvé leur justification : désormais, l’homme-sujet peut prendre lui-même comme objet. A partir de ce moment, chaque science humaine, qui ne vaudrait pas une heure de peine si elle n’était au service de l’homme, se doit de partir de l’homme.

62°/ Mais une raison plus spécifique justifie de partir de l’Homme. Les Européens sont des hommes et des femmes pour qui l’Europe est le cadre de leur vie de chaque jour. En tant qu’êtres humains, ces hommes et ces femmes ont des besoins qui s’expriment quotidiennement par leur mode de vie, et ces besoins sont satisfaits grâce à la production (cela justifie la prise en considération des données économiques). Ces hommes et ces femmes se regroupent en collectivités et doivent établir des règles et des normes qui assurent le bon fonctionnement de leur vie quotidienne (cela justifie la prise en considération des données juridiques). Ils forment alors des communautés sociales, qui, certes, sont le fruit de l’existence des individus, mais qui, parce qu’elles ont aussi des besoins qui ne coïncident pas nécessairement avec ceux des individus dont elles sont issues, se doivent d’avoir leurs règles respectives propres (cela justifie la prise en considération des données administratives).

7Comme l’Europe ne saurait échapper à cette triple réalité, la collaboration entre un laboratoire de science juridique, un laboratoire de science administrative et un laboratoire de science économique, déjà cités, ne peut être ici que particulièrement féconde.

8Les hommes et les femmes qui vivent en Europe se regroupent en peuples, et chaque peuple acquiert une physionomie spécifique au cours de l’Histoire. Mais, au-delà de la diversité des peuples européens, demeure l’unité de l’Europe : l’Europe, ce sont des peuples qui font partie d’une même civilisation.

9Comme l’a rappelé le philosophe français Valéry, les civilisations naissent et meurent. La civilisation européenne n’a pas toujours existé. Elle est née d’une étrange alchimie associant des ingrédients apparemment incompatibles : l’élégante et matérialiste philosophie stoïcienne, prédominante à l’époque classique grecque et sous l’Empire romain, le message transcendantal judéo-chrétien, le tout reformulé à l’aide des méthodes des deux principales écoles socratiques. Cette étrange alchimie avait toutes les chances, soit de n’être qu’un éphémère cocktail explosif, soit, plus vraisemblablement, de s’affadir avec le temps avant de disparaître. Bien au contraire, cette composition étonnante a donné une civilisation durable, mais surtout la plus efficace que l’on ait connue au cours de l’Histoire. Mieux encore, d’une très grande souplesse, elle a su s’adapter à tous les bouleversements intellectuels, notamment au xiiie siècle, avec le création des premières grandes universités européennes, institutions contestataires, s’il en fut, et au xixe siècle avec l’explosion des sciences humaines.

10L’efficacité de la civilisation européenne n’a fait que s’accroître au cours du temps. Cette accélération s’est manifestée plus particulièrement sous la Renaissance, puis au xixe siècle et au xxe siècle. L’avance prise par la civilisation européenne dans certains domaines fait qu’elle laisse son empreinte partout dans le monde, car l’acquis de la civilisation européenne est bien souvent repris par les autres civilisations. Des millions de livres ne suffiraient pas pour contenir ce que le monde doit à l’Europe. Mais on peut prendre deux exemples significatifs.

11Le premier exemple concerne la santé : il s’agit de la découverte, en 1928, de la pénicilline par l’Anglais Fleming. Cette découverte s’est traduite par des milliards d’années de vie gagnées partout dans le monde.

12L’autre exemple, de nature très différente, concerne le mode de vie, plus précisément la mode vestimentaire.

  • 5 Le mot jean’s peut également provenir du fait que c’est un pantalon de marin génois, pantalon répu (...)

13Il est aujourd’hui un vêtement, à portée universelle, qui, parce qu’il est celui du monde de la jeunesse, veut signifier la jeunesse du monde. Il s’agit du jean’s. Pouvons-nous oublier que ce vêtement, aujourd’hui universel, est fondamentalement européen par sa double origine provençale et ligure ? Le jean’s est l’héritier de la toile denim, de couleur bleu indigo, utilisée notamment lors des corridas nîmoises. Le jean’s est aussi l’héritier de la toile de Gênes, la genoese, qui lui a donné son nom, et qui était utilisée pour faire des tentes, mais aussi par les armateurs de Gênes, avec laquelle ils ont longtemps équipé leurs caravelles, notamment celles qui partaient pour le Nouveau monde5.

14Oui, les fruits de la civilisation européenne transparaissent dans toutes les œuvres de toutes les civilisations.

  • 6 La Reine morte, acte III, scène première.

15Mais, parce que la civilisation européenne est la plus efficace, les peuples qui la forment ont été souvent tentés d’utiliser la loi du plus fort, c’est-à-dire la violence, soit entre eux, soit à l’encontre des peuples non européens. Pouvons-nous oublier les 1 300 000 morts que les guerres napoléoniennes ont fait dans les seules armées françaises, sans compter les pertes civiles et dans les armées étrangères ? Au xxe siècle, la terrible boucherie de Verdun trouvera trois décennies plus tard un écho amplifié dans le carnage de Stalingrad. Devant un tel bilan, convient-il de faire dire à l’Europe ce que Henri de Montherlant met dans le bouche du vieux roi Ferrante : « J’ai été bien meilleur et bien pire » ?6

16En fait, aux pires moments, l’Europe a toujours su trouver des hommes et des femmes d’exception qui ont su redonner confiance et dignité à des peuples meurtris. Au moment où se déroule ce colloque, l’Allemagne et la France célèbrent le quarantième anniversaire du Traité franco-allemand de Réconciliation. Comment ne pas évoquer ici la personnalité d’un Konrad Adenauer ? D’ailleurs, l’année 2003 restera une grande année pour la construction européenne. Et le présent colloque est un témoignage, modeste mais sincère, de l’irréversibilité de la construction européenne.

17Pour saisir la réalité humaine que recouvre la civilisation européenne, à l’Est et à l’Ouest du continent, il faut partir des éléments les plus immédiatement observables. Ici, la démographie, illustrée par la communication de Chantal Blayo, nous apporte la réponse.

18La communication de Pierre Boisseau montre que l’adhésion des anciens PECO à l’U.E. apparaît comme l’aboutissement logique du processus de démocratisation. L’intégration à l’U.E. apparaît alors comme la phase finale de leur transition.

19La volonté d’ouverture présente pour les États-membres et pour les pays candidats des perspectives particulièrement intéressantes. Les quinze de l’Union actuelle voient, désormais à leur portée, la potentialité d’un marché de 450 millions de consommateurs ainsi qu’une position renforcée sur la scène internationale. Les pays candidats espèrent attirer de plus en plus d’investissements directs étrangers et de technologies nouvelles qui contribueront à leur développement économique. Ils y voient aussi un gage de sécurité en même temps qu’il leur permet de renforcer la stabilité de leurs nouvelles institutions démocratiques. Anne Gasnier-Jeannot nous dresse un bilan des problèmes politiques posés par l’adhésion des PECO à l’U.E. à partir de l’exemple de la Hongrie.

20L’ouverture à l’Est ne concerne pas que les États ; elle est aussi l’affaire des citoyens. Ici, Daniela Borcan illustre les difficultés engendrées par des traditions différentes à l’aide de l’exemple des nouvelles procédures collectives d’apurement du passif en Europe centrale. En effet, le droit tchèque et le droit hongrois en la matière sont d’inspiration allemande, le droit polonais tient pour partie du droit allemand et pour partie du droit français. Enfin, le droit roumain était traditionnellement d’inspiration napoléonienne, mais, depuis peu, la procédure roumaine et la procédure hongroise reflètent l’influence américaine.

21Wladimir Andreff met l’accent sur l’apparente nouveauté que représente l’investissement direct étranger sortant des économies en transition postcommuniste. En dépit du manque de statistiques fiables sur une longue période, il est facile de montrer que ce type d’investissement ne reproduit pas la stratégie de ce que l’on appelait les multinationales rouges. Cependant, les PECO n’étant pas encore des économies de marché post-industrielles très développées, il convient de forger un cadre original d’analyse pour expliquer l’expansion de ces nouvelles firmes multinationales.

22Les pays d’Europe centrale ont su éviter les crises financières qu’ont connu d’autres régions du monde. Cela a favorisé une restructuration de leur industrie et l’ouverture vers les marchés extérieurs. Les entrées soutenues d’investissements directs et la limitation de l’endettement extérieur y ont largement contribué. La communication de Michel Aglietta, Camille Baulant et Sandra Moatti montre que, en réduisant la vulnérabilité aux capitaux spéculatifs, les gouvernements des pays d’Europe centrale ont pu gérer le taux de change en s’écartant des extrêmes de la fixité absolue et du flottement intégral. La politique monétaire a donc pu établir un compromis entre les soucis de la compétitivité et de la réduction de l’inflation.

23Il reste que l’U.E. élargie a bien peu de chances de former un ensemble homogène dans un avenir même lointain : les économies des vingt-cinq pays sont très différentes. Claude Mathieu et Yann Nicolas prennent l’exemple des différences de coût d’ajustement de la demande de travail dans deux pays : la République Tchèque et la France. Les structures respectives des deux marchés du travail diffèrent profondément. Aussi ces coûts d’ajustement, très élevés en France, sont très faibles ou quasi inexistants en République Tchèque.

24Anne Kharchenko-Dorbec s’interroge, à partir du cas de la Russie, sur le financement des entreprises par le crédit bancaire pendant la période de transition. Son analyse est théorique et économétrique.

25La communication d’Oxana Koukhartchouk et de Mathilde Maurel traite, à partir d’un échantillon de quarante-deux pays observé 1994 à 2001, des effets de création et de diversion de commerce dus à l’appartenance d’un bloc commercial (U.E., PECO, CEI), ainsi qu’aux effets sur le commerce de la qualité des institutions (protection des droits de propriété, existence de marché noir, etc.).

26Guergana Stanoeva effectue une analyse comparative, en terme de crédibilité, du Currency Board instauré dans trois pays : l’Estonie, la Lituanie et la Bulgarie. Le Currency Board est considéré comme la forme la plus extrême d’un régime de change fixe. Les résultats montrent que le Currency Board le plus crédible est celui de l’Estonie.

27Le système de planification économique en vigueur dans les anciennes économies socialistes d’Europe centrale et orientale ne faisait quasiment aucune place à la monnaie, ce qui a permis de le qualifier d’ a-monétaire. Or, la monnaie, dans sa dimension de système de paiement, apparaît comme l’instrument de coordination fondamental du système d’économie de marché, caractérisé par des échanges interdépendants et décentralisés dans le temps et dans l’espace. Le processus de coordination particulier des anciennes économies socialistes s’étant effondré avant que ne s’instaure un processus de coordination par le marché, Olivier Stintzi montre que la transition peut être appréhendée comme un processus de construction institutionnelle de la monnaie.

28Ce colloque est ainsi un témoin des difficultés - mais aussi de la richesse de potentialités - de la construction européenne. Ce qui est sûr, c’est qu’il prouve bien que celle-ci ne peut se faire que grâce aux Européens et pour eux. Mais est-ce étonnant, dans la mesure où toute construction humaine et sociale n’a de sens que si elle est au service de l’Homme ?

Notes

1 Le GERCIE (Groupe d’Études et de Recherches sur la Coopération Internationale et Européenne).

2 Le LERAD (Laboratoire d’Étude des Réformes Administratives et de la Décentralisation).

3 Le CERE (Centre d’Économie Régionale et Européenne).

4 Was ist der Mensch ?

5 Le mot jean’s peut également provenir du fait que c’est un pantalon de marin génois, pantalon réputé particulièrement solide, qui servit de modèle, à partir de 1947, à Lévi-Strauss, immigré d’origine bavaroise, pour fabriquer les premiers pantalons jean’s, primitivement destinés aux chercheurs de pépites d’or. Voir à ce sujet Pierre Dupuy, Le fabuleux roman du jean : Levi’s story, avec une présentation d’Émeric Hannouville, Minerva, 1990.

6 La Reine morte, acte III, scène première.

Auteur

Directeur du CERE - Université François-Rabelais

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540